Mots-clés… maux de tête !

« Les mots sont des clés qui ouvrent toutes les portes. »

Vassili ALEXAKIS (2005 : 257)

 

Comment s’y prendre pour se lancer dans l’écriture du mémoire ? Par des lectures, des réflexions, des discussions, des plans ou des brouillons sans doute, le tout soigneusement répertorié et consigné quelque part (des carnets ?), pour être réutilisé ultérieurement. Le plan devra faire sens, l’introduction annoncera l’essentiel, la bibliographie prouvera que nous avons cherché dans la bonne direction. Cela semble trop évident. Y a-t-il des trucs pour nous faciliter la tâche ? Une petite porte dérobée qui ouvrirait sur… Qui dit porte dit clé, et qui dit clé dit solution, solution à des questions, questions exprimées en phrases, elles-mêmes composées de mots…  Mots, clés… Justement, ces mots-clés situés à la fin d’un écrit académique, à quoi servent-ils ?

Sur le site du Centre National de Ressources Textuelles et Linguistiques (CNRTL), on lit que le mot-clé est un « mot ou groupe de mots extrait d’un texte et représentant une des notions fondamentales de l’information contenue dans le texte » (http://www.cnrtl.fr/definition/mot, sous « DOCUM. »). Peuvent-ils nous aider dans le cadre de notre mémoire ? Et à qui sont-ils destinés finalement ? À l’émetteur ou au récepteur ? S’il semble raisonnable de penser qu’ils pourraient surtout aider le lecteur, afin qu’il puisse saisir rapidement les notions essentielles du mémoire, cela implique du rédacteur qu’il doive toujours bien les garder à l’esprit, pour ne pas risquer de perdre le fil directeur de son travail.

Exerçons-nous à trouver les mots-clés d’un texte universitaire ! Pour cela, prenons le cas d’un résumé de communication de Cécile Leguy (2002 : 15). À la lecture de ce résumé, nous avons retenu six mots-clés qui semblaient bien refléter le contenu du texte : anthropologie linguistique ; langue ; culture ; paradigme ; stratégie ; proverbe. En effet, le cadre de la communication est celui de l’anthropologie linguistique ; il y est question de relation entre langue(s) et culture(s), et notamment des paradigmes (angles) sous lesquels on peut les relier ; l’un de ces paradigmes considérant qu’ils peuvent être le choix d’une stratégie de communication ; et pour illustrer son propos, Mme Leguy se penche sur le cas de l’utilisation des proverbes en Afrique de l’Ouest. On le voit ici, le choix des mots-clés permet d’avoir assez rapidement une vue d’ensemble du contenu (cadre, enjeux et exemple) de la communication. Cela dit, vous pourriez opter pour d’autres mots.

Prenons désormais l’exemple de notre projet de mémoire (Naaijer : 2017). Les mots-clés choisis ont été : ateliers d’écriture ; écrivain ; infra-ordinaire ; littérature ; ludique ; mémoire ; originalité ; Perec ; style. Notre questionnement porte sur la question du style, et comment un apprenant pourrait acquérir une écriture originale. Pour parvenir à ce but, nous pensons que la littérature pourrait jouer un rôle important, en prenant un écrivain comme exemple, en l’occurrence Georges Perec. Par le biais d’ateliers d’écriture, l’apprenant s’initierait à l’écrit, en abordant des thèmes perecquiens, tels la mémoire et l’infra-ordinaire.

Les mots-clés que nous avons retenus reflètent-ils bien les intentions du mémoire ? En manque-t-il ? Ou ne sont-ils pas en trop grand nombre ? À la relecture de notre mémoire et de notre sélection de mots-clés, le doute nous assaille, aussi, vos avis sont plus que bienvenus pour nous aider à y voir plus clair. Et pour lire la présentation de ce mémoire, rendez-vous ici : https://arlap.hypotheses.org/9893 !

 

RÉFÉRENCES

ALEXAKIS, Vassilis (2005). Je t’oublierai tous les jours. Paris. Stock.

LEGUY, Cécile (2002). Langue, littérature, culture du point de vue de l’anthropologie linguistique. Dans Langages, cultures, sociétés : interrogations didactiques, p. 15. Actes du colloque DILTEC. Paris. 20-21-22 juin 2012. Consulté en ligne le 12 octobre 2017 sur http://www.univ-paris3.fr/langages-cultures-societes-interrogations-didactiques-152987.kjsp.

NAAIJER, Jan-Mark (2017). Création d’ateliers d’écriture à travers l’œuvre de Georges Perec. Art, langage, apprentissage. Paris. Consulté en ligne le 23 octobre 2017 sur https://arlap.hypotheses.org/9893.


Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

3 réflexions au sujet de « Mots-clés… maux de tête ! »

  1. Le maître mot est « doute », je suis bien d’accord. Combien de mots-clés, comment les articuler ? Qui ou que servent-ils ? L’organisation de notre propre pensée ou bien la lecture extérieure de nos écrits ? Et quand ils sont pour les autres, les mots-clés doivent-ils servir d’appât ? A demi-mot, disons-le, le mot-clé attire le chaland et l’encourage à poursuivre sa lecture, le tire vers le texte.
    Je laisse le mot de la fin, et les jeux de mots faciles, à Christophe.

    1. Je te remercie beaucoup pour ton commentaire nous éclairant d’un jour nouveau sur les cultures lexicale et chansonnière.

  2. Un poète (j’ai perdu la référence mais je vais la chercher) disait qu’il y a des clés sans portes et des portes sans clés… Merci Naaijer pour cette passionnante réflexion en situation ! et vous, vous avez les références précises, donc clés et portes qui vont ensemble !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *