Perec, une amitié à travers les langues

Compte-rendu de lecture : Revue Europe numéro spécial Georges Perec, janvier-février 2012 n° 993-994

 

L’écrivain Georges Perec, depuis sa disparition en 1982, suscite une admiration grandissante, comme en témoigne la récente publication de son œuvre dans la collection de la Pléiade. En janvier-février 2012, pour son numéro 993-994, c’est la revue Europe qui lui consacrait toute son attention, en 24 articles ! Ces articles écrits par des spécialistes et admirateurs de son œuvre permettent d’en couvrir un grand pan et d’offrir un regard nouveau sur l’homme. Les pages Perec de ce numéro sont divisées en 6 parties, la première servant d’introduction, quant aux autres, elles ont pour titre : Le regard sur le réel : l’infra-ordinaire et l’archive ; La vie mode d’emploi (référence à son chef-d’œuvre éponyme) ; Identité et mélancolie ; Un dialogue avec la littérature ; Rencontres amicales.

 

Ce qui ressort de la lecture de ce numéro est l’intelligence de Perec, son humour – qui transparaît notamment dans ses jeux sur la langue – ou son sens du réel. Tout cela pourtant masque un passé tragique (disparition précoce de ses parents au moment de la guerre dans des circonstances terribles), que Perec a toutefois su transcender (et fictionnaliser) dans son œuvre, jonglant entre passé et présent, entre drame et sourire.

Multipliant les références culturelles, les portraits, les anecdotes ou les détails du quotidien, entraînant ses lecteurs dans des intrigues savantes, Perec a de la sorte constitué un gigantesque puzzle dessinant le monde, tout en légèreté. Son talent de narrateur donne aussi à voir de nouvelles manières de se raconter, preuve de son ingéniosité et de son indéfectible curiosité pour la vie, toute vie.

Parmi tous les articles de la revue, il en est un qui a particulièrement retenu mon attention car abordant un sujet rare dans ses écrits : celui des langues étrangères ; elles sont présentes de-ci de-là dans son travail sous formes de locutions latines ou d’anglicismes (Vœux, 1989) mais demeurent rarement centrales. Ce sujet m’intéresse dans le cadre d’ateliers d’écriture plurilingue que je voudrais mettre en place à travers l’œuvre de Perec.

Cet article intitulé Une amitié à travers les langues : Georges Perec et Eugen Helmlé (Shock, pp. 236-243) raconte la relation entre l’auteur et son traducteur allemand[1]. On y découvre les rapports entre un écrivain et son traducteur, le respect et l’admiration qui les lient, l’investissement dans leur travail, l’importance de leur correspondance (une soixantaine de lettres, p. 238), les soucis de l’un ou de l’autre concernant la traduction, des confidences, des projets, ou bien simplement des questions matérielles (agacement vis-à-vis d’un retard de paiement, p. 240). Le récit de cette correspondance nous permet ainsi d’appréhender les dessous de la vie d’écrivain, mais aussi de constater qu’une œuvre ne s’écrit pas seule, l’écrivain étant influencé par d’autres voix, en l’occurrence Helmlé en certaines occasions. Ainsi, Helmlé influença Perec suffisamment pour que celui-ci rêve de… la mort de son traducteur, rêve qu’il couchera par écrit et qu’il publiera dans La boutique obscure : 124 rêves (1973) sous le numéro 11.  Par ailleurs, leur collaboration débouchera sur la publication de deux œuvres en allemand co-écrites par les deux hommes[2] (p. 237).

L’influence de Perec sur Helmlé s’est aussi manifestée dans les jeux sur le langage qui ont franchi le Rhin, puisque le traducteur de La disparition (1969) publiera deux œuvres lipogrammatiques[3] à son tour : Im Nachtzug nach Lyon (1993) et Knall und Fall in Lyon (1995). Perec semblera impressionné par la sonorité de l’allemand et s’y essayera même, dans cette relation épistolaire (p. 240). Des marques de plurilinguisme dans la correspondance en français de Perec vont alors apparaître sous formes de jeux de mots en allemand ou en français : Perec va ainsi jouer sur les formes ohrspiel (jeu d’oreilles) et Hörspiel (pièce radiophonique), transcrit danke schön (merci beaucoup) en « dent que cheune » ou choisit « essplications » plutôt qu’« explications ». Peut-être aussi, mais cet article ne le dit pas, que le contact avec la langue de Goethe aura attiré l’attention de Perec sur d’autres conceptions du monde ou de la langue.

Pour des ateliers plurilingues, ces quelques pages de lecture m’ont donné quelques idées, comme de travailler l’homophonie, les jeux de mots, de ne pas traduire l’intraduisible parfois, mais au contraire de conserver sa langue – reflet de sa culture – dans le texte en langue cible. Je dois aussi lire et relire Perec afin de trouver d’autres marqueurs plurilingues susceptibles d’être proposés en exemple lors d’ateliers allant vers cette forme d’écriture.

 

Ce numéro double d’Europe particulièrement dense mériterait un plus long compte-rendu, de par la qualité de ses textes, souvent faciles à lire et vivants, et par ce qu’elle nous enseigne de l’univers perecquien. Je retiens notamment le texte de Dominique Rabaté sur l’espace (p. 43-51), ce dialogue entre les perecophiles Pierre Getzler et Jean-Charles Depaule sur la ville (p. 82-94), ou l’article de François Souvay sur la bibliothèque imaginaire de Perec (p. 132-141). Un autre intérêt à cette lecture est l’iconographie contenant des lettres manuscrites de Perec, qui nous le rendent ainsi plus réel.

Je termine par cette anecdote rapportée concernant Eugen Helmlé, son traducteur (dont vous tirerez l’enseignement que vous souhaiterez) : pour être certain de ne pas inclure de « e » dans sa traduction de La disparition, il avait pris soin de fixer une punaise retournée sur la touche « e » du clavier de sa machine à écrire ; et s’il oubliait… Autsch !

 

Bibliographie

Decout, M. (Dir.) (2012). Europe, « Georges Perec », janvier-février 2012, n° 993-994. Paris. Europe.

Helmlé, E. (1993). Im Nachtzug nach Lyon. Berlin. Plasma.

Helmlé, E. (1995). Knall und Fall in Lyon. Berlin. Plasma.

Perec, G. (1969). La disparition. Paris. Denoël.

Perec, G. (1973). La boutique obscure : 124 rêves. Paris. Denoël.

Perec, G. (1989). Vœux. Paris. Seuil.

Shock, R. (2012). Une amitié à travers les langues : Georges Perec et Eugen Helmlé. Dans Decout, M. (Dir.) (2012). Europe, « Georges Perec », janvier-février 2012, n° 993-994. Paris. Europe.

 

[1] Eugen Helmlé (1927-2000) était écrivain, professeur à l’Université de la Sarre (Allemagne), et traducteur (il a traduit notamment Aragon, Breton, Duras, Queneau, Simenon et Topor). Le prix Eugen Helmlé est décerné chaque année pour des travaux de traduction entre français et allemand et vice-versa.

[2] Die Maschine (1968) et Tagstimmen (1970) (cf. http://www.translitterature.fr/media/article_336.pdf)

[3] Un lippogramme est une « œuvre littéraire dans laquelle on s’impose de ne pas faire entrer une ou plusieurs lettres de l’alphabet. » (http://www.cnrtl.fr/definition/lipogramme)


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.