l’enseignement et L’apprentissage d’une langue à l’ère numérique — –réflexions sur Les Assises de la Lusophonie et de la Francophonie

Les Assises de la Lusophonie et de la Francophonie se sont déroulées entre le 6 décembre et le 8 décembre 2017. Plusieurs débats sont organisés afin de promouvoir la coopération linguistique, culturelle, politique et économique entre la Francophonie et la Lusophonie, les discussions concernent divers secteurs, tels que la santé, l’environnement, les médias, l’éducation, et la recherche, etc. Au cours de ces assises, les intervenants ont souligné aussi l’importance de l’enseignement du français et du portugais ainsi que leur culture. Ce qui m’intéresse le plus, ce sont leurs réflexions sur l’enseignement du français et du portugais confronté aux nouveaux défis que les nouvelles technologies ont apportés.

De toute l’histoire de l’homme, nous remarquons les traces de l’influence des technologies sur la transmission et la diffusion du savoir, sur notre vie et sur nous-mêmes. L’invention de l’imprimerie qui permet la fabrication en masse du livre a facilité le conservatoire de savoirs ainsi que la transmission et la diffusion du savoir. Et aujourd’hui, nous sommes entrés dans l’ère numérique, qui est un âge d’or de la découverte de savoirs universels. L’avènement de l’internet favorise la circulation des informations et nous fournit un espace où nous pouvons échanger nos savoirs, et partager les richesses du monde. En un instant, quelques clics nous donnent l’accès immédiat à tous genres d’informations avec le multimédia. L’accès à l’information et au savoir est énormément élargi à l’ère numérique.

Il est vrai que l’internet facilite notre travail et notre vie en nous proposant une voie efficace et nous proposant beaucoup de possibilités, mais il pose aussi de problèmes. Évidemment, à l’ère numérique, l’homme est submergé dans l’information et nos cerveaux doivent fonctionner comme des machines qui traitent des informations à haute vitesse. Cependant, avec tous genres de l’information et de nombreux choix fournis, notre attention est divisée et on se sent perdus. Et le fait que l’internet permet une multitude de processus en même temps nous distrait avec l’interruption de tous genres de notifications et il est difficile de se concentrer. En plus, la profusion d’informations et leur facilité d’accès nous rendent paresseux et relativement passifs. On dépend de plus en plus sur l’internet, et on est tellement habitué qu’on ne peut même pas imaginer une vie sans lui. Quand une question nous arrive, on attend aux réponses que l’internet nous fournit. Un autre problème est que toutes les connaissances qui semble nous attend toujours sur l’internet nous donne l’impression qu’on les possède et maîtriser, ce qui n’est pas vrai. En réalité, il nous faut toujours un processus de digestion pour que ces connaissances nous appartiennent vraiment. Comme ce que Monsieur Olivier LUMBROSO a exprimé dans son discours au cours de ces assises:la donnée, l’information et la connaissance ne sont pas la même chose, et l’enseignement doit nous apprendre à passer de l’une à l’autre.

À l’ère numérique, la lecture ainsi que l’écriture sont aussi beaucoup bouleversées.
D’une part, avec les nouvelles technologies, nos supports de lecture ne se limitent plus aux livres imprimés, mais on peut lire facilement avec tous les genres de supports tels que les smartphones, les ordinateurs et kindles. Les gens passent plus de temps à lire qu’auparavant, mais la mode de lecture a déjà changé. La navigation et le survol sont en train de devenir notre principal mode de lecture. On perd la patience de lire un article du début à la fin, et on prend l’habitude de sauter d’un contenu à une autre. Au lieu de lire un texte total, on préfère une lecture rapide des titres et des chapeaux, des résumés ou bien le repérage des mots clés pour parvenir à des résultats rapides et capturer plus d’information dans peu de temps. En revanche, le temps passé à la lecture profonde et concentrée décroît régulièrement. Et comme on est habitué à lire des fragments et des morceaux, on a du mal à lire en profondeur et à se concentrer durablement.
D’autre part, à l’ère numérique, nous sommes entrés dans une époque où tout le monde peut devenir auteur. Traditionnellement, de l’écriture à la publication est un processus long et complexe qui demande beaucoup de travail, de temps, de réflexions, de relecture, de correction. Et on publie ce qu’on considère vraiment digne d’être publié avec des critères explicites ou implicites. Mais à l’ère numérique, avec des outils techniques, tout le monde peut publier ce qu’il écrit sur l’internet rapidement et facilement en seulement quelques clics sans vraiment réfléchir. Ce qui compte n’est plus les critères, mais la volonté. Ce contexte encourage les gens à exprimer, et à écrire. En plus, il suscite la créativité, et favorise la production. Cependant, nous ne réfléchissons pas beaucoup et nous nous efforçons moins dans la production.

Tous ces changements mentionnés montrent l’importance très demandée surtout aujourd’hui de former l’homme pensant, et l’homme qui est capable de réfléchir. En effet, à l’ère numérique, avec l’émergence de l’intelligence et les innovations technologies, dans le domaine de la traduction, les traducteurs automatiques et les logiciels de traductions tels que Google translate et Linguee ne pas cessent de progresser. Et on a même inventé des appareils qui permettent de traductions vocales simultanées en plusieurs langues. Même si le résultat de traduction n’est pas assez satisfaisant, au moins, pour l’instant, ces traducteurs nous permettent de comprendre l’idée générale d’un texte et rendre possible la communication de ceux qui n’utilisent pas la même langue. Ces outils peuvent suffisamment répondent aux besoins de grand public, et par rapport aux traducteurs, ils montrent même de l’avantage sur l’efficacité. En plus, les services qu’ils offrent s’améliorent jour après jour. Si le but d’apprendre une langue est seulement de communiquer, on se demande pourquoi suivre le long chemin de l’apprentissage de langue si on peut le sauter. À quoi bon apprendre les langues étrangères ? Cela nous conduit à réfléchir à une question : qu’est-ce qu’apprendre une langue ? Apprendre une langue n’est pas simplement acquérir tout le vocabulaire, toutes les règles grammaticales. C’est aussi d’apprendre une nouvelle vision du monde et une façon de penser le monde.

À l’ère numérique, d’un côté, il faut peut-être méfier à ce que ces nouvelles technologies nous apportent, et valoriser une formation qui aide l’homme à trouver sa place et qui prépare l’homme à confronter à ces nouveaux défis au lieu de se perdre dans cet univers numérique. D’autre côté, il faut se servir de nouvelles technologies pour enrichir notre enseignement de la langue, comme les célèbres TICE qui nous fournissent un bon exemple.

Bibliographie :
L’intervention de Monsieur Olivier LUMBROSO au cours des Assises de la Lusophonie et de la Francophonie le 7 décembre 2017


JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.