Faire du cinéma en classe de FLE #2

Résumé d’un projet en trois temps

Voir Faire du cinéma en classe de FLE #1

1- Visionnage

Les apprenants regardent d’abord des extraits de films en classe. Ils découvrent ainsi le langage formel (échelles de plans, plan séquence, plan fixe, etc.) et le langage informel (registres, situation précise de la vie quotidienne, élément culturel, paraverbal, diversité des français parlés, etc.) du cinéma.

Comment construire le corpus de films  : Quels extraits choisir ? Pour transmettre quoi ?

2- Écriture

Les apprenants commencent à rédiger le scénario de leur film à partir d’une consigne assez large qui leur est donnée après l’étape d’anticipation n°1 par l’enseignant. Cela peut être aussi bien un thème, « Panique au restaurant » par exemple, qu’une contrainte filmique, réaliser « un documentaire », « un portrait », etc. Le but de l’enseignant est de guider ses apprenants vers la production d’énoncés spécifiques. Ils se répartissent ensuite les rôles (Qui va filmer ? Qui va rassembler les éléments du décor ? Qui va jouer tel personnage ?), rédigent un storyboard, des dialogues (s’ils ne souhaitent pas improviser), etc.

Quelles consignes ? Pour pousser à la production de quels énoncés spécifiques ?

3- Tournage

Si les apprenants n’ont pas de connaissances en informatique ou de matériel à leur disposition, ils peuvent filmer en tourné-monté. C’est-à-dire, en appuyant sur pause à la fin de chaque plan. Ils n’ont ainsi plus qu’à mettre tous les plans à la suite une fois qu’ils ont terminé de filmer et le film est monté. Autrement, ils peuvent aussi faire différentes prises et travailler le montage plus tard. Cependant, nous préférons la première alternative et trouvons plus logique et stimulant qu’il ne puisse y avoir qu’une prise.

Quelle est la place de l’enseignant pendant le tournage ? Doit-il s’effacer ? Comment les apprenants se comportent-ils devant la caméra ? Sont-ils gênés ou au contraire confiants ?

À la fin de ces trois étapes, les apprenants ne regardent plus des extraits de films de cinéastes mais leur propre création.

Image : La Nuit Américaine, François Truffaut (1973)


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *