Notes de lecture: article de Porquier sur l’analyse des erreurs

En préparant le dossier de l’acquisition, j’ai relu l’article  de Porquier et de Frauenfelder sur l’analyse des erreurs, qui m’a beaucoup aidé à comprendre certaines notions en acquisition. Je me suis dit, pourquoi pas m’entraîner avec cet article pour apprendre à écrire des notes de lecture? Comme en ce moment, je n’ai pas beaucoup de temps de faire des lectures sur mon sujet de mémoire, je fais des notes de lecture sur ce que j’ai lu pour d’autres séminaires, il pourrait me servir à un certain moment ou il serait peut-être utile pour certains camarades. Donc je l’ai mis  sur le site.

Porquier, U. Frauenfelder, extrait de « Enseignants et apprenants face à l’erreur », LDFM n154, pp29-36.

  1. Processus d’apprentissage

Porquier a d’abord donné trois points de vues sur la langue de l’apprenant :

  • Par comparaison avec la langue d’un natif.
  • En référence à ce qui a déjà été étudié.
  • Un système autonome, dynamique et cohérent.

« Le processus peuvent être considéré comme l’interaction entre l’exposition et la connaissance de l’apprenant à un moment donné. »

Si j’organise avec mes propres mots, le processus d’apprentissage se construit d’une telle manière: exposé à la langue cible et en s’appuyant sur la connaissance existante, l’apprenant développe petit à petit un système spécifique et personnel pour apprendre une LE, mais ce système n’est pas l’équivalent du système de la langue cible. Ici, la connaissance de l’apprenant ne consiste non seulement à la connaissance sur la langue cible, mais aussi à la connaissance sur les autres langues qui vont intervenir dans la construction de son système.

  1. Les hypothèses

« En effet, l’apprenant élabore, le plus souvent, de façon inconsciente, des hypothèses sur le fonctionnement de la langue étrangère, à partir de l’exposition et de sa connaissance sur cette langue. »

Quand les hypothèses sont infirmées, on voit l’apparition des erreurs, mais cela constitue un moment important dans l’apprentissage, parce qu’elle permet à l’apprenant de « réajuster les hypothèses, de réviser, modifier et de développer sa connaissance».

Alors que face à certaines erreurs, l’enseignant est souvent perplexe parce qu’il a du mal à repérer les hypothèses des étudiants. Dans ce cas-là, l’enseignant doit prendre en conscience le système intermédiaire de l’apprenant et de son évolution.

  1. Le système intermédiaire

«L’apprenant est en quelque sorte « locuteur natif » de son système intermédiaire.»

« Tout apprentissage est influencé, de quelque manière, par les apprentissages antérieurs. » « Cependant, l’interférence chez l’apprenant ne se produit pas en deux langues (la langue source et la langue cible), mais entre la langue source/maternelle et le système intermédiaire qui est différent de la langue cible, même s’il tend à s’en rapprocher. » C’est la raison pour laquelle l’analyse contrastive n’est pas toujours valable/pertinente. Parce que nombre d’erreurs ne peuvent pas s’expliquer par l’interférence de la langue maternelle, mais par des phénomènes de généralisation analogique. « Ces généralisation « intralinguales » donnent lieu, selon les cas, à des productions acceptables ou à des erreurs.»

  1. Les erreurs et les non-erreurs

Quand on analyse les productions de l’apprenant, la prise en compte des « non-erreurs » contribue aussi à expliquer la source réelle ou plausible des erreurs en fonction de leur statut relatif à l’intérieur du SI. Analyse des erreurs fournit aux enseignants des informations sur les systèmes individuels.

 


Hui

Etudiante en M2 Spé 1 à l’Université de Paris 3

More Posts

2 réflexions sur « Notes de lecture: article de Porquier sur l’analyse des erreurs »

  1. Hui il y a aussi un très bon article sur ce sujet :
    CORDER, S., P., 1980, « Que signifient les erreurs des apprenants » (trad. fr.), in Langages № 57, pp. 9 – 15, Paris, Armand Colin.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *