ENTRETIEN ENTRE UN DIRECTEUR DE RECHERCHE ET UNE ETUDIANTE DE MASTER 2 DE DFLE

Un rendez-vous à la salle des professeurs, au DIFLE, une discussion pour le projet de mémoire. 
D : Directeur                    E : Etudiante Continuer la lecture de ENTRETIEN ENTRE UN DIRECTEUR DE RECHERCHE ET UNE ETUDIANTE DE MASTER 2 DE DFLE

WEN Yuehan

Étudiante en Master 2 de Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

L’étudiante et le (vieux) professeur, dialoguentretien alterfictif de sourds

L’étudiante et le (vieux) professeur

Un dialoguentretien alterfictif de sourds

Pièce en un acte

 

Avertissement : bien qu’inspirée en partie de faits réels, les personnages et situation décrits dans cette pièce sont purement fictifs.

Lieu : l’action se situe dans l’amphithéâtre d’une université.

Personnages :

Le (vieux) professeur Crapski (le directeur de recherche)

Julianne, l’étudiante

La (jeune) collègue enseignante

Le pote étudiant

 

Acte 1, scène 1

Un amphithéâtre, le cours est fini, les étudiants sont partis, le professeur Crapski range ses affaires, Julianne, une étudiante, s’approche de lui.

Julianne, l’étudiante

–             M’sieu Crapsky?

Le professeur Crapski

–             Aaah ! Ma p’tite Monique !

–             Euh ! Julianne, monsieur, c’est Julianne…

Continuer la lecture de L’étudiante et le (vieux) professeur, dialoguentretien alterfictif de sourds

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

Etudiant et directeur de recherche potentiel. Premier contact.

 

E – étudiant

Mme X – enseignante, Madame X

E2 – étudiant 2

 

Couloir de la fac. Pause de 30 secondes entre les cours. Une étudiante se précipite pour parler à l’enseignant qui entre dans la salle pour commencer son cours.

 

E (essoufflé après avoir monté 4 étages): Bonjour, Madame. excusez-moi. Je suis étudiant en M2, tout les monde a déjà son directeur de recherche sauf moi, vous êtes mon dernier espoir. Pourriez-vous être ma directrice de recherche, s’il vous plaît?

MmeX: Écoutez, j’ai déjà mes doctorants, je ne suis pas sûre de pouvoir vous accorder du temps. Vous voulez travailler sur quoi exactement ? (en branchant l’ordinateur)

E : Je sais pas trop. J’hésite entre la phonétique, la phonologie, le discours oral et l’enseignement du français par les chançons…

MmeX: Hmm, écoutez, nous sommes déjà mi-décembre, il faudrait quand-même connaître votre sujet… En tout cas, avant de trouver votre directeur de recherche il faut savoir exactement sur quel sujet vous voulez travailler.

E (étonné): Ce n’est pas le directeur qui me le propose?

MmeX: Bah non, pas du tout. C’est à vous de lui présenter votre projet de recherche. Et il faut être très précis. N’oubliez pas de penser à votre public, au contexte de l’enseignement, à votre terrain, au problème bien précis qui vous intéresse au sein de ce sujet. On vous l’a déjà dit, je pense?

E: Oui oui. Le seul problème que j’ai c’est qu’il y a trop de sujets qui m’intéressent et j’ai du mal à en trouver un qui m’intéresse plus que d’autres.

MmeX: Attendez, vous n’avez que 100 pages à rédiger, bien évidemment, vous ne pouvez pas aborder tous les sujets. Essayez de trouver un aspect que vous voudriez traiter, et après vous pouvez venir me voir ou un de mes collègues. Excusez-moi, il faut que je commence le cours. (Ouvre le PowerPoint)

E: Mais comment c’est possible de développer un seul aspect sur les 100 pages? Il me semble qu’il vaut mieux prendre un sujet plus large, comme ça, j’aurai de quoi réfléchir.

MmeX: Pas du tout, au contraire, il faut prendre un sujet assez restreint. Et quand vous allez commencer à lire des ouvrages à ce propos, à “creuser”, vous comprendrez que votre sujet n’est pas si restreint qu’il le paraissait au début. Vous aurez largement de questions de réflexion et, ne vous inquiétez pas, vous aurez sûrement vos 100 pages. (Prépare des copies à distribuer aux étudiants)

E: D’accord. Pourtant, je ne réussis pas à trouver une sujet original, il me semble que tout a déjà été dit. J’ai peur de répéter simplement ce qui a été dit avant par quelqu’un d’autre.

MmeX: Vous n’êtes pas obligé de trouver un sujet unique et original. Il faut que vous vous rendiez compte qu’il n’y a pas de vérité absolue, que vous pouvez remettre en questions les propos dits par d’autres auteurs, trouver votre propre explication à des phénomènes qui vous intéressent et de confronter les idées. Excusez-moi. (s’adresse à toute la classe) Bonjour à tous! Je vous fais passer la feuille de présence. (fait passer la feuille de présence)

E: Désolé, dernière question. Comment puis-je présenter mon terrain de stage? D’abord, je suis en option recherche, donc je ne suis pas obligé de faire mon stage. Et après, même si je décide de le faire, je ne suis pas sûre d’être accepté à l’endroit que j’avais imaginé comme terrain de stage. Donc, c’est impossible de le savoir dès le début…

MmeX: Même si vous êtes en option recherche il est préférable de faire votre stage quand même, au moins un stage d’observation. Cela vous permettra de vérifier vos hypothèses et de….

E2: Excusez-moi, Madame, j’ai préparé un exposé pour aujourd’hui, quand est-ce que je peux le présenter?

MmeX (en s’adressant à l’E2): on le fera vers la fin du cours. (en s’adressant à l’E): Désolée, je dois vraiment commencer le cours. Venez me voir pendant mes heures de permanence ou envoyez-moi un mail quand vous aurez votre sujet.

E: Merci beaucoup, Madame! Au revoir!

MmeX: Bonjour à tous, le sujet du cours d’aujourd’hui est …

Sofiya_kob

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère à l'Université Paris-3, Sorbonne Nouvelle

More Posts

Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

Etudiante : Bonjour Madame.

Directrice : Bonjour, installez-vous, on va pouvoir commencer, alors, dites-moi ce que vous avez choisi comme sujet de mémoire ?

Etudiante : J’ai choisi de travailler sur la figure de la folie et de l’enfermement dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Directrice : Pourquoi avez-vous choisi ce thème ?

Etudiante : Mon choix pour ce thème n’est pas fortuit, mais résulte de l’intérêt viscéral que je porte à l’égard de la littérature maghrébine et algérienne d’expression française,  au départ, j’ai hésité entre les deux, mais lorsque j’ai lu l’ouvrage de Tahar Ben Djeloun : L’Auberge des pauvres, le thème de la folie s’est vite imposé à moi et c’est devenu une source de motivation. Il est vrai que cette notion est complexe et son usage en littérature l’est encore moins, mais à la lecture de ce récit, on comprend les raisons de ce recours à l’aliénation.

Directrice : Effectivement, c’est un thème pertinent, mais très vaste aussi, avez-vous une problématique de recherche ?

Etudiante : C’est encore flou pour le moment, mais j’ai pensé à la folie comme moyen de transgression des travers de la société.

Directrice : Ah oui, c’est bien, je vous conseille de consulter les travaux réalisés sur la littérature française, de nombreux auteurs ont écrit sur la folie, vous pouvez lire entre autre la Nouvelle de Guy de Maupassant : Le Horla, 1887. Cette représentation de la folie est très significative dans ce récit et je vous conseille également l’ouvrage de Michel Foucault : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, c’est un livre passionnant qui aborde cette notion dans toute sa complexité.

Etudiante : Je vous remercie pour ces pistes de recherche, pourrais-je vous envoyer l’esquisse de mon travail?

Directrice : Oui, bien évidemment, n’hésitez pas à m’adresser un e-mail et à me poser toutes vos questions, je vous répondrai.

Etudiante : Je vous remercie pour le temps que vous m’avez accordé.

Directrice : Bonnes lectures et pensez à bien cibler votre problématique et à réfléchir  au contexte, en tout cas, on se fixera prochainement un autre rendez-vous afin de voir où vous en êtes !

Etudiante : D’accord, merci. Continuer la lecture de Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Discussion constructive autour d’un café

Exemple de dialogue fictif élaboré par deux étudiantes sur leur thématique de recherche. Les prénoms des protagonistes et le lieu de rencontre sont complètement inventés. La bibliographie citée ci-dessous est nécessaire, elle constitue les références « imaginaires » consultées par les deux étudiantes pour permettre la bonne construction du dialogue.

Mélissa : Bonjour Lynda, comment vas-tu ?

Lynda : Bonjour Mélissa, ça va bien, merci et toi ?

Mélissa : Je dois t’avouer qu’en ce moment, je suis débordée, entre mon travail qui me mine et la rédaction de mon mémoire.

Lynda : Oui, je te comprends, ce n’est pas évident, mais, je pense c’est le cas pour tout le monde, « on est tous dans le même bateau », d’ailleurs, c’est pour cela que je viens à la cafétéria me poser un peu, prendre un peu de distance et boire un bon café chaud, les idées me viennent plus facilement ainsi, je suis détendue et du coup, je réfléchis mieux.

Mélissa : Vu sous cet angle, c’est une bonne idée, moi, j’ai tendance à aller la bibliothèque, mais, c’est vrai que changer de lieu de temps en temps ne peut être que fructueux. Sinon, dis moi, quelle est ta thématique de recherche ?

Lynda : Mon sujet de mémoire porte sur le concept de la folie dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Mélissa : Ce thème est très pertinent, mais l’auteur ne me parle pas, c’est un écrivain français ?

Lynda : Oui effectivement, ça peut prêter confusion, mais, c’est un écrivain marocain d’expression française, il aborde différents thèmes de la société, il joue beaucoup sur la transgression, il dévoile les travers de la société et dénonce les tabous.

Mélissa : Tu sembles être passionnée par cette littérature, que je trouve particulièrement fascinante, moi aussi, je voue un intérêt particulier pour ce genre de littérature et plus spécifiquement, la littérature algérienne que j’ai découverte à la lecture d’un roman de Mouloud Féraoun : Le fils du pauvre. Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser à Kateb Yacine et à sa fameuse phrase : « la langue est un butin de guerre », ce qui m’a donné l’idée de travailler sur le conflit linguistique du bilinguisme en classe de FLE.

Lynda : Ton thème est très intéressent, car on observe cette alternance codique dans les discussions des locuteurs, voire un peu partout dans la société, « on est le parfait exemple ! »

Mélissa : Oui, c’est vrai, tu as commencé à constituer ta bibliographie ?

Lynda : J’ai commencé à lire des ouvrages tels que : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, de Michel Foucault, celui de JACCARD, La folie ; Paul Ricœur et son ouvrage : Soi-même comme un autre ; ou encore BROCHARD, La folie. Création ou destruction ? Et de ton côté, y a des auteurs qui ont travaillé sur ton sujet ?

Mélissa : Oui, j’ai déjà lu, Boyer dans : Conflits d’usages, conflits d’images, l’ouvrage de Calvet : La sociolinguistique et j’ai trouvé d’autres auteurs comme : Cavalli et son ouvrage : Education bilingue et plurilingue, ou encore Hamers dans : Bilingualité et bilinguisme. Par conte, je tâtonne pour ce qui est de ma problématique de recherche et de mon terrain, je te jure, ça me rend complètement folle.

Lynda : Merci pour cette allusion ! Moi, j’ai peur de partir en vrille comme les personnages de Ben Djellon, non « je plaisante », je te rassure, j’ai encore toute ma lucidité ! mais, je dois t’avouer que ce sujet retiens toute mon attention et surtout, il y a une citation de l’auteur que je trouve éminemment pertinente : « La folie, ce n’est pas la confusion, c’est un palmier qui donne des dattes sans noyau, c’est une brulure qui ne fait pas mal, c’est le baiser de l’absent ».

Mélissa : Ah ! J’aime bien, cette citation résume assez bien notre désarroi, mais bon, on a le temps encore pour bien avancer et structurer les choses, comme, je le dis toujours : « qui va doucement, va sûrement ».

Lynda : Oui, ta raison, en tout cas, ça m’a fait plaisir de discuter avec toi autour d’un café et j’espère quand remettra ça !

Mélissa : Avec plaisir, on se donnera rendez-vous la prochaine fois, à très bientôt.

 Bibliographie

BOYER, Henry (1997) : Conflits d’usages, conflits d’images, dans H. Boyer (éd.), Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » des langues ?, Paris, Harmattan.

BROCHARD, Cécile et PINON, Esther (2011) : La folie. Création ou destruction ?, Presses Universitaires de Rennes.

CALVET,  Louis-Jean (1993) : la sociolinguistique, que sais-je ?, Paris, PUF.

CAVALLI, Marisa (2005) : Education bilingue et plurilingue, Paris, Didier.

FAUCAULT, Michel (1961) : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Plon.

HAMERS, J.-F., Blanc M. (1983) : Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles, Pierre Mardaga.

JACCARD, Roland (2004) : La folie, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

RICOEUR, Paul (1990) : Soi-même comme un autre, Seuil.

Continuer la lecture de Discussion constructive autour d’un café

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Invitation pour une avant-première cinéma : atelier de conversation

Invitation à une avant-première du film ATELIER DE CONVERSATION de Bernhard Braunstein au Musée National de l’Histoire de l’Immigration. Ce film a été projeté en ouverture du dernier festival international du documentaire  « Cinéma du Réel » et sera distribué au cinéma début février 2018 accompagné de ciné-débats avec divers intervenants.
Dans la Bibliothèque Publique d’Information (BPI), au Centre Pompidou à Paris, des personnes venant des quatre coins du monde se rencontrent, chaque semaine, dans « l’Atelier de conversation » pour parler français. Des réfugiés de guerre côtoient des expatriés cadres d’entreprises, des étudiants venus du monde entier croisent des victimes de persécutions politiques. Malgré leurs différences, participantes et participants partagent un objectif commun : apprendre la langue et trouver des alliés pour pouvoir (sur)vivre en France.
 
Quelques images au lien suivant : https://vimeo.com/220849488
Accès à l’apprentissage du français, accueil des étrangers, regards qu’ils portent sur notre pays, lutte contre les préjugés et le racisme… Autant de thèmes qui sont abordés par ce film.
Avant-première du film
ATELIER DE CONVERSATION
de Bernhard Braunstein
(2017, 1h12)
Une avant-première à L’INALCO le 14 décembre prochain.

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Dialogue entre une étudiante et sa directrice de recherche

Je voudrais bien préciser que ce dialogue est purement imaginaire et qu’il n’a jamais eu lieu en réalité.

Problématiser. Construire un terrain de recherche Continuer la lecture de Dialogue entre une étudiante et sa directrice de recherche

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Afin de mieux cerner la problématique de contextualisation, il nous semble important de revisiter une conception relative aux enseignements de la grammaire en FLE. Nous appréhendons la langue comme un savoir à transmettre. De cette façon, “il est nécessaire de décrire cet objet-langue et de gérer la transposition de cette description de manière à faire passer les apprenants de compétences déclaratives à des compétences procédurales” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 4). La contextualisation de la description du français dans les grammaires étrangères se présente sous formes particulières données à la description du français pour des apprenants non francophones. Nous émettons ainsi une hypothèse de travail qu’il y a certaines formes d’adaptation spécifiques. Ces “altérations” (terme de J. Peytard, 1984 : 20) ont pour but d’adapter les descriptions savantes “au contexte éducatif des utilisateurs concernés, à leur culture métalinguistique et grammaticale” (Beacco, Kalmbach, Lopez, 2014 : 10).   Continuer la lecture de Autour du mot-clé de notre recherche : contextualisation

Ovodenko Mikhail

Etudiant en M2 "Didactique des langues" à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Thèmes de recherche : didactique de la grammaire, approche sémantique de la grammaire, contextualisation du discours grammatical, linguistique générale, anthropologie linguistique.

More Posts

Compte rendu de journée d’étude du Réseau D’acquisition

Compte rendu de journée d’étude de L’acquisition de langue

Compte rendu du projet de l’Université de haute-alsace :

Projets en cours :
– ADEL : apprendre dans et par les langues

Ce projet prend place dans un contexte scolaire, notamment dans les écoles maternelles pour les enfants immigrants de 3 à 6 ans. D’un côté l’équipe travaille sur l’acquisition d’une langue étrangère et de l’autre sur l’enseignement. Cette équipe analyse le contexte et les interactions, particulièrement les gestes d’apprenant.

– IDEE : interculturalité dans le domaine des émotions et de l’Empathie

L’hypothèse de ce projet est que la langue et la culture influencent la perception des événements émotionnels déclencheurs et des émotions d’autrui. Comment la L1 influence-t-elle notre perception d’un stimulus émotionnel (la joie, la stresse, la colère, etc.) ?
Ce projet compare des cultures européennes différentes, en utilisant des enregistrements vidéo et la machine « d’eye-tracking » pour recueillir des réactions psycho-corporelles. La transcription des corpus est faite avec l’aide d’un logiciel de transcription : EXMARaLDA

La culture, ainsi que la structure d’une langue, peuvent changer l’expression de l’émotion. Cette expression peut être représentée par une manifestation corporelle externe, par exemple pleurer, ou une manifestation corporelle interne, par exemple par la tristesse. Pourtant il faut savoir que les sujets (par exemple les sujets tabous) ou la langue influencent des expressions différentes.

Compte rendu de l’Université Toulouse 2 :

Projet en cours : Axe apprentissage et acquisition de français langue seconde.

Public : apprenants bi ou multilingues, locuteurs sains et pathologiques.

Ce projet travaille sur des compétences différentes, telles que le lexique, la morphosyntaxe, la phonétique, la fluence et la multimodalité.

– Lexique : la question de recherche est : comment se développe la compétence lexicale en L2 ? comment les apprenants gèrent-ils les problèmes de manque de mot ? Quels sont leurs stratégies ?
Quelques résultats : Les élèves plus créatifs réussissent mieux en cas de manque de mot.

– Morphosyntaxe : question de recherche : comment la temporalité est-elle exprimée aux différents stades acquisitionnels ? (Klein 1994) Résultat : la maîtrise des marqueurs temporels et celle de l’organisation discursive globale : influence directe ou indirecte de la L1 et L2, interaction temps et espace

– Phonétique et phonologie : Cette équipe analyse l’influence de la L1 sur l’acquisition de l’accentuation et la prosodie d’une langue étrangère.

– Fluence : question de recherche : Quelles sont les stratégies des apprenants pour garder la fluence ?

– Multimodalité : Le rôle des gestes dans l’expression de la temporalité en L2 peuvent aider avec la prosodie

 

Lien de Journée d’Etude : https://real2journees.sciencesconf.org/

Formulaire de mon mémoire M2 Version 1 le 1er novembre

 NOM, Prénom :

TIAN Jingjie

Spécialité du Master :

Didactique du français langue étrangère et des langues du monde

 Terrain de stage :

Option recherche, pas de stage

Contexte général et particulier de l’étude :

Je travaille sur l’acquisition du français L3 chez les apprenants chinois connaissant déjà l’anglais L2. Mon mémoire apportera donc une dimension comparative.

Titre (provisoire) du mémoire :

L’acquisition du français L3 pour les apprenants chinois connaissant l’anglais comme L2

Questions de recherche :

Ce mémoire a pour objectif de montrer les rôles des L1 (chinois) et L2 (anglais) dans la production écrite du français comme L3 en milieux guidés en Chine.

Dans un premier temps, nous allons observer l’influence translinguistique. Nous analyserons d’abord la théorie du statut de la L2 et LE (Williams et Hammarbeg). Ensuite, nous étudierons la psychotypologie de l’apprenant. Dans cette partie, nous travaillerons par la perspective d’apprenant et d’université. Certaines universités ayant une spécialité de français décident d’annuler les cours d’anglais pendant la première année de l’apprentissage du français tandis que certaines les gardent. Nous comparerons les productions écrites des apprenants de ces deux types d’universités (Corpus de l’Université des minorités du sud-ouest et l’Université du Zhejiang).

Dans un deuxième temps, nous travaillerons sur les questions suivantes : Comment le niveau d’anglais L2 peut-il influencer la production écrite du français L3 pour les apprenants chinois ? Quels sont les facteurs importants ? Dans cette partie, nous analyserons d’abord des erreurs et des fautes dans la production écrite de plusieurs groupes d’apprenants chinois ayant des compétences différentes en anglais. Ensuite, nous travaillerons sur quelques points grammaticaux précis : la temporalité, l’espace ou les pronoms.

Corpus :

Je fonderai mon travail sur la production écrite des étudiants chinois. J’effectuerai des entretiens et avec les enseignants chinois du français. Je consulterai également les textes analytiques des enseignants du FLE. 

Références bibliographiques en cours :

Klein, W. L’acquisition de langue étrangère, Armand Colin, Paris, 1989

Wu X., Second language acquisition : methods and practice, Shanghai foreign language education press, Shangais, 2006

Trévisiol P. Influence translinguistique et alternance codique en français L3, 2006 https://aile.revues.org/1625

Véronique, D. et al.  L’acquisition de la grammaire du français, langue Étrangère, Didier, Paris, 2009

Calendrier prévu :

  • Avant le 1er février, le projet, la problématique, la méthodologie et la bibliographie
  • Avant le 1er mars, le 1er chapitre
  • Avant le 1er avril, le 2e chapitre
  • Avant le 1er mai, le 3e chapitre
  • Avant le 1er juin, dépôt de mémoire
  • Entre le 20 et 29 juin, soutenance

 

 

Mes carnets

Dans l’ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, Bruno LATOUR expose l’importance et la façon de créer des carnets pour un travail de recherche, car « tout fait partie des données ». L’auteur propose quatre carnets dans cet ouvrage.

Je crée donc mes carnets pour mon mémoire final de master 2. Le premier carnet est un « carnet de lecture ». Dans ce dernier, des références, des citations ainsi que des analyses ou critiques seront notées. J’indiquerai également les pages et l’édition des ouvrages afin de construire une bibliographie complète.

Le deuxième carnet porte sur mon compte-rendu des colloques, des conférences et des journées d’étude concernant mon mémoire. En plus des ressources de Paris 3, je suivrai également les conférences dispensées par l’Inalco, qui en organise davantage pour un public chinois.

Le troisième carnet est destiné à l’analyse des corpus de mes élèves et de mes expériences professionnelles. Je suis actuellement professeur du FLE sur Internet et j’enseigne également le chinois aux francophones à Paris. Je progresserai la recherche de mon mémoire en analysant mes apprenants de langue.

Le quatrième carnet notera les rencontres et les propositions de mon directeur.

J’espère que les quatre carnets m’aideront à rédiger un mémoire plus logique et plus cohérent.

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

          Plusieurs professeurs nous ont dit qu’il était essentiel de commencer à écrire dès le début de l’année universitaire et qu’il n’y a pas de recherches sans rédaction. Cette phrase résonne en boucle dans ma tête depuis ce jour. Rédiger, oui, mais quoi, comment, combien de mots, avec quelle police et à propos de quoi? Comme j’aimerais pouvoir être dans la tête de ces éminents chercheurs qui sont aussi nos professeurs et pour qui tout cela est si limpide!

          Après avoir lu l’extrait de Changer de société. Refaire de la sociologie (pages 194-197) de Bruno Latour au moins quatre fois et après avoir parcouru quelques billets publiés par d’autres étudiants de ma promotion, ça y est, je me lance, non sans peur, dans la rédaction de cette note.

          Latour parle de quatre carnets essentiels à toute personne qui souhaite faire de la recherche…. et bien merci! Cet article fut tout simplement une révélation pour moi, novice angoissée, débutant dans ce milieu effrayant de la recherche universitaire. Le texte de Latour restera pour moi un article fondateur du balbutiement de l’organisation de mes recherches, un premier éclairage technique et pratique sur le grand projet final qu’est le mémoire. Continuer la lecture de Mes carnets de recherche

Laure-Lise

Etudiante en M2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à Paris III

More Posts

Étude analytique et comparative des manuels FLE édités en France et manuel de français en Algérie.

« Le système éducatif Algérien a connu en 2002, une réforme éducative  importante. Cette dernière, avait pour objectif l’adaptation de l’enseignement scolaire qui est désormais aux exigences de l’approche par les compétences », (Amara Abderrezak,  « Synergie Algérie », n° 18, page 56, version pdf).De l’autre coté la France a adopté l’approche actionnelle depuis 2005, (l’approche actionnelle dans l’enseignement des langues, édition maison des langues, Paris, version pdf). Dans cette perspective nous  pouvons dire que les deux pays ont un même objectif, qui est l’enseignement du français entant que langue étrangère et langue seconde.

Alors, nous allons  procéder à l’analyse et la comparaison des manuels de FLE édités en France en particulier ceux édités chez clé international cités dans la bibliographie, avec un manuel de français édité en Algérie, car le français en Algérie a le statut d’une langue étrangère, selon le discours officiel de l’Etat, (Samira Abid-Houcine., Droit et Culture, revue enligne, numéro 54, 2007)  .Ce qui nous laisse dire que le français est dans la sphère du FLE au sein de l’institution scolaire.

Ces manuels ont été  élaborés comme support d’apprentissage pour des apprenants  débutants. Ils restent un guide pratique et d’accompagnement important pour ces apprenants, ils sont utilisés aussi par l’enseignant comme document support pour mieux cadrer ses cours en classe.

Dans cette analyse comparative, nous ciblerons le contenu de ces manuels pour déterminer si ils sont réellement adaptés à ce public d’un niveau débutant. L’apprentissage devrait le faire passer du niveau débutant du Carde Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) au niveau intermédiaire, nous essayerons de montrer si les manuels algériens peuvent aider à atteindre cet objectif.

Notre travail de recherche répondra à la problématique suivante : « ces manuels arrivent-ils à atteindre ne serait-ce que de manière partielle les objectifs et les compétences visés ? Leurs contenus est-il adéquat pour permettre aux apprenants de passer amplement d’un niveau A1- A2 au niveau supérieur ? »

Par souci d’organisation, ce travail de recherche, sera subdivisé en deux parties, une partie théorique et une partie pratique

1-Partie théorique : dans cette partie, nous allons procéder à la définition de certains concepts qui ont un lien avec la thématique abordée telle que : définition de manuel, le texte, consignes…

2- Partie pratique : dans cette partie nous allons procéder à une étude critique des contenus de ces manuels pour voir s’ils sont en adéquation avec le niveau A1 et A2 en se référant  au  CERCL, (chapitre III, page 26 ; version pdf):

-Oral/compréhension et expression :

« Je peux comprendre les points essentiels quand un langage clair et standard est utilisé et s’il s’agit des sujets familiers […], je peux comprendre l’essentiel de nombreuses émissions de radio ou de télévision […], si l’on parle d’une façon relativement lente et distincte. Je peux m’exprimer de manière simple à fin de raconter des expériences et des événements, mes rêves, mes espoirs […] »

-Ecrit/compréhension et expression :

«  Je peux comprendre des textes rédigés essentiellement dans une langue courante […], la description d’événements, l’expression de sentiments et de souhaits dans des lettres personnelles.  Je peux écrire un texte simple et cohérent sur des sujets familiers ou qui m’intéressent personnellement. »

Pour appuyer la première analyse nous concevrons un questionnaire qui sera adressé à un échantillon d’enseignants, dans les deux pays, ayant déjà travaillé avec ces manuels. Ce questionnaire comportera un ensemble de questions autour des contenus et des objectifs de ces manuels, ainsi que,  les résultats obtenus des enseignants vers la fin de l’année scolaire. Grâce à leurs expériences,  ils seront en mesure de nous affirmer si leurs apprenants arrivent à franchir le niveau A2 pour atteindre le niveau intermédiaire.

Une fois les données récoltées et analysées, nous croiserons les résultats avec l’analyse comparative des contenus des manuels pour pouvoir répondre à la problématique posée préalablement.

 

Bibliographie :

-AMARA, A., Synergie Algérie, n° 18, page 56, version pdf : URL :http://gerflint.fr/Base/Algerie18/article3_Amara_Abderrezak.pdf

– Cadre européen commun de référence pour l’enseignement des langues, chapitre 03, p 26 . URL : http://www.coe.int/t/dg4/linguistic/Source/Framework_FR.pdf

-Echo junior, A1, méthode de français, Paris 2012, éd, clé international.

-Echo junior, A2, méthode de français, Paris 2012, éd, clé international.

L’approche actionnelle dans l’enseignement des langues, édition maison des langues, Paris, version pdf : URL : https://www.emdl.fr/uploads/telechargements/catalogue/fle/didactique/approche_avant_propos.pdf

SAMIRA, A,H. Droit et Culture. revue enligne, numéro 54, 2007., URL; https://droitcultures.revues.org/1860

-SRITI, L., FERRAH, S., ADJROUD, N., NOUI, F., NADJ M., BELHADJ MILOUD, H., BOUHI, A., (2009).Mon livre de français 5ème AP. Alger : Office National des Publications Scolaires (ONPS).

Vocabulaire en action, débutant, Paris 2010, éd, clé international.

Mots-clés… maux de tête !

« Les mots sont des clés qui ouvrent toutes les portes. »

Vassili ALEXAKIS (2005 : 257)

 

Comment s’y prendre pour se lancer dans l’écriture du mémoire ? Par des lectures, des réflexions, des discussions, des plans ou des brouillons sans doute, le tout soigneusement répertorié et consigné quelque part (des carnets ?), pour être réutilisé ultérieurement. Le plan devra faire sens, l’introduction annoncera l’essentiel, la bibliographie prouvera que nous avons cherché dans la bonne direction. Cela semble trop évident. Y a-t-il des trucs pour nous faciliter la tâche ? Une petite porte dérobée qui ouvrirait sur… Qui dit porte dit clé, et qui dit clé dit solution, solution à des questions, questions exprimées en phrases, elles-mêmes composées de mots…  Mots, clés… Justement, ces mots-clés situés à la fin d’un écrit académique, à quoi servent-ils ?

Continuer la lecture de Mots-clés… maux de tête !

Jan-Mark Naaijer

Étudiant en M2 de Didactique du Français Langue Étrangère à la Sorbonne Nouvelle ; fortement intéressé par la façon dont la connaissance et la pratique des Arts et de la Littérature peuvent permettre à un apprenant de trouver sa voie/voix.

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master