Madame Hyde

Samedi soir, je suis allée à la Gaité Lyrique dans le cadre des Inrocks Festival 2017 pour assister à la projection en avant-première du film Madame Hyde du cinéaste français Serge Bozon.

« En 2012 avec Tip Top, son troisième long métrage, Serge Bozon insufflait une douce excentricité dans le paysage du jeune cinéma français. C’est naturellement que les Inrocks, qui suivent avec attention le travail du cinéaste depuis ses débuts, l’ont convié pour présenter son nouveau film Madame Hyde. Dans cette inspiration de l’oeuvre de Stevenson, Docteur Jekyll et Mister Hyde, Isabelle Huppert, dont c’est la deuxième fois chez Bozon, incarne Madame Géquil, une maladroite prof de physique qui après avoir été littéralement foudroyée se retrouve habitée par une énergie folle et mystérieuse. » https://gaite-lyrique.net/madame-hyde

Vous n’êtes pas dupes, il n’y a là-dedans aucun lien direct avec la didactique des langues, je vous l’accorde. Mais comme j’ai beaucoup aimé Madame Hyde, je tenais tout de même à partager cette découverte cinématographique avec vous. Surtout que ce n’est pas si fréquent, dans un film ayant pour sujet central l’éducation, que la classe (bien que fictionnelle) existe, existe vraiment.

Présent avant et après la séance j’ai eu la chance de pouvoir écouter le réalisateur parler de son film — qu’il a co-écrit avec la scénariste Axelle Ropert —, lui-même ancien prof avec « de grosses difficultés pédagogiques » en banlieue. Avant la projection il a cité Fuller « Tout grand film est un film sur l’éducation » en disant qu’il ne savait pas si son film était un grand film mais qu’en tout cas c’était un film sur l’éducation.

Je pense que son film est un grand film, avec un côté teen movie comique très réussi, mais surtout, beaucoup de parti-pris intéressants dans la mesure où ils nous concernent tous. Pour ne prendre que deux exemples :

– Il explique qu’il a choisi de faire vivre dans son film une enseignante de physique pour éviter d’avoir à passer par l’art, car tout savoir n’est pas artistique. L’enseignante confronte donc ses élèves — et les spectateurs dans le même temps — au passage au « donc » et les pousse à mener à bien une réflexion de manière déductive, à apprendre la logique.
– Il fait jouer des élèves (non professionnels) que l’on a pas l’habitude de voir ailleurs que dans des films dits « sociaux ». Madame Hyde prend à corps le racisme tout en n’ayant pas le ton d’un film qui veut établir un constat de victimes.

Le film sort en salles en 2018 (date exacte à préciser), j’espère que vous irez nombreux !


Pauline Rigaldie

Étudiante en M2 spécialité 1 « Didactique du français langue étrangère et langues du monde » à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

More Posts

2 réflexions sur « Madame Hyde »

  1. Pour la petite histoire :
    Le réalisateur a confié qu’il trouvait très étrange et presque déstabilisant de travailler avec Isabelle Huppert. De ce que j’ai retenu, elle lui donne toujours le sentiment qu’elle fait les choses pour la première fois lorsqu’elle joue. Alors que d’autres acteurs — et il a pris pour exemple une scène de petit-déjeuner pour illustrer son propos — ont tout de suite l’air beaucoup plus naturel : on voit très bien qu’ils ont déjà fait ça des milliers de fois. Pas elle.

    Je ne m’étais jamais vraiment posé la question mais c’est vrai qu’en y repensant, elle donne l’impression d’être très intense et fébrile. Bref, grande actrice ! Je n’ai pas vu beaucoup de ses films mais je comprends pourquoi tu l’adores. Bon weekend.

  2. Pauline merci pour cette information ! Isabelle Huppert est une de mes actrices préférées. Je l’adore !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *