Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? »

La présentation du colloque « Les études françaises dans la mondialisation et le devenir des humanités » qui s’est tenu les 4 et 5 décembre 2017 annonce une crise symbolique portant sur la question de l’utilité des études littéraires (comme si les études étaient un outil) et leur reconnaissance. Pour parer cette crise, il semble vital désormais de rénover les humanités et de ne plus recourir à la segmentation des savoirs, un manière ancienne et datée d’organiser les champs de recherches. Le maître mot est bel et bien transdisciplinarité : que les recherches se nouent, se dénouent, conversent.

Table ronde présidée par Valérie Spaëth : Jean-Louis Chiss (Paris 3), Francis Marcoin (Université d’Artois) et Gilles Siouffi (Paris IV)

Je ne ferai pas un compte-rendu des prises de paroles ou de l’intégralité de la discussion. Je souhaite par ce billet partager une thématique qui m’a particulièrement intéressée.

Il a été question des « nouvelles humanités » et de leur accès qui se trouve changé de fait.

La voie d’accès aux ressources documentaire a changé, et cela pour toutes les générations. La pensée première se dirige vers les bibliothèques en ligne, les fonds d’archives, les numérisations de livres disponibles gratuitement mais les prises de paroles diverses soulignent que le changement ne provient pas seulement de l’explosion du numérique. Les « nouvelles humanités » ne concernent pas seulement la voie d’accès au savoir mais également qui accède à ce dernier.

F. Marcoin discute, le sourire aux lèvres, de « littérature de vieillesse » et des « universités du troisième âge ». Il se trouve qu’une tranche de la population dispose de plus en plus de temps après sa vie active pour s’intéresser aux humanités et naturellement recherche un accès au savoir. Les vieux, pour reprendre les termes employés lors de la table ronde, prennent place sur les bancs des amphithéâtres. Pour en avoir été témoin, les salles boisées de Paris IV se remplissent les soirs de semaine par des dizaines de têtes blanchies. Monsieur Chiss insiste : « les spécialistes des vieux, c’est bien Paris IV ! »

 

La voie de réflexion pour l’avenir des humanités se dessine. Ouvrir un dialogue entre les disciplines pour nourrir ses recherches, ouvrir les portes des universités à des élèves d’une nouvelle génération qui apportera peut-être sa voix à la discussion…


Eugénie BLAISE

Etudiante en M2 de FLE, particulièrement intéressée par les arts graphiques.

More Posts

Follow Me:
Twitter

3 réflexions sur « Table ronde du colloque « Quels devenirs pour les humanités ? » »

  1. Un grand merci Eugénie pour ce billet ! Moi aussi, j’ai beaucoup apprécié cette idée que (je reformule) l’existence même de la littérature de jeunesse présuppose qu’il faut qu’il y ait de la littérature de vieillesse ! 🙂

    1. Je n’aime pas trop les essentialisations : « les vieux », les « jeunes »… disons qu’il y a certes une augmentation des retraités ayant été scolarisés longtemps… mais il y a des jeunes vieux et des vieux jeunes si l’on veut mettre quelque valeur du type « attention à ce qui vient » à la notion de jeunesse… et du type « attention à ce qui était » à la notion de vieillesse ! Bref, tout cela me semble un peu plus compliqué : reste que les « humanités » est une notion qui n’a cessé de changer et qui fait l’objet de conflits importants depuis qu’on l’emploie – au moins la Renaissance !!!!

      1. Merci Monsieur pour cette remarque ! Cela m’a paru assez étrange que l’on n’ait pas parlé des humanistes à la Renaissance, parce que si je comprends bien, l’humanisme à cette époque c’est la synthèse des études « antiques » et du christianisme. Tandis que maintenant, on emploie ce terme au sens qui est apparu à l’époque romantique : l’humanisme qui met au centre l’homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *