Mes carnets de recherche, un état des lieux

Mes carnets de recherche, un état des lieux

Dans un billet que j’avais posté au mois de novembre, j’avais fait une esquisse de la manière dont je souhaitais, dans un monde idéal, organiser mes carnets de recherche. J’avais mentionné un carnet de terrain, un carnet de lectures, un de rédaction et un fourre-tout. Je voudrais faire ici, une mise à jour ainsi qu’un état de lieux de ma progression dans l’élaboration de ces carnets.

Le carnet de terrain: à ce jour, il est complètement vide car je n’ai pas vraiment commencé mon terrain à proprement parler. Celui-ci se trouve à Bristol, en Angleterre où je pars dans quelques jours pour mettre les choses en place. Cela consistera à établir un protocole avec les deux établissements avec lesquels je travaille, c’est à dire Clifton College (pour la partie enseignement secondaire) et University of Bristol (pour le volet universitaire). Je devrai aussi définir précisément mes attentes envers mes collaborateurs (enseignants et étudiants) et les ressources qu’ils pourront me fournir. C’est en rédigeant ce texte que je me rends compte que je peux enfin écrire quelque chose dans ce carnet puisque j’ai déjà pris contact avec mes anciens collègues des deux établissements et que je leur ai brièvement exposé mes projets.

Le carnet de lectures: à l’opposé du carnet de terrain, le carnet de lectures ne cesse de croître de façon exponentielle. Il est comme une bête gloutonne qui ne fait que se gaver de textes en tout genre, principalement d’articles scientifiques qu’elle digère à coups de résumés plus ou moins bien rédigés, certains structurés par des tirets et d’autres par des paragraphes. La pertinence de la ponctuation varie aussi selon l’heure de la nuit où j’ai fait mes lectures et la syntaxe s’en ressent également. La longueur de ces résumés fluctue en fonction de l’intérêt que j’ai pour ces textes et bien sûr de leur densité. Ils sont classés en fonction de leurs thématiques puis par ordre alphabétique. Pour l’instant, ce sont les intitulés de cours pour lesquels je dois rendre une synthèse ou un compte-rendu qui font office de titres thématiques et ils sont divisés dans les catégories suivantes: -Enseignement de la littérature dans le monde (L’enseignement de la littérature en Angleterre) -Insécurité linguistique (L’insécurité linguistique chez les Franco-Ontariens et l’insécurité linguistique à l’écrit en ALE et FLE) -Anthropologie linguistique (La relation entre culture écrite et langue écrite des classes populaires anglaises au XIXe siècle). La seule catégorie qui est propre à mon sujet de mémoire est très générale et elle réunit le résumé de tous les articles que j’ai lus, relatifs aux thématiques propres à mon sujet. Compte tenu de la période actuelle où j’ai beaucoup de devoirs à rendre, cette partie est très peu développée en ce moment alors que les autres connaissent une croissance non négligeable.

Le carnet de rédaction: c’est celui que j’ai le plus délaissé pour l’instant puisque je n’ai pas commencé à rédiger pour mon mémoire.

Le carnet fourre-tout: celui-ci, c’est une autre histoire, il a muté, il s’est transformé, il s’est divisé comme je l’espérais. En effet, il a donné naissance aux carnets suivants: celui des citations, et celui des formulations, sans oublier un troisième consacré aux glossaires unilingues et bilingues et bien sûr, un pour la bibliographie. Si le dernier carnet mentionné est souvent approvisionné en ressources documentaires, on ne peut pas en dire autant des autres carnets issus du fourre-tout.


Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.