Dialogue imaginaire avec le directeur de recherche

Bien que j’aie déjà mon directeur de recherche, on ne s’est pas encore rencontrés pour discuter de mon sujet et de mon projet de mémoire. Un tel entretien fictif permettrait de me préparer au vrai entretien qui aura lieu à la rentrée.

 

Hui (désormais H) : Bonjour Monsieur ! Comment allez-vous ?

Directeur (désormais D) : Bonjour ! Bien, merci, et vous ?

H : Je vais bien aussi, merci! J’espère que vous avez passé de bonnes vacances et bonne année 2018 !

D : Merci, vous de même ! Alors, vous avez avancé un peu dans votre mémoire pendant les vacances ?

H : Euh…pas vraiment. J’ai fait des recherches bibliographiques, mais je ne suis pas certaine si ces références sont pertinentes. Au fait, il y a trop d’œuvres à la bibliothèque, j’ai l’impression d’être un peu perdue et je ne sais pas par qui et par laquelle commence ma lecture.

D : Mais votre sujet c’est bien sur la perspective actionnelle si je ne me trompe pas ? Commencez par cette notion si vous voulez. Sinon, envoyez-moi vos bibliographies, je vous dirai ce qu’il manque dans votre liste bibliographique.

H : Merci beaucoup, Monsieur ! C’est vraiment très gentil ! Mais Monsieur, concernant mon sujet, j’ai toujours des doutes et des hésitations… D’abord, je ne sais pas si le titre « Applicabilité de la perspective actionnelle dans l’enseignement supérieur du français en Chine » dépasse le champ disciplinaire, surtout le terme d’« applicabilité ». On m’a dit que si je parle d’applicabilité, je ne suis plus dans la didactique mais plutôt dans la pédagogie. Est-ce que la didactique et la pédagogie entretiennent une relation antinomique ? Existe-t-il vraiment une frontière claire et nette entre ces deux domaines ?

D : Alors il faut savoir que la didactique et la pédagogie ne s’oppose pas l’une de l’autre, c’est bien le contraire. Allez chercher des livres de base pour comprendre la différence entre ces deux notions, après on va discuter.

H : D’accord, j’irai lire des livres. Mais Monsieur, si par exemple, je voudrais remplacer le terme d’ « applicabilité » par « contextualisation », est-ce que ça reste toujours le même sujet ? –

D : Oui, « applicabilité » et « contextualisation », c’est à peu près la même chose dans le cas de votre sujet, mais il existe des nuances quand même. Ne vous cassez pas la tête pour le choix du titre pour l’instant, c’est trop tôt pour fixer le titre, l’essentiel est de savoir ce dont vous voulez vraiment parler dans votre mémoire et pourquoi vous devez le changer. Si vous remplacez « applicabilité » par « contextualisation », qu’est-ce qui changerait dans votre mémoire ?

H : Déjà, si le terme « applicabilité » dépasse le champ de la didactique, je suppose que la « contextualisation » serait bien située au cœur des questions de la didactique des langues, j’éviterai donc le risque d’employer un terme inapproprié. De plus, si je me concentre sur la question de l’applicabilité, cela exigerait une application à long terme de la perspective actionnelle dans le contexte choisi, afin que j’aie assez de temps pour tester les projets et recueillir des données plus scientifiques et convaincantes. Cependant, j’ai choisi l’option Recherche et mon stage en Chine ne durera qu’un mois faute du temps et d’énergies, une expérimentation en si peu de temps risque d’être assez faible et insuffisante pour démontrer si une approche est applicable dans un contexte aussi géant et compliqué comme la Chine. Par contre, si je me penche sur la question de la contextualisation, la partie principale de mon mémoire serait accordée aux aspects culturels, politiques, économiques et les théories sur la perspective actionnelle et les méthodologies d’enseignement du français employées en Chine, la partie pratique aurait quand même une présence importante dans mon mémoire, mais ce serait une partie bonus pour illustrer et soutenir mes analyses théoriques précédentes.

D : Bien. À propos de la notion de « contextualisation », en quoi consistent les contextes de votre recherche ? Comment vous procéderez les analyses de terrain ?

H : Justement, la question de la contextualisation me parait très compliquée, mais je pense me focaliser plutôt sur les contextes culturels. Quels sont les culturelles linguistiques, didactiques et éducatives chinoises ? Existe-t-il vraiment ces cultures en Chine ? Quels liens entretiennent-elles avec la culture et la philosophie traditionnelle chinoise ? Comment ces cultures influencent les méthodologies d’enseignement du français et surtout l’application de la perspective actionnelle en milieu universitaire chinois ? Les contextes politiques et économiques seront également abordés, mais ils seront moins présents que les contextes cultures.

D : Ok, ça marche. Faites comme ce que vous dites et on verra qu’est-ce que ça donnerait. Envoyez-moi ce que vous écrivez, je vous répondrai. Mais ne m’envoyez pas une page ou deux pages, envoyez-moi votre rédaction quand vous aurez écrit dix pages ou vingt pages, d’accord ?

H : Oui, c’est bien saisi, Monsieur ! Merci beaucoup pour votre temps et vos conseils.

D : Je vous en prie. Allez, bon courage et bonne rédaction !

H : Merci, Monsieur ! Bonne journée !

D : Bonne journée !

Bien que cet entretien soit fictif, mes doutes, mes hésitations et mes réflexions sont bien réelles. Je ne suis pas vraiment en mesure d’imaginer toutes les réponses de mon directeur, mais j’aimerais bien savoir comment il répondrait lors de notre rencontre à venir.

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l'Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts


3 réflexions sur « Dialogue imaginaire avec le directeur de recherche »

  1. Je ne sais pas si ça va te rassurer, mais des inquiétudes au sujet du mémoire, nous en avons tous, moi en premier. Ne t’inquiète pas trop, je suis persuadé que tu y arriveras : ton sujet est fort intéressant, il y a de la bibliographie que tu me sembles avoir bien ciblée, et je sais que tu es courageuse, sérieuse et perfectionniste. Par ailleurs, je vois que tu as un directeur et non une directrice mais, qui est-il ?

    1. Merci infiniment pour ton encouragement jan-Mark, ça m’a beaucoup rassuré. 🙂 Je suis dirigée par Monsieur Chiss, il est très savant et je l’aime bien, mais nous n’avons pas encore eu beaucoup de contacts. Mais moi, je n’ai pas assez travaillé sur mon mémoire non plus, il faut que je me dépêche.

      1. Je suis dans ton cas, beaucoup d’idées mais peu de travail réel, mais on a encore du temps pour la rédaction : 5/6 pages par semaine, c’est faisable. Le problème c’est tout ce que l’on n’a pas prévu : terrain, résultats peu convaincants, bibliographie incomplète, etc. Mais ça va aller quand même, et ensuite, on profitera d’autant mieux de nos vacances !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.