Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.


Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 - Sorbonne Nouvelle

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *