Définition du concept de grammaire : polysémie inévitable

Afin d’aborder la question de construction du discours grammatical dans les grammaires pédagogiques, il nous semble indispensable de définir le mot même de grammaire. Claude Germain et Hubert Séguin affirment dans leur ouvrage Le point sur la grammaire que « faire le point sur la grammaire n’est pas une tâche aisée car il n’existe pas une mais plusieurs interprétations de ce qu’est la grammaire » (Germain, 1995 : 31). Dans un premier temps, en synthétisant différentes définitions de ce terme proposées dans des dictionnaires d’usage commun, nous pouvons constater que le mot français « grammaire » a trois acceptions principales :

  1. la structure grammaticale, une partie intégrante du système de la langue (par opposition à la phonétique et au vocabulaire) ;
  2. une science qui étudie la structure grammaticale de la langue ;
  3. un ouvrage qui décrit la structure grammaticale ou qui prescrit des règles d’usage de la langue.

A partir de ces définitions générales, il est à distinguer deux termes fondamentaux qui sous-tendent le discours sur l’enseignement / apprentissage du FLE : la grammaire et la linguistique. Dans son Dictionnaire de didactique du français langue étrangère ou seconde, J.-P. Cuq définit la grammaire comme (Cuq, 2003 : 118) :

  1. « un principe d’organisation propre à une langue et intériorisée par les locuteurs de cette langue » ;
  2. « une activité pédagogique dont l’objectif vise, à travers l’étude des règles caractéristiques de la langue, l’art de parler et d’écrire correctement » ;
  3. « une théorie sur le fonctionnement interne de la langue : l’objet d’observation est ici constitué en fonction des concepts théoriques adoptés. On parlera alors de la grammaire traditionnelle, de grammaire pédagogique, etc. » ;
  4. « les connaissances intériorisées de la langue cible que se construit progressivement la personne qui apprend une langue ».

Le terme de linguistique, quant à lui, revendique une étude de la langue comme objet scientifique. De cette façon, si la linguistique est intrinsèquement descriptive, la grammaire se veut davantage prescriptive : elle cherche à formuler les règles d’utilisation correcte de la langue au niveau syntaxique et morphologique.

Il est à rappeler que cette problématique de polysémie liée au terme de grammaire a été déjà aussi abordée par R. Galisson et D. Coste dans leur Dictionnaire de Didactique des Langues. Ils affirment que « ce mot très courant est délicat à définir parce que ses emplois sont aussi flous que multiples, surtout en méthodologie de l’enseignement des langues » (Galisson, 1976 : 253). De leur côté, H. Besse et R. Porquier proposent trois acceptions qui reprennent et synthétisent celles qui avaient été définies dans le Dictionnaire de Galisson et Coste :

  1. « un certain fonctionnement interne caractéristique d’une langue donnée » ;
  2. « l’explication plus ou moins méthodique de ce fonctionnement » ;
  3. « la méthode d’explication suivie » (Besse, 1991 : 11) .

Dans son article « Sciences du langage et didactique des langues : une relation privilégiée », J.-L. Chiss écrit que « […] comme aujourd’hui et dans le fil d’une tradition qui connaît ses temps forts et faibles depuis l’Antiquité gréco-latine, le développement des connaissances sur le langage et les langues interfère largement avec l’intérêt théorique et méthodologique pour l’enseignement des langues (grammaires, communication, textes), les deux se confondant parfois, s’éloignant aussi, se structurant dans des relations de dépendance, d’interdépendance, à géométrie forcément variable […] » (Chiss, 2009 : 127). De cette façon, à partir des définitions du terme de grammaire données ci-dessus, nous pouvons constater que la grammaire comme partie intégrante du processus d’enseignement / apprentissage des langues entretient cette « relation privilégiée » avec la linguistique générale et française « savante ».

 

Bibliographie

BEACCO, J.-C., 2010, La didactique de la grammaire dans l’enseignement du français et des langues, Paris, Didier.

BESSE, H., PORQUIER, R., 1984, Grammaires et didactique des langues. Paris, Crédif- Hatier (chapitre 2 : « L’article français et ses descriptions », pp. 1 – 48).

BESSE, H., PORQUIER, R., 1991, Grammaires et didactique des langues, Paris, Didier.

CHISS, J. – L., 2009, « Sciences du langage et didactique des langues : une relation privilégiée », in Synergies Roumanie № 4, pp. 129 – 139.

CUQ, J. – P. (dir.), 2003, Dictionnaire de didactique du français langue étrangère ou seconde, Paris, CLÉ Internationale.

GALISSON, R., COSTE, D., 1976, Dictionnaire de Didactique des Langues, Paris, Hachette.  

GERMAIN, C., SÉGUIN, H., 1995, Le point sur la grammaire en didactique des langues, Paris, CLÉ Internationale.

PEYTARD, J., 1984, « Problématique de l’altération des discours : reformulation et transcodage », in Langue Française, № 64, pp. 17 – 28, Paris, Larousse.


Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 « Didactique des langues » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *