Trois rencontres entre une étudiante chinoise et son directeur de mémoire

Trois rencontres entre une étudiante chinoise et son directeur de mémoire

Les personnages et les situations étant purement fictifs, toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite.

Song—S
Directeur de mémoire — –D

Première rencontre

Au bureau des enseignants, première rencontre entre une étudiante chinoise Song et son directeur de mémoire

Devant la porte, Song, nerveuse, hésite de frapper la porte (voix interne : comment commencer le dialogue ? Le sujet marche ou pas ? Peut-être est-il trop vaste ? S’il n’aime pas mon sujet, si je ne peux pas bien exprimer mes idées, si je n’arrive pas à comprendre ce qu’il dit, qu’est-ce que je peux faire ?)
La porte s’ouvrit
S : Bonjour, Monsieur

D : Bonjour, entrez, installez-vous.

S : Merci.

D : Alors, présentez-moi un peu votre sujet. Qu’est-ce que vous voudrez travailler ?

S : (Voix interne : j’ai trop d’idées dans ma tête et je ne sais pas par où commencer. Il ne faut pas donner l’impression que je n’ai pas bien préparée. Je dois présenter toutes mes idées et montrer tout ce que j’ai vu) La langue a un lien étroit avec la pensée et la culture comme ce que Boas et Sapir expriment dans leurs ouvrages, et pendant longtemps l’enseignement de la littérature fait partie de celui de la langue, ce qui montre qu’il existe forcément un lien étroit entre la littérature et la langue, ainsi que la culture. La langue, la littérature et la culture sont toujours attachées à certaines valeurs qu’on ne s’en rend pas compte. Même au développement du concept de la culture, on trouve toujours la trace de l’imposition des valeurs de l’État. Et comme ce qui est écrit dans l’ouvrage imaginaire nationalisme…

D : (Voix interne : où elle veut m’emmener finalement en disant tout ça ? Qu’est-ce qu’elle veut travailler exactement ? Je ne sais même pas son sujet) Alors, je vois que vous avez beaucoup de choses à dire, mais d’abord, dites-moi votre sujet, et puis vous présentez votre plan.

S : (Oh là là, quelle bêtise ! je suis trop nerveuse et j’ai oublié de présenter le sujet ! D’accord, en effet, je n’ai pas encore décidé le sujet, mais je voudrais bien analyser les manuels de littérature du fle rédigés par les Français et par les Chinois utilisés dans les universités en Chine afin de donner mes opinions sur la construction des manuels de la littérature du fle à l’heure de mondialisation. Comme mes idées ne sont pas très claires pour l’instant, je n’ai pas pu vous montre mon projet de mémoire, mais j’ai préparé un schéma pour vous montrer un peu mon plan.

S montre son plan à son directeur, et lui explique.

S : Dans la première partie, je vais expliquer… [voix interne : je suis presque sûre qu’il va dire que mon plan n’est pas cohérent, et peut-être mon sujet n’est pas pertinent. Peut-être il va me demander de changer le sujet.]

D : [voix interne : ses idées restent un peu ambiguës, mais je vois qu’elle est vraiment motivée. Je devrais l’encourager pour qu’elle puisse avancer.] C’est bien. Déjà, c’est un bon commencement. Il est vrai que… Vous connaissez XX ? Je vous conseille de lire ses ouvrages. Peut-être vous n’avez pas d’accès pour certaines sources, écoutez, je connais quelques étudiants chinois qui peuvent peut-être vous aider, je peux vous donner leur email si vous voulez.

S : [voix interne : c’est incroyable, il semble d’accord avec tout ce que j’ai dit] Merci, c’est très gentil.

D : C’est bien de faire ce schéma, mais vous écrivez quand même une ou deux pages et me l’envoyer, dans ce cas-là, je peux réagir. Et c’est dans votre intérêt de le rédiger, parce que ça vous permet de mieux connaître vos idées.

S : D’accord, je comprends. Je vais le faire tout de suite.

D : Bon. Vous avez d’autres questions ?

S : Non, merci, c’est un grand plaisir de travailler avec vous. Au revoir et bonne journée.

D : Au revoir et bon courage.

Deuxième rencontre

Deux semaines après, dans une salle de classe, à la fin d’un cours

S : Bonjour, Monsieur [Voix interne : peut-être, Il ne me connaît même pas. Pour les Européens, tous les Chinois se ressemblent, et on s’est vus seulement une fois. En plus, il est très occupé.]

D : Pour le mémoire ? Vous voulez prendre un rendez-vous ?

S : Non, en effet, après notre discussion, j’ai eu de nouvelles idées, et j’ai changé complètement le sujet ainsi que le plan. Alors, je n’ai pas pu vous envoyer ce que vous m’aviez demandé d’écrire. [Voix interne : Il me connaît ! Mais j’ai changé mon sujet et mon plan sans discuter avec lui, il me reprochera peut-être.]

D : Mais c’est très bien, ça veut dire que vous n’avez pas perdu votre foi. Alors, vous l’écrivez et vous m’envoyez, d’accord ?

S [étonnée et soulagée] : D’accord. Merci de votre compréhension.

Troisième rencontre

Devant l’ascenseur, l’enseignant est en train d’attendre l’ascenseur, Song, qui se précipite pour un cours qui va commencer bientôt au quatrième stage le voit.

S : [voix interne : oh là là, c’est mon directeur de mémoire. Dois-je le saluer ? Mais je n’ai pas encore lui envoyé ce qu’il m’avait demandé de rédiger, et ça fait déjà un mois ! Il serait fâché contre moi, et j’ai honte de moi et je n’ose pas lui parler. Peut-être je vais monter les escaliers. Mais, si je ne parle pas avec lui et lui dire l’avancement de mon travail, il croirait que je n’ai pas l’intention de travailler. Qu’est-ce que je dois faire ?]

Soudain, S remarque que son directeur est en train de la regarder, elle ne peut que le saluer et prendre l’ascenseur avec lui.

S : Bonjour, Monsieur

D : Bonjour. [Voix interne : mince ! L’ascenseur est trop lent. Je suis presque en retard pour le rendez-vous avec Monsieur Mathieu.]

D : [Voix interne : c’est l’étudiante qui fait le mémoire avec moi, il faut peut-être lui rappeler de ne pas oublier de travailler sur son mémoire, sinon, il penserait que je m’en fous de son mémoire] Le mémoire, ça va ? Il faut concentrer sur votre mémoire, on n’a pas beaucoup de temps.
S : [Voix interne : Voilà, je le sais. Il n’est pas content de l’avancement de mon travail, et il pense que je ne suis ni travailleuse ni sérieuse. Comment faire ? Il faudrait peut-être lui montrer que je suis en train de travailler sérieusement. Peut — être je lui expliquerai un peu l’avancement de mon travail et des difficultés que j’ai rencontrées.] Monsieur, je suis désolée pour ne pas avoir pu vous envoyer mon travail, en effet, je…

L’ascenseur vient

D : On parlera après. [Voix interne : Au téléphone, Monsieur Mathieu m’a dit qu’on a eu un problème sur la publication de mon dernier ouvrage, qu’est-ce que ça doit être ? Ce n’est pas possible.]

S : D’accord, en tout cas, je vais vous envoyer mon travail dans deux ou trois jours. [Voix interne : il faut terminer le travail vite et lui envoyer plus vite possible, sinon, peut-être il ne dirigerait plus mon mémoire]

L’ascenseur arrive.

D : Non, non, je ne veux pas vous presser. Prenez votre temps, et vous le m’envoyez dès que vous terminez. [Voix interne : elle semble d’avoir l’impression que je la pousse, et peut-être elle écrira l’importe quoi sans réfléchir.]

S : D’accord. Je vais faire mon mieux. Au revoir, bonne journée.

D : Au revoir.

J’ai écrit ce petit texte parce que la communication n’est pas facile, et souvent, ce qu’on croit comprendre ne correspond peut-être pas au vrai message que l’autre veut nous transmettre. Mais cela ne signifie pas que la communication est inutile et qu’on doit l’abandonner, au contraire, il faut faire des efforces pour qu’on se comprenne mieux. Les étudiants étrangers éprouvent plus de difficultés par rapport aux étudiants locaux quant à la communication avec le directeur de mémoire à cause des obstacles de la langue, et de la différence culturelle. Mais c’est aussi pour cette raison qu’il faut les encourager de communiquer plus avec leur directeur de mémoire afin de se comprendre mieux.

À la fin, je mets une citation de Bernard Werber sur la communication que j’aime beaucoup en espérant que tout le monde se comprenne bien.

Tentative
Entre
Ce que je pense
Ce que je veux dire
Ce que je crois dire
Ce que je dis
Ce que vous avez envie d’entendre
Ce que vous croyez entendre
Ce que vous entendez
Ce que vous avez envie de comprendre
Ce que vous croyez comprendre
Ce que vous comprenez
Il y a dix possibilités qu’on ait des difficultés à communiquer.
Mais essayons quand même…

Bibliographie :
http://www.bernardwerber.com/unpeuplus/ESRA/tentative.html


JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *