Paroles possibles : après le 15 octobre 2014…

Olivier Mouginot, doctorant (“ Les ateliers de littératures : Enjeux et expériences de la voix en classe de Français Langue Étrangère” – il ouvrira prochainement un carnet de recherche pour accompagner sa thèse, on trouvera bientôt son adresse dans les liens) nous propose un compte rendu de la journée du 15 octobre (http://arlap.hypotheses.org/2091) – tous les participants à cette journée peuvent proposer un point de vue sur cette journée (envoyez-le à serge.martin@univ-paris3.fr) ou ajouter des commentaires… Angèle Poisson (M2R) réagit sur la peur des chercheurs novices : ils peuvent avoir confiance après une telle journée !

======================

Olivier Mouginot

Notes sur la journée d’étude « Paroles possibles – Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures » organisée le 14 octobre 2014 par Serge Martin et Olivier Lumbroso, groupe Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques (LAPAD), laboratoire Didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC), Université Paris 3 Sorbonne nouvelle. Seules les interventions intéressant directement notre recherche sont évoquées ici.

« Comment refonder nos humanités ? », telle est la question initiale posée par Emmanuel Fraisse au terme de sa présentation de la crise de l’enseignement de la littérature en France et dans le monde (« Enseignement de la littérature : aspects français d’une crise mondiale »). S’intéressant au niveau secondaire et aux études universitaires, l’auteur de Littérature et mondialisation [1] a rendu compte de l’insuffisance des évolutions actuelles en matière de didactique de la littérature – évolutions qui autorisent toutefois un certain optimisme : désenclavement des approches ; remise en cause de l’idée fausse d’évolution et de progrès (« darwinisme littéraire ») illustré par le dépassement du découpage par siècles ; introduction de nouvelles entrées dans le champ littéraire (cinéma, théâtre). Pour les études littéraires à l’université, le ton s’est fait plus grave : domination de la « critique érudite » ; poids d’un certain traditionalisme français qui expliquerait la faiblesse des études sur les littératures dites francophones ou de jeunesse ; trop grande rareté des pratiques de création ou de production littéraires. D’une manière générale, une première mesure de sortie de crise pourrait prendre la forme d’une révision des divisions disciplinaires à l’université en prenant soin toutefois de ne pas tomber dans le piège de l’étiquetage réducteur des studies à l’anglo-saxonne. Des champs larges – du type cultural studies – permettraient d’organiser des études interdisciplinaires susceptibles de renouveler l’idée même de littérature. Scrutateur de longue date des multiples avatars de la mondialisation culturelle, E. Fraisse nous invite à aller voir ce qui se fait ailleurs, à changer d’échelle, à modifier notre regard : quels sont les réponses apportées ailleurs à des problèmes qui peuvent nous intéresser ici ? L’enjeu est de taille : créer des « humanités d’aujourd’hui », c’est-à-dire des « connaissances profanes qui permettent de mieux connaitre l’homme et qui nous rendent plus humains, plus nous-mêmes ».

Dans sa communication intitulée « Histoires de voix pour des paroles possibles : poétique de la relation et didactique des réénonciations », S. Martin a choisi de partir d’un constat partagé par nombre d’enseignants de français langue étrangère (désormais FLE) : quiconque souhaite être attentif aux activités littéraires en classe de langue se trouve rapidement embarrassé par le « communicationnel ». Dans la didactique actuelle, les œuvres auraient tendance à « perdre de leur force » – ne serait-ce parce que le recours à des textes expurgés et à des pratiques de classe infantilisantes est monnaie courante. Cet embarras des praticiens serait couplé à un autre problème, celui de corpus taillés à la seule mesure des méthodes interprétatives qui, entre autres défauts, favoriseraient l’usage d’un langage métalittéraire inapproprié en classe de langue. Plaquage de thèmes, notions d’analyse littéraire (schéma narratif, champs lexicaux), activités de commentaires ne feraient que « tuer les modes d’énonciation et de réénonciation ». Pour tenter de remédier à cette situation, S. Martin appelle à croiser les problématiques de l’enseignement de la littérature en langue maternelle et en langue étrangère. Selon lui, le cœur de la didactique du FLE devrait être la lecture des « beaux livres » (expression empruntée à Marcel Proust dans Contre Sainte-Beuve [2]), c’est-à-dire des « œuvres de langage et de culture » qui engagent la réflexivité des apprenants. Il s’agirait d’aller au-delà des étrangetés linguistiques et culturelles de ces œuvres pour les considérer davantage comme des « leviers d’énonciation continuée » dans des situations singulières et passagères. C’est ici que la notion centrale d’oralité – définie par S. Martin comme l’activité d’« apercevoir le parler dans les œuvres – pourrait aider à mieux articuler les didactiques de la littérature et des langues. La création de temps et d’espaces dédiés à l’oralité contribuerait certainement à renforcer la « dimension expérientielle » des œuvres, seule à même de libérer des paroles possibles.

Pour illustrer son propos, S. Martin s’est adonnée à une expérience très concrète : la lecture commentée du roman de Dany Laferrière, L’énigme du retour [3]. Commentant quelques extraits choisis de cette œuvre qui, par certains aspects formels, évoque le Cahier d’un retour au pays natal (1939) d’Aimé Césaire, il a montré combien les moyens traditionnellement consentis à l’activité littéraire sont insuffisants pour percevoir la force discursive singulière de ce texte, l’effort d’énonciation continuée que l’écrivain a opéré. Par exemple, les notions d’intertextualité et d’interculturalité, couramment convoquées, sont ici insuffisantes pour lire et analyser ce texte. Elles peuvent même induire le lecteur en erreur (l’exil comme thème explicatif de l’œuvre). À dire vrai il n’y a pas de rapport de continuité entre le texte d’A. Césaire et celui de D. Laferrière, sinon un « rapport d’expériences ». La réénonciation continuée proposée par D. Laferrière, qui s’oppose à plusieurs reprises à Césaire et à son œuvre, prend la forme de réécritures multiples. Comme l’a très bien souligné la démonstration de S. Martin, toute expérience de lecture devrait viser avant tout à construire un rapport avec l’œuvre au fur et à mesure des « réénonciations lectorales » qui permettent de renégocier en permanence notre commerce avec un texte. Une telle visée supposerait de nouvelles manières de lire susceptibles de fonder une « poétique de la relation » qui laisserait la place et le temps « au racontage des lectures, à l’écriture des lectures, à la vie des œuvres, à la poursuite vers d’autres livres ».

Invité en qualité de « grand témoin », Dominique Rabaté (voir http://epresence.univ-paris3.fr/7/watch/437.aspx) a émis l’hypothèse globale que l’enseignement de la littérature « reposait trop sur un seul texte ». C’est pourquoi il a plaidé pour un double changement en termes de vitesse et de corpus : l’enseignement de la littérature supposerait des corpus plus larges à traverser plus vite et des lectures plus lentes d’œuvres particulières. Évocation de certains cours de littérature à plusieurs vitesses en Amérique du Nord où il s’agit à la fois de faire lire beaucoup et d’étudier plus lentement certaines œuvres.

« Quelles approches des littératures en didactique des langues et des cultures ? », tel était le thème de la table ronde qui a constitué l’entrée en matière de la deuxième partie de la journée d’étude. Chaque participant est revenu sur l’état de ses recherches et de ses pratiques.

Nous avons retenu deux points d’accroche dans l’intervention d’Aline Bergé (« Frontières et non frontières de la littérature : partage et négociation des savoirs en FLE »). D’une part, les notions de classe-monde et de classe-carrefour applicables aux groupes d’apprenants de FLE ou aux étudiants étrangers en France. D’autre part, l’évocation  d’une modalité particulière de cours de littérature développée à l’université pour prendre en compte l’hétérogénéité des classes d’étudiants étrangers : les cours d’A. Bergé articulent la littérature à une « discipline carrefour » (par exemple, littérature et histoire, littérature et anthropologie), l’objectif étant double : trouver une base commune pour échanger et faire primer la rencontre des sujets avec les œuvres.

Rappelant que l’enseignement de la littérature est une discipline fragile, François Vanoosthuyse a relayé l’intuition suivante : la didactique de la littérature en langue étrangère peut aider à faire évoluer l’enseignement de la littérature en français langue maternelle. Pourquoi ? Parce que l’enseignement de la littérature en FLE présente un certain nombre de spécificités qui alimentent des terrains de recherche très variés : une infinité de contextes nationaux et culturels ; une diversité des compétences des lectorats ; des apprenants en cours d’apprentissage de la langue et présentant donc des lacunes linguistiques et culturelles qui posent des problèmes didactiques concrets. Au-delà de la question de savoir comment enseigner la littérature quand il n’y a pas de consensus linguistique ou culturel, le véritable enjeu de la littérature en classe de langue serait pour F. Vanoosthuyse de « faire communauté ». C’est dans cette perspective qu’il a signalé un terrain de recherche assez peu travaillé selon lui : «  Le fond de l’affaire, c’est la difficulté. Que faire avec la difficulté, le réel du texte, son opacité ? Il ne faut pas effacer la difficulté, c’est justement ce qui est intéressant et qui peut aider à créer une communauté de lecteurs ».

S’intéressant à la lecture orale et à la pratique théâtrale en classe de FLE, Ève-Marie Rollinat-Levasseur a insisté sur les modalités d’accès aux textes à travers la mise en voix et la mise en espace. Créer « des tensions entre compréhension et jeu » aurait par ailleurs l’avantage de favoriser une pédagogique différenciée requise par une diversité des stratégies des apprenants en matière d’accès aux textes.

À l’issue de cette table ronde, signalons qu’Anne Godard a proposé une communication intitulée « Compétence littéraire, langue, réflexivité : enjeux de la littérature dans l’enseignement du FLE ». Nous reviendrons prochainement sur ses recherches à l’occasion de la parution à venir d’un ouvrage dédié à l’enseignement de la littérature en classe de FLE.

En résumé, tenant sa promesse d’offrir « un état des lieux des questions que soulèvent les pratiques d’enseignement des littératures en didactique des langues et des cultures » (texte de présentation), cette journée d’étude nous a permis de découvrir des recherches très diverses [4] qui révèlent que l’évidence suivante est loin d’être partagée en pratique : les arts du langage doivent être au cœur des apprentissages linguistiques ! Comme l’a d’ailleurs suggéré S. Martin à la suite de la communication de Cécile Leguy dédiée à la littérature orale (« Quelle place pour la littérature orale dans l’apprentissage des langues/cultures du monde »), peut-être faudrait-il mieux parler d’arts du langage que de littérature. Il reste que le dénominateur commun d’une majorité des communications a été la notion d’expérience. Le consensus est assez global sur la nécessité d’initier des pratiques qui dépassent les limites du métalittéraire, du tout-cérébral pour engager les apprenants dans des processus où le sensoriel et le sensible cesseraient d’être systématiquement exclus. Dans le même temps, nous sommes d’accord avec O. Lumbroso quand il prévient que  la notion d’expérience est toutefois d’un abord complexe. Ne pose-t-elle pas d’ailleurs un problème concret dans le cadre de cursus universitaires ou de recherches en sciences humaines : dans la vie professionnelle comme dans la vie tout court, comment s’assurer que chacun est capable de transformer ses expériences en connaissances ou, pour reprendre le titre de la journée d’étude, en « paroles possibles » ?


[1] FRAISSE E. (2012). Littérature et mondialisation. Paris : Honoré Champion. Voir http://ver.hypotheses.org/126.

[2] Contre Sainte-Beuve. Paris : Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 299.

[3] LAFERRIERE D. (2009). L’énigme du retour. Paris : Le livre de poche.

[4] Un regret par rapport au contenu des communications de la journée d’étude : aucune n’a véritablement approfondi le rôle à jouer de la fiction dans les apprentissages alors qu’il y a là un espace de paroles possibles et impossibles – et donc de recherche. Affaire à suivre…

=========================================================

Angèle Poisson

REFLEXION D’UNE APPRENTIE CHERCHEUSE

Ces dernières semaines, j’ai constaté dans les regards et les discussions de couloir des apprentis chercheurs que nous sommes, une certaine panique … une panique certaine. Le monde de la recherche peut nous sembler inaccessible, à nous, novices. Les articles écrits par les professionnels de la recherche et les discours pointus de nos professeurs qui traduisent des connaissances “plus que solides” et des années d’expérience, nous renvoient à notre réalité de débutants et nous rendent souvent aveugles. En effet, nous ne reconnaissons plus la valeur de nos réflexions, forgées par des esprits encore en construction mais qui contribuent, à leur niveau, au renouvellement des problématiques de la recherche.

Le colloque du DILTEC auquel nous étions conviés la semaine passée a permis, tout du moins m’a permis, de ramener la recherche à ce qu’elle est vraiment c’est-à-dire : accessible et ancrée dans une réalité de terrain. Les débats et réflexions qui ont suivi les exposés des différents intervenants de cette journée ont montré qu’il s’agit avant tout d’un travail collectif et non pas d’une longue traversée en solitaire. La modestie des chercheurs a également réaffirmé l’idée que la recherche n’est pas la démonstration d’une puissance intellectuelle mais bien un questionnement sans fin et donc une remise en question permanente.

La recherche est trop souvent sacralisée dans le système universitaire français. Cela reste un frein majeur à l’engagement de beaucoup d’étudiants qui sont réellement angoissés à l’idée de rédiger un mémoire de recherche et qui ne s’engagent donc pas dans cette voie ou le font remplis d’appréhensions. Impliquer les étudiants dans des journées telles que celle à laquelle notre groupe d’apprentis a été convié ou encore, dans des programmes de recherche ou à des enquêtes sur le terrain, comme cela se pratique dans les universités anglo-saxonnes, me paraît être un excellent moyen de remédier à ces craintes non fondées d’esprits en devenir.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Bourses FLE-Campus France

L’appel à candidature du « Programme bourses FLE 2014 – 2015 » vient d’être mis en ligne et nous vous invitons à vous rendre sur le site de Campus France pour en prendre connaissance en cliquant sur le lien suivant http://www.campusfrance.org/fr/bourses-fle-2014-2015

 

Offre d’emploi Campus france:

Intitulé du poste

1 enseignant FLE

Organisme recruteur

Alliance française de Xi’An

Descriptif du poste

Les candidats, de langue maternelle française, doivent être diplômés (de préférence master 2, le niveau minimum licence étant indispensable) et avoir déjà une expérience professionnelle réussie dans le FLE, à l’étranger.

Le volume horaire varie entre 15 h (minimum assuré) et 25 h (maximum) de cours par semaine, pour un public majoritairement constitué d’étudiants. Nous développons une offre de cours en direction du jeune public (7/15 ans). Par conséquent, une compétence ou une appétence en direction du jeune public est souhaitable.

Nous utilisons principalement la méthode « Alter Ego + », une connaissance de celle-ci est un atout.

Possibilité de passer sur place des épreuves de Master FLE par correspondance, l’Alliance pouvant être centre d’examen.

Compétences et savoirs clés

L’enseignant recruté doit maitriser l’approche communicative, savoir utiliser l’outil informatique et les TICE (TBI dans toutes les salles).

Capacité d’adaptation, qualités d’écoute, souplesse, rigueur, dynamisme et compétence interculturelle sont attendus des candidats.

La certification « correcteur-examinateur » DELF-DALF est un avantage certain.

Une première expérience du travail en équipe (mise en place de référentiels et partages de connaissances) est un plus.

La connaissance du mandarin et de la civilisation chinoise, sans être obligatoires, constituent des atouts indéniables.

Offre d’emploi enseignant FLE – AF X’i’an – octobre 2014

Lieu de travail

L’Alliance Française de Xi’An est située dans la province du Shaanxi en Chine. Ancienne capitale du pays, la ville possède un véritable atout touristique et archéologique. Xi’An fait partie des 10 plus grandes villes chinoises et atteint la troisième place dans le domaine universitaire.

Date de disponibilité demandée

Début /fin décembre 2014

Type de contrat

Contrat d’une année (après période d’essai), renouvelable, signé avec l’université partenaire de l’Alliance Française de Xian.

Rémunération par heure ou par mois en monnaie locale et en euros

Cours rémunérés entre 110 rmb (14 €) et 130 rmb (17 €) par heure ;
5 semaines de congés annuels payés 5×1650 rmb (5×210 €);
Participation assurance à hauteur max de 600 euros par an ;
A partir de la seconde année, maximum 7000 rmb/an (900 €) pour billet d’avion et 600 rmb/mois (75 €) de prime d’expatriation.

A titre indicatif, la location d’un appartement de 60 m2 coûte 1900 rmb (230 €), un repas entre 20 et 40 rmb (2,5 et 5 €), un ticket de bus 1 rmb (0,2 €)

Nom et le prénom de la personne à laquelle doivent être envoyées les candidatures

CV complet + photo + lettre de motivation + si possible références ou lettres de recommandation à envoyer avant fin octobre à Nicolas Peroy, directeur, à l’adresse direction.xian@afchine.org

page2image12896

Offre d’emploi enseignant FLE – AF X’i’an – octobre 2014

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Un colloque du DILTEC pour apercevoir un champ de recherche

L’équipe d’accueil DILTEC (http://www.univ-paris3.fr/ea-2288-didactique-des-langues-des-textes-et-des-cultures-diltec–3451.kjsp) organisait en juin 2012 un colloque dont le titre (“Langages, cultures, sociétés: interrogations didactiques”) visait à montrer la richesse et la complexité du champ de la didactique du français langue étrangère et des langues du monde.

La présentation du colloque : Le laboratoire de didactique des langues, des textes et des cultures (DILTEC, EA 2288) arrive à l’heure d’un bilan. A cette occasion, et au cours d’une réunion internationale à Paris les 20, 21 et 22 juin 2012, ses membres souhaitent mettre en regard les résultats de leurs travaux avec ceux obtenus dans d’autres équipes et s’interroger ainsi sur les perspectives de recherche qui se dessinent dans le champ de la didactique des langues. 
En raison de la pluralité des domaines et des thèmes qui font l’objet des recherches de l’équipe, ce colloque s’organisera autour de quatre thèmes qui, par leurs orientations différentes et leurs recoupements partiels suscitent une réflexion sur les liens entre la didactique des langues et ses disciplines de référence. La compréhension des objets de la didactique des langues impose en effet un travail qui se situe à l’intersection de différentes disciplines qui, comme, la linguistique, la sociologie, la littérature, l’anthropologie, la psychologie, pour ne donner que quelques exemples, contribuent à éclairer les interrogations didactiques.
Deux conférenciers invités ouvriront et fermeront le débat afin d’une part de déterminer les grandes tendances de la recherche dans nos domaines de par le monde et d’autre part de faire une synthèse des débats du colloque. Les travaux du DILTEC seront présentés par ses membres, au cours notamment de quatre conférences plénières. Le colloque, envisagé comme un lieu de rencontres et d’échanges, vise à souligner, à décrire, à analyser ou encore à interroger la complexité des relations qui se tissent entre langages, cultures et sociétés (tout comme entre les disciplines qui les étudient) dans les interrogations et recherches en didactique des langues.
Pour envisager plus précisément un tel objectif, chacun des quatre axes thématiques suivants, dessinent des pistes et des cadres de réflexion autour desquels les propositions de communication s’articuleront.
- Politiques Linguistiques éducatives, 
- Épistémologie et histoire, 
- Contextualisations de l’action didactique,
- Cultures et langages en tension. 

Sur la notion de champ, on peut lire un article théorique de Jean-Marie Barbier, “La constitution de champs de pratiques en champs de recherches”, à l’adresse suivante: http://www.unige.ch/fapse/publications-ssed/RaisonsEducatives/REenligne/THACED/Pages_de_305_THACED_INT_Baudouin.pdf; ou encore celui-ci de Bernard Charlot, « La recherche en Education entre savoirs, politiques et pratiques : spécificité et défis d’un champ de savoir », Recherches & éducations [En ligne], 1 | 2e semestre 2008, mis en ligne le 06 octobre 2009, consulté le 10 octobre 2014. URL : http://rechercheseducations.revues.org/455. Un autre encore de Yves Lenoir : “La recherche dans le champ des didactiques: quelques remarques sur les types de recherches, leur pertinence et leurs limites pour la formation à l’enseignement” paru en 2000 dans une revue suisse de langue allemande (l’article est en français!) Schweizerische Zeitschrift für Bildungswissenschaften 22 (2000) 1, S. 177-222 : http://www.pedocs.de/volltexte/2011/3743/pdf/SZBW_2000_H1_S177_Lenoir_D_A.pdf

Un court article de Philippe Blanchet sur le champ de recherche linguistique est également disponible ici : http://www.espace-sciences.org/archives/science/18572.html.

On peut lire le livret des résumés grâce au document pdf disponible à cette page: http://www.univ-paris3.fr/langages-cultures-societes-interrogations-didactiques-152987.kjsp?RH=1310460012200.

Ce livret offre les fiches de présentation rédigée par chaque communicant. Il s’agit donc de feuilleter de livret, d’en lire les titres pour apercevoir l’ampleur et la diversité des thématiques et problématiques, d’en lire les présentations argumentées pour en comprendre les problématisations et contextualisations voire les reformulations conceptuelles des notions fréquemment employées. Par ailleurs des bibliographies complètent ces argumentaires et constituent ainsi une excellente bibliographie recouvrant les thématiques et problématiques du FLE. Toutefois, on pourrait observer que certaines de ces dernières sont absentes – mais cela demanderait du temps et ne sera possible que dans l’avancée de nos travaux collectifs et individuels. En attendant d’opérer une telle lecture critique, il semble tout à fait évident que l’on pourrait :

1. Se situer en regard de ce livret, en cherchant une fiche qui semble proche de la thématique envisagée pour le mémoire – ou pour le moins tenter de se situer en regard d’une fiche qui offre quelque intérêt à ses préoccupations du moment ;

2. Une fois cette fiche sélectionnée, il serait utile d’en rédiger les mots clés (une fiche méthodologique assez simple mais fort utile informe sur les mots clés en situation de recherche sur internet: http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/competences/rechercher/methodologie/mots-cles ; d’autres liens plus pointus, un canadien : http://www.dsi-info.ca/mot-cle.html et un belge : http://users.skynet.be/ameurant/francinfo/motcle/motcle.html) pour situer cette présentation dans le champ didactique du FLE et des langues du monde et se confronter aux difficultés de ce mode de repérage – toutefois exigible pour tout travail de recherche à des fins de référencement pour le moteurs de recherche; on peut se donner comme limite cinq mots clés pour chaque fiche ;

3. Quand un certain nombre de fiches auront été traitées, il serait utile de relever tous ces mots clés et de les transformer en une liste permettant une indexation notionnelle du livret.

4. Après tout ce travail assez ingrat mais qui demande de lire avec la lunette du chercheur qui apprend à se situer dans le monde des connaissances en chantier, il serait passionnant de rédiger en deux ou trois lignes (comme pour un dictionnaire des métiers de la recherche offert à un salon de l’étudiant…) une tentative de définition du champ de la didactique du FLE et des langues du monde pour chacun des membres du séminaire.

5. Mais tout ce remue-méninge avec le livret du DILTEC nous permettrait enfin de rédiger une fiche (proche du projet de mémoire de chacun et surtout respectant les normes de présentation du colloque DILTEC) qui viendrait s’ajouter à cet ensemble déjà conséquent de recherches : non seulement, il s’agirait de se situer dans le champ mais de jouer dans la cour des chercheurs même avec un projet de mémoire en M2R ! Au travail ! Chaque membre du séminaire se présentera ainsi et inscrira sa fiche dans la catégorie 4.

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (“« Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche”, publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un “faire carnets” pour “faire recherches” (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de “déployer les controverses” puis de “retracer les associations” – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la “contextualisation”, notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire “l’acteur-réseau”

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer “l’interlude” qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est “que faire de l’acteur-réseau?” et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (“La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats”, p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse - je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque “selon la manière dont il est écrit”, le mémoire “saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier”. Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, “directeur”, et lui préfère “maître”: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Paroles possibles : une journée d’études le 15 octobre 2014 à Paris 3


- Paroles possibles -

Pratiques des littératures en didactique des langues et des cultures

JOURNÉE D’ÉTUDE DU 15 OCTOBRE 2014

organisée par le groupe “Littératures sans frontières : approches poétiques, anthropologiques et didactiques” (LAPAD) du DILTEC (Didactique des Langues, des Textes et des Cultures, EA 2288),  Université Paris 3 Sorbonne nouvelle.

à la Maison de la Recherche (salle Claude Simon)

4, rue des Irlandais-75005 Paris

PROGRAMME

-9h00 : Accueil du public

-9h10 : Ouverture par Olivier LUMBROSO & Serge MARTIN (organisateurs)

-9h15 : Introduction par Valérie SPAETH (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle), directrice du DILTEC

________________________________

Modérateur : Ève-Marie ROLLINAT-LEVASSEUR

-9h30 : Emmanuel FRAISSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Les humanités en crise: une affaire française ou une tendance mondiale ? »

-10h10 : Serge MARTIN (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Histoires de voix : poétique de la relation et didactique des réénonciations »

-10h50 : Olivier LUMBROSO (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) et Fabrice POLI (IGEN, Groupe des Lettres) : « Manuels de français dans le monde et contextes locaux. Les exemples de la Chine et de Djibouti »

-11h30 : Pause café

_________________

-11h45 : Synthèse du premier grand témoin : Dominique RABATÉ (Université Paris Diderot Paris 7 et IUF)

_________________

-12h30-14h00 : Déjeuner

_______________

Modérateur : François VANOOSTHUYSE

-14h15 : Anne GODARD (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Compétence littéraire, langue, réflexivité : enjeux de la littérature dans l’enseignement du FLE »

-15h00 : Table ronde : « Quelles approches des littératures en didactique des langues et des cultures ? » avec Aline BERGÉ, Jean-Christophe SAMPIERI et François VANOOSTHUYSE (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) – Débat animé par È.-M. ROLLINAT-LEVASSEUR

-16h00 : Cécile LEGUY (Université Paris-3 Sorbonne Nouvelle) : « Quelle place pour la littérature orale dans l’apprentissage des langues/cultures du monde ? »

-16h40-16h50 : Pause

-16h50-17h30 : Synthèse du second grand témoin : Violaine HOUDART-MEROT (Université de Cergy-Pontoise)

-17h30-17h45 : échanges et clôture

                                            _________________________

 Comité d’organisation : Olivier Lumbroso, Serge Martin

Comité scientifique : Emmanuel Fraisse, Violaine Houdard-Merot, Olivier Lumbroso, Serge Martin, Dominique Rabaté, Valérie Spaëth.

Captation filmique de la journée par le service TICE de l’ENEAD.

La participation des doctorant(e)s  est validable au titre de la formation doctorale.

Illustration de couverture : Jean-Luc Parant, Les mots et les mains, 1992, brouillons, tapuscrits, cire à cacheter et filasse sur bois. (Avec l’aimable autorisation de l’auteur)

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Le document pour l’enseignement et l’apprentissage : quelles questions aujourd’hui ?

 

3 avril 2013, IUFM de Caen

9h Pourquoi une journée pluridisciplinaire sur le document ? Élisabeth Schneider, IUFM de Caen.

9h 15 Perspective documentaire : le document en lycée professionnel Angèle Stalder, documentaliste, académie de Nantes, membre du GRCDI.

Ateliers pluridisciplinaires : Le document pour l’enseignant (au choix)

1. En mathématiques, « Construction des ressources pour les enseignants », responsable Jean-Philippe Georget, Enseignant chercheur IUFM Caen.

2. En langues vivantes, « Didactique du document authentique pour un usage en classe », responsable Élise Ouvrard, Enseignant chercheur IUFM Caen.

3. En histoire, « Traces, sources, documents historiques », responsable Gérard Pinson, Formateur, IUFM de Caen.

4. En français, « Didactisation du texte littéraire du patrimoine », responsable Magali Jeannin, Formatrice, IUFM de Caen.

11h Interventions

• « Ressources pour enseigner les mathématiques : conception et usage », Jean-Philippe Georget.

• « Didactisation d’un document authentique en classe de langues : l’exemple de l’album de jeunesse en anglais », Élise Ouvrard.

14h Conférence

A travers la fabrique du document, la question de l’apprentissage,

André TRICOT, PU en psychologie cognitive, IUFM Midi-Pyrénées.

15h30 Table ronde

Elaboration de documents et compétences professionnelles

Étudiants et enseignants-documentalistes

16h30 Clôture

Contact pour précision et inscription

Élisabeth Schneider

elisabeth.schneider@unicaen.fr

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Construire une littératie texte image en classe : la question de l’interculturalité

le 10 avril 2013

9h – 17h

Cette journée d’études propose de croiser les regards de différentes disciplines sur l’approche didactique du lien texte-image. [...]

Journée d'études Construire une littéracie texte image en classe : la question de l’interculturalité - 10 avril 2013

Organisation : Élise Ouvrard, Véronique Alexandre

Invité d’honneur : Chun-Liang Yeh, Éditions HongFei Cultures

Interventions : Dominique Briand, Magali Jeannin, Gérard Pinson, Élise Ouvrard, Anne Schneider, Véronique Alexandre

A partir d’un corpus d’albums de la littérature de jeunesse francophone et anglophone traitant du multiculturel au sens de représentation de l’Autre, cette journée d’études propose de croiser les regards de différentes disciplines, à savoir le français, l’histoire, les langues vivantes étrangères (la liste n’est pas exhaustive) sur l’approche didactique du lien texte-image. A l’aide de quels moyens (outils, supports, façons de dire et de faire, etc.) les professeurs conduisent-ils les élèves à appréhender le rapport texte-image dans ces différentes disciplines enseignées du primaire au secondaire ? Quelles sont les compétences travaillées en formation pour que les futurs enseignants soient en mesure de construire une véritable littératie texte-image en classe ?

Programme

9h – Introduction, Élise Ouvrard, IUFM de Caen

9h15 – Séance « Invité d’honneur » : Chun-Liang Yeh, HongFei Cultures
L’interculturalité en jeu dans la lecture texte-image. Pratiques et réflexions d’un éditeur et auteur pour la jeunesse
suivi d’un entretien animé par Véronique Alexandre et Élise Ouvrard

10h45 – Pause

11h - Ateliers pluridisciplinaires

  • français :
    Magali Jeannin ; atelier autour d’un album de Chun-Liang Yeh : L’Autre Bout du Monde
  • anglais :
    Véronique Alexandre et Olivia Angué ; atelier autour de deux albums d’Anthony Browne : Into the Forest et Voices in the Park
  • histoire :
    Gérard Pinson ; atelier autour d’images de la découverte de l’Amérique

13h30 - Séance « Regards de chercheurs »

  • Dominique Briand et Gérard Pinson
    « Du carnet photographique d’un appelé aux Carnets d’Orient, d’une image trace de la guerre d’Algérie aux représentations récentes du conflit. »
    Comment retrouver la filiation des images du et sur le passé pour enseigner l’histoire aujourd’hui ?
  • Anne Schneider
    « De l’Algérie à la France : interculturalité et rencontres avec l’autre dans les récits d’immigration » à partir des albums suivants :
    Nona des sables, F. Kérisel, Albin Michel Jeunesse, 1996
    Un train pour chez nous, A. Begag, Thierry Magnier, 2001
    Midi Pile l’Algérie, J.-P. Vittori et J. Ferrandez, Rue du monde, 2001
    Nos ancêtres les pygmées, D. Daeninckx, Rue du monde, 2009
    Mon maître est un clandestin, D. Daeninckx, Rue du monde, 2010
  • Véronique Alexandre
    « Présence visuelle du monde anglophone dans la littérature jeunesse illustrée »

15h15 - Séance « Table ronde d’étudiants du Master MEEF »

  • Savannah Lequart : littéracie texte image dans les albums de jeunesse authentiques
  • Aurélie Vallois : la perception des tziganes en littérature de jeunesse
  • Harmonie Dubost : voyage interculturel dans Bih-Bih et le Bouffron-Gouffron de C. Ponti

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Les formes contemporaines de médicalisation et de psychologisation de l’échec scolaire

Publié le jeudi 07 mars 2013 par Elsa Zotian sur Calenda.org

RÉSUMÉ

L’échec scolaire est aujourd’hui de plus en plus fréquemment interprété en termes de défaillances individuelles imputées à des causes médico-psychologiques. Dans cette logique, les difficultés scolaires des élèves sont attribuées à des « troubles » psychologiques (phobie scolaire, manque d’estime de soi, instabilité psychoaffective, etc.) ou neurologiques (« galaxie des “dys” », hyperactivité, précocité intellectuelle, etc.). L’objectif de cette journée d’étude est d’appréhender la médicalisation et la psychologisation de l’échec scolaire sous un angle sociologique.

ANNONCE

Argumentaire

L’échec scolaire est aujourd’hui de plus en plus fréquemment interprété en termes de défaillances individuelles imputées à des causes médico-psychologiques. Dans cette logique, les difficultés scolaires des élèves sont attribuées à des « troubles » psychologiques (phobie scolaire, manque d’estime de soi, instabilité psychoaffective, etc.) ou neurologiques (« galaxie des “dys” », hyperactivité, précocité intellectuelle, etc.) et les politiques éducatives ciblent des élèves « à risques » ou à « besoins éducatifs particuliers ». Auparavant mobilisées pour un nombre restreint de « cas », ces interprétations médico-psychologiques prétendent désormais rendre compte de l’échec d’un nombre très important d’élèves : les enquêtes épidémiologiques laissent en effet penser que près d’un enfant sur cinq est atteint, à des degrés divers, par des « troubles des apprentissages ». L’objectif de cette journée d’étude est d’appréhender ce phénomène de médicalisation et de psychologisation de l’échec scolaire sous un angle sociologique. Il ne s’agit pas tant, pour les sociologues, de se poser en « arbitres ontologiques » rappelant les facteurs « sociaux » à l’origine de la différenciation des trajectoires scolaires (même si cette perspective de recherche ne peut être écartée), que de contribuer à une meilleure compréhension des transformations des registres interprétatifs de l’échec scolaire en les rapportant aux transformations du système éducatif et des enjeux scolaires, au renouvellement des interprétations médico-psychologiques et aux groupes qui favorisent leur diffusion. Trois axes de réflexion seront privilégiés.

Il s’agira, tout d’abord, d’analyser l’action des groupes professionnels qui élaborent les interprétations et les traitements médico-psychologiques. On cherchera à répertorier ces groupes, à caractériser leur évolution, à identifier les diagnostics, les traitements et les inférences auxquels ils se réfèrent. On s’interrogera également sur les concurrences professionnelles qui les opposent et sur la transformation des rapports de force (déclin des interprétations psychanalytiques et montée en puissance de celles issues des neurosciences cognitives). La réflexion devra également porter sur les enseignants. Pourquoi recourent-ils, dans le cadre de leur activité professionnelle, à des registres médico-psychologiques ? Pourquoi délèguent-ils de plus en plus la prise en charge des élèves en difficulté à des spécialistes exerçant dans ou hors des écoles ? Quels sont les effets de cette délégation ?

Il s’agira ensuite de montrer que la médicalisation/psychologisation de l’échec scolaire se reflète dans et est produite par les politiques éducatives qui, ciblant auparavant certains groupes d’élèves socialement défavorisés, privilégient désormais des approches centrées sur la diversité des « cas ». On essaiera de retracer la genèse et de mesurer les effets de la diffusion, dans les politiques éducatives et, en particulier dans la politique des zones d’éducation prioritaire, de certaines catégories de classement (« élèves à risque », « élèves à besoins éducatifs particuliers ») et de certains dispositifs pédagogiques, qui tendent à individualiser la perception de l’échec scolaire et à invisibiliser le caractère socialement situé du phénomène.

Il s’agira, enfin, de rapporter le « succès » de certaines catégories diagnostiques (« précocité intellectuelle », « dyslexie », etc.) aux usages qu’en font les familles. Les familles sont en effet davantage disposées à s’approprier certains diagnostics et leurs choix pèsent sur l’issue des concurrences professionnelles entre spécialistes. À certaines conditions, qu’il conviendra d’identifier, l’étiquetage médico-psychologique, loin d’être stigmatisant, peut constituer une ressource mobilisable par les familles pour peser sur l’institution scolaire. Certains diagnostics permettent aux parents de prétendre légitimement changer l’école plutôt que l’enfant.

En définitive, si la médicalisation et la psychologisation de l’échec scolaire ne sont nouvelles (certaines enquêtes les font remonter à la fin du XIXe siècle), il s’agira, lors de cette journée d’étude, de faire apparaître les caractéristiques principales du phénomène tel qu’il se donne à voir aujourd’hui.

Programme

09h00 : Accueil des participants

  • 09h30-09h45 Présentation de la journée : Stanislas Morel (sociologue, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Saint-Étienne / ECP)

Du côté des « professionnels »

  • 09h45h-10h10 : Stanislas Morel (Sociologue, Maître de conférences en sciences de l’éducation à l’université de Saint-Étienne / ECP) : « La place des professions médico-psychologiques au sein du champ d’intervention professionnelle de l’échec scolaire précoce ».
  • 10h10-10h35 : Hugo Dupont (Doctorant en sociologie à l’université de Bordeaux / Centre Emile Durkheim) : « Lorsque la déviance scolaire est interprétée sur le plan de la santé mentale : le cas des jeunes accueillis en Instituts Thérapeutiques, Éducatifs et Pédagogique ».

10h35-10h50 : Pause

  • 10h50-11h15 : Anne-Claudine Oller (Docteur en sociologie, Post-doctorante à l’OSC / IEP Paris, ATER à l’université de Saint-Étienne / LSS) : « Coaching scolaire et psychologisation des difficultés scolaires ».

11h15-12h00 : Discussion

12h00-13h30 : Déjeuner

Du côté des politiques publiques

  • 13h30-13h55 : Jean-Yves Rochex (Professeur en sciences de l’éducation à l’université de Paris 8 / ESCOL) : « Les trois “âges” des politiques d’éducation prioritaire : l’individualisation des politiques et des idéologies éducatives ».
  • 13h55-14h20 : Marianne Woollven (Docteur en sociologie, ATER à l’université Paris V / ENS-Lyon-Centre Max Weber) : « Des élèves “à besoins éducatifs particuliers”. Les politiques de prise en charge de la dyslexie en France et au Royaume-Uni ».

14h20-14h50 : Discussion

14h50-15h10 : Pause

Du côté des familles

  • 15h10-15h35 : Wilfried Lignier (Sociologue, Chargé de recherche CNRS / CESSP) : « L’identification clinique des élèves, ressource dans les stratégies éducatives ? Réflexions à partir du cas des enfants « surdoués ».
  • 15h35-16h00 : Sandrine Garcia (Maître de conférences en sociologie, à l’université Paris-Dauphine / IRISSO) : « L’investissement maternel dans le handicap. La dyslexie comme alternative à l’échec scolaire ? ».

16h-16h30 : Discussion

  • 16h30-17h00 : Synthèse / conclusion de la journée : Patrice Pinell(Sociologue, Directeur de recherche CNRS / CESSP)

LIEUX

  • Amphithéâtre E.0.1. – Université Jean Monnet, site Tréfilerie
    Saint-Étienne, France (42)

DATES

  • samedi 13 avril 2013

FICHIERS ATTACHÉS

MOTS-CLÉS

  • échec scolaire, troubles des apprentissages, dyslexie, médicalisation, psychologisation

CONTACTS

  • Stanislas Morel
    courriel : stanislasmorel2003 [at] yahoo [dot] fr

SOURCE DE L’INFORMATION

  • Stanislas Morel
    courriel : stanislasmorel2003 [at] yahoo [dot] fr

POUR CITER CETTE ANNONCE

« Les formes contemporaines de médicalisation et de psychologisation de l’échec scolaire », Journée d’étude , Calenda, Publié le jeudi 07 mars 2013,http://calenda.org/241096

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Narration et expérience de la Grande Guerre : lecture croisée de Benjamin et de Barbusse

Dès l’ouverture du  « Narrateur », Walter Benjamin signe la disparition d’un modèle ancestral de transmission de l’expérience : « l’art de narrer touche à sa fin[1] ». Nous avons perdu la capacité de transmettre des expériences, parce nous n’avons plus rien à raconter.  Benjamin attribue explicitement cette perte à une expérience nouvelle, celle de la Grande Guerre, qui est de l’ordre de l’incommunicable : « Avec la Grande Guerre un processus devenait manifeste qui, depuis, ne devait plus s’arrêter. Ne s’est-on pas aperçu à l’armistice que les gens revenaient muets du front ? non pas enrichis mais appauvris en expérience communicable[2] ». Pourtant, lorsque paraît en 1916 Le Feu d’Henri Barbusse, sous-titré « Journal d’une escouade », le succès est immédiat, et l’obscur écrivain d’avant-guerre se voit attribuer le prix Goncourt. Succès critique et populaire, Le Feu semble contredire le constat définitif de Benjamin : la dédicace « A la mémoire des camarades tombés à côté de moi à Crouy et sur la côte 119[3] », semble inclure l’œuvre de Barbusse, dès l’origine, du côté d’une expérience que l’on veut, justement, rendre communicable. Pas de grandes scènes de bataille, ou de sacrifices de héros abstraits mais des précisions sur l’existence harassante des soldats ; tentative pour, justement, rendre compte de la vie quotidienne dans un paysage rendu totalement minéral par la guerre de tranchées : « une génération qui avait encore pris le tramway à chevaux pour aller à l’école se trouvait en plein air, dans un paysage où rien n’était demeuré inchangé sinon les nuages ; et, dans le champ d’action de courants mortels et d’explosions délétères, le frêle corps humain[4] ».

De fait, Le Feu, mi-récit, mi-journal, apparaît véritablement comme la retranscription d’une expérience, à la fois à destination de l’arrière qui pour l’essentiel ignore la réalité du quotidien des poilus, mais aussi pour les combattants eux-mêmes, à qui il s’agit de rendre hommage en reconstituant la vérité de ce qu’ils ont vécu. Reconstitution… On a reproché à Barbusse de systématiser des scènes ou des dialogues, pour la couleur locale : le langage populaire des poilus, notamment, est concentré dans des scènes trop densément investies par  l’argot pour avoir une réelle valeur ethnographique[5]. Néanmoins ce reproche, s’il interroge le statut du Feu comme témoignage, ne coupe pas l’expérience de Barbusse de celles des narrateurs de Benjamin : ce sont des passeurs d’expérience, les maillons d’une chaîne ancestrale ; Benjamin évoque ainsi la double tradition des marins et des artisans, ceux qui partent et ceux qui restent, ceux qui ont beaucoup vu et ceux dont le paysage est resté immuable. La vérité de l’expérience du narrateur ne gît donc pas forcément dans son objectivité, ou dans son statut de premier témoin. Elle est ailleurs, et c’est à creuser la définition de la vraie narration selon Benjamin qu’émerge ce qui rend le récit-journal de Barbusse, selon ces critères, expérience de témoin et non de narrateur. Le narrateur, écrit Benjamin, est le descendant du conteur. Et « le conte portait conseil là où rien ne fut plus difficile qu’en trouver. Là où se ressentait la plus poignante détresse, l’aide du conte ne se fit pas attendre. Cette détresse était la détresse du mythe. Le conte nous renseigne sur les premières tentatives de l’humanité pour se délivrer du cauchemar dont le mythe avait opprimé sa poitrine[6] ».  Dans l’expérience telle qu’elle est rapportée par le narrateur de Benjamin se lit également la complicité de l’homme avec la nature : « le charme libérateur dont dispose le conte ne fait pas entrer la nature en action de façon mythique, mais la désigne comme complice de l’homme libéré[7] ». La nature de Barbusse, celle des poilus, est celle de la disparition du végétal et de l’envahissement par la pluie et la boue ; non plus complice, mais hostile, elle retient l’homme prisonnier et symbolise l’inhumanité de la guerre.

Ce n’est donc pas le cours de l’expérience qui a baissé ; c’est la qualité même de l’expérience qui s’est transformée. La Grande Guerre l’a rendue incapable de faire jaillir du réel le mythe, et du mythe une consolation pour l’homme. Ce que rapporte – et non plus raconte – Barbusse, c’est bien sûr la persistance de la fraternité humaine, mais c’est surtout l’expérience de la déshumanisation, pour laquelle il n’existe pas de consolation.


[1] Walter Benjamin, « Le Narrateur », Ecrits français, Paris, 1991, Folio, p. 265.

[2] Ibid., p. 265.

[3] Henri Barbusse, Le Feu. Journal d’une escouade (1ère édition 1916), Paris, Petite Bibliothèque Payot, 2012.

[4] Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 265.

[5] Voir notamment les critiques de Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants édités en français de 1915 à 1928, Paris, Les Etincelles, 1929. Réédité en fac-similé en 1993 et en 2006 aux Presses Universitaires de Nancy.

[6] Walter Benjamin, « Le Narrateur », op. cit., p. 290.

[7] Ibid., p. 290.

La genèse de la lecture de Baudelaire par Benjamin

Giorgio Agamben vient de publier (pour l’instant seulement en italien), un “livre fantôme”, reconstitution du livre sur Baudelaire sur lequel travaillait Benjamin avant sa mort. Agamben, à partir de documents inédits, déposés à la BNF, nous livre ainsi la genèse  du travail de Benjamin sur le poète qui haïssait si fort le matérialisme de son époque. Ce travail éclaire d’un nouveau jour les écrits sur Baudelaire de Benjamin dans les Ecrits français  (Notes sur les Tableaux parisiens de Baudelaire”, “A propos de quelques motifs baudelairiens”, p. 303-318 et “Baudelaire et les rues de Paris” dans “Paris, capitale du XXe siècle, p. 389-393, édition Folio ).

Walter Benjamin, Charles Baudelaire. Un poeta lirico nell’età del capitalismo avanzato

http://www.neripozza.it/collane_dett.php?id_coll=6&id_lib=718

La présentation du travail d’Agamben est à lire sur le site Fabula.org : http://www.fabula.org/

 

 

Carnets de chercheurs : journée d’études du 6 mars 2013


de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : « Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs »

Journée d'études Carnets de chercheurs

Lire, dessiner, écrire, parcourir le monde : des carnets de chercheurs

Avec la participation de :

  • Stéphanie Caillé, professeure d’histoire-géographie, IUFM Basse-Normandie, étudiante en master 2011-2012 ;
  • Christophe Meunier, professeur d’histoire-géographie, IUFM de Tours-Fondettes, doctorant sous la direction de Michel Lussault (ENS-LSH Lyon), UMR 5600 Environnement, Ville, Société.
  • Le séminaire « Art, langage, apprentissages », sous la direction de Serge Martin, maitre de conférences HDR, Unicaen-IUFM de Basse-Normandie, LASLAR

Journée d’études organisée par Anne-Laure Le Guern, Serge Martin et Jean-François Thémines.

Contact : jean-francois.themines@unicaen.fr

Programme

14h – Introduction - Jean-François Thémines Le monde en carnets

14h15 - Stéphanie Caillé - Carnets de mobilité : des réalisations d’élèves de lycée à propos de la France

14h30 - Christophe Meunier - L’album pour enfants et le carnet de voyage

Présentation et discussion

16h - Art, langage, apprentissage : lire et écrire pour le mémoire de master ; retour une pratique de carnets

Entretien avec Serge Martin et deux étudiantes du séminaire Art, langage et apprentissage.

