Comme dessert du jour de soutenance : Mémoire à la crème de qualité

Comme nous le savons bien, l’écriture de mémoire comprend quatre étapes essentielles, plus précisément problématisation, rédaction, édition et enfin soutenance.

La première idée qui vient à l’esprit c’est qu’il est difficile à aborder au moins une de ces étapes, mais quelle horreur, il y en a quatre! Mais calmons-nous et allons à notre coin-cuisine pour trouver des inspirations et des idées pour le mémoire dans notre livre de cuisine L’atelier d’écriture écrit par Bruno Tessarech [1].

Comme tout bon pâtissier, commençons à préparer notre dessert       « Mémoire à la crème de qualité » pas à pas pour le servir de la meilleure façon le jour de soutenance.

Notre première étape, c’est celle de problématisation. Les ingrédients de cette étape sont divers : acteurs, situations ou contextes, expériences, sujets, problématiques, hypothèses, plans, émotions, idées, lecteurs. Notre tâche c’est d’essayer de tout relier, c’est-à-dire de mettre en lien des expériences et des problèmes du terrain avec des champs de recherche (notionnels, disciplinaires, scientifiques). C’est à nous de « borner ce nouveau territoire, organiser [notre] existence, structurer [notre] temps d’une autre façon » ([1], p. 36) et comme dit Bruno Tessarech « nourrir le ver solidaire » ([1], Ibidem.)

 Pour comprendre bien cette étape, il s’agit de lire attentivement les idées suivantes, écrites dans notre livre de cuisine : « Tout ce que vous pourrez créer grâce aux mots, votre capacité d’invention et l’énergie que vous déploierez, tout cela dépend d’une décision initiale » ([1], p. 32), dans notre cas, d’une décision concernant tous les ingrédients à l’étape de problématisation, mais « non pas celle d’écrire plus tard, un jour, quand vous aurez le temps, l’inspiration, le courage, mais dès aujourd’hui. Et d’organiser votre existence en fonction de cet impératif catégorique » ([1], p. 33).

Un des ingrédients auquel j’aimerais faire attention particulière, c’est le lecteur de notre mémoire. N’écrivons pas seulement pour lui, mais avec lui, appuyons-nous sur « les pensées de ce personnage invisible » ([1], p. 24). L’idée c’est de prendre ce lecteur invisible « par la main et de ne pas [le] perdre en cours de route ». Notre livre de cuisine souligne également l’idée suivante : « tant que vous prendrez la plume sans avoir ce lecteur connu ou inconnu en tête, cela voudra dire que vous n’êtes pas prêt » ([1], p. 41).

À cette étape, rappelons-nous que nous ne pouvons rien « écrire de convaincant à moins d’en être convaincus [nous]-même » ([1], p. 17).        « Travaillons donc à être convaincus nous-mêmes de ce que nous écrivons. Ce sera là notre méthode ; partir à la recherche des meilleurs moyens pour écrire ce qui nous hante et ne demande qu’à venir au monde » ([1], p. 18).

Passons maintenant à l’étape suivante, c’est celle de rédaction. Les ingrédients qu’il est nécessaire à ajouter à notre mémoire sont narration, argumentation, lectures, écritures, enquêtes, observations. Il est important de rédiger tout le temps, de réussir à problématiser en racontant, c’est-à-dire narrer nos arguments, trouver une pensée dialogique entre « tu » et « je ». Du côté de « tu », représentant les voix des autres, il y a des auteurs, des chercheurs, des lectures, des enquêtes et des observations. Du côté de « je », symbolisant nos voix au sens de nos propres réflexions, nos idées, il y a de la narration (nous narrons nos arguments) et de l’argumentation (nous tirons les arguments de nos lectures). Cette étape est donc consacrée à la recherche de ce « va-et-vient entre écriture et monde » ([1], p. 56).

Ensuite, observons une page blanche ou quelques pages du texte écrit et rappelons-nous encore une fois pourquoi nous écrivons. C’est une question centrale non seulement pour l’étape de rédaction, mais aussi pour celle d’édition, car elle évoque le rôle de lecteur mentionné à l’étape précédente. Imaginons toujours ce lecteur qui est « en face mais en même temps à côté du texte » ([1], p. 22), car chaque fois que nous traçons « des mots sur une page, un lecteur omniprésent, bien qu’invisible, se tient à [nos] côtés et donne son plein sens à [notre] texte » ([1], p. 23).

À l’étape d’édition, il s’agit d’avoir les ingrédients suivants : style(s) d’écritures, titres, sous-titres, paragraphes (narratifs, argumentatifs, citations, paroles de terrain), chapitres, références (notes, bibliographie, annexes).

Pour ce qui est de notre style d’écriture, il est nécessaire de l’inventer, car il donne le ton unique à notre mémoire. Ce ton représente la musique exceptionnelle du texte, la musique à lui seul. C’est « cette musique personnelle que tout auteur recherche » ([1], p. 23) pour pouvoir apporter au lecteur le même plaisir et la même réflexion que nous connaissons nous-mêmes avec notre texte.

En outre, un des ingrédients fondamentaux de cette étape, c’est celui de marges, notamment quatre marges de la page et les marges entre nos parties de mémoire. Mais pourquoi jouent-elles un rôle si important ? Elles représentent juste « une réserve de blanc » ([1], p. 20). Oui, mais ce « blanc n’encadre pas seulement le noir [qui est le texte], il l’aère et l’équilibre » ([1], Ibidem.) Ce blanc joue un rôle de         « contrepoids à la masse compacte des lignes » ([1], Ibidem.) Ainsi, nous avons « cinquante pour cent de texte, cinquante pour cent de non-texte» ([1], Ibidem.)

L’avantage c’est que les marges, les paragraphes et les chapitres peuvent créer des pauses et augmenter le confort du lecteur. S’il y en a peu, le texte peut commencer à étouffer notre lecteur. Réfléchissons toujours à notre lecteur, même s’il peut par lui-même contrôler sa lecture, en faisant les pauses où il le veut. Par exemple, il lui suffit de lever les yeux du texte pour que la pause se fasse d’elle-même. En réalité, notre lecteur a besoin des marges non pour arrêter sa lecture mais pour mieux la poursuivre. Les marges représentent le « pouvoir créatif de lecteur, et l’équilibre entre texte et vide ne correspond qu’à un juste partage des tâches : à l’auteur l’espace du texte, au lecteur le sien, les deux formant des parts égales » ([1], p. 21). C’est grâce à ce vide que le lecteur peut « compléter les phrases de l’auteur, imaginer, participer à sa vie, l’enrichir de [sa] propre expérience, l’incorporer à [son] soi propre » ([1], p. 22).

Enfin, à l’étape de soutenance, il s’agit de tenir en tête que personne n’est si inspiré par notre sujet de mémoire que nous-mêmes. L’essentiel c’est de réussir à inspirer le jury. Espérons qu’il ne sera pas trop compliqué de le faire, car le jour de soutenance, comme dit Bruno Tessarech « vous saurez que vous êtes devenu autre, à la fois vous-même et multiple » ([1], p. 33) grâce à nos efforts et nos connaissances, c’est pourquoi nous serons plus rassurés que maintenant. La paix et la certitude viendront avec l’idée que nous avons fait tout possible pour laisser une trace dans la chaîne des recherches scientifiques et, peut-être, dans les coeurs de jury.

 Remettons-nous donc à la préparation de notre dessert « Memoire à la crème de qualité » avec enthousiasme et courage, car c’est la seule façon de rendre supportable l’énorme travail que réclame son écriture.

 « Abandonnons le rêve d’atteindre les sommets inaccessibles, Inspiration, Message, Destin, Absolu, Oeuvre, et écoutons notre plaisir d’écrire » ([1], p. 78).

Commençons à rêver sur notre mémoire comme nous rêvons sur un être et nous verrons que la feuille ne résistera pas et ne restera jamais désespérément blanche.

 C’est ça la magie de l’écriture.

 

Bibliographie

[1] TESSARECH, B. (2015), L’atelier d’écriture. Leçons à un futur écrivain, Paris, Éditions Jean-Claude Lattès.

VORONTSOVA-MENALO Anna

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde, à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3.

More Posts

Pourquoi ne pas essayer : participer à un festival d’éditeurs formidables

Un excellent moyen de connaître un pan très vivant de la scène éditoriale, de se faire des ami(e)s dans l’édition, de rencontrer les lecteurs-trices, et de lire en vivant au milieu des livres les plus vivants qui soient…

C’est là : http://lesediteursassocies.com/webshop/festival/benevolesCarte Festival 2016

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Qu’est-ce que j’(eu) apprends?

Le 27 janvier à Cité Université, il y avait un événement de CLE international.
Sur leur page de Facebook, c’était écrit : Une journée entièrement dédiée au FLE durant laquelle alterneront interventions d’experts de la didactique et instants d’échanges et de discussion. (https://www.facebook.com/events/1657738161172473/) Cet événement m’a surtout intéressée car je n’avais pas eu d’occasion de participer aux événements organisés par les maisons d’édition. Finalement concernant l’événement lui-même j’ai vu une grande différence par rapport aux événements organisés par les universités car il était assez commercial. Il me semblait que c’était une occasion pour eux de présenter leurs nouveaux manuels. Pourtant il était quand même intéressant de voir les différents manuels vis-à-vis au public.
Personnellement j’ai apprécié la table-ronde intitulée : « Innover, Expérimenter, Nouvelles stratégies d’apprentissage ». Un des participants, Philippe Liria, consultant et éditeur de FLE, a parlé de la place des jeux en classe de langue. Il a mentionné que la représentation des jeux est souvent négative chez les apprenants, les enseignants et les institutions. On fait souvent le jeu lorsqu’il reste encore du temps à la fin des cours. On joue moins en tant qu’activité centrale. Il développe son point de vu dans son article de blog, « Prof et élèves : à vos jeux » (https://philliria.wordpress.com/category/fle-et-edition-numerique/). 
Il est vrai qu’on ne peut pas généraliser mais selon ma propre expérience d’apprentissage des langues au Japon,l’importance des jeux diminue d’année en année. Lorsqu’on est adultes, on ne joue plus pour apprendre une langue. De nombreux jeux existent et il se peut que le jeu soit la meilleure façon d’apprendre selon les objectifs des cours. Afin d’apprendre en jouant, premièrement il me semble quand même important de changer cette image négative surtout chez les enseignants. Ma conclusion personnelle de cette table-ronde est la nécessité d’apprendre à jouer en tant que futur enseignant!

Citographie 
P,Liria,.« Prof et élèves : à vos jeux » dans Le Blog de Philippe Liria (https://philliria.wordpress.com/category/fle-et-edition-numerique/),La date de consultation : 8/2/2016.

La page de Facebook de CLE International,. (https://www.facebook.com/events/1657738161172473/), La date de consultation : 8/2/2016.

OGAWA Haruna

Etudiante M2 en didactique de FLE/FLS et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3.

More Posts

Peut-on prévenir les erreurs ?

J’ai repris vendredi matin la ligne 14, arrêt Bibliothèque François Mitterrand pour me rendre au Colloque international de linguistique organisé par le Centre d’Etudes Japonaises de l’Inalco sur l’Analyse des erreurs commises par des francophones apprenant une langue éloignée.

Après l’intervention de Rémy Porquier, Professeur des Universités au Département des Sciences du Langage de l’Université Paris Ouest-Nanterre sur l’analyse de l’erreur et la recherche en acquisition des langues, a débuté la première session du colloque présidée par Xuyên Lê Thi, Maître de Conférence et Responsable de la Section d’Etudes Vietnamiennes à l’Université Paris Diderot.

C’est à la suite de l’intervention de Viet Anh Nguyen, Maître de Langue à Inalco[1] sur les erreurs dans l’utilisation des particules de modalité en vietnamien que j’ai été projetée quinze en arrière lors de mon premier voyage au Vietnam.

Dans un bus touristique quelque part entre Hué et Nha Trang, je me suis retrouvée malgré moi au centre d’une altercation entre d’un côté le chauffeur de bus et son assistant, tous deux vietnamiens, et de l’autre un groupe de passagers français. Je ne me souviens plus de la raison de la dispute. Je me souviens seulement du sourire figé de l’assistant face à la colère du passager que ce sourire « hypocrite » exacerbait. Je restais là, prostrée entre eux deux, comprenant à la fois la colère de l’un et le flegme de l’autre sans pouvoir émettre un son, y mettre des mots.

La situation n’était certes pas la même ce vendredi 5 février. Nous n’étions pas au Vietnam mais à Paris. Nous n’étions pas dans la rue mais dans un auditorium. Nous n’étions pas dans un bus mais dans un colloque de chercheurs. Et pourtant, je ne pouvais empêcher ces réminiscences de traverser mon esprit.

Lorsque Viet Anh Nguyen a terminé son allocution par des propositions qui viseraient la prévention des erreurs dans l’utilisation des particules de modalité en vietnamien, un membre de l’assistance a demandé si l’on pouvait réellement prévenir les erreurs et si la question n’était pas tant de les prévenir mais d’accompagner l’apprenant dans son erreur. Deux, trois autres membres du public ont insisté sur le même état de fait en se demandant si l’intervention dans l’input pouvait avoir un effet bénéfique sur l’apprentissage et s’il suffisait de connaître un fonctionnement grammatical pour l’utiliser. A chacune des questions, les réponses étaient toujours les mêmes. Elles relevaient soit d’une explication d’ordre linguistique qui cherchait à faire comprendre le fonctionnement des particules de modalité en vietnamien, soit portaient sur les méthodes d’enseignement et notamment l’importance de la prise en compte du contexte et du cotexte dans leur enseignement.

Comme lors de mon voyage, je me retrouvais en face de personnes de langues et cultures différentes. Il n’était finalement pas ce jour-là tant question de culture, langue et société puisque le colloque se déroulait à Paris en langue française mais davantage de culture disciplinaire et de langage différents, ceux de part et d’autre de la linguistique, des pédagogies centrées sur l’apprentissage et de celles centrées sur l’enseignement, et avec eux toutes les représentations qui en découlent.

Si je reprends ces mots de Jean-Paul Narcy-Combes[2] (2005 : 85) à propos des « “savoirs” sur l’éducation, les apprentissages et la didactique des langues […] [qui] permettent de moins agir dans l’urgence et réduisent quelques unes des incertitudes » et sur la responsabilité de l’enseignant « de se constituer un savoir et une pratique instruite qui lui permettent d’éviter les erreurs qui peuvent l’être », est-ce que l’enseignant peut pour autant prévenir les erreurs chez les apprenants ? En faisant travailler les particules de modalité en référence à un contexte et un cotexte, est-ce que l’enseignant pourra empêcher les apprenants de commettre des erreurs ? Est-ce vraiment possible voire envisageable ? Son rôle, ne consisterait-il pas plutôt, comme l’a souligné un des participants, à « accompagner l’apprenant dans l’erreur » ?

De cette matinée de colloque, je prends conscience combien il est important en tant que chercheur d’accepter d’être déstabilisé et d’être capable de se décentrer. C’est comme si, assis dans une barque, il nous faut, lorsqu’une autre embarcation nous aborde, risquer un pied dans l’une, un pied dans l’autre pour reconsidérer le monde… l’objet de notre étude.

 

 

[1] Inalco : Institut national des langues et civilisations orientales

[2] Narcy-Combes J.P., Didactique des langues et TIC : vers une recherche-action responsable, Paris : Ophrys, 2005.

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Mais, euh.. sans indiscrétion, pourquoi prof de FLE, t’aimes pas l’argent ?

Ah, ça, il l’avait entendu beaucoup trop de fois ; et dans un souci quasi perpétuel de justification, son explication suivait constamment la même rengaine.

Il disait qu’il avait toujours eu vocation à aider les gens, qu’il souhaitait combattre l’injustice et promouvoir l’égalité des chances pour chacun. Envahie par un désir profond d’ambition sociale, sa mère avait voulu en faire un médecin ou un avocat. Malheureusement pour elle, peu friand du droit et grand hématophobe, ces carrières n’avaient jamais fait partie de ses options.

Pendant longtemps il avait songé à être assistant social, mais après avoir entendu les paroles d’un grand homme, disant que « l’éducation était l’arme la plus puissante qu’on pouvait utiliser », il s’était destiné au professorat. Quant à la matière qu’il allait enseigner, il avait longuement hésité. Optant en premier lieu pour les mathématiques, dont les résultats au collège frôlaient la perfection, il avait lâché prise, lorsqu’à son arrivée en seconde, il avait pu constater que les calculs de plus en plus complexes, avaient remplacé les chiffres par des lettres. Voyant ainsi ses résultats dégringoler, il s’était rabattu vers sa seconde matière préférée, l’anglais.

Ah, les langues et lui, quelle histoire ! Il aurait pu choisir l’allemand qu’il apprenait depuis l’âge de dix ans. Cependant, il trouvait cette langue affreusement laide. Il associait consciemment l’anglais aux États-Unis et au rêve américain. Le rêve américain.. c’est en souhaitant y accéder que son aventure avec le FLE avait commencé. En effet, pensant qu’enseigner l’anglais à des Américains natifs serait inutile, il s’était tourné vers le français et avait décidé qu’il orienterait ses études supérieures dans ce sens là. Ce n’est que plus âgé qu’il s’était rendu que les États-Unis n’étaient pas si idylliques qu’ils n’y paraissaient dans les séries télévisées, et qu’il était mieux d’y séjourner quelques jours pendant des vacances que d’y vivre. Pourtant, il tenait toujours à enseigner le français.

Son master FLE entamé, il avait eu la chance d’enchaîner les stages et les actions bénévoles en tant que professeur de français auprès de publics divers et variés. Des primo-arrivants aux enfants d’ambassadeurs souhaitant perfectionner leur niveau C2 en langue française, il avait côtoyé du beau monde. Lors de soirées, il aimait se vanter d’avoir fait le tour du monde sans avoir eu besoin de quitter Paris et sa petite couronne et partager des anecdotes qu’il avait eues avec ses apprenants. Il n’avait jamais autant appris sur lui-même et sur l’Autre, depuis que son rôle était de faire apprendre.

Après avoir épluché les offres d’emplois FLE sur différents sites internet, il avait réalisé que la grande majorité des rémunérations mensuelles brut à temps plein n’excédaient pas huit cents euros, que ce soit en France ou à l’étranger. Certes, il avait compris qu’en continuant sur cette lancée, il ne payerait pas l’ISF. Société capitaliste oblige, ses propres collègues masterants se demandaient ce qu’ils faisaient dans une filière, qui les conduirait à une profession aussi instable et précaire. Il voulait vivre de ce qu’il aimait faire, quitte à ne pas être propriétaire.. Adepte de la philosophie « carpe diem », il se voyait prendre les choses telles qu’elles se présenteraient, en privilégiant les expériences hors de la métropole. Et si cela finissait par l’ennuyer, il était sûr qu’il trouverait le moyen de se réorienter.

Pour l’heure, convaincu que se justifier ne servait plus à rien, il décidait pour la toute première fois de changer son argumentation et répondit à son ami « Si , si, mais bien sûr que j’aime l’argent ! C’est pour ça que j’épouserai une cadre, 45 K€ par an, minimum ! »

LONKUTA Betty

Etudiante en Master 2 Didactique du FLE/S et langues du monde à l'Université Sorbonne-Nouvelle, Paris 3.

More Posts

Restez connecté(e)s !

http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fetudepsychologie.files.wordpress.com%2F2014%2F02%2Fmemoire.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fetudepsychologie.com%2Fsitemap.xml&h=675&w=974&tbnid=z8XM6cnBNcf-KM%3A&docid=uFvkZziEWTE8iM&ei=Npi4Vv_zJ4qxa7DAhJAC&tbm=isch&client=safari&iact=rc&uact=3&dur=888&page=1&start=0&ndsp=17&ved=0ahUKEwj_5t-Eo-jKAhWK2BoKHTAgASIQrQMINjAI
http://images.google.fr/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Fetudepsychologie.files.wordpress.com%2F2014%2F02%2Fmemoire.jpg&imgrefurl=http%3A%2F%2Fetudepsychologie.com%2Fsitemap.xml&h=675&w=974&tbnid=z8XM6cnBNcf-KM%3A&docid=uFvkZziEWTE8iM&ei=Npi4Vv_zJ4qxa7DAhJAC&tbm=isch&client=safari&iact=rc&uact=3&dur=888&page=1&start=0&ndsp=17&ved=0ahUKEwj_5t-Eo-jKAhWK2BoKHTAgASIQrQMINjAI

Tous les jours …

Moi : Alors quoi de neuf ?

Quelqu’un  : J’ai toujours pas commencé tu sais !

 

Moi : C’était une bonne idée de se retrouver les amis…

Quelqu’un : Mais vous réalisez qu’il ne reste que 4 mois !! On est foutus !

 

Moi : Je suis contente de pouvoir rentrer chez moi voir ma famille.

Quelqu’un : C’est pour ton étude de terrain c’est ça ? t’as vu ton encadreur ? t’as fait ton plan ?

Tout le monde : T’en es où avec le mémoire ? T’as commencé à lire ? t’as commencé à écrire ? tu as trouvé un stage ? vous faites combien de pages en option recherche ? On peut échouer à cette épreuve vous le savez ?…etc.

Pas d’âmes solidaires ? pas d’âmes compatissantes ? qui pourraient parler de soleil et de beau temps ?

Vos discussions riment elles-aussi aux miennes ? Je m’en doutais pas.

Écrire un billet implique forcément une mise au point de son avancement. Un deuxième mot qui vient hanter votre bien être, vous pincer alors que vous faites semblant d’avoir toute l’éternité pour rédiger. Un simple mot qui vous empêchera même d’esquisser un sourire. Bon, j’exagère mais juste un peu.

Ne vous inquiétez pas, ces quelques pages que vous avez sous les yeux se multiplieront ! Adonnez vous à cette hygiène intellectuelle et  mettez vous dans la peau d’un actuel et non futur chercheur.

1 % de motivation, 99 %  de peur ? pourquoi pas 1% de motivation et 99 % de café ? Ça vous maintiendra au moins éveillés; mais entre temps procédez à un rééquilibrage en urgence !

Les enjeux du mémoires nous sont difficiles à comprendre. Je tâtonne toujours dans ma recherche. Une question s’impose : Tenez- vous toujours vos carnets à jour ? Quelle question embarrassante ! J’avoue. Il est difficile de maintenir nos résolutions en équilibre mais empêchons nous de les transformer en un supplice.

Les pages web et les bibliographies des ouvrages consultés sont un champ fertile de sérépendité :« L’art de trouver ce que l’on ne cherche pas » Donc tachez de rester connecté(e)s !

Khouloud Sihamdi

Diplômée en lettres et langue française à l'université de Constantine 1 en Algérie. Actuellement étudiante en Master 2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde. Intéressée par la compétence communicative dans les dialectes maghrébins.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Je suis circonflexe !

Je suis circonflexe

Comme cela tombe bien ! Alors que nous sommes sur le point de commencer à enseigner le français, une nouvelle / ancienne loi sur la réforme orthographique entre en vigueur à partir du septembre 2016.

À vrai dire, la loi n’est pas récente. Elle a fait l’objet de plusieurs débats en France jusqu’à ce que l’Académie française l’ait validée en 1990. Autrement dit, la nouvelle loi qui est devenue le sujet principal des Français sur les réseaux sociaux ces derniers jours est en effet une information qui remonte à vingt-six ans. C’est pour cela que le président du Conseil supérieur des programmes, Michel Lussault, déclare que la nouvelle est un mensonge qui n’a pas d’objectif particulier à part de provoquer ceux qui la contestent déjà depuis toujours « c’est une erreur, un mensonge éhonté – et je pèse mes mots – de dire qu’il existe une réforme qui aurait été imposée pour s’appliquer en 2016 ».

Mais en quoi consiste cette ancienne nouvelle loi ?

La réforme orthographique a pour but d’adoucir la complexité de la fameuse orthographe française ; de la rendre plus accessible, en meilleur adéquation avec le code oral. Il s’agit ainsi d’ôter l’accent circonflexe sur quelques mots lexicaux, là où il n’y aurait pas d’homographe ou de confusion avec d’autres mots grammaticaux. Le tiret entre les mots composés fait également partie de la réforme. De plus, quelques mots d’origine étrangère tel que nénuphar deviendrait tout simplement nénufar. Selon le site internet public.fr, cela concernerait « près de 2400 mots ».

Mais quelle est vraiment l’importance des signes diacritiques ?

On sait très bien que le français n’a pas évolué de la même manière que ses homologues tels que l’espagnol ou l’italien, des langues d’origine latine. Sur le plan linguistique, l’orthographe française est beaucoup plus compliquée à étudier ou à retenir par le simple fait qu’il n’y a pas de correspondance entre le style oral et le style scriptural. Autrement dit, la réalisation par la parole d’un élément de la langue (phrases, énoncés, mots etc.) est différente de celle réalisée par l’écrit ou avec l’encre. À l’oral, le phonème /o/ par exemple se réalise à l’écrit par les graphèmes (o, au, ô, aux, eau). Donc, si on en enlève le (ô), c’est déjà pas mal pour les apprenants.

Voici à mon avis les raisons pour lesquelles la langue française gardait jusqu’à présent les signes diacritiques :

  • Pour distinguer entre les homophones hétérographes :
  • Du (article défini contracté) dans « donne-moi du pain s’il te plaît » diffère de
    (participe passé du verbe devoir) dans « Il a rentrer plus tôt ».
  • Pour recourir à l’étymologie.

L’orthographe française telle qu’elle est conçue aujourd’hui raconte l’histoire de la langue. Les emprunts d’autres langues (du grec, du latin, de l’arabe etc.). On le trouve évident dans le mot pharmacie, par exemple, qui a été emprunté du grec. Les autres langues comme l’italien l’écrivent avec (f) au lieu de (ph). Il en va de même pour nénuphar qui devient nénufar.

Ce qui est drôle en mettant nénufar, c’est que même « Word » n’accepte pas le mot. Il faut dorénavant rectifier les programmes de corrections phonétiques. Cela amène à recruter plus de professeurs et spécialistes de la langue qui ont un esprit ouvert pour la nouvelle orthographe. À la fin, je pense que cela aidera à réduire le nombre du chômage ! Ah pardon, le chomage J.

En lisant quelques commentaires des gens sur cette question, il me semble qu’ils ont peur de changer les attitudes orthographiques qu’ils ont apprises, réapprises plusieurs fois. En plus, ils s’inquiètent pour le futur de leur orthographe. Aujourd’hui, pas de circonflexe, demain pas d’apostrophe !

Mais qui disons-nous, nous les étudiants étrangers et les futurs enseignants de la langue ?

Personnellement, je regrette un peu que la loi n’ait pas été établie quand j’ai commencé à apprendre le français en passant des heures et des heures à apprendre l’orthographe, à faire attention entre jeune et jeûne, entre ognon et oignon (entre autres). Néanmoins, je suis contente pour les futurs apprenants de la langue qui passeront moins de temps sur l’orthographe. Je trouve qu’il est intéressant que les linguistes et les spécialistes de l’Académie française travaillent toujours cette question car comme disait Michel Lussault « la grammaire française n’est pas la Bible ou le Coran, c’est une évolution historique » qui peut subir à des changements au cours des siècles et selon les besoins d’une époque à l’autre.

En fin de compte, Michel Lussault a également raison concernant l’ancienneté de l’application de la loi car Dominique Dupriez avait publié un ouvrage en 2006 (il y a déjà dix ans) intitulé « la nouvelle orthographe en pratique », donc c’était bien une nouvelle orthographe il y a déjà une dizaine d’années.

Bibliographie

DUPRIEZ, Dominique (2006), La nouvelle orthographe en pratique, Bruxelles,De BoeckDuculot.

http://www.public.fr/Dossiers/Public-Buzz/Les-news-qui-buzzent/Public-Buzz-La-reforme-de-l-orthographe-le-changement-c-est-maintenant-913759

http://www.lejdd.fr/Societe/C-est-un-mensonge-ehonte-de-dire-qu-il-existe-une-reforme-de-l-orthographe-pour-2016-771307

Amal

Assistante pédagogique à l'Institut français du Proche-Orient et enseignante d'arabe langue étrangère à l'Institut français de Jordanie, je suis étudiante, actuellement, à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris III en Master II Didactique des langues.

More Posts

Conférence de Patrick Quillier « Le geste dans l’oreille »

21.01.16 Au musée du quai Branly

« La connaissance parle, mais la sagesse écoute » J. Hendrix*

P. Quiller est actuellement professeur de littérature à Nice. Il a vécu et enseigné dans plusieurs pays du monde comme la Réunion, le Portugal, l’Autriche et l’Hongrie. Il est traducteur et compositeur également.

Le titre de cette conférence est « Le geste dans l’oreille ». Mais que cela veut dire ? Lire à l’oreille, lire par l’oreille…Mais ce geste ne se limite pas à ces deux phrases.

Acroamatique (ce qui est reçu par l’oreille) est un mot avec une histoire qui continue à influencer. Du grec ακούω (akouo) un terme utilisé pour désigner ce que nous appelons un cours magistral qui est réservé aux disciples qui savent écouter. Alors que pour un cours de TD c’est par la maïeutique que les élèves apprennent.  Les 1ères écoles pythagoriciennes avaient introduit ce type d’école acroamatique. L’enseignement était dispensé, caché par le rideau donc il était purement auditif.

Cela a produit un autre mot ; acousmate comme la musique acousmatique (d’après guerre) où on ne voit pas l’interprète car il y a une sorte de rideau pythagoricien. L’acousmate désigne tout ce qui rend dans l’écoute, à l’oreille. L’enseignement acroamatique de l’école pythagoricienne est aussi acousmatique. C’est un mot pour désigner les axiomes, les formules etc.

Mais hors les sons qui viennent de l’extérieur, est-ce qu’il ne se passe pas que dans notre esprit ils se passent de sons dont on ne peut pas vérifier l’origine ? La tradition chrétienne en fait la preuve. Plusieurs exemples, un de plus importants la voix de Dieu à Marie. Cet acousmate est tellement important que la littérature mystique et spiritualiste notamment de la langue française  a crée des expressions telles que : être en état d’acousmate  qui veut dire être dans un état d’extase, écouter les anges ou Dieu.

AAEAAQAAAAAAAABIAAAAJDk1Nzg1ZDk5LTM1MGYtNDg2Yy05NDA0LTAxZGQwYTIyNzcyYg
Ecouter Chacun matin je me dis la même chose; Rien de ce que je dirai aujourd’hui va m’apporter (apprendre) quelque chose. Donc si je veux apprendre, je dois le faire en écoutant. Traduction de l’anglais, réalisée par moi-même.

D’autres écrivains ne restent pas différents. Plus tard,  à la première moitié du XXème  siècle Apollinaire qui appartenait au courant du symbolisme  écrit  deux  poèmes intitulés « Acousmate ». Le premier parle du  guetteur mélancolique : « J’entends parfois une voix qui est absente ». Donc il s’agit d’une réception acousmatique d’un son de quelqu’un qui n’est pas présent. Les mots qui sont dits de cette voix sont ciel et miel.  « Le ciel qu’on médite et le miel qu’on mange ». Des mots terminant par la lettre l comme les noms de trois archanges. Son deuxième poème commence par le récit alexandrin des bergers qui suivent une étoile et qui entendent des anges chanter.

P. Quillier a écrit une thèse ayant comme sujet l’acroamatique chez René Chard. Il dit que quand on s’initie par l’oreille c’est clair comme de l’eau de rose. Plus précisément ; « Si on fait usage de l’oreille on va être initié à savoir faire quelque chose ». Et cela est très concret du point de vue physique. L’oreille est le son du langage. Il incite à lire dans un corpus donné une œuvre à lire à l’oreille c’est-à-dire à repérer dans un corpus donné tout ce qui passe par l’auditif. « Notre usage de l’écoute façonne notre apprentissage de langue ».

P. Quillier nous conseille vivement le livre de Gabriel Bergounioux « Le moyen de parler », 2004, Verdier .Livre 2004. « Difficile mais formidable » selon lui. L’écrivain, démontre que notre cerveau produit des millions de combinaisons linguistiques. Et si on veut parler on est obligés de canaliser ce magma des pensées qui surgit en nous mais aussi les bruits de l’extérieur (pensez aux moments où vous lisez dans le métro, oui vous canalisez ce magma pour vous concentrer dans votre lecture !). Un autre livre que le conférencier nous invite à lire est celui d’ Eero Taratsi « Fondements de la sémiotique existentielle » 2009, L’Harmattan.

volcano-03

Chez Barbier il y a quelque chose de très important. Faire le vide, une étape de vide. Afin d’être à la réception de ce qu’on écoute. Notre bagage intellectuel : Barbier dit qu’il va nous aider à faire une dance autour de nous. Auquel les poètes vont se référer  « Le miracle est en nous » l’espace intérieur qui est le véritable récepteur de tout ce qu’on écoute et en même temps le producteur.

Le geste d’écoute est au cœur de la production langagière. « Πάντα είναι πνοή » (panta einai pnoe) disaient les anciens grecs. « Tout est souffle ». En disant cela P. Quillier me rappelle que dans les croyances des trois religions monothéiques  ce souffle est un noyau central commun car selon le judaïsme, le christianisme et l’islam l’âme de l’homme s’est crée grâce au souffle de Dieu.

Ce que nous pouvons retenir de cette conférence est que dans un monde où on communique souvent par sms et messages électroniques n’ y a-t-il pas un écho important qui se perd de nous-mêmes et des autres ?

Et notre mémoire (recherche) n’est-il part une sorte de poésie un discours de la parole de l’intérieur ? En tout cas une partie de notre mémoire demande une réflexion silencieuse un recours dans notre monde intérieure. Cet endophasie est la parole intérieure. Les lectures qu’on fait ne sont pas les paroles qu’on entend des personnes qui nous parlent simplement sous forme écrite?

Canaliser ce magma pour se concentrer à la lecture et l’écriture et ainsi viser le cœur de notre sujet et de notre problématique !

*Citation ajoutée par moi-même.

** Toutes les images sont prises dans Google Images.

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Annonce recrutement des lecteurs – l’Université Océanique de Chine

Bonjour,

Voici une annonce du recrutement des lecteurs proposée par le département du français de mon ancienne université pour ceux qui s’intéressent à la Chine et également à l’enseignement du français langue étrangère en Chine. N’hésitez pas à contacter Mme. Fang si vous avez besoin de plus d’informations : clairefangliwei@163.com.

Lieu : Qingdao, province du Shandong, Chine

Postes à pouvoir : 1

Description du poste :

  • Assurer des cours de français pour des étudiants en Licence ou Master de français, de niveaux aléatoires (A1-C1) : compréhension orale & écrite, expression orale & écrite, civilisation, économie, politique et histoire françaises ;
  • Préparer les étudiants à différents types de concours (de chansons, de rhétorique, de traduction, de rédaction, etc.) le cas échéant ;
  • Participer aux activités de l’université relatives à la langue française, qu’elles soient organisées par les associations étudiantes, par le département de français lui-même, par la municipalité de Qingdao, etc. ;
  • Remplacer les professeurs partis en congé approuvé par l’université (maladie grave, maternité, mariage, etc.).

Volume horaire : 16 heures de cours par semaine au maximum

Période de travail : à partir de septembre 2016

Les lecteurs sont employés à l’année. La durée du contrat est d’un an minimum, renouvelable.

Rémunération :

  • Salaire et allocations mensuels selon conditions :
Titre universitaire Salaire mensuel (RMB) Allocation logement (RMB) Allocation transport (RMB) Total

(RMB)

Professeur des universités (titulaire du titre avant son arrivée en Chine) 9600-13000 2500 138 12238-

15638

Professeur adjoint (titulaire du titre avant son arrivée en Chine) 7500-9500 2000 138 9638-

11638

Titulaire d’un doctorat + 2 ans d’expérience d’enseignement 7000-7400 1500 138 8638-

9038

Titulaire d’un master + 2 ans d’expérience d’enseignement 6000-6900 1500 138 7638-

8538

Titulaire d’une licence + 2 ans d’expérience d’enseignement dans un établissement d’enseignement supérieur 5000-5900 1500 138 6638-

7538

  • Appartement de fonction :
Campus Type de logement Surface (m2) Loyer mensuel (RMB)
Fushan T2 100 2000
Yushan T1 70 1600
T1 50 1200
Laoshan T2 76 1500
T3 85 1800

Les lecteurs enseignent sur le campus de Laoshan. L’université met à disposition des navettes pour relier ces trois campus entre eux. Depuis Fushan, il faut compter 20-30 minutes pour se rendre à Laoshan, 60-90 minutes depuis Yushan (en fonction de la circulation).

Par conséquent les lecteurs sont installés principalement à Laoshan ou Fushan. Si aucun appartement n’est disponible sur ces campus, le lecteur loge à Yushan.

Dans tous les cas précédents, c’est donc l’université qui fournit le logement, et le loyer est déduit automatiquement de la rémunération mensuelle. Il arrive, en fonction des effectifs, que l’université ne puisse pas fournir de logement aux lecteurs (c’est très rare) ; dans ce cas le lecteur doit chercher lui-même un logement en dehors de l’université.

  • Souscription à une assurance-maladie de 1680 RMB par an ;
  • Remboursement d’un billet d’avion aller-retour par an, avec un plafond de 8000 RMB ;
  • Remboursement du frais de transport entre l’aéroport et l’appartement du lecteur ;
  • Remboursement d’un envoi de bagage par an, avec un plafond de 1000 RMB.

Compétences requises :

  • Français langue maternelle ;
  • Titulaire d’un diplôme universitaire à partir de la licence, master ou plus de préférence;
  • Une expérience de 2 années d’enseignement est demandée, de préférence à destination des étudiants étrangers (FLE) ;
  • Ponctualité, rigueur, sérieux et esprit d’initiative ;
  • Adaptabilité à l’administration et à l’encadrement universitaire.

Pour postuler, veuillez joindre à votre envoi :

  • un CV en chinois ou en français (sous format « doc » mais non « pdf ») sur lequel figure votre date et lieu de naissance ainsi que votre formation depuis le lycée. Veuillez en outre y indiquer très clairement vos coordonnés, surtout votre adresse postale, c’est par cette adresse que vous recevrez la lettre d’invitation et le permis de travail une fois que vous aurez été accepté) ;
  • le dernier diplôme scanné ;
  • les justificatifs de travail scannés ;
  • les lettres de recommandation s’il y en a.

Contact :

Pour tout renseignement complémentaire ou pour la remise de votre dossier de candidature, veuillez vous adresser à la vice-doyenne du département de français, Mlle FANG Liwei : clairefangliwei@163.com

Dans votre lettre, merci de préciser :

  1. Combien de temps vous avez l’intention de travailler dans notre université (estimation).
  2. Si vous avez déjà enseigné en Chine. Si tel est le cas, quand votre certificat d’expert vous a-t-il été délivré pour la première fois ? Merci de fournir un scan de tous vos certificats d’expert.

Compte rendu d’une soutenance doctorale

 

Le 14 janvier 2016 à 14h, une soutenance doctorale s’intitulant Enseignement du Français Langue Étrangère à partir des textes autobiographiques du 20è siècle a eu lieu à la salle Las Vergnas au centre Censier de l’Université Paris Sorbonne Nouvelle, dont le jury se constitue de quatre professeurs de Paris 3 et de Paris 4.

Cette soutenance durant environ trois heures se compose de deux grandes parties : la première se consacre à l’exposé de la thèse par l’auteure, pendant une vingtaine de minutes, et la deuxième, les interventions des membres du jury, souvent sous forme de critiques et de questions.

Lors de  la présentation orale, la doctorante présente de manière très synthétique et systématique du contenu de la thèse. Il porte principalement sur le contexte espagnol de l’enseignement de la littérature du FLE, la sélection du corpus ainsi que les justifications (Elle a choisi des textes autobiographiques de quatre auteurs français du 20è siècle), des difficultés surgies et finalement la mise en corrélation de la littérature avec la didactique.

Quant à la deuxième partie, le directeur de la thèse prend d’abord la parole, il raconte l’histoire de cette rédaction longitudinale, et en même temps il émet ses commentaires personnels : des appréciations et de défauts du contenu, également sur la capacité de rédaction de l’auteure. Les interventions des autres membres du jury s’ensuivent, celles qui se caractérisent par de plus de questions précises auxquelles la doctorante doit réagir immédiatement. D’où on constate qu’une soutenance du mémoire ou de la thèse exige non seulement de la compétence de l’écriture académique et formelle, mais aussi celle de l’oral.

Ce qui m’intéresse beaucoup à propos de cette thèse, c’est que, malgré la tendance incontournable de la mise en œuvre de l’approche communicative en FLE, l’auteur prend sa position oppositionnelle contre cette méthode en raison du contexte éducatif réel dans son pays. Pourtant, s’appuyant sur ses expériences d’enseignement, elle propose en même temps des démarches pédagogiques adaptables aux classes espagnoles, entre autres, enseigner la littérature à l’aide de tableaux, d’images, ou de sites d’Internet. Le jury apprécie le courage de l’auteur de poursuivre cette recherche de façon originelle. Il faut à noter que, selon le jury, un choix de quatre auteurs est au détriment de la profondeur de l’exploitation pédagogique.

Personnellement, c’était la première fois que je suis allée assister ne soutenance, celle qui était très intéressante me fournit tant de la connaissance sur l’enseignement de la littérature que de l’information procédurale et formelle qu’on doit savoir. Je résume des points très importants que j’y ai notés :

Une exigence de l’écriture académique : étant donné que l’auteure est étrangère, tous les membres du jury ont souligné que cette compétence reste à perfectionner. Certains ont même indiqué des erreurs d’écriture de manière détaillée.

Une compétence orale communicative : il s’agit ici du savoir-réagir sollicité surtout dans l’interaction lors de laquelle qu’on ne peut pas préparer des réponses. À part de la compétence verbale, il vaut mieux qu’on ait une meilleure connaissance de la structure et du contenu du mémoire, parce que les questions peuvent venir de tous les coins du mémoire. Pendant que les membres du jury posent des questions, on peut prendre des notes visant à organiser des réponses ultérieurement.

Une attention portée sur les habits et les comportements : des habits formels et des formulations polies. Ce serait idéal si on garde une modestie à bon escient et parallèlement montre certaine confiance en soi.

 

 

 

 

 

Fan XIE

Etudiante en Master 2 Didactiques des langues à l'Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

colloque INALCO : Analyse des erreurs commises par des francophones apprenant une langue éloignée

Colloque les 5 et 6 février 2016 à l’INALCO. Programme dans ce pdf : Inalco 6 février

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Eux c’est nous*

 

Page de couverture du livre "Eux c'est nous" publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.
Page de couverture du livre “Eux c’est nous” publié par Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés.

« Eux c’est nous venus de loin pour un monde meilleur,

Eux c’est nous fuyant la guerre et la misère

Eux c’est nous cherchant refuge

Eux c’est nous partant en désespoir

Eux c’est nous arrivant équipés d’espoir

Eux c’est nous en crise économique

Eux c’est nous l’argumentation des politiques

Eux c’est nous risquant leurs vies

Eux c’est nous essayant de sauver leurs familles

Eux c’est nous sans maison et sans patrie

Eux c’est nous demandant l’asile

Eux c’est nous vivant un cauchemar

Eux c’est nous  attendant la lumière du phare

Eux c’est moi et toi

Parce qu’eux ce sont des êtres humains.»

Mon petit poème est inspiré du titre de ce livre que les bénévoles enseignants de la Cimade (à Massy) m’avaient présenté à la réunion mensuelle des bénévoles.

Association La Cimade avec le logo "L'humanité passe par l'autre". Image trouvée sur Google Images.
Logo de l’association La Cimade. Image trouvée sur Google Images.

Crise de réfugiés, crise des immigrants et bientôt crise des immigrants climatiques. Il suffit de regarder le journal télévisé ou de feuilleter Le Monde ou n’importe quel autre journal pour comprendre que depuis quelques mois cette immigration est une réalité. Dure pour les deux cotés. Nous pour les accepter et eux pour être acceptés.

Août 2015, je me souviens, en Russie je regardais le journal télévisé avec mon père. Immigration, l’Europe en crise, frontières, tous ces mots… Et les gens ensuite me disant « fais attention quand tu rentres tu vois ce qui se passe en Europe maintenant, ça va plus être pareil ».

Non ce n’est plus pareil parce qu’on est tous concernés. Nous sommes tous responsables quand un enfant de 3 ans meurt dans la Méditerranée ou quand 70 personnes perdent leur vie suffoqués dans un camion.

Je suis rentrée en France et je me suis dit « Alors qu’est-ce que tu vas faire Olga ? Comment tu peux les aider ? Quelle sera ta contribution ? Le bénévolat! Soutenir les associations qui protègent les droits de l’Homme. Je suis au bon endroit, Paris !

Octobre, mon idée ne me laisse pas tranquille. Quand on a vécu l’immigration on s’identifie, on a de l’empathie parce qu’on comprend. Je dois agir comme tant de gens ! On me parle du mémoire, de trouver un sujet, un terrain. Une idée me vient à l’esprit. Et si je les combinais  ? Le bénévolat  et le mémoire ? J’ai aussi mes expériences de l’année dernière en tant que stagiaire pour une classe d’UPE2A et  également en tant que stagiaire il y a trois ans pour le CASNAV de Strasbourg. Toujours un public d’immigrés et de réfugiés.

Je fais des recherches sur Internet, je trouve le site de La Cimade. Je lis et puis je les contacte. Le 15 novembre je fais connaissance aux 6 apprenants qui suivront mes cours. Leur pays d’origine : Afghanistan,  Syrie, Somalie et Tibet. Leur âge varie : de 20 – 65 ans.

Hommes et femmes, mariés et célibataires, scolarisés et analphabètes. L’hétérogénéité est fortement présente. Mais six apprenants ne suffisent pas pour réaliser de recherches.

Association Aurore. Image prise dans Google Images.
Logo de l’association Aurore. Image prise dans Google Images.

Je contacte l’association Aurore. 19/01 j’ai ma première rencontre. Seulement des hommes. Venus récemment en France de l’Afghanistan, du Pakistan et du Soudan. Ils sont une dizaine.

Les langues présentes dans les deux classes sont l’arabe littéraire et dialectal (du Soudan et de la Syrie), le somalien, le dari (Afghanistan) et l’anglais pour certains qui ont des bases. Mon public est un public d’adultes débutants. Certains n’ont même pas choisi la France comme destination mais y sont restés parce qu’ils n’avaient pas un autre choix.

Prochaine étape maintenant pour eux l’intégration. Et l’intégration passe par la langue car sans la langue nous nous sentons handicapés et nous rencontrons beaucoup de difficultés de communication. Il suffit de voyager dans un pays avec un système alphabétique différent de celui qu’on connaît pour se mettre  à la place de ces gens.

Comment alors enseigner le FLE pour ce public ? En passant par leurs langues, maternelles ou simplement l’anglais. C’est l’approche que j’utilise. Je mets l’accent sur l’oral, les différences et similitudes linguistiques et les universaux m’aident. Le défi est double tant pour moi en tant qu’enseignante tant pour eux qui s’étonnent en voyant la méthode que j’utilise.

Comment éviter de construire une Tour de Babel et comment éviter une guerre des langues ? Car oui cela n’est pas facile. Le malentendu existe dans ce contexte hétéroglotte. Quels seront les résultats et les réactions de cet apprentissage ?

Le lien affectif qu’on porte avec nos langues maternelles sera dans ce cas un appui sur l’apprentissage des bases du français ou au contraire  va-t-il créer des confus ?

Tout est en train de se construire, étape par étape car même le voyage le plus lointain et le plus long commence par une étape !

Site de la Cimade: http://www.lacimade.org/

Site de l’Aurore: http://aurore.asso.fr/

Bibliographie:

*-Bloch S. Magana,  Pennac D.,  Saturno C.,  2015, Eux c’est nous, Les éditeurs jeunesse avec les réfugiés

Quelques références bibliographiques auxquelles je m’appuierai pour ma recherche:

  • Archibald J. et Chiss J-L. (dir.)2007 , Le français langue seconde : apprentissage d’une langue en continuum. In « La langue et l’intégration des immigrants », Paris, L’Harmattan, Collection Logiques sociales (pp 271-284)
  • Brohy, H.,  2002,  Raconte moi tes langues… Les biographies langagières en tant qu’outils d’enseignement et de recherche. In VALS-ASLA, 76, 183-193.
  • Castellotti V. , 2001 , La langue maternelle en classe de langue étrangère, Paris, CLE International
  • Coste, 2000,  dans Castellotti V., De plus d’une langue à d’autres encore. Penser les compétences plurilingues?
  • Dabène L. , 1987, Langue maternelle, langues étrangères, quelques réflexions ,dans Les langues modernes,  dans le n. 1/1987 des Langues Modernes : « Traduire, langue maternelle, langue étrangère ».
  • Dummett M., 2011,On Immigration and Refugees , London, Routledge
  • Gloaguen-Vernet N., 2009, Enseigner le français aux migrants, Hachette FLE
  • Heller M. , 2007, Bilingualism a social approach Basingstoke New York N.Y. , Palgrave Macmillan
  • Noyau C., Porquier R., 1984, Communiquer dans la langue de l’autre, Presses universitaires de Vincennes

 

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Changer d’album, changer de point de vue

Dans le cadre d’atelier de vietnamien pour enfants, je propose la lecture d’albums de jeunesse et la question que je me pose est : quels livres leur présenter ?

Jusqu’à présent, je me suis contentée de lire des Bubu à l’école, jouant au football et des Susu devant faire attention au ventilateur ou au perroquet. Des textes de la vie quotidienne, plutôt moralistes, sans grand intérêt littéraire. Il ne faut pas être égoïste, savoir partager, aider ses parents, être poli et prudent quand on traverse la rue.

Mon objectif était avant tout de permettre aux enfants d’avoir accès à des livres pour la jeunesse écrits par des Vietnamiens afin qu’ils puissent s’imprégner de cette autre culture et qu’ils se laissent immerger par le flot de cette autre langue, des objectifs somme toute didactiques.

Une rapide analyse de ma pratique m’a permis de me rendre compte de la démotivation progressive des enfants. Plusieurs raisons pourraient expliquer ce dysfonctionnement. Il y a certes le contenu des histoires mais aussi la manière de les aborder page après page en se focalisant sur les qui, quoi, où, quand et comment. Si certains enfants ont encore de l’affection pour ces Bubu et Susu, d’autres les ont pris en grippe. Même si j’ai modifié ma manière de les aborder en les lisant en entier, les jeux de rôle proposés ne pouvaient être que limités.

J’étais coincée. Au Vietnam, on ne trouve en librairie que ce genre d’albums.

Il m’a fallu du temps pour abandonner l’idée d’un livre vietnamien, pour accepter de puiser dans la littérature française qui n’est d’ailleurs pas que française, de donner à lire un livre traduit. Ce n’était pas vraiment pas le fait de le traduire qui me freinait car je réalise maintenant l’opportunité que cela m’ouvre à moi et peut-être même aux Vietnamiens. Non, c’était quand j’y repense quelque chose de l’ordre de l’inféodation peut-être parce que comme nous en fait part Antoine Berman « dans la traduction, il y a quelque chose de la violence du métissage » (Berman, 1984 : 16).

Il a fallu que je m’aperçoive de l’intérêt que cela apporterait aux Vietnamiens, que je prenne conscience que la littérature pour la jeunesse française a aussi emprunté à la littérature étrangère pour que j’entende que la littérature a à faire avec l’être et non avec l’identité. Bien sûr langue et littérature sont liées. On ne parle pas de la neige de la même manière chez les Inuits que chez les Touaregs. Mais est-ce qu’un Touareg ne trouvera pas dans sa langue ses mots pour exprimer la neige ? Et sa manière de la dire ne permettra t-elle  pas à l’Inuit de la découvrir autrement ?

J’ai passé des heures en section jeunesse de la BNF, lu des centaines de pages sur la question pour finalement proposer il y a un mois à mon directeur de mémoire après des semaines de réflexion un album sur la légende du gâteau de riz en vietnamien. La route est longue de la compréhension à l’intégration. Les cours de littérature n’ont pas eu raison de moi. Chassez le naturel, il revient au galop. C’est en lisant et en écrivant, en mettant des mots sur mes expériences que peu à peu j’ai fait mon chemin. Des livres à traduire, il y en a finalement pleins : La grande panthère noire, Les larmes de crocodile, Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ?… (Martin, 2014)

 

 

Berman A., L’épreuve de l’étranger, Paris : Edictions Gallimard, 1984.

Butel L., François P., La grande panthère noire, Paris : Flammarion. 1968.

François A., Les larmes de crocodile, Paris : Delpire, 1956.

Martin S., Poétique de la voix en littérature jeunesse. Le racontage de la maternelle à l’université, Paris : L’Harmattan, 2014.

Zolotov C., Sendak M., Monsieur le lièvre, voulez-vous m’aider ?, trad. de l’anglais, Paris : L’école des loisirs, 1970.

 

 

Marie-Christine Nguyen

Etudiante en Master 2 Recherche Didactique du français langue étrangère/seconde et langues du monde

More Posts

Formation en alternance ouverte à tous : programme du semestre

Merci de consulter ce document concernant les formations en alternance  et de voir si cela peut vous intéresser car il y a quelques places disponibles. Prendre contact avec la responsable : Cécile Bruley pour vous inscrire éventuellement.

Calendrier formation apprentis 2016 VF

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les huit commandements du didacticien

Image prise dans Google Images.
Image prise dans Google Images.

Que vous soyez juifs, chrétiens, musulmans ou même athées vous connaissez certainement les dix commandements que Moïse a transmis à son peuple. Et si je vous disais qu’il y en a huit pour les didacticiens ?

Bonne lecture et bonne application pour entrer au paradis des didacticiens chercheurs !

Les huit commandements du didacticien, selon Eddy Roulet. Dans « Des didactiques du français à la didactique des langues », Langue française, n 82, 1989

  1. « Il faut quitter le domaine de l’idéologie pour aborder le terrain des faits concrets et quotidiens, en particulier les pratiques scolaires ;
  2. « Il faut connaître la réalité et la complexité de ce terrain ;
  3. « Il faut, à partir de là, construire son objet, ses problèmes, et ne plus croire qu’on les trouve tout faits sur le terrain ;
  4. « Il importe, si on emprunte des concepts et des savoirs à d’autres disciplines, de les repenser ou de les reconceptualiser en fonction de l’objet auquel ils s’appliquent ;
  5. « Il faut imaginer, formuler et articuler explicitement des hypothèses ;
  6. « Ces hypothèses doivent être validées expérimentalement ;
  7. « Il importe d’aboutir à un accord argumenté, plutôt qu’à un simple accord d’opinion, sur l’interprétation des résultats ;
  8. « Il faut dépasser la simple juxtaposition des recherches individuelles et isolées pour aboutir à une élaboration communautaire et cumulée du savoir. »

Bibliographie

Eddy Roulet, « Des didactiques du français à la didactique des langues », Langue française, n 82, 1989

L’article complet : http://www.persee.fr/doc/lfr_0023-8368_1989_num_82_1_6376 consulté le 22/01/16

Olga Kourntidou

Titulaire d'une Licence de Russe délivrée par l'Université de Strasbourg, je suis actuellement étudiante en M2 Didactique du FLE/FLS et langues du monde à l'Université de Paris 3- Sorbonne Nouvelle.

More Posts

lire et écrire pour le mémoire de master