Exemple d’analyse du discours grammatical

Exemple d’analyse du discours grammatical :

le cas de l’article dans le Cours pratique de grammaire française de Popova J. et Kazakova

 

Le Cours pratique de grammaire française de Popova J. et Kazakova est une grammaire pédagogique destinée en premier lieu aux étudiants des facultés des Lettres et des facultés des langues étrangères. C’est le seul manuel de grammaire française recommandé par le Ministère de l’Éducation national de la Fédération de Russie ce qui le rend obligatoire pour tous les étudiants apprenant le français comme objet de leur futur métier. Cette grammaire analysée est rédigée principalement en français, pourtant il y a parfois des commentaires en russe qui concernent surtout les problèmes de traduction du français en russe et vice versa.

3.1. Formes de l’article (aspect morphologique)

 

L’aspect morphologique est le premier aspect mentionné dans notre grammaire analysée, ce qui est d’ailleurs aussi le cas dans les grammaires de référence et pédagogiques éditées en France.

Les linguistes distinguent traditionnellement trois formes d’articles : défini, indéfini, partitif. Il existe aussi une forme spécifique en français : l’article «zéro», non-emploi fonctionnel de l’article. Les points de vue sur l’inventaire des articles ne sont pas homogènes. Selon  Damourette et Pichon, par exemple, il y a seulement deux articles (le et un), l’article partitif n’est qu’une variante combinatoire de un. Pourtant, ils ajoutent le démonstratif ce à la liste des articles en français. « Ces hésitations prouvent que les frontières sémantiques entre les diverses formes de l’article ne sont pas très nettes, et, d’autre part, que l’article ne se distingue pas aussi nettement des autres déterminatifs » (Gak, 2000 : 112).

Dans notre grammaire, les trois articles sont présentés ensemble, sous la forme du tableau « classique » avec le défini, l’indéfini et le partitif :

Exemple 1

Article défini Article indéfini Article partitif
Masculin sg le un du
Féminin sg la une de la
Pluriel les des

 

Remarque. L’article défini se présente aussi sous les formes élidées (l’homme, l’eau) et contractées (parler au directeur, aux enfants ; parler du héros, des actrices).

(Popova, 2010 : 12).

 

3.2. Aspect syntaxique

 

Pour l’aspect syntaxique, et ce contrairement à beaucoup de grammaires de référence et pédagogiques éditées en France qui ne le précisent pas, les auteurs de la grammaire analysée postule le rôle d’actualisation de l’article, l’obligation de la présence de l’article devant le nom en français : ils le font dès le début des explications grammaticales. Cela nous renvoie à la théorie d’actualisation de Ch. Bally : dans sa Linguistique générale et linguistique française, il a essayé d’expliquer le fonctionnement général de l’article dans le cadre de la distinction saussurienne « langue – parole ». Bally a souligné l’importance des déterminants comme actualisateurs de noms, grâce auxquels la notion “virtuelle” devient “actuelle” dans la pratique langagière. Selon Bally, sans articles (ou autres déterminants) le nom ne peut pas remplir ses fonctions syntaxiques principales (sujet, complément d’objet direct, complément d’objet indirect, etc) ; si le nom s’emploie sans articles, il perd son propre sens grammatical et passe dans les fonctions d’une autre catégorie (par exemple, prendre peur, vivre en paix, mourir de froid; Paul est artiste).

La question de différentes étapes d’actualisation syntaxique du nom a été également présente dans les travaux de J. Damourette et E. Pichon et de G. Guillaume.

 

3.3. Aspect sémantique

 

L’aspect sémantique est très approfondi dans le Cours pratique de grammaire française, il fait l’objet de nombreuses remarques dans cette grammaire, de manière bien plus détaillée que dans les grammaires éditées en France, où cet aspect est très souvent abordé de façon plus que rapide.

 

3.3.1. Entre morphosyntaxe et sémantique

 

Dans l’exemple 2, nous avons essayé de synthétiser la conception générale des emplois des articles présentée dans le Cours pratique de grammaire française, elle se situe entre morphosyntaxe et sémantique :

Exemple 2

 

Le nom au sens de
  1. généralité
  2. défini (unique)
3. indéfini
article défini comptable non-comptable
article indéfini article partitif
le (l’) un du (de l’)
la (l’) une de la (de l’)
les des

 

  1. « L’emploi de l’article dépend, dans une grande mesure, de la valeur sémantique du nom. De ce point de vue les noms doivent être classés en trois groupes suivants :
  • Noms nombrables qui désignent des choses ou des êtres qu’on peut compter.
  • Noms non nombrables qui désignent des choses qu’on ne peut pas compter. On y distingue : a) des noms de matières et b) des noms abstraits.
  • Noms propres » (Popova, 2010 : 14).
  1. « L’article partitif est une sorte d’article indéfini » (Popova, 2010 : 13).
  2. « L’article défini indique que le nom servant à nommer un objet (chose, être ou notion abstraite) est pris dans son sens le plus général, c’est-à-dire qu’il désigne une espèce ou une chose unique dans son espèce » (Popova, 2010 : 12).

Comme nous l’avons montré dans le tableau de l’exemple 2, la conception générale intègre quelques indications sémantiques, comme généralité, défini / unique pour le défini, en l’opposant aux deux indéfinis, comptable pour l’article indéfini et non-comptable pour le partitif.

Ce type de discours grammatical, insistant avec précision sur l’aspect sémantique, est assez spécifique au contexte russophone, sans doute parce que l’article n’existe pas dans la langue russe. Toutes les valeurs répertoriées ne se retrouvent pas dans les grammaires pédagogiques éditées en France, à l’exception de celle de De Salins (De Salins, 1996).

 

3.3.2. Contextualisation par équivalences avec la langue maternelle

 

Nous avons également pu trouver assez régulièrement, soit dans le discours grammatical, soit dans les traductions des exemples en français des propositions d’équivalences dans la langue maternelle :

« L’article défini français, qui provient d’un démonstratif latin, a conservé une certaine valeur démonstrative. Cela explique un emploi relativement moins fréquent, en comparaison avec le russe, des adjectifs démonstratifs. Dans de nombreux cas, là où, en russe, le nom est précédé du démonstratif  “тот / этот [tot] / [etot]”, en français l’article défini suffit. Comparez :

Вы именно тот человек, который нам нужен.

Vous êtes justement l’homme dont nous avons besoin » (Popova, 2010 : 12).

Nous pensons que ce type de contextualisations pourrait encore plus systématiquement être présenté aux apprenants du contexte russophone.

 

Bibliographie

BALLY, C., 1932, Linguistique générale et linguistique française, Paris, Librairie Ernest Leroux.

DAMOURETTE, J., PICHON, E., 1968 – 1971, Des mots à la pensée. Essai de Grammaire de la Langue Française, Paris, Éditions d’Artrey.

DE SALINS, G.-D., 1996, Grammaire pour l’enseignement / apprentissage du FLE, Paris, Didier / Hatier.

GAK, V., 2000, La grammaire théorique de la langue française, Moscou, Dobrosvet.

GUILLAUME, G., 1919, Le problème de l’article et sa solution dans la langue française, Paris, Lambert-Lucas.

POPOVA, I., KAZAKOVA, J., 2010, Cours pratique de grammaire française, Moscou, Nestor Academic Publishers (12ème édition).


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.