Essai de définition de la littérature de jeunesse et de l’album narratif

La dénomination actuelle de cette discipline constitue une véritable évolution historique car, avant on parlait plutôt de littérature enfantine ou d’enfance, même si certaines auteurs continuent d’employer ces termes, il n’en demeure pas moins qu’aujourd’hui c’est sous le concept de littérature de jeunesse que l’on rassemble les diverses œuvres à destination des jeunes enfants.

En effet, la littérature de jeunesse a certes connu de nombreux bouleversements, mais elle représente de nos jours une discipline à part entière, puisqu’elle est devenue une matière enseignée à l’école au côté de la littérature dite « classique, » d’ailleurs, nous pouvons voir que le Ministère de l’éducation nationale préconise l’enseignement de cette discipline et propose une panoplie d’ouvrages pour la jeunesse (contes, romans, albums et pièces de théâtre). En outre, plusieurs thèmes peuvent être abordés par la littérature de jeunesse tels que la mort, la sexualité, les stéréotypes, etc.

Soriano définit la littérature de jeunesse comme :

« Une communication historique (autrement dit localisée dans le temps et dans l’espace) entre un scripteur adulte et un destinataire enfant (récepteur) qui, par définition en quelque sorte, au cours de la période considérée, ne dispose que de façon partielle de l’expérience du réel et des structures linguistiques, intellectuelles, affectives et autres qui caractérisent l’âge adulte. » (Soriano 1959, p. 278)

Cette définition suggère une évolution chronologique bien précise et une interaction entre l’auteur du livre de jeunesse et son lecteur. Parmi les genres de la littérature de jeunesse, nous avons l’album de jeunesse, un support pédagogique qui exerce une ampleur considérable sur la langue, de part sa dimension textuelle et iconographique. A cet égard, Salerno propose une définition de l’album de jeunesse comme suit :

« Nous entendons par album de jeunesse tout ouvrage illustré dont les illustrations apportent au texte un éclairage différent. Contrairement à sa fonction dans l’imagier, l’illustration ne redit pas le texte mais lui fait prendre une dimension signifiante à un niveau supérieur. Ce peut être une note d’humour, un clin d’œil au lecteur, un approfondissement du sens, voire un point de vue différent de celui du texte. » (Salerno, 2006, p. 51)

Dans la même perspective, Van Der Linden caractérise l’album de jeunesse comme : « Un ouvrage dans lequel l’image se trouve spatialement prépondérante par rapport au texte, qui peut d’ailleurs en être absent. La narration se réalise de manière articulée entre texte et images. » (Van Der Linden, 2007, p. 24).

Bibliographie

SALERNO  R. (2006), L’album en classe de FLE : Une approche intégrée du linguistique et du culturel ou Des goûts et des couleurs, on en discute !, Dialogues et cultures, n° 51, p. 48-51.

SORIANO  M. (1959), Guide pour la littérature de jeunesse, Paris, Flammarion.

VAN DER LINDEN  S. (2007), Lire l’album, Le Puy-en-Velay : Atelier du poisson soluble.


TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Une réflexion sur « Essai de définition de la littérature de jeunesse et de l’album narratif »

  1. Merci de votre analyse très intéressante. En effet, il existe des définitions différentes sur le terme « littérature de jeunesse ». Je partage plutôt l’idée de Salerno car il explique logiquement la relation entre le texte et l’illustration. Bonne continuation pour votre recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.