Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME

 

Nous avons participé au séminaire le 11 décembre, 2017 au Centre Censier, la première intervention dans le cadre du séminaire vise au sujet de la polémique du joual : aliénation, décolonisation et nationalisme, dirigé par GILLES DUPUIS, professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et codirecteur du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Il est membre des comités de rédaction de la revue Intermédialités et du magazine Spirale. Dans ce colloque, il nous a apporté des réflexions sur le joual, notamment dans la littérature française.

Au commencement, il nous a donné un bref résumé de cette séance du séminaire qui portait sur les « bons » et les « mauvais » usages du joual dans la littérature québécoise, à la lumière de la polémique qu’ils ont suscitées dans les revues de l’époque. Ensuite, il a introduit la définition du joual, le joual n’est ni langue, ni patois, le joual est un sociolecte du français québécois issu de la culture populaire urbaine de la région de Montréal. On trouve le terme « joual » dans les années 1930 et quelquefois antérieurement un peu partout au Canada francophone et ailleurs. Le mot désigne alors avec dérision les locuteurs qui utiliseraient le mot « joual » au lieu de « cheval », par manque de scolarité, par tradition ou par goût. Le joual est une variété basilectale du français québécois, c’est-à-dire une forme de français particulièrement éloignée de la norme. Le vocabulaire joual emprunte beaucoup à l’anglais. Ces emprunts et calques de l’anglais s’expliquent historiquement par la proximité et les échanges des populations anglophone et francophone de Montréal. Il est essentiellement oral qui ne possède pas de norme d’écriture bien établie. Autrement dit, il n’existe pas de grammaire, pas d’orthographe en joual, il s’agit de la transcription phonétique, c’est-à-dire on transcrit les mots comme on entend. Ici, le professeur a pris un exemple, le mot anglais « Waitress » a transcrit par « Ouétresse » selon la prononciation.

Au cours des années 1960-1970, la question du joual et de son utilisation dans la littérature a divisé les écrivains et les intellectuels au Québec. Après avoir été dénoncé comme une « sous-langue » par Desbiens, dans les années 1960, le recours délibéré au joual par différents écrivains québécois a été justifié par la représentation de l’aliénation politique, économique et culturelle des Canadien français ( Parti pris ). Le terme du joual a pris une valeur identitaire pour désigner le français populaire du Québec, voire le français québécois en général grâce à l’écrivain comme Michel Tremblay. Dans les années 1970, l’usage du joual dans la littérature québécoise a été critiqué, encensé par les intellectuels .

Au cours de cette séance, le professeur a illustré par quelques exemples littéraires empruntés au roman et au théâtre et nous a mené à la discussion à partir de la confrontation qui a particulièrement opposé Victor-Lévy Beaulieu et Hubert Aquin dans un numéro spécial de la revue Maintenant.

Bibliographie

Desbiens Jean-Paul, Les insolences du frère Untel, préface d’André Laurendeau, Montréal, Les Éditions de l’HOMME, 1960.

GAUVIN Lise, Langagement. L’écrivain et la langue au Québec, Montréal, Édition du Boréal, 2000.

MAINTENANT, dossier « CHEVAL ou bien donc JOUAL ou bedon HORSE », N.134, mars 1974, p.4-30.

MARCEL Jean, Le cheval de Troie, Montréal, Édition du jour, 1973.


WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

2 réflexions sur « Compte rendu du séminaire : LA POLEMIQUE DU JOUAL : ALIENATION, DECOLONISATION ET NATIONALISME »

  1. Extrêmement intéressant cette notion de joual ou comment un groupe peut s’approprier une variété de langue et la légitimer par des productions de toutes natures, poétiques, universitaires… Et l’on voit aussi que le français est riche de nombre de « lectes » (dia- ; socio- ; idio- ; …) et ne peut se résumer au bon francais normé de nos grammaires scolaires publiées dans le Quartier Latin…
    Merci de rendre compte de ce séminaire.

    1. Merci pour ton commentaire,tes idées sont pertinentes, je m’intéresse aussi à cette notion de joual, et les exemples donnés dans cette intervention du séminaire nous permettent de comprendre l’évolution du joual selon l’époque, notamment dans le domaine de la littérature québécoise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.