Concept de l’acte de langage

J’ai lu ces dernier jours un article écrit par d’un linguiste chinois, 中国人的言语行为分析, il m’a beaucoup inspiré et m’a donné des idées pour mon mémoire. Cet article analyse les actes de langage chez les chinois, ce type de travail du point de vue sociolinguistique et anthropologique. Les travaux de recherche consistent à analyser plusieurs actes de langage typique, et à chercher s’il y en a des traits en communs. Toute ses analyses basent principalement sur la théorie de « l’acte de langage » du philosophe John Austin, qui prend le contre-pied des philosophes qui considèrent les phrases comme unités grammaticales qui sont « affirmatives » et servent à dire des choses vrais ou faux, mais s’intéresse plutôt aux phrases ordinaires, lesquelles sont contextuellement situées, sont des énoncées performatives visant à faire des choses d’accomplie. Simplement dit, pour Austin, les énoncées sont l’accomplissement des actes. Ainsi la langue ou plutôt la parole constitue-elle également l’objet de base, mais l’accent est mis sur l’analyse les choses derrière les énoncées.
Dans cet article, il a cité trois exemples des actes de langage : les actes d’appellation ; les actes de salutation et les actes de tabou. A titre d’exemple, pour saluer, n’étant pas comme le peuple du pays occidental qui ont habitudes de dire une simple « hello » ou « bonjours », les chinois tendent de dire les formulations comme « 吃了吗 ? » traduit en français « T’as déjà mangé ? » « 去哪儿啦 ? » en français « tu es venu d’où ? ». Aux yeux des étrangers, ce type de salutation sont étonnant et incompréhensible. En fait, en disant une telle phrase, le but du locuteur ne consiste pas à connaître ce que son interlocuteur a mangé ou ce qu’il a fait tout à heure, mais un moyen de salutation propre aux chinois qui pourrait permettre aux deux locuteurs étrangers de se rapprocher le plus vite possible. Ce qui représente également l’intelligence des chinois dans le traitement des relations humaines.
Selon l’auteur, les actes de langage des chinois reflètent les cinq principes : celui de maintien de la face, les chinois attachent une énorme importance à la face, une action de perte de face est un évènement grave et même déshonorant ; celui d’autorité, qui explique par le fait qu’on utilise souvent la langue comme un moyen de contrôle ou d’attaque ( je ne pense pas que ce principe est utilisable pour mon mémoire) ; celui de politesse ; celui de gestion de l’impression, tout simplement, les chinois aiment bien donner à l’autrui une bonne impression, pour le faire, ils sont assez vigilent à leur paroles et leur actions ; celui de sexe, on peut trouver la trace dans un ancien proverbe très connu en Chine «男女有别 » ( en version français : l’hommes se diffère de la femme). Les différences de sexe se manifestent dans les actes de parole par la distincte de l’intonation, de l’emploi du mot et du style de discours ; et le dernier principe d’éthique.
Derrière les actes de langue, il y a toujours la culture qui compte. Le caractère du discours et des actes de langage chez les chinois sont liés avec la pensée antique de confucianisme qui se réclame toujours le juste milieu, écrit en chinois 中庸 : 中 signifie le centre, 庸 signifie banal. Cette doctrine de Confucius demande aux individus de ne pas faire des actes extrêmes car lesquelles vont dépasser le degré défini par la société. C’est la raison pour laquelle les chinois sont prudents en parole et en actes, et quand ils s’expriment, les mots modestes comme ‘’ peut-être’’ ‘’possible ‘’ apparaissent souvent dans le discours et constituent les meilleurs choix des mots d’emploi.


Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.