Projet de mémoire final

Les effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur le discours en français chez les apprenants chinois

Mots-clés : culture chinoise  identité culturelle  discours en français apprenants chinois

Dans les recherches en Master, nous nous intéressons sur l’analyse des effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur l’apprentissage du FLE chez les apprenants chinois. Ce projet est inspiré des liens étroits existant entre la langue et la culture, notamment leur influence réciproque.
Nous apprenons notre langue maternelle dès notre naissance, tout à bord, ce sont les parents et les autres membres de famille qui nous apprennent la base de notre culture d’origine, et avec le temps, les espaces s’élargissent, nous sommes ainsi exposés dans un monde plus large dans lequel nous commençons la vie sociale et acquérons plus de connaissances. Graduellement, la culture maternelle constitue une identité culturelle qui devient une étiquette pour les peuples d’une certaine nation, mais sachant que cela n’empêche que nous avions chacun notre propre identité.
Mais, quand nous commençons à apprendre une nouvelle langue étrangère, notamment linguistiquement et culturellement lointaine par rapport à notre langue d’origine, comme le français, les enseignants nous donnent une autre identité nationale nouvelle et nous fait exposer dans un monde différent. En général, nous réagissons de façon naturelle du point de vue de notre identité culturelle d’origine, parce que la culture de notre pays natal a déjà été solidement ancrée dans nos esprits et elle influence inconsciemment tous les domaines de la vie. Nous nous contentons d’analyser les manières de parler des apprenants chinois à travers l’observation du corpus et des comportements complémentaires autour du discours. Ainsi avons-nous posé la problématique suivante : comment les cultures maternelles influencent-elles les façons et les effets de communication des chinois ? Quelles en sont les traces d’origine culturelle ? Quelle réflexion peut-on avoir sur les activités d’enseignement du FLE ?
Pour répondre à ces questions, nous programmerons une observation d’une vingtaine d’apprenants chinois pendant un mois dans laquelle nous mènerons des dialogues avec eux autour des 20 sujets différents. Nous ferons des enregistrements audio-visuels tout au long de la pratique et des transcriptions seront faites de façon détaillée en vue d’avoir des corpus fiables et conséquents. Les objectifs consistent à repérer et à analyser des traces culturelles d’origine dans les communications des apprenants chinois en français.
En fait, les expressions orales en français chez les apprenants chinois sont relativement typiques et sont faciles à reconnaitre : d’une part, nous avons l’impression que les apprenants chinois parlent souvent un français grammaticalement correct, mais plutôt “ livresque”, qui ne s’utilise pas à l’oral chez les natifs francophones ; De l’autre part, ils ont souvent du mal à se faire comprendre, ou ils passent souvent de faux messages qui portent à confusion ou mènent à des malentendus.
Et tout cela peut s’expliquer par l’influence du système langagier de la langue maternelle– le chinois, et celle de la deuxième langue étrangère déjà apprise, en général, l’anglais ; En plus, la tradition culturelle de Chine peut aussi être la source de maux têtes que rencontrent les apprenants chinois. Dans la recherche que nous mènerons en Master, nous sommes plutôt intéressées par l’aspect culturel, comme par exemple, nous constatons que quelques mots sont assez fréquents chez des apprenants chinois, à savoir “peut-être”, “possible”, “ à peu près” qui témoignent en effet du caractère modeste ou conservateur des chinois, que nous trouvons énormément dans d’autres types de pratiques langagières.
Nous nous limiterons à l’analyse discursive des expressions orales des apprenants chinois ; ce choix est dû au fait que le discours étant une unité linguistique supérieure aux simples phrases, met en pratique réelle d’une langue et en régule les usages. De surcroit, le discours dépend des habitudes culturelles d’un groupe ethnique, exprimant une forme de pensée culturels, il représente une dimension culturelle. Comme le constate Charaudeau P. (2001/3-4 : 343) “ce ne sont ni les mots dans leur morphologie ni les règles de syntaxe qui sont porteurs de culturel, mais les manières de parler de chaque communauté, les façons d’employer les mots, les manières de raisonner, de raconter, d’argumenter pour blaguer, pour expliquer, pour persuader, pour séduire. Ainsi, non seulement des productions orales mais aussi des comportements des locuteurs, comme des gestes et des mimiques feront l’objet de notre analyse.

Bibliographies:

Patrick Charaudeau, LANGUE, DISCOURS ET IDENTITÉ CULTURELLE , 2001/3 n° 123-124 |, p. 343.

 


Guangmin ZHANG

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

2 réflexions sur « Projet de mémoire final »

  1. Bonjour! J’ai remarqué que nombre de nos idées se croisent en ce qui concerne les dimensions culturelles et l’identité. ça me fera plaisir de pouvoir échanger avec vous durant notre recherche. Bonne rédaction et au plaisir de recevoir de vos messages!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.