De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture

Suite de la présentation de mon mémoire sur les ateliers d’écriture : penser une activité.

 

Dans les villes et les villages du monde entier (peut-être), des plaques apposées sur les bâtisses offrent au chaland la possibilité de s’instruire à moindre frais. Noms de rues ou plaques commémoratives sont autant de minuscules cours d’Histoire, ou plutôt d’histoires. Ainsi, à Paris, dans le 5° arrondissement, entre le 46 rue Saint Jacques et le 13 rue Santeuil, entre la Sorbonne et le campus de Censier, l’histoire des sciences est à l’honneur à travers certains de ses représentants : Pierre et Marie Curie, Linné, Monge… Qui sont-ils ? Qu’ont-ils fait pour qu’une rue soit baptisée à leur nom ?  L’émail rouillé de ces plaques nous le dit. « Pierre et Marie Curie 1859-1906 1867-1934 physiciens, découvreurs de (sic) radium » ; « Linné 1707-1778 botaniste suédois » ; « Monge 1746-1818 mathématicien un des fondateurs de l’école polytechnique ». Et les plaques commémoratives ? Dans ce même arrondissement, elles rendent souvent hommage aux hommes de lettres dont elles signalent une adresse temporaire : Hemingway au 74 rue du Cardinal Lemoine, Joyce au 71 de la même rue, Perec au 13 rue Linné, Thomas au 15 rue Pierre-Nicolle. Thomas ? Edith Thomas[1]. Seule femme de lettres de l’arrondissement ayant eu l’honneur d’une plaque. Que l’hommanité a de chemin à faire !

L’intérêt de ces plaques est de susciter la curiosité des passants et de les inciter à enquêter plus en avant. À partir du micro, l’on peut ainsi découvrir le macro, ou comprendre le Grand Tout par la somme de ses parties. Je me souviens[2] ainsi d’une vieille plaque à l’entrée du pont de Bar-sur-Aube, en Champagne, où il était inscrit ceci :

Le précédent pont de pierre (détruit en 1940) avait été bâti au 16° siècle en remplacement d’un pont en bois. Au milieu s’élevait une chapelle expiatoire édifiée à l’endroit où le bâtard de Bourbon fut jeté à l’eau cousu dans un sac en 1440.

Quel récit atroce et énigmatique. Qu’avait fait ce malheureux pour mériter tant de cruauté ? Rentré chez moi, je me plongeai dans mes livres d’histoire pour découvrir le fin mot de cette tragédie… Une autre plaque dans cette même région a attiré mon attention, elle était fixée au mur d’une maison somme toute banale dans le petit village de Rouvres-les-Vignes, et il y était gravé que Louis Marie Desprez, écrivain, avait vécu là. Comment un tel endroit avait-il pu produire un écrivain qui, par ailleurs, défraya la chronique en son temps ? Et dans le village voisin nommé Voigny – tout aussi insignifiant -, c’est le grand épistémologue Gaston Bachelard qui se trouvait avoir habité là, et sa femme Jeanne y avait une rue plaquée à son nom !

Mon propos n’étant pas de vous faire un cours d’histoire mais d’attirer votre attention sur le caractère inducteur de ces inscriptions, je ne vous livre pas le résultat de mes investigations, mais libre à vous d’enquêter.

Dans leurs ateliers d’écriture, les animateurs proposent souvent un texte littéraire comme point de départ d’une activité ; ici, la nature du texte est autre, mais tout aussi fascinante. Voici quelques suggestions autour de ce thème, la consigne commune étant de partir à la recherche de plaques aux contenus intrigants :

  1. Imaginer une biographie à partir du nom figurant sur une plaque de rue. Ne confronter son récit à la vérité historique (sources fiables) qu’une fois le texte fini, afin de privilégier l’écriture créative.
  2. Choisir plusieurs plaques de rue sur lesquelles figurent des noms de personnes et imaginer une conversation entre elles (de préférence d’époques et de milieux différents pour un résultat plus surprenant).
  3. Écrire un monologue intérieur à partir du nom figurant sur une plaque : qu’est-ce-que cette personne ressentirait en arpentant cette rue nommée en son hommage ?
  4. Choisir une plaque commémorative, en reprendre le texte, puis l’augmenter en digressant.
  5. Mélanger les données de différentes plaques (dates, informations gravées sur des plaques commémoratives, noms et prénoms, etc.) et inventer une histoire.
  6. Écrire des textes de plaque pour des personnes n’en ayant pas (famille, amis, personnages de fiction, inconnus, vous-même…).

En contexte, ces propositions devraient subir des ajustements en fonction des publics visés, et il faudrait aussi bien définir les objectifs.

Sur ce, je vous saurais gré de me faire parvenir vos réflexions ou propositions, sous formes académiques ou littéraires…

[1] Pour plus d’informations sur Edith Thomas : https://www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr/siv/rechercheconsultation/consultation/pog/consultationPogN3.action?nopId=c614y14ut5h–1r7qo5vmzuia3&pogId=FRAN_POG_06&search=

[2] La suite de cet incipit pourrait s’inscrire dans le cadre de l’atelier d’écriture sur le souvenir évoqué ici : https://arlap.hypotheses.org/10331


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

4 réflexions sur « De la lecture des plaques de rues : proposition d’atelier d’écriture »

  1. Suite à ton article, je suis allée voir s’il y avait de telles plaques dans la ville tout près de chez moi : Laon.
    Et il y en a une qui m’a interpellée.
    En effet, sur la porte d’Ardon, porte menant aux remparts de la ville, on peut en trouver une indiquant « Au Comte Roland, héros de Roncevaux ; 778-1978 ».
    Pourquoi Roland ? Pourquoi à Laon ?
    Et bien, il semblerait que la légende veuille qu’il ait passé son enfance dans la ville et ait utilisé la porte pour fuir en cachette et se rendre à Roncevaux, où il perdra la vie en héros.
    Plus intéressant encore : la porte s’appelait auparavant porte de Royée et n’a pris le nom de porte d’Ardon que plus tard, en raison d’une petite rivière qui passée tout près : L’ Ardon. Or, n’est-il pas drôle de remarquer que cette rivière est l’anagramme du prénom Roland ?
    Bref, tout cela est très intéressant et je vais continuer à fouiller encore un petit peu ~

    1. Bonsoir Caroline,

      Je viens de voir une photo de cette plaque sur internet ; ce qui m’avait interpellé était la deuxième date : 1798. Sur le site (http://www.genealogie-aisne.com/old_genealogie/newmam/contenu.php?id=10875), ils précisent qu’il s’agit de la date d’inauguration de la plaque.

      Je vois aussi ici : https://france3-regions.francetvinfo.fr/hauts-de-france/picardie/aisne/laon-plaque-memoire-aux-donneurs-organes-1263375.html qu’à Laon, il y a une plaque en hommage aux donneurs d’organes ; texte inducteur certainement intéressant à travailler !

  2. L’idée aussi c’est que vous puissiez laisser ici des textes de plaque qui vous ont interpellé.e.s ; comme celle du 6 rue Rollin, dans le 5° à Paris, lue récemment :

    Benjamin Fondane (Jassy, 1898 – Auschwitz, 1944), poète et philosophe français, habita cette maison du 15 avril 1932 au 7 mars 1944.
    « Souvenez-vous seulement que j’étais innocent et que, tout comme vous, mortels de ce jour-là, j’avais eu, moi aussi, un visage marqué par la colère, par la pitié et la joie, un visage d’homme tout simplement. »

  3. J’ai beaucoup apprécié cette idée d’activité. Je la trouve vraiment très intéressante et très enrichissante. Elle me donne envie de l’essayer moi-même. Il y a tellement d’histoire que l’on ignore derrière les plaques apposées sur de nombreux murs de villes et de villages.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *