Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie.

À la suite d’une réunion organisée par notre directeur de recherche, quelques étudiants et moi-même avons pu confronter nos idées et réfléchir un peu plus en avant à la conduite et à la présentation de notre mémoire. Quelques idées ont ainsi émergé qui doivent permettre de mieux en concevoir le développement, comme de proposer un plan plus original, plus attractif, de concevoir un terrain plus adapté au sujet du mémoire ou de référencer sa bibliographie de façon plus claire.

L’idée d’entrer dans le vif du sujet, de considérer les parties du mémoire comme ses seules parties et d’articuler les autres problématiques autour ou à partir de, a ainsi vu le jour.

Pour ma part, mon plan pourrait ainsi se résumer aux trois thématiques que je souhaite travailler dans le cadre d’ateliers d’écriture avec Georges Perec :

• Souvenir : pour partir du « je », car ce qui définit le style que je veux faire travailler, c’est justement de la subjectivation dans l’écriture.

• Ateliers in situ : aller vers Perec et son écriture sur le quotidien, ou l’infra-ordinaire, selon ses termes (Perec, 1989) ; ce qui me permet de traiter ici plus précisément les ateliers d’écriture.

• Plurilinguisme : pour revenir à la didactique spécifique du FLE et rappeler que ma problématique ne s’en est jamais éloignée, et qu’elle concerne bien ce champ – et pas seulement celui de la formation à l’écriture en général.

Les notions principales de mon mémoire seraient ainsi présentes ; je les résume ci-après en redéfinissant par là-même mes mots-clés :

Ateliers d’écriture, FLE, infra-ordinaire, in situ, Perec, plurilinguisme, souvenir, style.

Ce corps du mémoire serait précédé d’une introduction assez longue où l’on dévoilerait ses motivations, ses réflexions, ses goûts ou ses choix. Cet avant-propos annoncerait aussi ce que l’on dirait dans le mémoire, et ce que l’on y tairait, par manque d’espace ou par peur du hors-sujet. Mais présenter ici des traces de ce travail préparatoire au mémoire ne serait pas fortuit pour autant. En effet, en plus de prouver que rien n’a été éludé, procéder ainsi permet d’en révéler plus que ne le fait le mémoire seul. En dévoilant notre parcours réflexif, les obstacles rencontrés, les pistes abandonnées ou les erreurs commises, nous racontons ainsi l’histoire d’un mémoire, et ce pourquoi nous sommes là.

Quant à la disposition de ma bibliographie, pour qu’elle permette de s’y retrouver facilement, le mieux serait de la ranger en trois catégories seulement, et non pas en autant de catégories qu’il y aurait de thématiques (comme je l’avais conçu en premier lieu). Ces trois parties seraient :

• Écrits académiques (essais, articles, thèses, mémoires, etc.)
• Œuvres littéraires (surtout Perec en l’occurrence)
• Manuels

Le problème du terrain a aussi été abordé. Cette question est parfois délicate, à cause de considérations pratiques ou parce qu’on ne peut être certain à l’avance d’avoir choisi le meilleur terrain (on ne peut prévoir les réponses à nos questions). Comme nous sommes en option recherche, le terrain peut être en fait celui de lectures ou d’entretiens. Ainsi, de lire des auteurs et de converser avec des acteurs pourrait constituer le terrain idoine pour nourrir ma réflexion, et construire mon mémoire. Mon terrain serait cette mise en œuvre.

Ces réunions espacées dans le temps permettent de confronter les idées et de prendre du recul, et sont en ce sens favorables à la conception et à l’écriture du mémoire. Ainsi, les quelques idées survenues ce jour-là me rappellent l’importance de constituer un ensemble cohérent, agréable à lire, dynamique, tout en faisant montre d’originalité.
Chercher, c’est douter, et j’ai conscience que ces idées qui me semblent aujourd’hui pertinentes peuvent se révéler improductives demain, mais seul un travail réflexif permanent m’aidera à faire les bons choix.
J’espère que ces quelques lignes feront sens aussi pour vous !

Bibliographie

Perec, G. (1989). L’infra-ordinaire. Paris. Seuil.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Une réflexion sur « Réflexions nouvelles sur la dynamique du mémoire, la construction du plan et la bibliographie. »

  1. Merci beaucoup pour cette réflexion qui m’aide beaucoup, et a répondu à certaines de mes questions.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *