Poste à Kenitra (Maroc)

Vacance de poste enseignant FLEkenitrasept 2016

Une annonce pour un stage dans ce même institut français (voir ci-dessous) : les personnes à contacter pour l’offre de stage uniquement étant les suivantes : Auprès de Campus France, Peggy MAGNIER Peggy.magnier@campusfrance.org ; à l’IF de Kénitra : la directrice Muriel AUGRY : muriel.augry-merlino@institutfrancais-maroc.com

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Appel pour le 16 novembre 2016 : journée « expériences d’écoute »

Les M2 qui ont rédigé leur mémoire cette année sont sollicités pour participer à la journée d’études « Expériences d’écoute » organisée le 16 novembre 2016. Un bon moyen de revenir sur cette expérience pour la partager avec les futurs M2 et pour continuer la recherche et garder le contact !

Appel ci-dessous :

Expériences d’écoute-appel aux masterants

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Village francophone : Tunisie

L’ambassade de France en Tunisie, via l’institut français de Tunisie (IFT), nous sollicite pour sélectionner des étudiants du Master DDL prêts à participer au 4e village francophone en tant que chefs d’équipe.

Tout est pris en en charge par l’Ambassade.

Si vous êtes intéressé-e-s, envoyez-nous rapidement, au directeur du dépt, et à moi-même, un CV et une lettre de motivation. Nous ferons suivre.

Cordialement

Valérie Spaëth

Village francophone 2016 – Appel à candidatures Paris III

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Stage à Johannesburg

L’Alliance Française de Johannesburg en Afrique du Sud propose actuellement deux offres de stage pédagogique pour des étudiants de Master 2 en Didactique du FLE pour une période de 6 mois à partir du 22 août 2016.

Type de contrat : convention de stage

Durée : 6 mois minimum

Nombre d’heures d’enseignement : entre 15 et 20h

Conditions du stage : Indemnité de stage (loyer et billet d’avion aller-retour, équivalent à 8300 rands/mois)

Compétences requises : Autonomie, rigueur, bon relationnel, de bonnes capacités d’organisation et d’adaptation. Niveau Master 1 en didactique du FLE minimum. Niveau d’anglais B2 minimum. Une expérience en enseignement du français langue étrangère et un goût pour les TICE seront appréciés.

Descriptif : le (la) candidat(e) retenu(e) devra assurer entre 15 et 20 heures de cours pour adultes et jeune public (niveaux A1 à C1) en groupe et/ou en cours privé du lundi au samedi matin. Le/la stagiaire sera également amené(e) à effectuer des tâches administratives ainsi que des tâches d’élaboration didactique. Le/la stagiaire pourra bénéficier d’au moins une formation interne organisée par l’Alliance Française de Johannesburg, ainsi que d’un suivi de l’équipe pédagogique ce qui permettra au stagiaire de compléter sa formation initiale par une expérience acquise sur le terrain.

Notre offre de stage est également visible sur le site fle.fr

Les candidats intéressés peuvent directement envoyer leur CV’s et lettres de candidature à l’adresse suivante : training@alliance.org.za

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Rencontres jeunes chercheurs : Altérités langagières : stratégies d’adaptation et d’appropriation

C2A1DDCD-F0C8-4E14-BF7F-6AE5EE787726

9 et 10 JUIN 2016

ILPGA

19 rue des Bernardins, 75005 Paris

 

Bibliographie

  • Authier-Revuz, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive, éléments pour une approche de l’autre dans le discours. In DRLAV, n°26, pp.91-151.
  • Authier-Revuz, J. (1995). Ces mots qui ne vont pas de soi : Boucles réflexives et non-coïncidences du dire. Paris : Larousse.
  • Bakhtine, M. (1978). Esthétique et théorie du roman. Paris : Gallimard.
  • Bakhtine, M. (1984). Esthétique de la création verbale. Paris : Gallimard.
  • Bornand, S. & Leguy, C. (2013). Anthropologie des pratiques langagières. Paris : Armand Colin.
  • Chauvier, E. (2011). Anthropologie de l’ordinaire : une conversion du regard. Toulouse : Anacharsis.
  • Ducrot, O. (1980). Le Dire et le Dit. Paris : Minuit.
  • Dufaye, L. & Gournay, L. (2010). L’altérité dans les théories de l’énonciation. Paris/Gap : Ophrys.
  • Ferréol, G. & Jucquois, G. (2003). Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles. Paris : Armand Colin.
  • Hartog, F. (1980). Le Miroir d’Hérodote. Essai sur la représentation de l’autre. Paris : Gallimard.
  • Maldidier, D. (1990). L’inquiétude du discours : textes de Michel Pêcheux. Paris : Cendres.

Le colloque est ouvert à tous : masterants, doctorants, jeunes chercheurs…
Entrée libre en fonction des places disponibles.
Une attestation de présence sera remise aux participants.

Conférencières invitées

  • Patricia von Münchow
  • Muriel Molinié

 

Programme

Jeudi 9 juin 2016

09h00 : Accueil – petit-déjeuner

09h30 : Mot d’ouverture, Dan Savatovsky (Directeur de l’ED 268, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

10h00 – 11h00 : Conférence plénière

  • Sémiotiser l’altérité en didactique des langues : médiation artistique et politique de la relation, Muriel Molinié(Laboratoire DILTEC, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France )

11h00 – 11h15 : Pause café

11h15 – 12h15 : Session “Altérité et didactique des langues”

Présidée par Paola Rivieccio (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • Représenter l’altérité pour former des frontières : visions croisées des discours de l’Alliance française de Paris et de l’Alliance française de Buenos Aires (1914-1918), Alice Burrows(Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • Altérité langagière : représentations et stratégies d’appropriation dans le discours d’étudiants philippins.,Théry Béord (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

12h15 – 14h00 : Déjeuner

14h00 – 15h00 : Session “Altérité et analyse du discours”

Présidée par Claire Doquet (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • « In SIM » : Metaphors and the Mars Desert Research Station,Alexis Black(Concordia University, Montreal, Canada)
  • Mesurer une convergence interactionnelle : de la similarité à l’affiliation, Mathilde Guardiola(Aix Marseille Université, France)

15h00 – 15h15 : Pause café

15h15 – 17h00 : Deux sessions d’ateliers

Animés par Nada Daou (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

Cet atelier est divisé en deux séances chacune d’une trentaine de minutes, le reste du temps étant consacré à la lecture et au partage des opinions.

Il s’agit de connaître l’autre dans ses différences et ses similitudes tout en creusant dans ses sillages scripturaux. Il reste à noter que cet atelier d’écriture puise ses racines dans l’OuLiPo (Ouvroir de Littérature Potentielle).

Matériel : Papier et stylo, ou tablette et ordinateur pour ceux qui préfèrent l’écriture numérique.
1.Écriture créative (30min, 25 personnes)
2. Écriture polyphonique (30min, 25 personnes)

Inscription au préalable à l’adresse rjc.ed268.p3@gmail.com

17h00 : Collation

Vendredi 10 juin 2016

09h00 : Accueil

09h30 – 11h00 : Session “Altérité : traduction et adaptation”

Présidée par Nicolas Dejenne (Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)

  • Du tableau esthétique au récit de bataille : un exemple sanskrit de transposition de genre du Kumārasaṃbhava au Skandapurāṇa, Amandine Wattelier-Bricout(Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • Churchill, si loin, si proche : transplanter, acclimater ou adapter les fragments du discours churchillien pour les lecteurs français ?, Virginie Buhl(ESIT, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3, France)
  • L’apport du traitement des tokens arabes dans la traduction des occurrences de «lamā», Dhaou Ghoul(Université Sorbonne Paris 4, France)

11h00 – 11h15 : Pause café

11h15 – 12h15 : Conférence plénière

  • Construction et dépassement discursifs et didactiques du “Même” et de ”l’Autre” dans les manuels scolaires d’histoire pour le collège, Patricia von Münchow(Université Paris 5, EA 4071 EDA)

12h15 – 14h00 : Déjeuner

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Echos d’une journée sur les formes de politesse

Formes de politesse et stratégies discursives et relationnelles : deux cas africains

(Paulette Roulon-Doko)

Jeudi 2 juin, j’ai assisté à une partie de la journée d’étude intitulée Aux frontières de la politesse et de l’impolitesse à la Maison de la Recherche, au cours de laquelle est intervenue Paulette Roulon-Doko pour donner un aperçu des formes de politesse de deux sociétés d’Afrique subsaharienne parlant respectivement les langues gbaya et peul.

Dans le système gbaya, selon l’intervenante, le vouvoiement existe et il représente, comme en français, une marque de politesse. Il est obligatoire lorsque l’on s’adresse à des personnes plus âgées que soi, ce qui implique une inégalité dans le statut hiérarchique. Néanmoins, il s’agit d’une marque purement formelle, n’impliquant pas de comportement particulier (comme le respect, auquel, du point de vue français, on pourrait logiquement s’attendre). En revanche, le vouvoiement volontaire, en dehors des conditions d’âge, apparaît comme une marque d’estime. Ainsi, il s’avère que les systèmes de politesse gbaya et français sont très proches.

En ce qui concerne le système du peul du Foûta Djalon, l’emploi du vouvoiement se présente d’une façon plus complexe : la femme, par exemple, tutoie son mari jusqu’à la naissance des enfants puis passe au vouvoiement. Entre les beaux-parents et la fille ou le fils, c’est le vouvoiement qui et de norme. Ainsi, il apparaît que dans cette langue, le vouvoiement ne représente pas une marque de respect mais qu’il constitue une façon de se situer « là où on est » : ce n’est pas l’âge qui compte mais la situation dans la parenté, la forme non marquée étant le tutoiement.

Laura Diez del Corral

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Un poste à Chengdu

De la part de Madame Chrystelle Fillon, Directrice  校长
Alliance française de Chengdu, Chine 成都法语联盟

UESTC, Jianshe Beilu 2 Duan 4 Hao  成都市建设北路二段四号

Dianzi Keji Daxue Shahe Xiaoqu Zhu Lou Zhong 110 Shi

电子科技大学沙河校区主楼中110

610054, Chengdu, RP Chine 邮编610054
Téléphone 电话+86 (0) 28 8320 5908
Portable 手机 : +86-180 801 985 62
Skype : af_chengdu

Wechat微信 : AFCHENGDU
网站http://chengdu.afchine.org

Annonce_Prof FLE_Chengdu_juin16

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Lettre ouverte aux futurs étudiants de M2 option A recherche.

Chers futurs étudiants,

Les vacances d’été vous séparent d’une nouvelle année universitaire après quoi, vous entamerez votre master 2 et la rédaction de votre mémoire, une étape que vous savez fondamentale mais qui est sans l’ombre d’un doute, déjà redoutée.

Je ne prétends pas vous apporter ici des solutions miracles mais vous trouverez derrière cette modeste lettre une expérience vécue que je vous espère utile !

Dans un souci de transparence, je tiens sans plus attendre à vous dire ceci : cette année sera certainement une année angoissante. C’est encore une étudiante stressée me direz-vous ! Alors, voilà une petite anecdote du premier semestre : un de nos professeurs nous conseilla sur le ton de la plaisanterie, de nous inscrire dans une piscine municipale (plébiscitant les vertus de la natation contre le stress) ! Curieux conseil n’est-ce pas ? Aujourd’hui, avec le recul, nous aurions tous besoin de nous y rendre…

Ceci étant, entrons dans le vif du sujet ! Vous aurez au premier semestre à choisir un sujet et un directeur de recherche en parallèle de la validation de vos séminaires. Prenez le temps nécessaire à la réflexion mais ne tergiversez pas plus qu’il ne faut ! L’important est que vous ayez le noyau de votre sujet, une sorte d’orientation générale qui vous permettra de vous situer globalement dans un champ de recherche. N’hésitez pas alors à contacter un potentiel directeur de recherche (l’objectif étant de le faire le plus tôt possible pour optimiser vos chances).

Après avoir convenu globalement de votre sujet de recherche avec votre encadreur , vous avez encore deux impératifs : d’une part, les dossiers des séminaires qui pourront aussi vous aider à préciser votre sujet, et d’autre part, la rédaction de votre mémoire de recherche. Même si cela peut paraitre tôt,  la majorité de mes camarades de promotion n’en penseront pas moins : travailler sur votre mémoire. Il faut lire et sélectionner des ouvrages et des articles, lister une bibliographie,  vous familiariser avec les normes de présentation, télécharger des mémoires exemples, mettre au point un plan et un titre provisoire, penser sa problématique, ses hypothèses, etc. Autant de choses qui prennent du temps mais qui sont indispensables pour débuter votre rédaction à proprement-dite.

Si vous êtes motivé et organisé, vous compterai parmi les étudiants chanceux qui ont commencé à rédiger leurs mémoires au premier semestre (Je n’en fais malheureusement pas partie d’où cette présente lettre !). Au deuxième semestre (après avoir eu je l’espère d’excellents résultats au premier), vous aurez une montée d’adrénaline qu’il ne faut surtout pas laisser redescendre! En effet, certains parmi vous partis en stage ajouté au fait de ne plus avoir de cours à l’université, peut d’une certaine manière contribuer à vous « déconnecter » des enjeux de cette année. Restez unis ! Aller dans les bibliothèques, aux colloques, aux conférences, au DILTEC, fixez-vous des objectifs avec votre encadreur (exemple, je vous envoie à la fin du mois, mon chapitre 1 et 2, très efficace!), connectez-vous dès que vous pouvez à Arlap et vous sentirez que vous faite partie d’une véritable communauté de chercheurs. Cela vous encouragera car vous verrez que tout le monde partage les mêmes doutes et les mêmes interrogations.

Dernier conseil tout autant subjectif ! A chaque gros coup de blues, lisez Tu seras un homme mon fils de Rudyard kipling, ça devrait vous faire de l’effet !

Avec toute mon amitié!

Le Cours de linguistique générale 1916-2016 : Le devenir

Date : du 15 juin 2016 au 17 juin 2016
Organisateur : Christian Puech

Présentation
Cette manifestation est le volet parisien de la principale commémoration internationale de la publication du célèbre Cours de linguistique générale publié en 1916 à Genève. Paris et Genève sont les deux villes ou F. de Saussure a enseigné (EPHE Sorbonne et Société Linguistique de Paris / Université de Genève à partir de 1891).

Les deux volets de cette manifestation sont organisés comme suit :

– le colloque de Paris (juin 2016), organisée à la Sorbonne nouvelle et objet de cette demande, s’occupera de la « réception » du Cours publié en 1916 chez Payot avec le succès planétaire que l’on connaît. L’UMR 7597 est l’organisatrice principale ; à Paris le colloque développera trois axes :
1) le rapport entre le linguiste théoricien (linguistique générale) et ses travaux empiriques (grammaire historique et comparée, domaine indo-européen, etc.).
2) Le devenir du CLG dans la linguistique européenne et mondiale du XXème siècle, les Ecoles, les contestations…);
3) le CLG dans les structuralismes (anthropologie, philosophie, psychanalyse, sémiologies et sémiotiques, etc.).

– Le colloque de Genève (Janvier 2017) traitera de la « fabrication » du Cours et fera le point sur l’établissement du corpus saussurien en complet renouvellement depuis une vingtaine d’années (nouveaux manuscrits de Saussure, travaux non publiés sur les anagrammes, les légendes germaniques, la phonétique, la linguistique générale, etc.).

 

Source

Gabriela Jacoby

Étudiante à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

compte rendu :Apprentissage du français et motivation existentielle – Le cas des universités à Taiwan

En didactique du français langue étrangère, la notion de motivation pour l’apprentissage de la langue est largement liée à la théorie de la motivation instrumentale/intégrative. Néanmoins, cela ne correspond pas au cas des apprenants du français en langue optionnelle dans les universités de Taiwan. Dans ce présent article, l’auteur nous montre, à partir de son enquête, que la motivation de ce public est plutôt à relier au contexte sociétal et aux attentes identitaires. Ce type de motivation est, donc, de nature existentielle.

Un fait remarqué par des enseignants et des chercheurs est l’absence relative de motivation des apprenants pour l’apprentissage du français dans le zone asiatique non francophone (Tang, 2004 ; Bok, 2004). C’est par ce pessimisme que l’auteur est motivé à chercher localement une solution partielle pour enrayer cet affaiblissement de la motivation lié à l’apprentissage du français.

Question de motivation

A Taiwan, la notion de motivation ne semble pas avoir fait l’objet de recherches dans le milieu des enseignants-chercheurs du français enseigné en option. L’auteur a proposé ainsi une étude visant à connaître la motivation de ce public. Sept catégories de questions se trouve dans le questionnaire : l’ajustement à l’environnement sociale, l’influence d’autres personnes, les contacts recherchés, la familiarité, l’utilité, et enfin « le mieux-être » qui est définie de la manière suivante : elle recouvre tout ce qui est perçu par les étudiants comme affectant directement la qualité de leur vie, tout ce qui donne sens à leur existence sociale et individuelle et leur permet en même temps un retour sur leur propre culture.

La représentation « les Français romantique » 

Selon Jodelet (1999), la représentation sociale est « une forme de connaissance, socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social ». C’est donc une vision compacte, éventuellement fictive de l’Autre, circulant dans une communauté humaine. L’aspect fictif de la représentation reste singulier et marquant de ce groupe, c’est ainsi qu’au Japon, à la différence du monde chinois, on ne semble pas considérer les Français comme romantiques malgré de points communs dans leurs représentations.

D’après Zarate (1995, p. 39), « le recours à l’histoire permet de retrouver la genèse des représentations […] le document historique permet de retrouver comment le sens s’est construit, de restaurer la diversité des intérêts qui étaient alors en jeu ». L’auteur a donc essayé de retrouver, dans la mesure du possible le parcours de la représentation des Français romantiques.

La Chine de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, pays en peine crise institutionnelle et sociétale, voit s’épanouir de nombreuses traductions d’œuvres littéraires occidentales, notamment celles du romantisme français, qui vont bouleverser le monde des lettres chinoises (Lee, 2002). L’idée romantique de l’amour-passion va circuler dans ce public et devenir le noyau central de la représentation des Français romantiques. L’amour partagé va ainsi frapper la conception chinoise traditionnelle du mariage arrangé et influencer des attitudes sur les relations d’amour des Chinois. L’image qu’ont les premiers diplomates chinois envoyés en France à partir de 1866 et les jeunes Chinois arrivés avec le mouvement ouvriers-étudiants (Leung, 1982) dans les années 1910 à propos de la qualité de vie en France joue aussi un rôle dans la fondation de cette représentation. Selon les recherches, le nombre de voyageurs à destination de la France augmente, mais il est difficile de connaître statistiquement leurs impressions sur la France et les Français, ainsi que leur motivation de départ. L’enrichissement sensible des rayons consacrés aux ouvrages sur les cafés Paris, la mode, la gastronomie, l’architecture, le design d’intérieur, les arts picturaux, les jardins et le vin en France dans les librairies taiwanaises témoigne de la circulation d’un discours qui accorde une grande place à la qualité de vie des Français. Des publicités s’appuyant souvent sur des éléments de la culture français pour accorder une qualité de prestige. Dans les médias écrits spécialités, la France est encore plus souvent présente. Enfin, l’influence majeure des livres francophiles sur la représentation des Français semble incontournable dans une telle analyse de discours.

Évolutions sociales et identitaires

Pour comprendre comment cette représentation influence la motivation de nos étudiants pour le choix des cours de français, il faut noter le rôle de l’évolution politico-économique de Taiwan depuis les années 1980. L’installation du régime démocratique et le développement économique soutiennent une porte ouverte vers l’étranger pour tout le monde et une consommation débridée. Les enfants de cette génération sont donc nés dans une relative aisance. Ils se caractérisent par leur plus grande ouverture au monde, l’occidentalisation avancée de Taiwan et la mondialisation les amène à développer des valeurs plus individualistes, la situation politico-économique de Taiwan leur ouvre des horizons professionnels. Ces phénomènes produisent un renouvellement identitaire pour ces générations d’étudiants. La désirabilité de l’étranger est un des caractéristiques de ces nouvelles générations.

La motivation existentielle

Nuttin (1996), dans l’approche relationnelle, définit la motivation non comme un processus de déclenchement mais comme « […] l’orientation dynamique continue qui règle le fonctionnement, également continu, de l’individu en interaction avec son milieu ». Ces interactions répondent aux besoins individus pour réaliser un objet-but, en passant éventuellement des objets-moyens. Le besoin défini comme « une relation requise entre l’individu et le monde » est un agent primordial dans cette théorie. Ainsi l’explication de la motivation ne se résume pas à un choix entre la prépondérance de l’individu ou de l’environnement, mais plutôt à un jeu des interactions individu-monde.

L’hypothèse est que la motivation des étudiants de Taiwan s’appuie sur un intérêt marqué pour la culture française sous l’influence de la représentation « les Français romantiques ». Cette culture permettrait d’atteindre un objet-but qui serait l’amélioration qualitative de leur existence en tant qu’individus, c’est en ce sens qu’on évoque une motivation existentielle. L’étendue de son domaine englobe tous les niveaux de l’existence mais privilégie plus souvent l’affectif, les représentations de soi et de l’autre jouant un rôle fondamental ainsi que les valeurs sociales de l’apprenant. Par rapport au paradigme de R. Gardner et de W. Lambert insistant sur les risques d’acculturation, la motivation existentielle affecte le rôle de l’autre qui n’agit plus alors sur l’apprenant comme une force centrifuge à travers diverses formes d’assimilation ou d’intégration. Elle tend au contraire à devenir une force centripète en incitant l’apprenant à se centrer sur son groupe d’appartenance, les apports de la langue-culture étrangère étudiée devenant une (res)source du développement personnel.

 

 

Bibliographie

Serge Dreyer, « Apprentissage du français et motivation existentielle. Le cas des universités à Taiwan », Lidil [En ligne], 40 | 2009, mis en ligne le 01 juin 2011, consulté le 20 décembre 2013. URL : http://lidil.revues.org/2911

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Les types de normes

«En réalité, de nombreuses recherches sur le thème de « la norme » ont montré que celle-ci n’est ni évidente, ni consensuelle, ni synthétique, au point qu’il est impossible de garder ce terme au singulier : il existe DES normes, de différentes natures. Normes perspectives explicites (du type « ne dites pas… mais dites… ») ; normes d’usages objectives, constatables statistiquement, et variables selon les occasions, les milieux, les personnes, les sujets, les situations…; normes imaginaires, que personne ne suit mais qui existent sous forme de fantasmes, par exemple « la clarté française » ou « l’accent chantant », etc. » (ÉLOY Jean-Michel, 1998)

 

Typologie des normes

La réflexion portant sur le concept de normes s’est développée surtout chez linguistes et sociolinguistes francophones. Elle s’est enrichie au fur et à mesure d’un certain nombre de distinctions, proposées par différents auteurs, en dépit des disparités existant dans la terminologie, les vues recouvrent assez largement l’étendue du champ considéré et les points de focalisation. Marie-Louise Moreau (1997) propose ainsi d’un modèle à cinq types de normes, fondé sur une double conceptualisation de la langue, qui est à la fois une pratique (perçue par le locuteur ou autrui comme plus au moins prescrite, contrôlée, conforme) du discours et à la fois un discours sur la pratique (une capacité à produire dans des circonstances spécifiques des attitudes langagières, des jugements évaluatifs), selon T. Bulot.

  1. Les normes objectives (on parle aussi de normes constitutives, de normes de fréquence, de fonctionnement, normes ou règles statistiques, etc.) désignent les habitudes linguistiques partagées par les membres d’une communauté. Ce sont les règles qui sous-tendent les comportements linguistiques, indépendamment de tout discours métalinguistique ou épilinguistique. Moreau souligne le fait qu’à l’intérieur d’une communauté, certaines normes objectives partagent un champ d’application général. Au contraire, d’autres normes objectives peuvent se décrire comme concurrences, soit que certains membres emploient tantôt à l’une, tantôt à l’autre, soit que les différents groupes composant la communauté ne privilégient pas les mêmes normes objectives.
  1. Les normes descriptives (appelées aussi normes ou règles constatatives, objectives, etc.) décrivent les normes objectives de manière explicite. Elles ne peuvent être traitées comme descriptives que dans la mesure où elles se bornent à enregistrer les faits constatés, sans associer de jugement de valeur à la description, sans hiérarchiser les normes objectives concurrentes. Même pour les langues les mieux décrites, il importe de percevoir que l’ensemble des normes descriptives ne décrive pas exhaustivement toutes les normes objectives, son nombre est considérablement plus réduit, parce que les attentions portées sur les normes objectives des divers groupes ne sont pas pareilles, certains variétés sont davantage décrites que d’autres, et parce que, à l’intérieur même des variétés les plus examinées, certaines régularités ont échappé aux observateurs.
  1. Les normes prescriptives (nommées aussi normes sélectives, règles normatives, etc.) marquent un ensemble de normes objectives, comme étant le modèle à rejoindre, comme étant « la » norme. Elles hiérarchisent ainsi les normes objectives concurrentes, mais elles empruntent souvent les apparences des normes descriptives dans un discours méta ou épilinguistique explicite. Les formes valorisées se caractérisant essentiellement par une fréquence d’emploi plus élevée dans un groupe social déterminé, identifié de manière variable selon les communautés et selon les circonstances.
  1. Les normes subjectives (ou évaluatives) concernent les attitudes et les représentations linguistiques, elles entretiennent avec les normes prescriptives des rapports complexes, les conditionnant partiellement et étant pour partie déterminées par elles. Elles attachent aux formes des valeurs esthétiques affectives ou morales : ainsi, d’après Moreau, quand la priorité va au capital symbolique, les formes préconisées sont jugées belles, élégantes, etc., les stigmatisées étant perçues comme dysphoniques, relâchées, vulgaires… Quand c’est au groupe que la priorité est accordée, les formes préconisées sont ressenties comme, par exemple, plus expressives, plus chaleureuses, les autres étant prétentieuses et froides, etc. La hiérarchisation en fonction de la priorité à la tradition attachera aux traits de la variété privilégiée les adjectifs vrai, authentique, pur, etc. Les normes subjectives peuvent être implicites ou explicites, en ce dernier cas, elles constituent souvent des diverses stéréotypes. L’intérêt que portent les normes subjectives est qu’elles constituent le domaine discursif par excellence du concept dans la mesure où l’analyse sociolinguistique peut ainsi mettre à jour les représentations sociales des groupes sociaux individués par leur écart à la norme.
  1. Les normes fantasmées renvoient notamment à la théorie de l’imaginaire linguistique (Houdebine, 1993). Les membres de la communauté linguistique se forgent un ensemble de conceptions sur la langue et son fonctionnement social, qui ne présentent parfois qu’une zone inacceptable. Elles peuvent être individuelles ou collectives et ajoutent sur les quatre types de normes précédentes, dont elles méconnaissent généralement l’extension, avec pour terrain privilégié, mais non exclusif, celui des rapports entre normes objectives, prescriptives et subjectives. Moreau souligne que l’un secteur important des normes fantasmées concerne la manière dont les membres de la communauté conçoivent ce qu’est la norme, la part que prennent les grammairiens et les autres institutions normatives dans sa définition, et les groupes sociaux qui la détiennent. On peut ainsi mettre parfois en évidence, dans certaines communautés qu’une proportion majeure de locuteurs envisagent la norme comme en ensemble abstrait et inaccessible de prescriptions et d’interdits, qu’ils ne voient s’incarner dans l’usage de personne et par rapport auquel tout le monde se trouve donc nécessairement en défaut.

 

 

Bibliographie

Bulot, t. et Blanchet, P., 2013, Une introduction à la sociolinguistique : Pour l’étude des dynamiques de la langue française dans le monde. Editions des Archives Contemporaines.

ÉLOY Jean-Michel, et al., 1998, «  Qualité de la langue et crise du français», in Le français aujourd’hui, 124, p. 14

MOREAU M. –L., 1997, « Les types de normes », in Sociolinguistique (Concepts de base), Mardaga, Sprimont.

 

YAN Xiaodong

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master