projet de recherche

Un enseignement français oral en classe de FLE à l’université en Chine

Initiée par Saussure, la linguistique structurale a posé un principe très important selon lequel l’oral jouit d’un statut plus avantageux par rapport à l’écrit, et pour cela, on a posé deux arguments majeurs : « la parole est plus ancienne et plus répandue que l’écriture, les systèmes d’écriture connus sont fondés sur les unités de la langue parlée ». D’après ce principe, l’écrit joue un rôle secondaire par rapport à la langue parlée. Certes, normalement on parle d’abord avant de pouvoir écrire, et la compétence des expressions orales est acquise presque une fois pour toutes chez l’enfant ; tandis que l’écrit demande un travail de longue haleine. L’oral est plus efficace pour la communication interpersonnelle, comme l’indique Bidaud Éric, « la langue orale apparait plus naturelle et elle est le mode fondateur de nos communications ».
Cependant durant très longtemps, la langue parlée a été jugée familière, populaire et même fautive. « La notion de langue parlée est souvent encore liée aux versants négatifs de la langue : fautes, inachèvements, particularités des banlieues délinquantes, etc. » L’attention portée sur l’étude du français parlé est loin d’être suffisante. En grammaire française par exemple, comme le disent Deulofeu & Debaisieux, « La France est très en retard par rapport aux pays anglo-saxons quant à l’élaboration de la grammaire d’usage à vocation d’exhaustivité qui prend en compte différents registres de langues. » Le français parlé n’est donc pas suffisamment décrit.
Selon mes propres expériences, au cours des activités d’enseignement du FLE (Français langue étrangère) en Chine, il y a un manque d’attention portée sur l’enseignement de la grammaire du français parlé. Quand il s’agit du cours de grammaire, les enseignants font souvent appel à la grammaire normative comme « Bon usage » dans lequel il y a presque toutes les règles grammaticales très détaillées, et qui leur permet de résoudre beaucoup de problèmes qu’ils rencontrent. Mais ce qui est dommage, c’est que les exemples donnés dans ce genre de grammaire sont souvent du type de l’écrit et parfois du style littéraire, et que le français parlé n’y est presque jamais décrit. Ainsi, avec le temps, les élèves arrivent souvent à produire des phrases grammaticalement correctes mais ils ont souvent du mal à saisir les caractéristiques de l’oral, ce qui fait que malgré des années d’étude du français, les étudiants ont souvent du mal à s’exprimer à l’oral. Il y a même des français qui, d’une façon ironique, les qualifient de « pédants » parce qu’ils parlent souvent comme un livre.
J’ai été confronté à ce type de situation dès mon arrivée en France : certains locuteurs français ont eu tendance à corriger mes productions langagières en disant : « Attention, ça ne se dit pas ». Et donc, à ce moment-là j’ai constaté que l’expression utilisée était beaucoup plus une expression propre à l’écrit qu’à l’oral. Par exemple, même si j’avais déjà obtenu le niveau C1 en français avant d’arriver en France, je n’étais pas du tout conscient du fait que « Pierre dort » ne s’utilise qu’à l’écrit et que pour l’adapter à l’oral, il faut choisir la tournure en dislocation « Il dort, Pierre ». Les locuteurs non natifs de la langue française, se retrouvent souvent face à ce souci ; c’est même le cas des locuteurs qui ont suivi des études en langue française et donc qui usent de cette langue assez quotidiennement. Autrement dit, un nombre important d’étudiants étrangers rencontrent ce problème dès leur arrivée en France. C’est pour cela qu’une attention particulière de l’enseignement du français parlé s’impose dans le but de résoudre ce conflit.

Bibliographies

Blanche-Benveniste Claire, Approches de la langue parlée en français, Ophrys, 2010.
Blanche-Benveniste Claire, Le français parlé — études grammaticales, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

Blanche-Benveniste Claire, Le français : usages de la langue parlée / avec la collaboration de Philippe Martin pour l’étude de la prosodie / Leuven : Peeters , 2010, cop. 2010.

DOLZ, Joaquim, SCHNEUWLY, Bernard. Pour un enseignement de l’oral : initiation aux genres formels à l’école. Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) : ESF éditeur, 2014.

Le Goffic, P. Grammaire de la phrase française, Paris : Hachette, 1994.

Riegel M., Pellat J.-C. & Rioul R., Grammaire méthodique du français, Paris : Presses Universitaires de France, 2009.

WEBER, Corinne. Pour une didactique de l’oral : enseigner le français tel qu’il est parlé. Paris : Didier, 2013.


mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *