Introduction aux ateliers d’écriture

Mon mémoire portant sur les ateliers d’écriture, voici une petite introduction sur cette pratique.

 

Un atelier d’écriture est un lieu où l’on fabrique de l’écrit, en promouvant la créativité. Au-delà de cette définition sommaire, en détailler les pratiques n’est pas chose aisée, car de nombreuses variations existent en fonction des pays. Ainsi, aux États-Unis ou en France, les finalités ne sont pas tout à fait les mêmes ; cependant, parmi les similitudes, on retrouve l’envie de s’écrire et aussi celle de partager en groupe, d’où l’intérêt pour ce dernier point de travailler en atelier.

La pratique de l’écriture personnelle s’est fait ressentir depuis longtemps dans les civilisations alphabétisées, allant de la chronique moyenâgeuse au journal intime moderne (Hébrard, 1996). Quid de l’apparition des ateliers ? Des groupes de travail se sont constitués en France et ailleurs, réunissant artistes et écrivains (dadaistes, surréalistes, oulipiens), mais n’étaient pas institutionnalisés comme l’ont été les ateliers d’écriture aux États-Unis, hébergés dès leur apparition par l’université – en Iowa en l’occurrence. Ces ateliers américains sont les « descendants des clubs de conteurs et des réunions publiques de lecture » (Rossignol, 1996 : 21), et ils ont gardé de cette tradition l’habitude de discuter les textes à l’oral. Concrètement, un étudiant vient en classe avec son texte, le lit, et écoute les critiques de ses camarades – et ce, plutôt sur la forme que sur le fond. Ces cursus visent à former des professionnels de l’écriture.

Les ateliers français ont été surtout présents hors institutions universitaires, mais ces dernières rattrapent leur retard, surtout depuis le début des années 2000. Parmi les précurseurs, on peut citer l’influence qu’a eu le mouvement d’éducation nouvelle (http://www.gfen.asso.fr/fr/accueil), dans les années 20, en faisant de l’enfant un participant actif à sa formation. Ainsi, un de ses membres, le pédagogue Célestin Freinet, demandait à ses élèves d’écrire des textes libres révélant leur personnalité, sans consignes, ce qui était suivi de mises en commun. En 1968, Anne Roche a proposé des cours de création poétique à l’université d’Aix-en-Provence, une première en France. Parallèlement, Elisabeth Bing développait sa propre méthode, pour des enfants, dans l’institut médico-pédagogique où elle était employée, et dont elle a narré l’expérience dans Et je nageai jusqu’à la page (1976). Par la suite, elle a lancé son association, sur le site de laquelle on trouve cette définition des ateliers d’écriture :

Un lieu où chacun part à la rencontre de sa propre écriture, l’affine et la déploie, où le texte se travaille, où chacun devient son propre lecteur. L’atelier est aussi un groupe, où les échanges de tous enrichissent le travail de chacun. (http://www.ateliersdecriture.net/qui-sommes-nous/invention-de-latelier-décriture.)

Dans cette histoire récente, les ateliers d’écriture dans les universités françaises apparaissent comme étant souvent le fruit d’expériences marginales, n’ayant pas toujours pour cadre les départements de lettres mais ceux des arts du spectacle ou de la sociologie. En lettres, ils visent à réinventer l’approche des textes littéraires, traditionnellement abordés via la lecture, par une pratique de l’écriture, pour mieux « toucher au texte » (Houdart-Merot, 2013 : 8).

Les directions suivies par les animateurs d’ateliers sont plurielles, allant de la centration sur soi chère à Elisabeth Bing à un travail lié à une transmission des savoirs littéraires, en passant par des activités plus ludiques comme les exercices sous contraintes des membres de l’Oulipo ou la tenue d’ateliers in situ. Ces ateliers peuvent être conçus en séquences, en travaillant de plusieurs manières sur un texte ou en passant d’un texte à un autre selon la même thématique. Il est possible aussi de travailler le plurilinguisme en invitant les langues des apprenants, approche plus qu’intéressante en FLE ! Voici trois activités montrant un échantillon de ces approches :

 

Inconscient et hasard comme forces créatrices : le cadavre exquis

Les surréalistes sont les inventeurs de ce jeu qui consiste à faire écrire des parties d’une phrase par des personnes n’ayant pas connaissance des autres parties. L’une écrit le sujet, une autre le verbe, une troisième un complément, etc., puis on les assemble. La première trouvaille du groupe est révélatrice de ces recherches en cocasserie :

« Le cadavre – exquis – boira – le vin – nouveau ».

 

Activité sur le souvenir : Je me souviens de Perec

Avec Perec et son ouvrage Je me souviens (1978), se remémorer les moments marquants de son enfance ! Ce recueil comprend 480 fragments qui débutent tous par je me souviens… Écrire des phrases commençant par cet incipit, à l’exemple de l’entrée 211 :

« Je me souviens d’un fromage qui s’appelait « la Vache sérieuse » (« la Vache qui rit » lui a fait un procès et l’a gagné). »

 

Écrire hors les murs avec François Bon

Francois Bon reprend le principe du livre Fenêtres sur le monde, de son ami Raymond Bozier : se poster à une fenêtre et décrire ce que l’on voit. Ce que l’on considère habituellement banal et négligeable peut, à travers l’écriture, faire naître des idées et se révéler digne d’intérêt (http://www.tierslivre.net/atel/ARG2/11_fenetres.html). Cette thématique apparaît aussi chez Perec, notamment dans L’infra-ordinaire (1989).

 

Cette introduction ne peut être exhaustive, tant la pratique des ateliers d’écriture est riche et variée. Rappelons toutefois l’un des intérêts majeurs de cette pratique : celle de proposer une approche moins formelle que les activités scolaires habituelles, et ainsi de relancer l’intérêt de l’apprenant pour l’écriture et la littérature. En effet, un autre aspect notable de cette pratique est de permettre aux apprenants de partir à la rencontre d’écrivains, de reconsidérer la littérature, à travers les textes inducteurs notamment. Cependant, il ne faudrait pas que ces textes servent uniquement d’exempliers mais permettent aux apprenants de découvrir de nouveaux univers d’expressions, afin de nourrir leurs réflexions et développer leur sensibilité.

 

 

Bibliographie

Bing, E. (1976). Et je nageai jusqu’à la page : vers un atelier d’écriture. Paris. Des femmes.

Bozier, R. (2011). Fenêtres sur le monde. Paris. Fayard.

Hébrard, J. (1996). Préface. Dans Rossignol, I. (1996). L’invention des ateliers d’écriture en France : Analyse comparative de sept courants clés. Paris : L’Harmattan. Consulté en ligne le 16/12/2017 sur http://www.harmatheque.com.ezproxy.univ-paris3.fr/ebook/2738446434.

Houdart-Merot, V. & Mongenot, C. (dir.) (2013). Pratiques d’écriture littéraire à l’université. Paris : Honoré Champion.

Perec, G. (1989). L’infra-ordinaire. Paris. Seuil.

Perec, G. (1978). Je me souviens. Paris. Hachette.

 

Pour aller plus loin 

Bibliographie

Bon, F. (2000). Tous les mots sont adultes : méthode pour l’atelier d’écriture. Paris. Fayard.

Caré, J.-M. et Debyser, F. (1978). Jeu, langage et créativité : les jeux dans la classe de français. Paris. Hachette Larousse.

Pimet, O. & Boniface, C. (1999).  Ateliers d’écriture : mode d’emploi. Paris. ESF.

Queneau, R. (1947). Exercices de style. Paris. Gallimard.

Sitographie

http://www.aleph-ecriture.fr (site de l’association Aleph-Écriture)

http://www.ateliersdecriture.net/ (site des ateliers Elisabeth Bing)

http://ciclop.free.fr/index.htm (site de l’association CICLOP)

http://oulipo.net (site du groupe d’écrivains de l’Oulipo)

http://www.tierslivre.net/ (site de François Bon)


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Une réflexion sur « Introduction aux ateliers d’écriture »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.