Petit guide pour l’élaboration d’une séquence à partir d’un extrait de film

Pourquoi utiliser un extrait de film en classe de FLE ?*

  • Parce qu’un film est un document authentique qui n’est pas fabriqué par un pédagogue. Il tient un discours sur le réel et permet ainsi de dépasser les représentations figées. C’est un support plus vivant et moins neutre.
  • Parce qu’un film, s’il est bien choisi, est un très bon moteur de production orale et un bon support pour la compréhension orale.
  • Parce qu’un film fait réfléchir, imaginer. Il est important que les apprenants émettent des hypothèses et cherchent eux-même les solutions au(x) problème(s) présenté(s) dans l’extrait.

Critères de sélection de l’extrait**

  • Intrinsèques : thème du film (de quoi donne-t-il l’occasion de parler ?), contenu socio-culturel, contenu linguistique, etc. Le but est d’intéresser et de faire parler tous les apprenants du groupe (un film sur l’enfance concerne plus d’apprenants qu’un film sur le divorce par exemple).
  • Extrinsèques : durée de l’extrait, durée des plans, qualité du son, idées de cinéma précises (un film où il n’y a que des gros plans, où on ne voit jamais les visages, etc.).
  • Didactiques : enjeux pédagogiques, enjeux linguistiques, finalités, difficultés à résoudre (Il est bon de stimuler intellectuellement les apprenants avec le film. Tout ne doit pas être donné tout de suite. Des petits problèmes à résoudre naissent les interactions. On ne sait pas qui est le personnage ? Ce n’est pas grave, on peut essayer de le deviner tous ensemble !), etc.

* ** Synthèse d’après mes notes du cours de Master 1 « Le support cinéma en classe de FLE » de M. Vanoosthuyse

Exemple de séquence

Public visé : apprenants adultes de niveau B2 acquis
Film choisi : Baisers Volés de François Truffaut (1968)
Durée de l’extrait : 3 minutes 37 secondes (de 1:04:04 à 1:07:41)

(Cette séquence a été conçue pour l’évaluation du cours de Master 1 « Le support cinéma en FLE » et a été adaptée pour sa publication ici.)

L’extrait dans le film

Baisers Volés (1968) est le troisième film de François Truffaut à conter les aventures d’Antoine Doinel. Le personnage incarné par Jean-Pierre Léaud s’installe dans la capitale où, guidé par le hasard, il enchaîne divers petits boulots : gardien de nuit dans un hôtel, réparateur de télévision à domicile, puis détective. Chargé d’enquêter sur le patron d’un magasin de chaussures : Georges Tabard, il s’y fait embaucher. C’est dans cette boutique — ou plutôt à l’étage, dans les appartements des Tabard — que se déroule l’extrait que j’ai choisi. On y retrouve Fabienne (Delphine Seyrig), l’épouse du patron, son mari, ainsi que le jeune Antoine, troublé par cette femme dont il est passagèrement amoureux (le caractère impossible de cette aventure le poussera dans les bras de Christine Darbon qu’il aime également). Georges s’éclipse rapidement et laisse Antoine silencieux et pataud, seul face à cette belle femme qui le glace, car plus âgée et plus expérimentée que lui. Leur face-à-face est silencieux mais ils échangent beaucoup de regards et l’unique réplique d’Antoine fait basculer l’extrait :

FABIENNE
Vous aimez la musique Antoine ?

ANTOINE 
 Oui, Monsieur !

Le jeune homme, effondré par l’énormité qui vient de lui échapper, s’enfuit honteux. Dans sa course, il passe de l’appartement à l’arrière-boutique, puis de l’arrière-boutique à la boutique, et se fait passer pour souffrant auprès de tous les gens qu’il rencontre. Fabienne part à sa recherche et se renseigne à son sujet en interpellant deux autres employés. Quand elle demande le cahier du personnel, on comprend qu’elle cherche à savoir où il vit.

Pourquoi cet extrait ?

Qualités requises pour mettre les apprenants en sécurité face au sens

  • Baisers Volés est l’un des films les plus connus de son auteur, avec l’un des personnages les plus emblématiques du cinéma français. C’est un film drôle mais aussi plein de sentiments, ce qui le rend agréable à analyser à la fois pour l’apprenant et pour l’enseignant.
  • La complexité de l’extrait ne repose pas sur sa forme (plutôt simple et pédagogique). Les personnages tels qu’on les voit ne sont ni vraiment hybrides, ni difficiles à décrire : une femme visiblement aisée / un homme plus jeune et timide.
  • L’histoire est racontée de façon linéaire, il n’y qu’un arc narratif.
  • La dimension sonore est elle aussi très accessible car elle accompagne, illustre et rythme ce que l’on voit à l’écran sans aucun décalage.
  • Première petite difficulté au niveau des espaces. En effet, le spectateur doit se familiariser à quatre lieux différents en moins de quatre minutes. Truffaut suit cependant les personnages sans chercher à perdre le spectateur, à même de reconnaître et nommer les différents lieux parcourus.

Difficultés que la séquence leur permettra de surmonter

  • La complexité de cette séquence, son ambiguïté, réside avant tout dans les comportements des personnages, principalement dans celui d’Antoine.
  • Privées de leur contexte, les relations entre les différents protagonistes peuvent être difficiles à analyser. Or l’un des principaux atouts de cet extrait est le langage corporel des acteurs ainsi que les regards lourds de sens qu’ils échangent. On remarque par exemple, une  tension entre les deux personnages (dès le début, même en présence du mari).
  • Il est difficile d’expliquer ce qu’il se passe dans la tête d’Antoine quand il laisse échapper « Oui, Monsieur ! ». La mise en scène souligne la perdition du jeune homme : tout s’accélère et on prend conscience de l’ampleur de la catastrophe. Il y a clairement une rupture dans le rythme de l’extrait à ce moment là, qui saura probablement susciter les réactions et les interrogations des apprenants.

Déroulement de la séquence

Activité 1 : Questions pour discuter/débattre à l’oral

Pourquoi y a-t-il trois tasses de thésur le plateau ?
Pour quelles raisons Antoine s’enfuie-t-il ?
À votre avis, les personnages vont-ils se revoir ?

Activité 2 : Antoine traverse 4 lieux différents. Donnez leur un nom, puis  listez dans un tableau de 4 colonnes les éléments du décor qui vous semblent importants pour chacun d’entre eux.

1) L’appartement de la femme

2) L’escalier

3) L’arrière boutique/l’entrepôt

4) La boutique/le magasin de chaussures

Cette activité a pour but de pousser les apprenants à s’attarder sur des détails qu’ils n’auraient pas forcément repérés sans y avoir été invités. Après l’exercice, ils cernent mieux et plus en profondeur l’identité des personnages. Pourtant ils ne s’intéressent à eux qu’à travers le décor. Par exemple, s’ils avaient auparavant senti la supériorité de Fabienne Tabard sur Antoine, ils n’avaient certainement pas tous remarqué que ce dernier travaillait dans un magasin de chaussures et que la femme y occupait une place plus importante que lui.

Activité 3 : Décrivez l’apparence et le comportement des personnages de Fabienne (la femme) et d’Antoine (le jeune homme).

Cette activité a pour but d’encourager les apprenants às’intéresser au corps, au langage du corps, au jeu d’acteur. Les personnages, à défaut d’être très bavards, proposent un large échantillon d’expressions faciales, de regards, de gestes, d’émotions, qui racontent aussi bien l’histoire que des dialogues ou une voix-off.

Activité 4 : Lisez attentivement les consignes ci-dessous, choisissez celle qui vous inspire le plus.

A) Le mari de la femme remonte à l’appartement, il ne trouve personne. Vous êtes derrière la caméra et observez sa réaction. Décrivez la scène en 5 plans en mentionnant d’une part ce que vous voyez et d’autre part ce que vous entendez.

Plan n°____

Ce que l’on voit : _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Ce que l’on entend : _________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

B) Antoine rentre chez lui. Encore sous le choc, il décide d’écrire une lettre d’excuses à Mme Tabard pour lui expliquer ce qu’il s’est passé.

C) Antoine, lorsque Fabienne lui demande s’il aime la musique, ne lui répond pas « Oui, Monsieur ! », mais « Oui, Madame ! ». Imaginez le dialogue qui pourrait suivre.

Cette activité laisse libres les apprenants de choisir eux-mêmes une consigne de production écrite. Peu importe s’ils la sélectionnent en fonction de leurs compétences, de leur niveau de langue, de leurs connaissances du cinéma ou même de leurs goûts. L’option C) par exemple, semble être la moins difficile et se révèle être un bon moyen de prendre en considération l’hétérogénéité des profils dans un cours de FLE. L’option A) est plus complexe, mais elle conviendra aux étudiants que le cinéma intéresse. Elle les pousse à se surpasser et à essayer de mieux comprendre tout ce qu’il se passe derrière un film. Ce travail est plus concret et permet aux apprenants de se sensibiliser à la réflexion scénaristique.


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

3 réflexions sur « Petit guide pour l’élaboration d’une séquence à partir d’un extrait de film »

  1. Je n’avais pas pensé à la didactisation de ce film (pourtant je l’ai vu très souvent) mais, effectivement, il y a beaucoup à faire. Prévois-tu une sequence avec l’extrait où il se regarde dans la glace et évoque les noms de ses deux amours et le sien ? Par ailleurs, travailler tout un semestre sur les 4 films de la série et le long métrage serait sans doute très riche.

    1. Je ne suis pas certaine que cet extrait puisse faire l’objet d’une séquence toute entière, surtout hors contexte. Mais à la suite d’autres, pourquoi pas oui ! Parce que finalement, il fonctionne un peu de la même manière que celui que j’ai pris comme exemple ici. Il n’y a pas d’enjeux linguistiques mais il est assez mystérieux pour faire parler les apprenants !

      Sinon, je ne sais pas si tu te souviens de ce moment du film, mais j’avais pensé à la scène du petit-déjeuner à la toute fin (« Mais non, c’est pas comme ça qu’on fait ! J’vais t’apprendre quelque chose dont tu te souviendras toujours : comment beurrer une biscotte sans la casser… »). Quand Antoine demande Christine en mariage en écrivant sur un bout de papier. Je pense qu’elle pourrait constituer une séquence intéressante et drôle.

      1. Je pense à une utilisation en cours de phonétique pour la scène où il cite les 3 noms de façon répétitive.
        Et oui, je me souviens de cette dernière scène, à mettre en rapport pourquoi pas avec une autre fameuse scène de tartinage de biscotte, dans la « Cage aux folles » avec Michel Serrault et Jean Poiret au théâtre (https://www.youtube.com/watch?v=fyF0j8ezDi0) ou Ugo Tognazzi au cinéma (https://www.youtube.com/watch?v=ErnZEnWsFmI).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.