La culture écrite des classes populaires en Angleterre du XIXe au début du XXe: synthèse d’articles

La culture écrite des classes populaires en Angleterre du XIXe au début du XXe: synthèse d’articles

Je suis étudiante en Master 2 d’enseignement du français langue étrangère et dans le cadre d’un cours d’anthropologie linguistique, j’ai travaillé sur la culture écrite des couches populaires anglaises au XIXe siècle. Mes recherches documentaires m’ont conduite vers différentes sources dont beaucoup portaient sur les mœurs littéraires en France et en Grande-Bretagne. Ces études prenaient source à la fin du XVIIIe et se terminaient après la Première Guerre. C’est logiquement avec les débuts de l’alphabétisation des classes populaires dans ces deux pays que s’est progressivement construite leur culture de l’écrit et de la littérature.

Les articles que j’ai lus ont révélé que l’église avait joué un rôle essentiel dans le degré d’alphabétisation des classes laborieuses (Bensimon 2001). L’appartenance à la communauté catholique ou protestante s’est avérée être un facteur crucial de l’accès à la littéracie. Nous savons qu’au sein de l’Église Catholique, l’ordre ecclésiastique détient une suprématie établie et que le clergé est considéré comme intermédiaire entre les croyants et les Écritures. De ce fait, la traduction de la Bible en langue véhiculaire constituait une hérésie et les profanes n’y avaient donc pas accès directement. En Angleterre, l’Église Anglicane qui régnait sur une grande partie du pays, est estimée être la religion des riches. C’est ainsi que le mouvement méthodiste, une branche du protestantisme plus proche du peuple, a fait une percée importante dans les milieux populaires de l’époque. Cette église insiste lourdement sur la lecture individuelle des Écritures par le croyant. Cette volonté, combinée au rôle très effacé du clergé protestant dans les rites de ce culte ont grandement favorisé l’alphabétisation des masses (Bensimon 2001). Les paroisses mettaient en place des écoles dominicales gratuites où enfants et adultes étaient instruits à la lecture dans le but de pouvoir lire la Bible par eux-mêmes. Les conséquences de ces deux visions sur le rapport entre les croyants et les écrits religieux semblent alors évidentes : le taux d’alphabétisation des classes populaires en Angleterre a rapidement progressé à partir de l’avènement de l’Église Méthodiste alors qu’il a stagné en France et dans les communautés catholiques notamment en Irlande.

 

En ce qui concerne la littérature profane, il semblerait que ce ne soit plus la vente par colportage que les progrès de l’imprimerie et la baisse du prix de vente des ouvrages qui ait permis la diffusion des écrits dans les foyers ouvriers et paysans de l’époque (Lyons 2001). Les publications approuvées par les religieux et les classes dirigeantes profitaient des avancées de l’imprimerie et voyaient le nombre de leurs tirages décupler. Mais les nombreuses taxes infligées aux imprimeurs sur la parution de la presse écrite et des livres rendaient leur achat impossible pour les moins privilégiés de la société (Bensimon 2001). Les colporteurs qui étaient légion au XIXe siècle, transportaient des ouvrages d’occasion en tout genre, souvent, en très mauvais état et donc à bas prix, qui permettaient aux plus pauvres de s’en procurer et ainsi d’avoir accès à de la littérature non liturgique (Lyons 2001).

C’est donc grâce à l’Église méthodiste et aux colporteurs mais aussi à la lecture collective, notamment dans les pubs que le prolétariat a été initié à l’écrit. Une fois initiés, certains individus se sont lancés dans l’écriture de leur autobiographie  (Rose 1992) et d’autres dans l’écriture de romans. En faisant une brève comparaison de ce phénomène en France et en Grande-Bretagne (particulièrement en Angleterre), j’ai pu remarquer que la réception de ces ouvrages dans les milieux lettrés a été très différente dans les deux pays. Les ouvrages issus d’auteurs des classes populaires semblaient être acceptés en tant que littérature « respectable » par les élites anglaises. Ce n’est pas le cas des auteurs prolétaires français qui furent reçus avec dédain et condescendance par les milieux littéraires parisiens et provinciaux considérés comme des écrivains divertissants informant les lecteurs sur les moeurs campagnardes (Thiesse 19991).

 

Bibliographie

 

Bensimon. F., (2001), « La culture populaire au Royaume-Uni, 1800-1914 », Revue d’histoire moderne et contemporaine 2001/5 No 48 Vol 4bis, p. 75-91.

URL: https://www.cairn.info/revue-d-histoire-moderne-et-contemporaine-2001-5-page-75.htm

 

Cocaign. E., (2013), « Martyn LYONS, The Writing Culture of Ordinary People in Europe, c.1860-1920 », Revue d’histoire du XIXe siècle 47

URL : http://rh19.revues.org/4736

 

Lyons. M., (2001), « La culture littéraire des travailleurs autobiographies ouvrières dans l’Europe du XIXe siècle », Annales. Histoire, Sciences Sociales 2001/4 (56e année), p. 927-946.

URL: https://www.cairn.info/revue-annales-2001-4-page-927.htm

 

Rose, J., (1992),  « Rereading the English Common Reader: A Preface to a History of Audiences »,  Journal of the History of Ideas, Vol. 53, No. 1 (Jan. – Mar., 1992), pp. 47-70, University of Pennsylvania Press

URL: http://www.jstor.org/stable/2709910

 

Thiesse, A-M., (1991), « Des plaisirs indus. Pratiques populaires de l’écriture et de la lecture ». Politix, vol. 4, n°13, Premier trimestre 1991. Le populaire et le politique (1) – Les usages populaires du politique. pp. 57-67;

URL: http://www.persee.fr/doc/polix_0295-2319_1991_num_4_13_1438

 


Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.