L’entretien biographique – l’écoute des voix intimes?

Chaque recherche implique une méthodologie spécifique. Sa nature, sa problématique, les objectifs visés, etc. vont porter notre choix sur la méthodologie la plus adéquate à suivre. Ainsi, on se décide pour les questionnaires, le corpus à analyser, l’entretien – directif, semi-directif, de compréhension, biographique… Mais avant de déterminer la méthode qui nous permettra d’aboutir à notre recherche, il faut bien connaître tous les traits de chacune d’elle, ses avantages et ses inconvénients. Dans cette optique, la matinée de recherche L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens organisée le 7 février à la Maison de recherche avait pour objectif de croiser les différents points de vue des intervenants sur l’entretien biographique et sur son intérêt en didactique des langues.

La communication de Brahim Benberkane et de Magali Ruet, doctorants à Paris 3, est particulièrement attirée mon attention. Intitulée L’entretien biographique entre écoute et compréhension : raconter sa mobilité pour mieux comprendre ses mondes, elle s’articulait autour de plusieurs questions :

Pourquoi l’entretien biographique est leur méthode de recherche privilégié ? Quelle est la relation entre chercheur et ses témoins ? Quel est l’effet d’un tel entretien sur les acteurs ?

Le choix de cette méthode pour leurs recherches est tout à fait justifié. Cela dit, leurs thématiques, mobilité étudiante et migration, exigent le recueil des trajectoires de vie de leurs interviewés. C’est l’objectif de l’entretien biographique – mettre en avant les passages, les expériences d’une vie qui permettra au chercheur de se concentrer sur la séquence des événements traversés par un individu et d’épuiser plus profondément dans l’individu. Afin d’y arriver, la question de la relation de confiance se pose. Comment établir un contact et gagner la confiance ? D’après Magali Ruet, un cadre détendu, une explication du projet, de la méthodologie, le fait que l’enquêté doit parler naturellement sur sa vie, sans les questions posées, permettront au chercheur de créer une relation de confiance avec son enquêté. Brahim Benberkane ajoute également que le gage de confiance s’effectue par la garantie de l’anonymat de l’informateur et par la remise du travail après la transcription à son témoin.

Après avoir établi une relation de confiance, on peut s’interroger sur le rapport entre chercheur et enquêté. En prenant en compte que l’entretien biographique permet un retour réflexif de l’informateur sur lui-même, sur son parcours, sur sa vie, c’est évident que c’est lui qui conduit beaucoup l’entretien. De ce fait, les rôles du chercheur et de l’interviewé s’inversent. Ce moment n’est-il pas celui de la modification du statut de l’informateur vs le statut de l’interlocuteur ?[1] Le chercheur efface-t-il sa posture de chercheur ?  Il me semble que ce type d’entretien entraîne facilement le chercheur à la subjectivité qui, influencé par son témoin, oublie vite sa posture de chercheur. Je pense ici particulièrement aux jeunes chercheurs, comme moi. Alors, comment jongler entre la subjectivité et l’objectivité ? Selon ces deux doctorants, afin d’éviter le piège de subjectivité, le chercheur doit préparer minutieusement le protocole d’enquête qui permettra de tenir compte des facteurs pouvant diriger l’entretien dans un autre sens.

En ce qui concerne l’impact de l’entretien sur les témoins, Brahim Benbarkane met en exergue sa force libératrice. Cet entretien a permis à son enquêtée de s’exprimer, de se faire écouter et de se faire libérer grâce aux mots. Là, on voit également une force transformatrice de l’entretien – une transformation intérieure de nos témoins.

Enfin, la présentation de ces jeunes chercheurs sur l’entretien biographique m’a fait penser au film A Walnut tree du réalisateur Aziz Ammar[2]. L’entretien devient un moyen de l’expression, de faire écouter « sans voix » et de tenir leurs voix. Mais le questionnement suivant surgit d’emblée : Comment tenir ces voix dans la recherche ? Comment les restituer de sorte qu’elles ne se perdent pas ? Est-il possible d’éviter de les envisager à travers le prisme de notre point de vue ? Comment se positionner par rapport à l’enquêté ? Est-il possible de garder une posture neutre et objective ? Jusqu’à où aller dans un entretien ?

[1] Eric Chauvier, anthropologue, plaide pour la modification du statut de l’observé – d’une personne invisible vers une personne singulière et unique. Voir mon article : https://arlap.hypotheses.org/8332

[2] Voir l’article : https://arlap.hypotheses.org/8332

Source d’image:

http://www.univ-paris3.fr/medias/fichier/v6affichdiltec-axe-dilfopl-entretien_1484660505292.pdf

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

JOURNEE D’ETUDE

 

Le 17 février 2017, j’ai assisté à une journée d’étude intitulée ‘’Politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations’’ organisée par l’équipe de recherche PLIDAM (Pluralité des langues et des identités : didactique, acquisition, médiation) de L’INALCO (Institut National des langues et civilisation orientales).
C’était une journée extraordinaire pour moi. Quand je suis arrivée, la présentation avait déjà commencé. Je me suis assise à côté de mon amie et soudain,, j’ai entendu le nom de M. Martinez qui apparaît dans la bibliographie de mon mémoire. J’ai été très surprise car justement c’était l’homme qui était assis à côté de mon amie. J’étais très contente de le voir et cela m’a beaucoup touché !
La journée était divisée en deux parties.
La première partie : ‘’matinée’’ de 9h à midi concernait l’ouvrage Le précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme rédigé par l’équipe de PLIDAM publié en 2008 en français et présenté ce jour-là à l’occasion de sa traduction en chinois par le Pr FU Rong et son équipe de l’université des études étrangères de Pékin (2016).
La deuxième partie : ‘’après-midi’’ de 15h à 17h a traité des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé. Cette journée d’étude a effectivement permis à des spécialistes d’horizons différents de confronter leurs idées sur le sujet.
Dans l’ensemble, la journée était bien organisée.
En effet, au cours de la première partie des échanges ont eu lieu entre plusieurs professeurs. J’ai appris de nouvelles informations concernant une expérience de traduction du français au chinois du Professeur FU Rong. En répondant à la question suivante « Pourquoi la traduction ? » , il a précisé que ‘’mondialisation ‘’signifiait échange, partage et mutualisation de nos idées, expériences et pratiques des langues cultures… une valeur et une finalité communes pour constituer d’ex politiques linguistiques éducatives en général et la didactique des langues-cultures en particulier ……en relation étroite avec le concept de l’ « éducation par les langues-cultures » concept didactologique avancé et défendu par Robert Galisson…’’
Puis, il a mentionné certains débats linguistiques, disciplinaires et culturels soulevés au cours de la traduction. Au cours de cette communication, il a abordé quelques difficultés de la traduction d’une langue à l’autre plus particulièrement dans le choix du mot approprié comme par exemple : multi et pluri ‘’ en français qui se traduit par le même mot en chinois . Nous avons ainsi compris que pour traduire il faut avoir une bonne connaissance de la culture cachée dans une langue et que cette culture ne peut jamais être séparée de la langue elle-même.
Sa dernière partie était consacrée aux stratégies de traduction telles que :
– le processus d’interprétation, de déverbalisation et de reformulation
– la bonne compréhension du sens du texte original et l’expression correcte dans la langue d’arrivée.
Lors de la deuxième partie, j’ai été déçue par une communication pendant laquelle je n’ai pas compris ce que voulait dire la personne qui a pris la parole. Sa voix n’était pas claire et sa façon de s’asseoir et ses regards m’ont ennuyée.
Mais à la fin, j’ai davantage apprécié l’exposé de Mme MOOR, Danièle Moor, professeur à l’université Simon Fraserburgh (Vancouver, Canada). Elle nous a présenté ses recherches en sociolinguistique, en didactique des langues et en acquisition qui regroupent l’étude des plurilinguismes sociaux et l’analyse des interactions de classe. Cet exposé était riche et très utile car elle nous a expliqué comment elle tire profit d’une façon très efficace des tableaux et des textes en classe de langues.

Rana

Etudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3 .

More Posts

Pourquoi écrivez-vous ? Master class avec sept grands écrivains contemporains

France Culture, la Bibliothèque nationale de France et le Centre national du Livre organisent une série de Master class avec sept grands écrivains contemporains : Yasmina Reza, Jean Echenoz, Jean Rolin, Maylis de Kerangal, Pierre Guyotat, Pierre Michon, Olivier Rolin.

Chacune de ces rencontres représente une réelle occasion de poser toutes vos questions relatives à l’écriture, à l’édition des œuvres et aux parcours des écrivains.  

Pour avoir des informations supplémentaires :

http://www.bnf.fr/fr/evenements_et_culture/auditoriums/f.masterclasses_ecrivains.html?seance=1223925896946

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

la conférence FOS, Le 18 janvier 2017

Je voudrais partager avec vous les idées principales d’une conférence que j’ai assistée en janvier. Cette conférence s’articule sur le français sur objectif spécifique (FOS). Il s’intitule « le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution ».

La conférence était exposée par JEAN-MARC MANGIANTE. Titulaire de professeur de l’université d’Artois, ce Monsieur se spécialise dans l’analyse de discours spécialisés et la didactique du français sur objectif spécifique et universitaire. La conférence a eu lieu dans une bonne ambiance, après l’introduction du thème à aborder et le chercher à exposer de Mme. Cavalla, le professeur nous a présenté ses recherches sur le FOS.

Le FOS est apparu en réponse aux besoins spécifiques des gens qui vivent dans un monde où la mobilité manifeste importante sans précédent. Les gens se déplacent davantage dans les pays différents, les étudiantes visent à suivre leur étude partout dans le monde. Le besoin de communiquer ou de réaliser des tâches s’accroit dans la vie professionnel et universitaire. Le français est une langue largement partagée par le monde, et les gens travaillant ou étudiant dans les pays francophones font face souvent au besoin de l’apprendre. Les apprenants de français ici n’apprennent plus le français avec n’importe quel objectif. En revanche, ils portent souvent un objectif très précis, soit professionnelle, soit universitaire. S’inscrivant dans cette situation, le développement de la didactique du FOS s’avère plus urgent que tous les moments dans l’histoire.

Comment concevoir la didactique du FOS? Avec quelle démarche?

Le professeur propose de suivre cette procédure: identifier tout d’abord la demande de formation, puis analyser les besoins des apprenants, une fois les besoins repérés, collecter des données sur le terrain afin de les analyser pour créer des séquences didactiques. Prenons une entreprise comme exemple, pour créer des cours de FOS pour les effectifs d’une entreprise, il faut en premier temps construire une équipe des didacticiens. Cette équipe doit travailler en collaboration avec l’entreprise afin d’identifier des besoins et de recueillir des données à analyser. Lors de cette démarche, plusieurs méthodes peuvent être mobilisées: l’entretien, le questionnaire, etc. Même les différents postes seront pris en compte pour préciser les besoins d’apprentissage. Les données peuvent être plus largement les connaissances du secteur de l’entreprise mais aussi plus étroitement les documents internes de l’entreprise. Tout constitue un corpus qui permettrait de dégager des connaissances linguistiques et professionnelles, autour desquelles, les séquences pédagogiques seront élaborées.

Cette présentation des démarches pour construire la didactique du FOS m’a bien impressionné et m’a amené à réfléchir sur le statut du FOS en Chine et la démarche employée par les didacticiens chinois dans les universités. Grâce au bon avancement des relations sino-françaises, les Universités chinoises lancent beaucoup de programmes collaboratifs avec les universités françaises. Les étudiants chinois bénéficiant des programmes pourraient avoir l’opportunité de poursuivre leur étude en France. Avant de les envoyer en France, les universités chinois ont tendance à les former en langue française. Mais les cours sont toujours de cours élaborés dans le cadre du français langue étrangère ou du français général. Cela ne permet pas une appropriation efficiente dans un domaine donné et les étudiants rencontrent toujours des problèmes lorsqu’ils entrent en France.

Une professeure de français en Chine a constaté dans son article que le FOS en Chine se caractérise toujours par la juxtaposition du cours de français général avec le cours de spécialité. Les deux sont étanches de l’un à l’autre ( Yan XU, 2008 ). Avec cet aménagement, les étudiants chinois doivent mobiliser deux activités cognitives différentes et doubler leur effort lors de leur apprentissage. Non seulement les universités, les entreprises chinoises ont aussi cette vision de juxtaposer l’enseignement du français général en dehors du travail pour créer des personnes en langue française. Par exemple, l’entreprise étatique que j’ai travaillé pour trois ans.

Cette conférence me permet de bien comprendre ce qu’est une vraie didactique du FOS et de reconnaître les carences présentes en Chine afin d’approcher un jour la didactique du FOS en Chine vers le modèle français.

Bibliographie:

▪ Jean-Marc MANGIANTE. (s. d.). Consulté 19 février 2017, à l’adresse http://grammatica.univ-artois.fr/Equipe/Membres-permanents/Jean-Marc-MANGIANTE

▪ Jean-Marc MANGIANTE. La conférence le 18 janvier 2017 à l’Université de Sorbonne Nouvelle,«Le français sur objectif spécifique, aujourd’hui: une démarche en pleine évolution».

▪ Yan XU, 2008. L’enseignement du français sur objectifs spécifiques en Chine : l’importance de la mise en place d’une interaction entre les parties impliquées dans un cours in Synergies Chine n°3, p107-116, l’accès en ligne: https://gerflint.fr/Base/Chine3/xu.pdf

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

Le langage et l’homme : dernier numéro aux éditions l’Harmattan


recto • verso • aplat

APPRENDRE OU ENSEIGNER LE FRANÇAIS, UN CHOIX DU COEUR ET DE LA RAISON

Le Langage et l’Homme n°20162
Geneviève Géron
Numéro coordonné par Jean-Marc Defays et Geneviève Geron
EME Editions
Le Langage et l’Homme
LANGUE  DIDACTIQUE 

Né en 1966, Le Langage et l’Homme est une revue aujourd’hui consacrée à la didactique du français. Elle entend promouvoir des innovations et des partenariats, et diffuser des recherches et des outils dans le domaine. Située au carrefour de plusieurs disciplines – sciences de l’éducation, psychologie, sciences du texte et du langage, anthropologie, ethnographie et sociologie -, elle tente de mettre un certain nombre de concepts en rapport avec des pratiques de terrain.

ISBN : 978-2-8066-3589-1 • février 2017 • 262 pages 
EAN PDF : 9782806650757

* Nos versions numériques sont compatibles avec l’ensemble des liseuses et lecteurs du marché.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Références bibliographiques

Quelques références bibliographiques et sitographiques concernant le Français sur Objectif(s) Spécifique(s) et son enseignement en milieu militaire.

BIBLIOGRAPHIE

Association de didactique du français langue étrangère, La lettre Asdifle : L’Auto-apprentissage en milieu institutionnel, CLE International, 2004

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. FLE, l’instant et l’histoire : actes des Rencontres du 29 mars 2012 à l’Alliance française de Paris Île-de-France et du 19 octobre 2012 au CLA de Besançon, Paris, CLE International, 2013

 Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Les métiers du FLE. Actes des 33e et 34e Rencontres, Paris, CLE International, 2013

Association de didactique du français langue étrangère, Les cahiers de l’Asdifle. Y a-t-il un français sans objectif(s) spécifique(s) ? : actes des 29e et 30e Rencontres de l’ Association de didactique du français langue étrangère, mars 2002, Paris-octobre 2002, Grenoble, DL 2003

Jean-Claude Beacco et Denis Lehmann (coord. par) Publics spécifiques et communication spécialisée, Paris, Hachette, 1990

 Olivier Bertrand et Isabelle Schaffner (sous la dir.), Le français de spécialité. Enjeux culturels et linguistique, Palaiseau, Edition de l’Ecole Polytechnique, 2008

Catherine Carras, Patricia Kohler, Elisabeth Sjilagyi, Jacqueline Tolas, Le Français sur Objectifs Spécifiques et la classe de langue, Paris, CLE International, 2007

Irénée Carré, Méthode pratique de langages, de lecture, d’écriture, et de calcul, Livre du maître, Paris, Armand Colin, 1922,

Philippe Carré, Organiser l’apprentissage des langues étrangères : la formation linguistique professionnelle, Paris, Editions d’organisation, 1991

Véronique Castellotti & Hocine Chalabi (sous la dir.), Le français langue étrangère et seconde : des paysages didactiques en contexte, L’Harmattan, DL 2006

Centre Interarmées de Concepts, de Doctrines et d’Expérimentations, Glossaire interarmées de terminologie opérationnelle, Paris, Ecole militaire, 2015

Jean-Louis Chiss et Jean-Claude Beacco, Les cultures éducatives et linguistiques dans l’enseignement des langues, PUF, 2005

Conseil de l’Europe, Cadre Européen Commun de Référence pour les langues : apprendre, enseigner, évaluer, Strasbourg, Division des politiques linguistiques, 2000

Crid, Répertoire des Méthodes de français sur objectifs spécifiques, 2016

Jean-Pierre Cuq (sous la dir.) Dictionnaire de didactique du français langue étrangère et seconde, Paris, CLE International, 2003

 Jacques David et Jean-Louis Chiss Didactique du français et étude de la langue : Le Français aujourd’hui, Broché, 2011

Gisèle Holtzer, Du français fonctionnel au français sur objectif spécifiques. Histoire des notions et des pratiques, Paris, Le Français dans le monde, 2004

Denis Lehmann, Objectifs spécifiques en langue étrangère : les programmes en question, Vanves, Hachette FLE, 1993

Pierre Lerat, Les langues spécialisées, Paris, PUF, 1995

Jean-Marc Mangiante-Chantal Parpette Le Français sur Objectif Spécifique : de l’analyse des besoins à l’élaboration d’un cours, Paris, Hachette, 2004

Ministère de la Guerre, Règlement provisoire du 7 juillet 1926 pour l’enseignement du français aux militaires indigènes, Paris, Charles-Lavauzelle&Cie, 1927

Ministère de la Défense nationale (Guerre), Manuel d’éducation morale à l’usage des militaires indigènes coloniaux. Paris, Imprimerie Nationale, 1932

Ministère de la Défense Nationale. Secrétariat d’Etat aux Forces Armées Terre, Etat-major de l’armée, 3e Bureau, Méthode d’enseignement du Français aux Français de souche Nord-Africaine, Parie, Imprimerie Nationale, 1960.

Ministère des Affaires étrangères et du Développement International, Direction de la coopération de sécurité et de défense, Partenaires sécurité défense. Revue de la coopération de sécurité et de défense, Paris, Juin 2014   

Florence Mourlhon-Dallies, Enseigner une langue à des fins professionnelles, Paris, Didier, 2008

Caroline Mraz, EN AVANT ! Méthode du français pour les militaires. Le Ministère des Affaires étrangères et européennes, 2011

Louis Porcher, Sur le bout de la langue : la didactique en blog, Paris, CLE International, 2014

SITOGRAPHIE

Association Nationale des Officiers et sous-officiers Linguistes de Réserve (L’ANOLiR) : http://www.anolir.org/certificats-militaires-de-langues/

 Centre de Doctrine et d’Enseignement du Commandement : http://www.penseemiliterre.fr/

Centre national de formation aux langues et à l’international (CNFLIG) : http://www.gendarmerie.interieur.gouv.fr/cegn/Autres-pages/Centres/Centre-national-de-formation-aux-langues-et-a-l-international-CNFLIG

Chambre de commerce et d’industrie de Paris, Centre de Langue Française : http://www.centredelanguefrancaise.paris/tests-diplomes/diplomes-francais-professionnel-dfp/

Direction de la coopération de sécurité et de défense : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/politique-etrangere-de-la-france/defense-et-securite/cooperation-de-securite-et-de-defense/la-direction-de-la-cooperation-de-securite-et-de-defense/

 Légion Etrangère : http://www.legion-etrangere.com/

Organisation des Nations Unies : http://www.un.org/fr/about-un/

Radio France internationale (RFI) : http://www.rfi.fr/

Réseau d’expertise et de formation francophone pour les opérations de paix (REFFOP) :  http://reffop.francophonie.org/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Compte rendu d’une journée d’étude : politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations

Vendredi 17 février 2017, j’ai participé à une journée d’étude s’intitulant politiques linguistiques, plurilinguisme et représentations, organisée par l’INALCO. La journée peut être divisée particulièrement en deux parties : les communications de la matinée et celles de l’après-midi. Les premières sont centrées sur l’ouvrage Précis du plurilinguisme et du pluriculturalisme, ainsi que sa version chinoise qui vient de voir le jour en Chine. C’est un ouvrage collectif rédigé par l’équipe PLIDAM (Pluralité des Langues et des Identités : Didactique – Acquisition – Médiations), regroupant les points de vue sur la didactique des langues et des cultures de 90 enseignants-chercheurs et enseignants du monde entier qui représentent 68 institutions différentes. Sa version originale (en français ) a été publiée en 2008, la version anglaise est ensuite apparue en 2011, et des années plus tard (en juin, 2016), FU Rong et son équipe ont terminé le projet de sa traduction en chinois. À partir de cet ouvrage, les intervenants se demandent : comment résoudre des problèmes de traduction dans différents contextes de contacts de langues et de cultures ? comment mener une réflexion sur l’enseignement des langues transversales à toutes les langues ? comment faire de la recherche avec une équipe internationale ? Et dans la deuxième partie de la journée, on travaille sur des regards croisés en didactique des langues et en sociolinguistique sur les représentations sociales, en répondant des questions comme : à quelles interprétations, utilisations et acceptions devrait-on s’attendre lorsque deux disciplines proches partagent un mot-clé ? où sont les débats sur les « représentations sociales » en didactique des langues et en sociolinguistique, etc.

En tant que future enseignante de français en Chine, je pense que la première communication donnée par le professeur chinois FU Rong m’a beaucoup aidée. Le titre de cette communication est : traduction : enjeux pour la circulation internationale des idées en didactique des langues. Expérience de traduction du français en chinois du ppp. La communication se déroule en trois parties, monsieur FU présente d’abord les raisons d’introduire un tel ouvrage en Chine. Ensuite, il explique des difficultés affrontées concernant les aspects linguistiques, disciplinaires et culturels lors de la traduction. Il a cité des exemples très concrets pour nous expliquer la manière de trouver un meilleur terme, une meilleure définition d’une langue à l’autre, ainsi que les efforts qu’ils ont fait tout au long de ce travail. À la fin, il nous parle de quelques théories sur les stratégies de traduction.

Nous disons que c’est un monde unifié, mais chaque pays a un contexte particulier. Au-delà de cette communication, nous sommes ravis de trouver que, les politiques linguistiques éducatives en Chine sont en train de se développer, une conséquence directe et évidente est le changement de la vision des professeurs chinois, qui apportent au public chinois des ouvrages qui sont plus pratiques et plus « internationales ». Comme cet ouvrage sur la question du plurilinguisme et du pluriculturalisme, qui met en scène un thème encore loin d’être développé en Chine, alors en Europe, on a déjà des énormes recherches concernant ce sujet. D’ailleurs, pendant la communication, le professeur nous a donné plusieurs exemples lors de cette traduction transdisciplinaire. Ce qui me confirme de nouveau que : le français et le chinois sont deux langues linguistiquement et culturellement distantes, en tant qu’apprenant de français et future enseignante, il faut non seulement maîtriser les deux langues, mais aussi les cultures derrière les langues, leurs références disciplinaires, etc. C’est un travail durable.

À la fin, je voudrais citer deux questions que je me suis posé après la communication et qui vont être répondues dans mon mémoire : dans un contexte chinois d’aujourd’hui, comment peut-on introduire les effets de mondialisation à l’enseignement du français en Chine et dans quelle manière peut-on faire face aux rencontres des différentes cultures, des plurilingues et des transdisciplines.

 

 

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l'université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts

Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO

Peut-être comme moi vous vous étonnez toujours de voir apparaître au fil de l’année des Journées internationales comme celle du câlin (21 janvier), celle des gauchers (13 août), Journée mondiale sans achat (dernier weekend de novembre)  ou encore la Journée mondiale du pull de Noël ( 3ème vendredi de décembre). Eh oui …

En général, nous nous souvenons surtout des journées qui mobilisent de nombreuses manifestations et qui ont plus de visibilité dans la presse : la Journée internationale des femmes (8 mars), les Journées du patrimoine ( 3ème weekend de septembre) ou encore en ce qui me concerne, la journée mondiale de l’eau (22 mars) et celles contre la faim (15 juin) que j’avais l’occasion de « célébrer » étant plus jeune avec mes professeurs

Difficile de savoir pourquoi, qui et comment ces journées sont instituées. Bien souvent, il faut reconnaître les volontés et les engagements de grandes institutions comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF etc.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui a lieu le 21 février, l’Unesco nous rappelle que « La Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque. »

Entant qu’étudiants/professeurs/chercheurs en FLE, en didactique des langues et des cultures, ces enjeux autour de la langue maternelle de tous doivent nous concernés, dans la transmission de notre langue maternelle (le français ?) mais surtout dans le respect et la sauvegarde de la (ou les) langue(s) maternelle(s) des individus que nous rencontrons et que nous instruisons.

Et j’ajouterais à cela les mots très justes de Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO « À l’occasion de cette Journée je lance un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux » !

Cette journée internationale va mobiliser de nombreuses manifestations à travers les institutions et les écoles qui auront choisi de la célébrer. Alors, permettez moi de vous partager l’évènement que L’UNESCO organise pour l’occasion :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/imld2017-agenda-fr.pdf

(l’évènement semble gratuit et libre d’entrée, je n’ai pas eu d’informations contraires)

Prochains rendez-vous : la Journée internationale la Francophonie (bien sûr !) le 20 mars, Journée européenne des langues (voulue par Conseil de l’Europe, 26 septembre) ou pourquoi pas la Journée mondiale des enseignants (5 octobre, merci l’ONU).

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Entretenons-nous !

Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005, Paris

Mardi 7 septembre 2017, 9h-13h, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, 75005 Paris

Dans cette petite salle bondée de la maison de la recherche a eu lieu une journée d’étude, ou plutôt comme l’a dit la présidente de séance, Mme Molinié, « une matinée d’étude », sur le thème de  « l’entretien biographique, interaction et ajustements de sens ».

Le terme « entretien biographique » avait piqué ma curiosité lorsque j’ai, pour la première fois, jeté un coup d’œil au programme. Quelques questions ont alors jailli dans ma tête. Certes, il existe différents types d’entretiens, généralement déterminés par les questions posées (plus ou moins ouvertes) et par les conditions dans lesquelles ils sont réalisés. Une question revenait sans cesse : un entretien peut-il être autre chose que biographique ? Je voyais alors une redondance à cette combinaison de termes car il me paraissait difficile d’effectuer un entretien sans demander à la personne interviewée de parler d’elle, de son vécu, de son ressenti, de ses idées ou, donc, de ce qui rend biographique la plupart des entretiens. Ce type d’entretien semble, cependant, différer de « l’entretien de compréhension », sujet d’étude de Paola Gamboa-Diaz, chercheur au DILTEC de l’Université Paris 3, à travers lequel le chercheur peut effectuer une intercompréhension grâce aux données qui lui offrent des éléments de réflexivité sociale et professionnelle.

Lors de l’introduction aux panels, la présidente de séance a introduit et a défini l’objet d’étude de la journée. En effet, elle a précisé que l’entretien biographique consiste en un véritable outil de la recherche action qui permet de créer un pond entre la recherche et la réflexion tout en mettant en perspective son aspect pratique. L’entretien biographique lie aussi posture du chercheur, posture professionnelle et posture personnelle de l’enseignant. Selon Mme Molinié, ce type d’entretien ouvre un espace de transformation, de formation, de transition, de mise en moule mais aussi d’émancipation. La relation entre les sujets, lors de l’entretien, joue alors un rôle important car il est possible d’y observer une inter-transformation des sujets. Il  semble aussi primordial de comprendre la différence entre les interprétations subjectives du chercheur et les conditions objectives dans lesquelles il effectue sa recherche.

Delphine Leroy, chercheuse au sein du laboratoire EXPERICE, à l’université Paris 8, a ensuite répondu à une autre question que je me suis posée lorsque j’ai lu le titre de cette journée d’étude : « pourquoi faire des entretiens biographiques ? ». Pour elle, dans la recherche en didactique des langues et des cultures, les entretiens biographiques permettent de concrétiser le fait d’apprendre chez l’apprenant. Ce dernier ne serait pas le seul à profiter d’un tel processus car le chercheur bénéficie des données pour la recherche et l’apprenti-chercheur bénéficie du processus en se formant à la recherche par la recherche. Delphine Leroy précise que l’objectif de ce type d’entretien est de permettre à l’interviewé d’effectuer un retour sur lui-même, sur son apprentissage, son rôle social ou son utilisation des langues au quotidien. Ceci semble donc offrir une opportunité de mettre en évidence les présupposés qu’on a et bien d’autres aspects de la vie auxquels on ne porte peut-être pas suffisamment attention. L’entretien biographique se tourne alors vers des questions identitaires, souvent déterminées par nos échanges, nos trajectoires migratoires, nos insertions ou exclusions, de respect ou de rejet de la norme…

Cependant, si l’entretien biographique résume et analyse des grandes lignes des vies de personnes inconnues, de vous et de moi, le chercheur se doit d’effectuer des choix, de situer des axes d’intervention mais aussi de prendre conscience de ses propres préjugés et idéologies. Delphine Leroy précise l’importance méthodologique d’essayer de garder une distance avec l’entretien afin de pouvoir garder cette position de chercheur et encourage l’utilisation d’un journal de terrain pour restituer académiquement les données. Brahim Benberkane et Magali Ruet, eux, insistent sur la préparation méticuleuse d’un protocole d’enquête qui peut permettre de limiter l’influence émotionnelle ou affective et de prendre en compte différents facteurs qui peuvent orienter l’entretien. L’entretien se dessine comme un outil subjectif dans lequel l’interviewé et le chercheur ont des postures différentes et adoptent donc des « faces » différentes.

 

Sources :

Journée d’étude, séminaire n°1 du cycle Parcours de vie et expériences formatives dans l’écriture de la recherche en didactique des langues et des cultures, « L’entretien biographique. Interactions et ajustements ». Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

http://www.univ-paris3.fr/l-entretien-biographique-interaction-et-ajustements-de-sens-422221.kjsp?RH=1236178100008

 

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Les représentations sociales des langues : processus de filtrage

Au carrefour de nos lectures se croisent une myriade d’informations. De ce fait, il est nécessaire d’avoir un bon sens de la synthése afin de consolider les informations nouvellement acquises et de les assimiler soigneusement à ce que nous savons déjà. C’est aussi dans cette étape que nous serons amenés à faire face à des dilemmes nous incitant soit à accepter, à refuser ou soit à rejeter telle ou telle information. Comment sait-on le poids de chaque information ? Quelle information pèse le plus ? Quelle information est à retenir de manière à ce qu’elle ne soit pas une répétition d’une autre information déjà citée mais qui se déguise en autre forme dans le cadre théorique ? Les questions de ce type nécessitent une relecture fréquente des notions que nous avons abordées pour encadrer nos recherches. C’est ainsi que, je crois, nous pouvons aiguiser la colonne vertebrale du côté théorique de nos analyses. Pourtant, les théories que nous utilisons ne serviront à rien si nous n’arriverons pas à les rapprocher du « réel », du côté pratique. Quoi faire alors pour procéder à une analyse prenant en compte à la fois les notions théoriques et tout ce qui découle de la pratique. C’est donc ce dilemme sur laquelle je voudrais me pencher pour ce billet.

En quête des lumières, j’ai découvert un texte intitulé « Schématisation, représentations et images » écrit par Jean-Blaise Grize du Centre de Recherches Sémiologiques de l’Université de Neuchâtel. Le texte est paru dans un recueil d’actes du Colloque du Centre de        Recherches  Linguistiques et Sémiologiques de Lyon (du 20 au 22 mai 1977). La thématique du colloque était centrée sur les stratégies discursives. Le texte auquel j’ai fait allusion m’a intéressé parce que l’auteur a fourni un cadre générale d’analyse qui semble s’adapter au rythme de mon analyse. Gardant à l’esprit la nécessité de transformer les notions théoriques en des outils concrets d’analyse, je me suis dit tout de suite que ce texte pouvait se servir de bon point de départ d’analyse compte tenu de la clarté de ses outils proposés. En effet, l’auteur a insisté sur des points primordiaux dans l’analyse des représentations à travers le discours d’un sujet. Pourtant, je ne me focalise que sur celui qui est directement pertinent à mon analyse. Dans son texte, il nous rappelle que « tout discours construit une sorte de micro-univers » (qu’il appelle « schématisation ») (1977 : 45). Pour lui, ces « micro-univers » n’est accéssibles que par les « phénomènes de langue ». Ceux-ci, dit-il, servent d’ « instruments heuristiques pour parvenir à poser l’existence de certaines opérations de pensée » (1977 : 45). Ces premieres lignes m’ont fait parvenu ce dont j’avais besoin pour  commencer à me lancer dans l’analyse. Comme je travaille sur les représentations sociales des langues, j’ai dû trouver des moyens pour entrer dans la « pensée sociale » des informateurs. Pourtant, ce n’est pas si facile que cela car cela me pousse à traverser d’abord les représentations individuelles qui sont divergentes. Pour y remédier, j’ai dû alors me référer à des outils de la sémiologie pour étudier le « sens » qu’accorde chaque individu à leurs représentations et la manière dont ce « sens individuel » devient un « sens commun » nous rapprochant en conséquence de la représentation sociale. De là, j’ai dû faire une « schématisation » entre ce qui est de l’individu et ce qui est du « social ».

Grize, J.B. (1977). « Schématisation, représentations et images ». In Stratégies discursives : Actes du Colloque du Centre de Recherches Linguistiques et Semiologiques de Lyon. Presses universitaires de Lyon, pg. 45-47.

LAGCAO Gleford Jr.

Etudiant en Master 2 FLE-LM option A (MEMOIRE)

More Posts

Vous vous intéressez à l’enseignement du Français sur objectifs spécifiques ?

L’Association de Didactique du Français Langue Etrangère (ASDIFLE) organise, le 31 mars 2017, une journée professionnelle consacrée à la thématique du Français sur objectifs spécifiques. L’évènement se tient à l’Alliance française de Paris. Venez nombreux !

Marie T.

M2 Didactique des langues

More Posts

Besoin d’air ? Let’s have a cup of English tea !

 

Nous voilà début voire presque mi-février et je n’arrive toujours pas à m’accoutumer au quotidien d’une chercheuse, sans un emploi du temps avec des séances de cours fixes, sans stage (car j’ai choisi de ne plus m’obstiner à trouver un contrat), comme livrée à moi-même et à mes angoisses. Mes journées et mes semaines sont rythmées d’une inconstance à laquelle je m’y suis habituée en revanche. Ponctuées ça et là de journées d’études ou de colloque, d’échanges effrénés de mails, de réunion et de lectures, pas toujours fructueuses. Des jours où le moral défie toute concurrence, d’autres jours où je haïs mon existence et ce mémoire. Ce que je déplore le plus ? Un réel sentiment de solitude, vivant loin de mes amis et de ma famille. Seuls quelques instants physiques ou virtuels avec une communauté de chercheurs me rattachent et m’attachent à mon ordinateur.

Et justement, comme je suis une fille née dans les 90’s, qui a grandi dans les 2000’s et plus grave encore, qui est étudiante dans les années 2010’s, j’ai cette fâcheuse habitude sur mon ordinateur à me « perdre » sur Internet, par ennui, ou plus exactement ces derniers temps, pour fuir les obligations. Avouez que je suis loin d’être la seule dans ce cas ? Mais tout est une question de mesure. Il y a un gouffre entre l’oisiveté et la paresse, ne l’oublions pas ! Et trainer un peu, beaucoup, trop, sur Internet peut être vécu comme une source d’inactivité pour certains mais selon moi, cela peut être conçu comme productif et non une « perte de temps ». Combien de fois en me perdant sur Internet j’ai trouvé une perle : un document authentique susceptible d’être didactisé, un film, un web magazine ou encore des vidéos d’interviews de personnalités ou de professionnels qui participent à mes réflexions, sans compter les différents forums sur divers sujets (je reste tout de même sur des forums autour des langues, du FLE, des études, des stages et en conseils d’expatriation, exit Doctissimo et ses congénères) et les blogs bien sûr. Se perdre sur Internet ? Oui, mais intelligemment. Il s’agit de mettre à profit ce qui nous passe sous la main, entièrement ou partiellement, non seulement pendant les séminaires, les stages mais aussi tout autour de nous, de ce que notre existence a à nous offrir de plus inattendu.

C’est ainsi que j’ai atterri sur le blog de Kenza, en me « perdant » il y a quelques semaines sur Internet, Cups of English Tea ou « Blog de voyage d’une prof de FLE serial expat » et c’est peu dire ! Dans sa bio, vous pourrez lire « Bienvenue ! Je suis professeur de français langue étrangère et m’expatrie un peu partout. Prenez une tasse de thé et venez découvrir mes aventures en Angleterre, Canada, Australie et Hongrie … Pour l’instant à Paris, j’ai obtenu un PVT, je vais donc retourner vivre au Canada en 2017, direction Winnipeg ! » De quoi mettre l’eau à la bouche …

Le blog de Kenza, c’est un ensemble de billets qu’elle partage à qui voudra les lire : son parcours, sa formation (ancienne étudiante de P3 à distance s’il vous plaît !), ses expériences professionnelles et ses voyages plus personnels dirais-je, mais aussi des billets pratiques avec des retours sur ses propres expériences (trouver du travail en FLE, comment s’en sortir avec l’administration, la paperasse) et ce qu’elle appelle des « Bavardages » avec ses photos, des points de culture, ses coups de cœur, ses « Bilans » et ses « Humeurs ». Au programme, de la bonne humeur (pas toujours, des coups de gueule aussi), de la couleur, l’envie d’en finir avec les études et ce mémoire, de partir à l’aventure comme elle !

Mais comme j’ai pu le confié à Kenza par mail, la lecture de son blog a eu des effets pour le moins déprimants sur moi dans un premier temps. Car derrière un blog se cache une « vraie » personne (ou plusieurs comme sur ARLAP) et Kenza aura eu le don de m’ouvrir les yeux, encore, après le Coup de Marteau que j’ai vécu aux journées de rencontres professionnelles (un de mes anciens billets) : au fil de ses billets, Kenza s’inscrit dans une démarche autobiographique, en racontant à ses lecteurs sa vie de prof, ses voyages, ses expatriations, non seulement les bonnes expériences pro mais aussi ses déboires, les mauvaises expériences et les aspects négatifs du métier (http://cupsofenglishtea.com/prof-de-fle-aspects-negatifs/).

Second coup de marteau : notre (futur) métier est difficile, voué à une certaine précarité, ce qui peut nous conduire à certains sacrifices. Lire activement des témoignages de professionnels, de blogs comme celui de Kenza me permet de mieux anticiper la réalité et de me préparer à la suite des opérations post-soutenance, de ne pas me laisser surprendre et pouvoir remédier aux difficultés et aux baisses de moral. Lire Kenza aura eu le don certes de me déprimer dans un premier temps, mais aussi de me donner un point de vue objectif, tout ce qu’il y a de plus authentique, de me redonner la force de continuer dans mes moments de solitude, de ne pas baisser les bras et de me prouver que je ne me suis pas trompé de vocation.

Je ne vous conseille pas de vous perdre comme moi sur Internet. Je vous conseille plutôt d’aller vous intéresser aux parcours et aux conseils que peuvent prodiguer ceux qui sont passés avant nous : pendant les journées de rencontres et de colloques, en lisant des blogs comme celui de Kenza qui partage les mauvais moments et comment elle s’en est sortie. Même si vous n’avez pas spécialement le temps, un de ses billets se lit en quelques minutes : à vous de voir à ce moment là si vous acceptez de vous perdre sur son blog pendant plusieurs minutes, le temps de « prendre l’air » dans nos moments de recherche ?

Il y a ceux qui continueront en thèse par la suite, et ceux qui prendront le chemin du « terrain », en France ou en expat’ à l’étranger mais peu importe : nous serons tous amenés à vivre des temps durs, des temps de précarité, de solitude etc. Mais pas de panique ! « Let’s have a cup of English tea » …

Le blog de Kenza  https://cupsofenglishtea.com/premiere-visite/

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Poste réseau Alpha

Réseau Alpha, site internet collaboratif sur l’apprentissage du français en Île-de-France recrute un(e) chargé(e) de mission responsable de l’intégration, au sein de son réseau, de nouvelles structures de proximité investies dans l’apprentissage du français pour adultes migrants en Île-de-France. Il s’agira d’animer un réseau d’acteurs et d’améliorer la communication auprès des futurs membres.
fiche_poste_charg_e_mission
Cette annonce peut certainement intéresser votre réseau d’étudiants, vous trouverez donc en pièce jointe la fiche de poste qui est à pourvoir pour mars 2017 (date limite de candidature : 24 février 2017). Vous serait-il possible de la faire circuler au sein de votre réseau (anciens étudiants ou futurs diplômés de Master FLE/FLS/didactique) ?

En vous remerciant par avance de l’attention que vous porterez à ma demande, je me tiens à votre disposition pour tout complément d’information et vous présente mes salutations respectueuses.

<logo> Manon Bord
Chargée de projet

01.86.95.01.72 / 06.95.36.88.50

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Travailler et gaffer à la BPI

En ce moment et jusqu’en avril, à la BPI, au centre Pompidou, on peut voir les planches originales du dessinateur belge Franquin (1924-1997).

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

L’exposition « Gaston, au-delà de Lagaffe » se trouve dans la bibliothèque, elle est en accès libre : on peut donc à la fois prévoir une plage de travail, puis de détente ! Franquin a fait énormément de bandes dessinées, et vous le connaissez sans doute parce qu’il est le père de Gaston Lagaffe, mais aussi du Marsupilami. Il paraît que ses originaux sont magnifiques.  Je crois vraiment que c’est un classique de la bande dessinée francophone et que ça vaut le coup d’aller y jeter un œil. Je vais m’y rendre avec une amie cette semaine, pour travailler et pour l’exposition, alors si vous voulez davantage d’informations, n’hésitez pas à me contacter. J’ai déjà acheté le catalogue, il est très bien, je peux le prêter par exemple !

 

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

Cliché d’une soutenance déjà vue sur le stéréotype

http://ekladata.com/6QY-RAMJpl5id1IfX4Wk_Y29MAo.png http://monprofdefrancaisama20032013.blogspot.fr/2014_11_01_archive.html

A la maison de la recherche de Paris 3, le mercredi 8 février 2017 à 14h, Madame Elodie Malanda soutient sa thèse de Doctorat : La transmission des valeurs dans les romans pour la jeunesse sur l’Afrique subsaharienne (France, Allemagne, 1991-2010). Les pièges de la bonne intention.

Ce jour-là, dans la salle, il y a bien évidemment Elodie Malanda, la doctorante, venue soutenir sa thèse, accompagnée de ceux – nombreux – venus la soutenir, elle, tous face à ceux – cinq – qui jugeront la qualité de son travail accompli et de son discours à venir. À la présentation orale de Malanda, succèdent les interventions du jury et très rapidement je réalise qu’il me manque une pièce d’importance : la thèse. Si je suis parvenue à suivre l’exposé général, en revanche il m’est impossible de relier les questions, critiques et autres remarques du jury à un texte que je n’ai pas lu, et dont le relief et les interstices m’échappent. Par ailleurs, je comprends tout aussi rapidement que la thèse est le résultat d’un travail de recherche d’une grande qualité. Et aux demandes de justification ou de précision se mêlent des éloges unanimes et pluridisciplinaires.

Je m’attarderai ici sur une notion dont il a été question lors des échanges entre la doctorante et l’un des membres du jury : le stéréotype. Peut-on parler de stéréotype nocif et de stéréotype inoffensif ? Pour Malanda, le cliché des anglais qui boivent du thé serait inoffensif, alors que celui des africains qui seraient violents serait nocif. Ce que contredit un des membres du jury, qui affirme la toxicité de tout stéréotype, quel qu’il soit, dans la mesure où il réduit une culture ou un peuple à une attitude ou à un trait de caractère et qu’il est le fruit de représentations erronées, génératrices de préjugés peu propices à l’ouverture à et sur l’altérité. Mais il ajoute que « le stéréotype est utile : il permet de se relier à son lecteur. La question est de savoir comment l’auteur peut jouer avec les stéréotypes. » Les stéréotypes seraient omniprésents et participeraient de toute création littéraire. Cela semble évident – davantage encore depuis Magritte – Ceci n’est pas une pipe1 – et Korzybski – Une carte n’est pas le territoire qu’elle représente2. La littérature n’est pas la réalité mais une représentation de la réalité, réalité qui ne se laisse pas embrasser. La représentation que nous avons de cette réalité que nous ne pouvons pas envisager dans son entièreté est nécessairement constituée de stéréotypes. La réalité – inexistante – n’est qu’une reconstitution de stéréotypes que, tous, nous avons élaborés, puisque nous ne pouvons pas y avoir accès sans passer par le filtre de nos représentations. Le préjugé n’est donc pas seulement accidentel, il est aussi incontournable, voire indispensable. Par ailleurs, je me suis demandé quelles étaient les différences entre le stéréotype, le préjugé, la représentation, et par quels chemins ces notions reliaient la xénophobie, le rejet de l’altérité, ou au contraire l’acceptation des altérités, l’ouverture, voire la xénophilie. Laquelle de la représentation ou de la valeur précède l’autre ? Et si mon père naquit à Clichy3, est-ce que je vis, moi, en Stéréotypie ? Sommes-nous condamnés à la tragédie déjà vue, à l’image de cette antique famille des Atrides ?

Toutes ces questions m’ont invitée à me tourner vers les sciences cognitives, la philosophie du langage, la psychologie, la sociologie, pour parvenir à la didactique du plurilinguisme – domaine dans le lequel je finis toujours par échouer et qui semble être relié à l’ensemble des disciplines des sciences humaines.

Au sortir de cette soutenance, je suis entrée dans une boulangerie pour acheter une baguette, que je prends soin de ne pas mettre son le bras, bien que j’en meure d’envie ; m’attarde à enfiler mon béret en flanelle et j’enfourche mon vélo, du haut duquel, à la première occasion et satisfaite de l’avoir trouvée, j’émets un « rho tss » parce que c’est bien connu, nous les français, on râle tout le temps. C’est en longeant la place Saint-Michel que j’ai compris que non seulement ma vie est un stéréotype mais LA vie est un stéréotype : j’ai vu de mes yeux vu un écossais en kilt qui jouait de la cornemuse dans les brumes de février à la nuit tombante sous un crachin débutant. J’ai repensé à l’échange entre la doctorante et le professeur et je me suis demandé lequel des deux aurait vu là, dans ce spectacle hivernal et parisien, une provocation à laquelle ne pas répondre, un cliché à détruire, un folklore à bannir, un événement sans importance ou encore une activité humaine porteuse de toute une histoire intime et commune, dans laquelle tous nous pataugeons. Je me suis dit que non seulement la vie est un cliché mais je me suis vue moi, en cliché prophylactique d’un monde qui m’entoure et dont je suis le centre.

1Magritte René, La trahison des images, huile sur toile, 59×65 cm, Los Angeles Country Museum of Arts, 1928

2Korzybski Alfred, Science and Sanity: An Introduction to Non Aristotelian Systems and General Semantics, International Non-Aristotelian Library Publishing Company, New York, 1933

3Commune des Hauts-de-Seine, située au nord de Paris

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master