L’atlas des géographes d’Orbae de François Place : du nom à la définition selon Georges Didi-Huberman

http://enfants.bnf.fr/fiches/images/cas_001_0.jpg

– Atlas ou le gai savoir inquiet, G. Didi-Huberman, Minuit, 2011.
– Du pays des Amazones aux îles Indigos, « Atlas des géographes d’Orbae » Tome 1, François Place, Casterman, Gallimard, 1996.
– Définitions du site « Trésor de la langue française informatisé ».
– Vidéo 1 livre 1 jour, présentée par Olivier Barrot, sur la chaîne télévisuelle France 3, recueillie par « ina.fr »          https://www.dailymotion.com/video/xfap30_francois-place-du-pays-des-amazones_new

 

Selon TLFi, un atlas (substantif masculin) est un recueil de cartes géographiques. Il peut être linguistique et recueille dans ce cas des cartes géographiques qui indiquent les zones où sont employés certains phonèmes, certains vocables, etc. De manière générale, l’atlas est concerné dans tout recueil de planches, de tableaux, de dessins joints à un ouvrage.

Dans la première partie de l’ouvrage de G. Didi-Huberman l’Atlas ou le gai savoir inquiet, nommée « Disparate », l’auteur pose un certain nombre d’indices définitionnels de l’atlas. Autant d’indices qui aideront à caractériser l’ouvrage de François Place, Du pays des Amazones aux îles Indigo, tome 1 d’une série d’ouvrages classés par ordre alphabétique, d’atlas ou non.

Georges Didi-Huberman débute la partie «L’inépuisable, ou la connaissance par l’imagination » de son livre par : « J’imagine qu’ouvrant ce livre, mon lecteur sait pratiquement déjà fort bien en quoi consiste un atlas. » Le savoir en question est celui d’une définition « traditionnelle » et usuelle de l’atlas telle que celle présentée ci-dessus et tirée du site TLFi. L’atlas proposé à la jeunesse par François Place réunit en son sein les caractéristiques formelles de cette définition : les îles sont présentées au début du livre, sous forme de cartes successives, chacune ayant la forme de la première lettre de son nom ; A pour Amazone jusqu’au I pour Indigo. Le titre du livre déjà évoque cette exploration par ordre alphabétique comme pourrait l’organiser un dictionnaire classique des noms propres. Seulement, G. Didi-Huberman parle d’une constitution moins organisée : « Contre toute pureté esthétique, [l’atlas] introduit le multiple, le divers, l’hybridité de tout montage. »

Les îles, aux noms évocateurs d’un tropicalisme propice à l’évasion, sont des zones d’exploration comme l’atlas « invente […] des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques. » Du pays des Amazones aux îles Indigo voit sa zone d’exploration délimitée à neuf îles mais dont diverses composantes sont observées. En effet, les illustrations et le texte ouvrent le sujet à tout ce qui compose ces îles : saisons, paysages, animaux, instruments de musique, autant d’éléments fondateurs d’une culture.

Le texte, écrit au passé simple et à l’imparfait rapproche cet ouvrage des livres de contes, recueils de légendes. En ce sens, la frontière entre mythe et réalité est ténue et malgré la pluralité des éléments décrits, les frontières des recherches anthropologiques de ces îles sont nettement délimitées par l’auteur. De fait, les récits de François Place sont le fruit de voyages imaginaires au pays d’Orbae. Selon l’Atlas ou le gai savoir inquiet, l’atlas se rapproche du travail de l’imagination par ses connexions infinies avec d’autres liens, et tient compte de la dimension esthétique grâce aux images.  Ces images ne sont pas celles de l’esprit dans l’ouvrage de François Place mais des illustrations du vocabulaire employé, riche et à propos. Les dessins abordent autant d’aspects que décrits par les mots : la danse, les personnages des tribus, des animaux fabuleux. Puisque le récit et ses illustrations, réalisés par F. Place, sont issus de son imagination, les liaisons sont établies grâce à ses propres connaissances. En effet, comme l’explicite Olivier Barrot dans la vidéo, « le pays des Amazones est de tonalité italienne, […], la montagne d’Esméralda est tibétaine. […] Des images rappelant la Chine, la Hollande, le Japon apparaissent alternant avec […] des crapauds rieurs et des loutres à trompe. » Les terres imaginaires sont analogues à des régions connues des occidentaux, dans ce qu’elles ont de plus esthétique, de plus sensible pour évoquer des contrées merveilleuses. L’atlas alors, selon G. Didi-Huberman, « est un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés. »

Cet « atlas » destiné à la jeunesse donne des informations chimériques sur certaines îles tropicales pouvant pousser à la recherche d’autres pistes, conduisant vers d’autres directions encore, tendant vers l’infini si l’on veut. Bien qu’employant un vocabulaire géographique et anthropologique induit par le sujet de l’ouvrage, il réunit finalement les caractéristiques de l’atlas énoncées par G. Didi-Huberman dans son travail d’écriture et de composition du livre. Pour autant, du point de vue de la réception, l’ouvrage se classerait plus aisément dans la catégorie du livre de conte plutôt que de l’atlas qui demande tout de même un certain nombre d’apports théoriques. Nous pourrions plutôt avancer l’idée que cette série d’atlas géographiques destinés à la jeunesse propose des catalogues d’objets et endroits du monde sensible pour tenter l’expérience de l’évasion par l’imaginaire ; un rendez-vous en terres inconnues.

Marie-Cécile Anne


2 réflexions sur « L’atlas des géographes d’Orbae de François Place : du nom à la définition selon Georges Didi-Huberman »

  1. – Définition du dictionnaire Robert.
    – Définition du site  » Trésor de la langue française informatisé  »
    – Atlas ou le gai savoir inquiet, Georges Didi-Huberman, Minuit, 2011

    L’ouvrage de François Place,  » De la rivière rouge au pays des Zizotls « , constituant le troisième volume de la trilogie de  » L’Atlas des géographes d’Orbae », nous convie à une lecture qui n’est pas celle des contes habituellement offerte aux jeunes lecteurs.
    Selon le dictionnaire Robert, un atlas est  » un recueil de cartes géographiques « , par extension, il est un recueil de cartes, planches, plans, graphiques joint à un ouvrage. Cette deuxième précision nous rapproche de l’ouvrage de François Place, lequel est constitué de contes, présentés de façon alphabétique et illustrés par des cartes avec en conclusion de chaque partie, une double planche nous renseignant de manière plus visuelle, nous donnant des détails de la contrée » visitée « , à la manière d’un cabinet de curiosités.
    Ici, l’atlas est la forme qui va permettre à l’auteur-illustrateur de raconter des histoires. La présentation scientifique, à but informatif, rappelle les critères définissant la géographie. Ainsi dans le TLFi la géographie est définie comme  » science qui a pour objet la description de la Terre et en particulier des phénomènes physiques, biologiques et humains. »
    L’intérêt de cet ouvrage réside dans la présentation des contes; le lecteur est face à des mondes imaginaires mais on lui donne l’illusion de lire un ouvrage scientifique, documentaire.
    Ce recueil rejoint la définition que fait Georges Didi-Huberman de l’atlas dans la mesure où il invite le lecteur à parcourir librement son ouvrage. De plus, tout en restant fidèle aux codes de l’atlas, il incite au vagabondage et au libre cours, libérant ainsi l’espace qu’il propose à l’imaginaire.

    Marie Berger.

  2. Dans son ouvrage Du pays des Amazones aux îles Indigos, « Atlas des géographes d’Orbae » Tome 1, François Place s’appuie sur les images pour développer de longs textes explicatifs. N’y a-t-il pas là la volonté de décrire avec précision ce monde à mi-chemin entre le fantastique et la réalité? Dans ce cas, François Place laisse-t-il encore la possibilité aux lecteurs de son Atlas de se perdre « dans des zones interstitielles d’exploration, des intervalles heuristiques » dans lesquels le lecteur peut laisser libre cours à son imagination, l’Atlas étant selon G. Didi-Huberman « un outil, non pas de l’épuisement logique des possibilités données, mais de l’inépuisable ouverture aux possibles non encore donnés ». En d’autres termes, François Place dépeint un monde onirique avec tant de précision que le lecteur aura peut-être des difficultés à laisser vagabonder son imagination comme il est possible de le faire dans un atlas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *