Dialogue entre une étudiante et son directeur de mémoire

14904095-etudiant-masculin-avec-un-enseignant-en-salle-de-classe

D : J’ai lu votre projet que je trouve déjà bien articulé et cohérent, et le sujet est très très intéressant. Le domaine que vous traitez est peu exploré, mais le problème est que vous n’avez pas précisé la méthodologie de travail que vous comptez de suivre.

E : Euh, mon enquête de recherche se présentera sous formes de questionnaires et d’entretiens effectués auprès des étudiants et des enseignants. Cette enquête sera élaborée en visant un public d’apprenants chinois qui ont suivi ou seront en train de suivre la formation en FLE dans les centres de langue. Ici il me convient de rédiger un questionnaire bilingue pour assurer une bonne compréhension des questions posées. Les entretiens semi-directifs se tiendrait en chinois et seront menés auprès de 16 apprenants chinois et 4 enseignant français. Toutes les informations recueillies seront enregistrées avec mon ipad.

D : Pourquoi pas faire l’entretien en français ? Comme ça, ce serait plus facile à collecter des corpus.

E : Je pense que si l’entretien se tient en français, il y aura un risque que l’apprenant étranger qui ne trouve pas les mots justes pour exprimer son idée essaie de contourner le sujet en parlant d’autres choses qu’il peut mieux exprimer dans cette langue. Pour faciliter l’expression des étudiants en les mettant à l’aise, je leur laisserai le choix de la langue d’utilisation lors de l’entretien.

D : Avec ce corpus vous n’aurez accès qu’aux représentations et pas aux pratiques réelles, il faudrait inclure des observations de pratiques.

E : D’accord, je vais prendre contact avec le responsable de l’alliance pour obtenir une autorisation de faire des observations participantes dans leurs cours.

D : Il faut affiner avant de vous lancer dans l’enquête.

E : D’accord, Monsieur, merci de votre conseils précieux. Au revoir, Monsieur !

D : Au revoir.

Atlas/réflexion sur l’acquisition précoce du langage chez l’enfant

Dans son ouvrage intitulé « l’acquisition du langage », Michèle Kail, directrice de recherche au CNRS, propose une synthèse des recherches menées depuis une trentaine d’années sur l’acquisition du langage chez les enfants.

Michèle Kail s’attache à dresser un état des lieux exhaustifs des recherches actuelles portant sur la manière dont on apprend à parler, dès la vie fœtus jusqu’à la fin de l’enfance : « les paradigmes consacrés à l’acquisition du langage ont connu ces vingtaine d’années des changements considérables dont beaucoup sont à l’origine de théorisations nouvelles. » (p. 5)

Elle constate que les recherches sur la perception et production précoces du langage ont relevé d’étonnantes capacités précoce chez l’enfant : « l’existence dès la naissance de dispositions universelles très sophistiquées permettant au bébé de discriminer tout type de contraste phonétique d’une langue naturelle ou de produire un peu plus tard le babillage canonique. » (p.23)

« Les adultes éprouvent des catégories phonémiques, et que les adultes éprouvent des difficultés à percevoir certains contrastes qui n’existent pas dans leur langue. » (p. 24) Cela éprouve que avec l’expérience croissante de l’exposition à la langue maternelle, les capacités précoces de perception du langage seront progressivement modifiées.

« La compréhension et la production ne sont pas également corrélées aux activités cognitives  de l’enfant. » (p. 32)

« Les décalages entre perception et production au cours des premières étapes de l’acquisition sont généralement attribuées à l’indépendance des systèmes perceptif et moteur. » (p. 30)

Les décalages se fondent sur les bases biologiques de l’être humain : « la compréhension lexicale précoce, impliquant des indices contextuelles, ferait intervenir les deux hémisphères et notamment l’hémisphère droite et la production lexicale solliciterait plus strictement les capacités analytiques de l’hémisphère gauche, spécialisé pour le langage. » (p. 32)

Idéologies linguistiques et didactique des langues

le-français-est-la-plus-belle-langue-du-monde

La notion d’idéologie est souvent associée à celle de représentation collective. Selon G. Rocher, l’idéologie se définit comme « un système d‘idées et de jugements, explicite et généralement organisé, qui sert à décrire, expliquer, interpréter ou justifier la situation d’un groupe ou d’une collectivité et qui, s’inspirant largement de valeurs, propose une orientation précise à l’action historique de ce groupe ou de cette collectivité ».

En sociolinguistique, H. Boyer (2003, p. 17) souligne que l’idéologie est en effet « un corps plus ou moins fermé de représentations, une construction socio-cognitive spécifique à teneur coercitive, susceptible de légitimer des discours performatifs et donc des actions dans la perspective de la conquête, de l’exercice, du maintien d’un pouvoir au sein de la communauté concernée ou face à une autre / d’autres communauté(s) ».

Les idéologies linguistiques, « mythes » discursivement organisés, structurent historiquement « des représentations spontanées à la fois volatiles et prégnantes » (Chiss, 2010, p. 12), qui se diffusent et s’installent dans les lieux où se fabriquent et se transmettent les savoirs sur les langues comme l’écoleet le journal (Chiss., 2005, p. 70). Il s’agira de mesurer leurs influences sur la linguistique savante, sur les politiques linguistiques, sur les systèmes éducatifs et leur « offre » de langues (Chiss,  2010).

L’un des traits d’idéologie linguistique, réside dans l’idée ordinaire des locuteurs, de l’inégalité de langues. Cette représentation idéologique des langues consiste à faire croire que les langues sont d’inégales valeurs. Elle provient le plus souvent de préjugés ethnocentriques, qui consistent à la dévalorisation des langues d’altérités, pour maintenir la supériorité de sa propre langue/culture et de son groupe (Beacco, 2003).

Dans les discours ordinaires, des représentations hiérarchiques et inégalitaires des langues sont mises en circulation à travers « la dénomination des langues ou la désignation de caractéristiques de celles-ci » (ibid.). Par exemple, nous entendons souvent que les langues apparaissent plus ou moins claires, plus ou moins belles, plus ou moins à aptes à exprimer des émotions esthétiques. Le français est vu comme une langue réputée « prestigieuse », considéré comme complétant le vide laissé par le latin. On dirait ainsi que « l’idéologie ordinaire véhicule, à travers le lexique ou des considérations ethnocentriques, des représentations de la valeur interne des variétés linguistiques » (Beacco, ibid.).

Une autre idéologie linguistique est fondée sur la nécessité d’une langue commune, qui réduirait le coût de la diversité des variétés linguistiques. Elle a été renforcée par la mondialisation de l’économie et le développement des TIC, qui ont multiplié les occasions de contacts.

Une langue commune peut être créée à partir du contact de plusieurs variétés linguistiques existantes. La lingua franca est une langue véhiculaire hybride parlée du Moyen-Âge au XIXe siècle, servant de moyen de communication entre populations de langues différentes. « Cette idéologie linguistique fondée sur un principe d’économie, et souvent mise au service de l’économie » ( Beacco, ibid.). Ces idéologies linguistiques sont aussi à l’origine de politiques nationales pour lesquelles l’emploi d’une langue commune assure la fluidité du marché.

Le rôle actuel de l’anglais est dissocié de celui de la lingua franca : en tant que langue des puissances dominantes, l’anglais est considéré comme langue de la communication internationale et des échanges économiques. Il est aussi la langue caractérisant une nation dominante, disposant d’une place hypercentrale dans les systèmes éducatifs et dans la communication internationale.

Il est nécessaire de relativiser le système éducatif et le choix de la langue. En Chine, le plurilinguisme est loin d’être traité comme le principe des politiques linguistiques éducatives.  Au secondaire, ce n’est que dans certaines écoles bilingues que démarre l’enseignement d’autres langues que l’anglais : russe, japonais, coréen, français, etc. Mais cela ne touche qu’une minorité des élèves sinophones. L’anglais représente ainsi une composante essentielle de la formation de la plupart des élèves. D’autres langues, en tant que matière à enseigner dans le cursus scolaire, beaucoup moins appréciés, n’ont pas le même statut que l’anglais. Le choix de la première langue vivante semble être plutôt institutionnel que personnel.

« L’anglais est recherché comme outil de communication indispensable, tout autant que comme moyen d’accès à la modernité. Cette conjonction de fonctions peut conduire à faire considérer l’appropriation d’autres variétés linguistiques comme superflue » (Beacco, ibid.). Dans ces conditions, il faut non seulement diversifier l’offre en langues de l’Ecole, mais également mettre le système éducatif en mesure de proposer une éducation au plurilinguisme et à la communication interculturelle. «Les enseignements de l’anglais doivent être conçus de manière à dynamiser le plurilinguisme des locuteurs et non à en bloquer le développement ultérieur, au nom d’une idéologie monolingue » (Beacco, ibid.).

Bibiographie

Beacco J.-C. & Byram M., 2003, Guide pour l’élaboration des politiques linguistiques éducatives en Europe. Conseil de l’Europe : Strasbourg.

Boyer H., 2003, De l’autre côté du discours. Recherches sur les représentations communautaires. L’Harmattan : Paris.

Chiss J.-L., (dir.), 1997, Enseigner le français en classes hétérogènes : école et immigration. Nathan Pédagogie : Paris.

Chiss J.-L., 2005, « La théorie du langage face aux idéologies linguistiques » in Dessons G., Martin S. & Michon P. (dirs.), Henri Meschonnic, la pensée et le poème. In press : Paris.

Chiss J.-L., 2010, « Quel français enseigner ? Question pour la culture française du langage » in Bertrand O. & Schaffner I. (dirs.), Quel français enseigner ? La question de la norme dans l’enseignement/apprentissage. Les éditions de l’école polytechnique : Paris.

Filmer sa recherche

Une excellente initiative : j’encourage (et les services de Paris 3 peuvent aider) qui veut s’y essayer… SM

 Pièce jointe

Janvier 2015

Un événement CNRS – Université de Lorraine

APPEL A COMMUNICATIONS

CONCOURS : « FILMER SA RECHERCHE »

Vous êtes chercheur ? Vous avez envie de réaliser un film autour de votre recherche ? Ce concours est pour vous ! 

Le concours « Filmer sa recherche » organisé par le Festival du Film de Chercheur  vous offre la possibilité de présenter un projet de film autour de votre recherche devant un public de médias : journalistes, producteurs, réalisateurs, diffuseurs, ….

Après une première sélection faite par un jury de chercheurs et de professionnels de l’image, dix projets maximum seront retenus. Les candidats seront auditionnés
le vendredi 5 juin 2015, au concours FILMER SA RECHERCHE à Nancy France – au Palais des congrès dans le cadre du colloque international Science and You. Les prix seront remis dans la soirée.
2 prix seront attribués :-       Le « Prix CNRS Images » : la communication retenue fera l’objet d’un film court d’actualité d’environ 5 minutes, faisant état d’une recherche en France métropolitaine, réalisé et produit par le CNRS Images d’une valeur d’environ dix mille euros.

–       Le « Prix Festival du Film de Chercheur » : dotation de  2000 euros (deux mille euros) destinée à permettre au lauréat de développer son projet à travers un scénario, de préparer une production ou de démarrer un tournage sur le terrain.

 

 


Date limite pour concourir : lundi 20 mars 2015

Inscription et règlement sur www.filmdechercheur.eu

Pour consulter le règlement du concours 

Pour vous inscrire, formulaire en ligne

 

Pour tous renseignements :Festival du film de chercheur I Bureau du Festival

2, allée du parc de Brabois| CS 90102 |

54519 Vandœuvre-lès-Nancy cedex

Mél. I contact@filmdechercheur.eu

Tel | + 0 33 (0)3 83 50 47 03

 

  

 L’équipe du Festival vous remercie de l’accueil que vous voudrez bien réserver à ce projet en assurant une large diffusion au sein de votre réseau 

Comité d’organisation du concours : « Filmer sa recherche »
Catherine BALLADUR, directrice CNRS Images/ Véronique BRONNER, chef de projet CNRS pour le Festival du Film de Chercheur / Michel CHAMPENOIS, chargé de communication au CRPG (Centre de Recherche Pétrographique et Géochimique) / Nathalie CONQ, Maitre de conférence à l’IECA (Institut Européen de Cinéma et d’Audiovisuel)  / Sabah EL GHARBAOUI, chargée de mission du Festival du Film de Chercheur / Christophe GOMBERT, réalisateur CNRS Images/ Fabienne GRANERO-GERARD, Service des usages numériques – Université de Lorraine / Bernard MAUDINAS, Correspondant de l’Association des Anciens et Amis du CNRS / Jacqueline RIES, secrétaire générale du Festival du film de chercheur, Université de Lorraine.

 

Un événement CNRS et Université de Lorraine avec la collaboration de :

La Communauté Européenne (Fonds Européen de Développement Régional), le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, l’Académie Nancy-Metz, le Canopé Académie Nancy-Metz, la Région Lorraine, le Conseil Général de Meurthe et Moselle, la Communauté urbaine du Grand Nancy, la ville de Nancy, EDF, la Caisse des dépôts, MGEN, l’Académie Lorraine des sciences.

 

 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Grammaire de la variation (Atlas)

 

Louise Péronnet, dans son article intitulé Proposition d’un modèle pour une grammaire de la variation, traite de la pertinence que pourrait avoir l’utilisation d’une grammaire recensant les différents usages oraux et écrits d’une langue et de ses variétés. Ce type de grammaire prend en compte les différences d’ordre géographique, situationnel et social. Il est aussi question d’utilisation et de maitrise des différents registres. Cette proposition prend tout son sens dans le cadre de son application en classe de langue avec la approche communicative, méthode qui sera abordée dans mon mémoire.


Péronnet, L. (1997) « Proposition d’un modèle pour une grammaire de la variation », dans Revue des sciences de l’éducation, vol. XXIII, no 3, p. 545-560.


 

Voici un atlas regroupant quelques citations.

Duchemin Grammaire de la variation (atlas)

La nature des données recueillies ?

 

Fin d’après-midi, une étudiante se présente au bureau de son professeur de recherche.

 

L’étudiante : Bonjour Monsieur, avez-vous un moment pour parler de mon mémoire ? Hier je vous ai envoyé mon projet par mail.

 Le professeur : Bien sûr, entrez. J’ai lu votre projet et trouvé une question sur les corpus sur lesquels vous allez travailler. Vous avez précisé votre hypothèse sur la manière d’appréhender les réalités de la pluralité des ressources des élèves en contexte monolingue.

 L’étudiante : Oui, ma recherche vise l’identification de la diversité des ressources langagières des élèves, cette question de pluralité devient aujourd’hui un sujet suscitant de vives discussions.

 Le professeur : Ce sujet est intéressant, mais ce n’est pas facile à trouver un terrain de recherche correspondant. Est-ce que vous avez déjà une idée sur la démarche de votre recherche ?

 L’étudiante : Pas encore, j’ai seulement décidé la première partie consacrée à la présentation du contexte, des objectifs et des méthodologies, et ensuite je vais faire une analyse à partir des données recueillies.

 Le professeur : Quelle est la nature des données recueillies ?

 L’étudiante : Ca veut dire quoi par « nature » ?

 Le professeur : Votre recherche a surtout recours aux données fournies par des ouvrages ou celles recueillies auprès des acteurs observés ?

 L’étudiante : Je ne sais pas pour le moment, mais je suis sûre que je vais faire une observation de l’établissement pour définir le contexte monolingue.

 Le professeur : Ce que je vous propose, c’est de déterminer d’abord votre terrain de recherche, réfléchir ensuite sur la nature des données recueillies et les modes d’analyse. Je vous envoie quelques articles dans ce domaine qui montrent très bien leur démarche de recherche.

 L’étudiante : Je vous remercie beaucoup.

Le regard « bienveillant »

 Juste à côté de chez nous, au cinéma Reflet Médicis, a eu lieu cette semaine une projection du film Les règles du jeu de Claudine Bauries et Patrice Chagnard. Ce film se présente comme un « documentaire » : l’intention était d’« accompagner » pendant huit mois un groupe de jeunes en difficulté bénéficiant d’un contrat d’autonomie (plan du gouvernement adressé au jeunes des quartiers défavorisés pour les aider à chercher un emploi) et les conseillers qui les préparent à être « job-ready ». Tout cela au sein de la société privée Ingeus, entreprise soutenue par l’état en raison de ses bons résultats en ce qui concerne l’insertion dans le monde du travail de jeunes issus de zones dites prioritaires et ayant entre 18 et 25 ans. Les réalisateurs, déjà reconnus pour Les Arrivants (2010) engagent un regard difficile et délicat : ils filment des personnes provenant du Nord Pas de Calais qui ont abandonné tôt les études ainsi que tout espoir de trouver un travail et qui connaissent de lourdes difficultés dans des familles déstructurées.

Le fait de revendiquer leur film comme un « documentaire » fait émerger une question qui serait moins sérieuse s’il s’était modestement (et peut-être honnêtement) désigné comme fiction.

Dès les premières images, on est bouleversé par la place que prend la construction d’une intrigue : les gros plans sur les personnages lors des entretiens, la recherche photographique très poussée de la caméra, le choix de personnes qui deviennent des personnages, incarnant malgré eux le cliché d’« une vie pourrite » comme dit Lolita, une des jeunes, en parlant de la sienne ; des personnes qui ont du mal à ne pas jouer devant cette caméra qui entre dans leur réalité et qui, malgré ce qu’a affirmé Patrice Chagnard après la projection, ne se fond pas dans l’environnement « comme une photocopieuse », sinon au moins un des invidividus aurait osé, ne serait-ce qu’une seconde, fixer l’objectif…

Un manque de distance et une recherche esthétique qui problématisent cette auto-catégorisation générique du « documentaire ». S’il est vrai qu’aucun documentaire n’est entièrement neutre et que la marque du réalisateur est inévitablement posée sur son œuvre, c’est le fait de dénier cette participation active qui est inquiétant. Soutenant énergiquement que leur place dans l’entreprise était de seuls observateurs, qu’ils n’ont jamais rien demandé aux personnes filmées, qu’ils se fondaient parfaitement dans le décor, les réalisateurs semblent avoir oublié que, ne serait-ce que dans leur découpage du film, dans leur choix de certains plans plutôt que d’autres, dans l’insistance sur certains détails et surtout dans leur attitude envers les participants qu’ils ont qualifiée de « bienveillante et sans jugement », ils ont plus qu’arrangé une réalité qu’ils s’étaient proposés de présenter telle quelle.

Le problème qui germe derrière ce refus de toute intentionnalité et même responsabilité est celui de ne pas reconnaître que la vie de ces jeunes (leur présentation, leur langage…) est passée sous un certain angle (et finalement, un angle assez fermé). La limite entre la bienveillance et la condescendance s’est montrée trop fine et la parole des personnages a arrêté d’être voix pour devenir scénario d’un film dramatique.

Difficile de ne pas se souvenir de ce texte d’Éric Chauvier (Anthropologie de l’ordinaire – voir http://ver.hypotheses.org/1278 ethttp://arlap.hypotheses.org/2674) dans lequel s’expose le texte sur la découverte, de la part de l’anthropologue Evans-Pritchard, du « mauvais esprit Nuer » : menant une enquête chez ce peuple Africain, il nous présente une conversation qui aurait eu lieu en dehors de l’enquête elle-même, comme s’il s’agissait des coulisses qui dévoilent un secret. Chauvier nous fait le résumé de la lecture de ce passage telle qu’elle s’est toujours faite : « De toute évidence, l’indigène rétif cherche à manipuler l’anthropologue afin que celui-ci ne parvienne pas à percer ses secrets. Par extension, il semble aller de soi que tous les Nuer sont des manipulateurs. ». Ce que Chauvier nous invite à faire ensuite, c’est à « débusquer les latitutes interprétatives » de la thèse de Pritchard, latitudes que l’anthropologue lui-même refuse de voir, puisqu’il présente son idée comme une thèse objective valable pour tous les Nuer.

Evans-Pritchard croyait avoir donné et pris la parole à ses « informateurs » en donnant à voir de façon objective une donnée empirique ; mais il avait en fait tronquée, scindé, réduit la voix des acteurs de son enquête précisément parce qu’il n’a pas tenu compte de cette conversation comme d’une partie de l’enquête elle-même : il n’a pas été critique à ce moment-là. En refusant de prendre une posture critique non pas envers le Nuer mais envers son attitude même, envers ce qu’il était entrain de faire lorsqu’il participait de ce dialogue, il a trouvé dans les mots de cet informateur ce qu’il avait finalement voulu y voir.

De façon tristement analogue, cette étrange position d’observateurs invisibles dont se réclament les réalisateurs des Règles du jeu, nie les intentions préalables et l’interprétation de la réalité qui a surgi de cette « bienveillance » que ceux qui étaient derrière la caméra n’ont pas su identifier. Voulant mettre en avant la difficulté d’une certaine nouvelle génération à acquérir le langage technique d’un monde duquel ils se sentent exclus, et en croyant dévoiler quelque chose de particulier, ils ont en fait généralisé une thèse autour du manque d’espoir que peut avoir une certaine catégorie sociale : si on suit leur regard en tant que spectateur de la même façon que beaucoup ont lu le texte d’Evans-Pritchard en suivant son attitude, difficile de ne pas stigmatiser le langage ordinaire de ces jeunes et leur situation.

Il est compliqué alors de recevoir ce « documentaire » sans en interroger les douteuses intentions qui émergent du refus d’admettre ses « latitudes interprétatives ». D’une certaine façon, on pourrait dire qu’il s’agit d’un film « sourd » à la réalité.

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

Deuil

 

A4CHARLIE

Chère collègue, cher collègue,
Chère étudiante, cher étudiant,

Je vous invite à participer nombreux à la marche républicaine en hommage aux victimes des attentats qui partira demain à 15h de la place de la République.

Si vous le souhaitez, vous pourrez rejoindre le cortège des universités qui se formera à l’intersection de la rue Charlot et du boulevard du Temple.

Pour information, en raison de l’affluence attendue, trois parcours distincts seront organisés pour rejoindre la Nation: par le boulevard Voltaire, par Bastille et par l’avenue Philippe Auguste.

Vous pouvez également télécharger et imprimer l’affichette que je vous adresse en pièce jointe.

Très cordialement,

Carle BONAFOUS-MURAT

Président
Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

 

Pour réfléchir aux événements et dans une certaine proximité avec nos réflexions en séminaire:

Marie-José Mondzain: «Nous ne nous en sortirons que par une révolution politique»

11 JANVIER 2015 |  PAR ANTOINE PERRAUD

La philosophe Marie-José Mondzain, spécialiste de l’image, du regard et de la démesure, revient pour Mediapart sur les attentats de Paris. Avec, comme après le 11 septembre 2001, le souci de penser l’impensable…

http://www.mediapart.fr/article/offert/22bd2a3dec6f36be4ca40487607d34f5

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Faut-il scolariser la tablette ?

 

De nos jours, l’utilisation des TICE constitue un tournant décisif dans l’enseignement des langues vivantes, de plus en plus d’enseignants se sont tournés vers de nouvelles technologies dans leur enseignement, mais comment les intégrer dans une pratique de classe ? Quelles sont les avantages et limites apportés par une nouvelle application ? M’intéressant surtout à ce sujet, j’ai pu assisté à une conférence qui discute de l’application de la tablette dans la classe.

Organisée par le Café pédagogique, la conférence du 26 novembre, qui s’intitule « Faut-il scolariser les tablettes », traite de cette problématique autour des expériences et opinions de plusieurs professeurs dans l’enseignement numérique.

Gaëlle Charcosset, faisant partie des enseignants qui expérimentent la tablette sccod, a présenté un logiciel « manager » qui permet de gérer les tablettes à distance. Ce logiciel cumule des fonctions différentes, telles que diffuser des informations aux élèves, ouvrir une session, déployer un cours, et surtout voir en directe le travail fait sur la tablette.

Yves Cohen, enseignant dans l’école primaire, s’intéresse à la tablette en tant qu’objet numérique qui permet de transmettre la pratique pédagogique. Lors d’une expérimentation, il l’a trouvé tout de suite opérationnelle pour son enseignement qui apport un aspect mobile dans la classe, ce qui n’est pas réalisé par l’ordinateur ou le tableau numérique. Par contre, il signalé la différenciation à la maternelle, primaire ou collège. A son avis, lors du parcours différencié, il faut un moment donné que l’enseignant vérifie où en sont les élèves :en réussite ou en échec, créer un parcours pour qu’il puisse lui-même créer son apprentissage.

 

En posant la problématique « comment les utilisations se mettent en place dans ce contexte avec ces différentes tensions ? », François villemonteix, enseignant-chercheur, revendique la complexité dès lors que l’on introduit une technologie. Intégration repose sur une volonté institutionnelle, un attendu, une intention.

La place de la chanson populaire dans l’enseignement du FLE en Chine

source de l’image: http://ticsenfle.blogspot.fr

La problématique a du être traitée au moment où la discipline du FLE a commencé à s’intéresser à la littérature française parce que la chanson populaire malgré sa littérarité particulière par rapport aux autres littératures sous forme écrite en fait partie. D’un point de vue anthropologique, la chanson populaire est une pratique culturelle qui représente le monde humain et révèle les rapports entre les hommes ou l’homme et le monde. Elle a pour objet d’exprimer des émotions humaines, ou de raconter des souvenirs de l’individu, ou de décrire des pratiques quotidiennes d’un ensemble de gens, ou d’espérer un avenir probable, ou d’interroger l’environnement où on vit, la société etc.. En l’écoutant et l’étudiant, l’apprenant se familiarise avec la langue cible et réalise le processus de socialisation dans cette culture qui est essentiel pour l’acquisition de la langue.

 

Pourtant, dans l’enseignement du FLE en Chine cette approche innovatrice est grièvement marginalisée. D’une part, la plupart des enseignants de français sont des locuteurs non-natifs de la langue française. Ils ont souvent très peu de connaissances sur la chanson française parce que la culture française ne leur appartient pas. Ils ne savent pas comment et ce qu’ils peuvent s’en servir dans la classe. En plus, la méthode de chanson n’a pas assez de présences dans la formation de l’enseignant non plus. Donc, la prise de conscience de mettre en pratique cette méthode n’est pas toujours systématique ; d’autre part, dans l’idéologie du système éducatif en Chine la chanson populaire est souvent considérée comme quelque chose d’informel. Elle n’est pas censée pouvoir être une approche didactique qui peut entrer formellement dans de l’enseignement des langues que ce soit en niveau universitaire ou secondaire. C’est pour cela qu’on ne voit que des utilisations occasionnelles qui servent soit des moments pour détendre les élèves soit des découvertes superficielles de la culture cible en classe de FLE. Il n’y a pas d’études approfondies là-dessus.

 

Mon mémoire a pour but de compléter cette lacune dans le champ de recherche en justifiant que la méthode de chanson, l’approche valorisante, mérite d’être mise en pratique et doit avoir une place plus privilégiée dans l’enseignement du FLE. En adoptant un point de vue langue-culture, je vais mettre en évidence les valeurs didactiques que la chanson populaire pourrait apporter aux apprenants chinois grâce à ses dimensions affective et sonore.

 

Bibliographie

Briet Geneviève (2013), La chanson en classe de FLE, « Revue de didactique du FLE », Bruxelles, EME

Calvet, Louis-Jean (1980), La chanson dans la classe de français langue étrangère, Paris : CLE International

Dumont Pierre (1998), Le français par la chanson, Paris, L’Harmattan

Dumont Pierre et Demougin Françoise (1999), Cinéma et chanson pour enseigner le français autrement, Paris, Delagrave

Gordienko Nadine (2008), Formation des professeurs en France et en Russie, Lille, Atelier national de reproduction des thèses

Gourvennec Ludovic (2011), Pour une théorisation des utilisations de la chanson en classe de langue : genres, contextes et publics : contribution à une définition de la chanson en tant que genre et perspectives méthodologiques / Ludovic Gourvennec ; sous la direction de Marie-Jo Berchoud et de Jean-Jacques Richer

Richer Jean-Jacques (2014), Les genres de discours : un concept émergent en didactique du F.L.E, Colloque de l’institut de Touraine

Schaeffer Jean-Marie (1989), Qu’est-ce qu’un genre littéraire, Paris, Seuil.

Schön, Daniele, Maud Boyer, Sylvain Moreno, Mireille Besson, Isabelle Peretz & Régine Kolinsky (2008), Songs as an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983 an aid for language acquisition, Cognition, vol. 106, no 2, pp. 975-983

 

« Et votre terrain de recherche, quel est-il? »

Il s’agit de la première rencontre entre une étudiante en Master 2 et sa directrice de mémoire. Elles se retrouvent à la salle des professeurs pour discuter de l’ébauche de projet de mémoire soumise par l’étudiante. La discussion va bon train, le sujet semble satisfaisant et s’avère pertinent puisque la problématique proposée est actuelle. Toutefois, il existe un problème, soit celui du terrain qui n’est pas du tout défini.

 

P – […] Et votre terrain de recherche, quel est-il? Ce qui est vraiment problématique avec votre projet c’est que vous n’avez pas de terrain de recherche. Serez-vous en stage?

E – Non, je n’aurai pas de stage, j’ai plutôt opté pour le parcours recherche.

P – D’accord. Dans ce cas aurez-vous accès à des corpus oraux puisque vous vous intéressez aux variations du français? Malheureusement pour vous, ce n’est pas ma spécialité et je n’ai pas ce genre de corpus sous la main.

E – Je dois avouer que non… Je me demandais si c’était possible de m’appuyer sur des sources écrites. Toutefois, je n’ai pas vraiment envie de faire un mémoire que théorique. J’ai envie de faire autre chose que du déjà vu, quelque chose de plus appliqué si je peux dire…

P- J’aurais une suggestion pour vous… il serait possible que votre « terrain » soit constitué de manuels scolaires. Les manuels reproduisent l’image que les concepteurs se font de la langue, de son enseignement et des perceptions qui y sont associées. Il serait intéressant de vous pencher sur la place qui y est faite pour les différentes variétés de français selon le pays d’origine du manuel. Pensez-y et voyez si c’est possible… On se revoit dans un mois.

Stage et emploi au CIEP

Offre de stage CIEP
par Laure Saleiro, jeudi 8 janvier 2015, 14:10
www.ciep.fr/ciep-recrute/offre-stage-au-ciep

5.1. Département langues et mobilité

Poste n° 5.1.1. : Appui à la coordination du programme d’échange d’assistants de langue

Missions
L’objectif de ce stage sera d’apporter un appui à la coordination du programme d’échange d’assistants de langue (mobilité entrante et sortante) : promotion, valorisation du programme et accompagnement des bénéficiaires.

Tâches confiées :

  • Création et animation d’un réseau d’anciens assistants de langue étrangers sur la plateforme France Alumni de Campus France.
  • Création de kits d’accompagnement par destination pour les assistants français à l’étranger.
  • Animation des 2 pages Facebook du programme.
  • Alimentation du site internet du CIEP.
  • En lien avec les chargées de programmes, préparation des commissions de sélection des candidats pour 2015-2016, réunissant le CIEP et les partenaires étrangers.
  • Appui ponctuel aux chargées de programmes et participation à la vie quotidienne du service (réunions, manifestations …).

Profil
Etudiant(e) en langues étrangères, FLE, coopération internationale ou communication : bac +4/5

Qualités personnelles et compétences professionnelles
Rigueur, autonomie, prise d’initiative, adaptabilité.
Parfaite maîtrise de la langue française (expression écrite).
Une expérience en tant qu’assistant(e) de langue à l’étranger serait appréciée.

Dates, durée et lieux du stage
3 ou 4 mois, à partir du mois de janvier ou février 2015.

Gratification et avantages en nature
Le montant mensuel est de 500,51 € pour 35 heures hebdomadaires.
Gratuité des repas au restaurant du personnel du CIEP et remboursement d’une partie des frais de transport.
Convention de stage obligatoire.

Adresser un CV et une lettre de motivation à M. Stéphane Doutrelant, responsable du département langues et mobilité, (Courriel : doutrelant@ciep.fr; tél. : 01 45 07 60 69).

cordialement,

OFFRE D’EMPLOI CIEP
par Laure Saleiro, jeudi 8 janvier 2015, 14:12
www.ciep.fr/ciep-recrute/vacances-postes-au-ciep

2.1. Département langues et mobilité

2.1.3. : Chargé(e) de programmes pour le programme d’échange d’assistants de langue

Descriptif du poste
Le titulaire de ce poste sera appelé à organiser et gérer les échanges d’assistants de langue vivante entre la France et différents pays (Allemagne, Autriche, Suisse, Norvège, Pays-Bas, Pologne, République tchèque, Russie, Turquie) en collaboration étroite avec les partenaires français et étrangers de ce programme.
Il devra seconder le responsable de l’unité assistants de langue, participer à l’organisation de commissions de sélection, contribuer à l’activité de l’unité et assurer la promotion du programme bilatéral d’échange pour les pays qu’il aura en gestion.
Il pourra être amené à se déplacer en France et à l’étranger.

Compétences requises
De niveau master 1 ou 2, le candidat devra avoir :

  • une expérience en matière de gestion administrative de programmes ou de projets internationaux ;
  • le sens de l’organisation ;
  • une aptitude à la négociation ;
  • le sens du travail en équipe ;
  • une très bonne maîtrise de l’allemand (niveau C1 minimum) et de l’anglais (niveau B2 minimum) ;
  • une excellente maîtrise des logiciels (Word, Excel, Access) et des bases de données ;
  • une bonne connaissance du système éducatif français, notamment de l’organisation de l’enseignement des langues en France.

Ce poste est à pourvoir au 10 mars 2015 pour une durée de 6 mois éventuellement prolongeable (remplacement de congé de maternité).

Pour tout renseignement concernant ce poste, les candidats sont invités à s’adresser à M. Stéphane Doutrelant, responsable du département langues et mobilité, (Courriel : doutrelant@ciep.fr; tél. : 01 45 07 60 69).

cordialement,

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Réflexion sur l’analyse et l’interprétation d’erreurs écrites prototypiques en fle par des apprenants chinois (Atlas)

Dans la thèse de Xiaohua YING, Approche cognitive en didactique des langues, elle s’interroge, sur une analyse systématique sur les erreurs écrites, en français langue étrangère, commises par les apprenants chinois. La particularité de cette thèse est qui adopte une perspective cognitive pour chercher la cause des erreurs des apprenants. « Le transfert négatif de la langue maternelle et d’autres acquises étaient considéré comme la seule cause de l’erreur ». (p.9) Elle essaie de proposer une micro-remédiation et une macro-remédiation pour but de concevoir une méthodologie de l’enseignement du fle, auprès d’un public chinois, plus efficace.

Veuillez trouver ci-dessous un atlas d’une présentation simple de la thèse de Xiaohua YING.

ZHENG Qiuxia

Etudiante en Master 2 Didactique des langues, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Atlas-L’enseignement aux enfants en classe

Hélène Vanthier, L’enseignement aux enfants en classe de langue, Paris, Clé International, coll. « Techniques et pratiques de classe », 2009

Apprendre à parler, pour le petit enfant, ce n’est pas seulement arriver à communiquer, mais c’est le faire dans une langue particulière, celle de son entourage.

1) « Depuis les années 1970, les chercheurs s’intéressent vivement aux toutes premières étapes de cet apprentissage ». p.10

2) « Plusieurs approches du développement du langage ont été en concurrence. Il y eut l’approche comportementaliste ou behavioriste avec Skinner selon laquelle l’enfant acquiert le langage par imitation et reproduction de modèles. Cette approche eut ses heures de gloire dans la pratique de ce qu’on a appelé « bain de langage ». Le trait d’humour du linguiste Alain Bantolila sur les risques de noyade dans le bain de langage montre a l’évidence les limites d’un apprentissage par imprégnation ». p.19

3) « Il y eut également l’approche dite maturationniste de Noam Chomsky qui présente le développement du langage comme un processus programme à partir d’un dispositif inné, suivant un ordre fixe ».p.

4) Elle évoque les travaux de Piaget et de Bachelard et elle explique que « tout individu, même très jeune, n’a pas besoin d’avoir étudié un sujet pour s’en faire une idée » p.20

François Weiss, Jouer, communiquer, apprendre, Paris, Hachette, Coll. « Français langue étrangère », 2002

 

5) François Weiss dans son ouvrage Jouer, communiquer, apprendre, propose des activités ludiques qui visent à motiver les apprenants à communiquer de façon personnelle p.8

Prise en compte des différenciations sociolangagières des élèves (atlas)

 

Article: Lambert Patricia, « Identifier la pluralité des ressources des élèves en contexte monolingue et normatif. Une enquête ethnographique auprès de lycéennes », dans Dreyfus, Martine et Prieur, Jean-Marie (éds.), Hétérogénéité et variation. Perspectives sociolinguistique, didactiques, anthropologiques, Houdiard éditeur, 2011.

 

Fondé sur l’observation des pratiques langagières d’une classe au lycée Gajart (des descendants de migrants), l’article de Lamber Patricia a approfondi une analyse des processus de différenciations sociolangagières féminines et de construction d’altérités radicales au sein d’une classe qui sont hiérarchisées par les modes de relations fondés sur des représentations des catégoristions sociales, linguistiques, scolaires et ethniques, incitant à penser que des conditions pédagogiques et didactiques pourraient être à même de favoriser l’amélioration du niveau de performances langagières de certains élèves dans des domaines variés.

A partir de l’article, j’ai tiré cinq passages qui me semblent convenables pour constituer un atlas.

P. 150 : « En invitant sociolinguistes et didactiques à réinterroger les notions d’hétérogénéité et de variation linguistique, le thème de cet ouvrage repose la question de l’identification et de la prise en compte, sur le terrain scolaire, de la pluralité et de la variabilité des répertoires et des usages. »

P. 152 : « la dé-stigmatisation d’élèves porteurs de compétences dans des langues et des syles de parole peu valorisés apparaissait comme une condition nécessaire à un meilleur déroulement des apprentissages scolaires. »

P. 155 : « sur le plan langagier, les différenciations entre ces deux groupes se manifestent dans la manière dont les sujets se représentent les langues, les normes et leur apprentissage, ainsi que dans des styles sociaux communicatifs (Kallmeyer, 2004) qui leur sont respectivement attribués.

P. 156 : « la mention des différences ethniques sert également à manifester des différences sociales et des postures divergentes vis-à-vis de l’institution et du travail scolaires. Un ensemble de déterminants externes, de logiques affinitaires ou électives et d’assignations identitaires fondent la formation et la cohésion des groupes, ainsi que les relations entre leurs membres. »

P. 157 : « Les routines de déplacements, d’activités sociales et d’interactions quotidiennes étant liées dans des logiques de correspondance, il est permis de supposer que leur rupture et l’entrée dans de nouvelles conduites peuvent s’avérer coûteuse pour les sujets. »

lire et écrire pour le mémoire de master