16h40 – Propos de conclusion

Christophe Meunier : Professeur  d’Histoire Géographie à l’IUFM Centre Val de Loire (Université d’Orléans, site de Tours-Fondettes). Ses travaux de recherche portent sur l’espace et la spatialité dans l’album pour enfants. Il tient un carnet de recherche très remarqué sur hypothèse.org (on peut lire/voir sa communication ici: http://lta.hypotheses.org/449)

Le Séminaire Art, langage, apprentissage a tenu durant l’année universitaire 2012-2013, un carnet de lecture et écriture pour le mémoire de master. Ce carnet est consultable sur hypothèse.org

Lieu :
Caen
IUFM de Basse-Normandie

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

L’école à l’épreuve du genre

La séance du séminaire du pôle FETE (Formation, éducation, travail, emploi) de la MRSH-Caen,  intitulée :

L’école à l’épreuve du genre

aura lieu

Le vendredi 07 juin 2013, de 10 heures à 12h30, en salle des actes (SH027) de la MRSH, interviendront :

-Nicole Lucas, docteure en histoire,  chercheure associée au CERHIO (Centre de recherches historiques de l’Ouest), de l’Université Rennes2,

« Enseigner l’histoire des femmes, une urgence citoyenne? »

-Sophie Devineau, Maîtresse de conférences de sociologie, HDR en sociologie de l’éducation,  à l’université de Rouen, chercheure au  DySoLa, Laboratoire  d’analyse des dynamiques sociales et langagières),

 « Apprendre à lire la sexuation dans et par l’école : le travail des enseignantes féministes »

Ce séminaire est ouvert ; n’hésitez pas à venir, notamment ceux/celles qui à cette date proche des oraux de concours d’enseignement, y trouveront de quoi alimenter leur réflexion sur les questions de genre à l’école.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Carnets d’élèves : une journée d’études

le 6 février 2013

de 14h à 17h

Journées d’études Carnets d’élèves, d’artistes et de chercheurs : carnets de dessin, de lecture et d’écriture : manières de faire, manières de penser l’enseignement et la recherche

Journée d'études Carnets d'élèves - Affiche

Des objets aux objets de recherche : comment enquêter ? Le cas des carnets d’élèves

Programme prévisionnel

14h - Ouverture Anne-Laure Le Guern, maîtresse de conférences en sciences de l’éducation, UCBN-IUFM, CERSE EA965
Carnets, cahiers, classeurs : variations autour d’un genre

14h15 – 14h30 - Emilie Higashiyama, professeur des écoles stagiaire, EMPU Cheux PS, étudiante en master 2 en 2011/2012, master MEEF, UCBN-IUFM.
Enquête sur des « cahiers d’expression » et ce qu’ils nous disent des mobilités enfantines. Retour sur une expérience de mémoire de master Expériences de mobilités et développement de l’enfant : quels dispositifs pour la classe ? L’exemple des cahiers d’expression. Séminaire de Didactique de l’histoire et de la géographie, des sorties scolaires et séjours éducatifs.

14h30-15h15 - Stéphanie Lemarchand-Thieurmel, doctorante, sous la direction d’Annie Rouxel, Cellam, Rennes 2
L’écriture pour favoriser des lectures singulières des œuvres littéraires : enjeux et résistances. Carnets et autres dispositifs en lycée professionnel

(Pause) 15h15-15h30 - Avec une exposition de cahiers-carnets à regarder dans le hall – y compris des « cahiers sonores », cahiers-carnets de voyage, classes de CM2 de Karine Cauet (Conseillère pédagogique, IA14) et de CP ou CE1 de Dominique Pouettre (PEMF)

15h30-16h Anne Schneider, MCF, Université de Caen Basse-Normandie, LASLAR
Le carnet de lecture en liberté… surveillée

16h
 Discussion

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Ce que l’école fait avec le cinéma

Voici un ouvrage qui devrait intéresser non seulement les étudiants qui ont pour sujet le cinéma à l’école mais également tous ceux qui veulent réfléchir aux liens forts entre langage – en particulier les pratiques d’écritures en classe  -  et pratiques artistiques et culturelles parce que les apprentissages et les subjectivations s’y font de concert au coeur de toute politique éducative en matière d’art et de culture. On pourra regretter néanmoins l’absence de références à John Dewey ou plus proche de nous à Michel de Certeau ainsi qu’à des travaux récents relevant des cultural et adaptation studies :

voir, entre autres

- Glevarec Hervé et alii, Cultural Studies. Anthologie, Armand Colin, 2008;

- Gaudreault André, Groensteen Thieery, dirs., La Transécriture, pour une théorie de l’adaptation. Littérature, cinéma, bande dessinée, théâtre, clip, Québec, éd. Nota Bene / Angoulème, CNBDI, 1998).

Serge Martin

Caroline Archat-Tatah, Ce que l’école fait avec le cinéma, Enjeux d’apprentissage dans la scolarisation de l’art à l’école primaire et au collège, Presses universitaires de Rennes, 2013.

Présentation de l’éditeur:

Ce livre propose une réflexion sur les apprentissages et les enseignements en jeu dans les dispositifs d’éducation au cinéma à l’école primaire et au collège. En portant le regard sur les conceptions et les valeurs qui sous-tendent l’idée d’une fonction éducative de l’art, puis sur ce que font concrètement les élèves en situation, l’auteure interroge la place du cinéma dans le curriculum scolaire. L’expérimentation du logiciel Lignes de temps ouvre une piste de recherche sur ce que les techniques numériques d’annotation offrent comme possibilités.

Le sommaire:

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1357828471_doc.pdf

L’introduction:

http://www.pur-editions.fr/couvertures/1357828453_doc.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook

Le discours de l’art. Ecrits d’artistes, 1960-1980

Laurence Corbel

 

Le discours de l’art

 

Écrits d’artistes, 1960-1980

Collection : Æsthetica

Presses Universitaires de Rennes, 2013

filet

Format : 17 x 21 cm
Nombre de pages : 316 p.

Illustrations : N & B

ISBN : 978-2-7535-2033-2

Disponibilité : en librairie
Prix : 22,00 €

 

À travers les écrits de Daniel Buren, de Marcel Broodthaers, de Dan Graham et de Robert Smithson, mais aussi et plus largement, à travers l’abondante production discursive des artistes des années 1960-1980, cet ouvrage analyse comment, au sein même de la pratique artistique, se construisent des discours participant aux différents domaines de la critique, de la théorie et de l’histoire de l’art. Il contribue ainsi à la compréhension des formes inédites de l’art contemporain au moment de ce qu’Arthur Danto a appelé son « tournant linguistique ».

Avec une préface d’Anne Mœglin-Delcroix.

On peut lire le sommaire et l’introduction à cette adresse :

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3074&utm_source=parutions-ure-semaine-de-janvier&utm_medium=e-mail&utm_content=couverture&utm_campaign=annonce-des-dernieres-parutions

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche

More Posts - Website

Follow Me:
Facebook