Pour la notion de « langue »

 

Nous abordons à éclairer d’abord la notion de langue.
Concernant la langue, nous avons habitude de trouvons sa définition dans le Cours de linguistique générale de Saussure. Saussure propose une définition complète de la langue dans le premier chapitre de la première partie : la langue est un système de signes arbitraires. S elon lui, la langue est définie au tour des facteurs comme signe linguistique, arbitraire des signes, signifiant/signifié, diachronie/synchronie…). Nous ne pensons pas qu’il est nécessaire de présenter détaillent ses caractéristiques linguistiques dans le mémoire.
En outre, du point de vue linguistique, une langue peut être un système de grammatical associées avec règles strictes et précis de syntaxe, est un système de signe qui réunit les éléments vocaux et les éléments graphiques correspondants. La langue peut être un moyen de communication entre les hommes et les cultures.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

le cadre comceptuel

L’enjeu de ma recherche consiste à analyse la rapport réciproque entre la culture d’origine et l’apprentissage de la langue étrangère. Nous citons ci-dessous les notions qu’il nécessite d’être éclairé : 1) la notion de « langue », de « culture » 2) « le discours » et « la langue » 3) « identité culturelle » 4) « actes de langage ». Tout cela constitue la partie théorique de mon mémoire

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

projet de recherche

Un enseignement français oral en classe de FLE à l’université en Chine

Initiée par Saussure, la linguistique structurale a posé un principe très important selon lequel l’oral jouit d’un statut plus avantageux par rapport à l’écrit, et pour cela, on a posé deux arguments majeurs : « la parole est plus ancienne et plus répandue que l’écriture, les systèmes d’écriture connus sont fondés sur les unités de la langue parlée ». D’après ce principe, l’écrit joue un rôle secondaire par rapport à la langue parlée. Certes, normalement on parle d’abord avant de pouvoir écrire, et la compétence des expressions orales est acquise presque une fois pour toutes chez l’enfant ; tandis que l’écrit demande un travail de longue haleine. L’oral est plus efficace pour la communication interpersonnelle, comme l’indique Bidaud Éric, « la langue orale apparait plus naturelle et elle est le mode fondateur de nos communications ».
Cependant durant très longtemps, la langue parlée a été jugée familière, populaire et même fautive. « La notion de langue parlée est souvent encore liée aux versants négatifs de la langue : fautes, inachèvements, particularités des banlieues délinquantes, etc. » L’attention portée sur l’étude du français parlé est loin d’être suffisante. En grammaire française par exemple, comme le disent Deulofeu & Debaisieux, « La France est très en retard par rapport aux pays anglo-saxons quant à l’élaboration de la grammaire d’usage à vocation d’exhaustivité qui prend en compte différents registres de langues. » Le français parlé n’est donc pas suffisamment décrit.
Selon mes propres expériences, au cours des activités d’enseignement du FLE (Français langue étrangère) en Chine, il y a un manque d’attention portée sur l’enseignement de la grammaire du français parlé. Quand il s’agit du cours de grammaire, les enseignants font souvent appel à la grammaire normative comme « Bon usage » dans lequel il y a presque toutes les règles grammaticales très détaillées, et qui leur permet de résoudre beaucoup de problèmes qu’ils rencontrent. Mais ce qui est dommage, c’est que les exemples donnés dans ce genre de grammaire sont souvent du type de l’écrit et parfois du style littéraire, et que le français parlé n’y est presque jamais décrit. Ainsi, avec le temps, les élèves arrivent souvent à produire des phrases grammaticalement correctes mais ils ont souvent du mal à saisir les caractéristiques de l’oral, ce qui fait que malgré des années d’étude du français, les étudiants ont souvent du mal à s’exprimer à l’oral. Il y a même des français qui, d’une façon ironique, les qualifient de « pédants » parce qu’ils parlent souvent comme un livre.
J’ai été confronté à ce type de situation dès mon arrivée en France : certains locuteurs français ont eu tendance à corriger mes productions langagières en disant : « Attention, ça ne se dit pas ». Et donc, à ce moment-là j’ai constaté que l’expression utilisée était beaucoup plus une expression propre à l’écrit qu’à l’oral. Par exemple, même si j’avais déjà obtenu le niveau C1 en français avant d’arriver en France, je n’étais pas du tout conscient du fait que « Pierre dort » ne s’utilise qu’à l’écrit et que pour l’adapter à l’oral, il faut choisir la tournure en dislocation « Il dort, Pierre ». Les locuteurs non natifs de la langue française, se retrouvent souvent face à ce souci ; c’est même le cas des locuteurs qui ont suivi des études en langue française et donc qui usent de cette langue assez quotidiennement. Autrement dit, un nombre important d’étudiants étrangers rencontrent ce problème dès leur arrivée en France. C’est pour cela qu’une attention particulière de l’enseignement du français parlé s’impose dans le but de résoudre ce conflit.

Bibliographies

Blanche-Benveniste Claire, Approches de la langue parlée en français, Ophrys, 2010.
Blanche-Benveniste Claire, Le français parlé — études grammaticales, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

Blanche-Benveniste Claire, Le français : usages de la langue parlée / avec la collaboration de Philippe Martin pour l’étude de la prosodie / Leuven : Peeters , 2010, cop. 2010.

DOLZ, Joaquim, SCHNEUWLY, Bernard. Pour un enseignement de l’oral : initiation aux genres formels à l’école. Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) : ESF éditeur, 2014.

Le Goffic, P. Grammaire de la phrase française, Paris : Hachette, 1994.

Riegel M., Pellat J.-C. & Rioul R., Grammaire méthodique du français, Paris : Presses Universitaires de France, 2009.

WEBER, Corinne. Pour une didactique de l’oral : enseigner le français tel qu’il est parlé. Paris : Didier, 2013.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

programme de recherhce

 

D’ici jusqu’au 10/01: (déjà fait)

A.

1. Trouver un sujet de recherche, et rédiger Projet de mémoire
2.Trouver le directeur et demande son accord de direction pour le mémoire
3.Prendre un rendez-vous avec directeur
B.
1. fixer le cadre théorique et conceptuel (lister les concepts sur lesquels je me fonde pour approcher l’objet de recherche)
2.faire la recherche sur la définition des notions et énoncer les liens qui relient les concepts.
3. déterminer la méthodologie de recueil des données et trouver un terrain de recherche

11/01-31/01

1.Prendre un nouveau rendez-vous avec directeur et demander à vérifier mon plan et les bibliographies

2. Finir les travaux de préparation pour l’entretien et demande les conseils du directeur
3.  lancer l’entretien avec au moins 5 apprenants et faire la transcription

01/02-fin février;

Finir l’étape de recueil des données (l’entretien avec les restes des étudiants du terrain) et finir la transcription Rédiger le chapitre 1- l’état de l’art
Au mois de mars :

Finir le chapitre 3 (culture traditionnelle chinoise) Commencer l’étape d’analyse des résultats de l’entretien

Au mois d’avrils :Finir le chapitre 4

01/05-07/05 :L’introduction + conclusion

08/05-10/05 : Remerciement ; déclaration sur l’honneur ; Annexes

11/05-15/05: Relire le mémoire et faire des modifications

16/05-20/05: Mise en page

21/05-27/05:

1. Préparation de la présentation Powerpoint
2. Préparation de l’exposé oral

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Projet de mémoire final

Les effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur le discours en français chez les apprenants chinois

Mots-clés : culture chinoise  identité culturelle  discours en français apprenants chinois

Dans les recherches en Master, nous nous intéressons sur l’analyse des effets de la culture chinoise et de l’identité culturelle sur l’apprentissage du FLE chez les apprenants chinois. Ce projet est inspiré des liens étroits existant entre la langue et la culture, notamment leur influence réciproque.
Nous apprenons notre langue maternelle dès notre naissance, tout à bord, ce sont les parents et les autres membres de famille qui nous apprennent la base de notre culture d’origine, et avec le temps, les espaces s’élargissent, nous sommes ainsi exposés dans un monde plus large dans lequel nous commençons la vie sociale et acquérons plus de connaissances. Graduellement, la culture maternelle constitue une identité culturelle qui devient une étiquette pour les peuples d’une certaine nation, mais sachant que cela n’empêche que nous avions chacun notre propre identité.
Mais, quand nous commençons à apprendre une nouvelle langue étrangère, notamment linguistiquement et culturellement lointaine par rapport à notre langue d’origine, comme le français, les enseignants nous donnent une autre identité nationale nouvelle et nous fait exposer dans un monde différent. En général, nous réagissons de façon naturelle du point de vue de notre identité culturelle d’origine, parce que la culture de notre pays natal a déjà été solidement ancrée dans nos esprits et elle influence inconsciemment tous les domaines de la vie. Nous nous contentons d’analyser les manières de parler des apprenants chinois à travers l’observation du corpus et des comportements complémentaires autour du discours. Ainsi avons-nous posé la problématique suivante : comment les cultures maternelles influencent-elles les façons et les effets de communication des chinois ? Quelles en sont les traces d’origine culturelle ? Quelle réflexion peut-on avoir sur les activités d’enseignement du FLE ?
Pour répondre à ces questions, nous programmerons une observation d’une vingtaine d’apprenants chinois pendant un mois dans laquelle nous mènerons des dialogues avec eux autour des 20 sujets différents. Nous ferons des enregistrements audio-visuels tout au long de la pratique et des transcriptions seront faites de façon détaillée en vue d’avoir des corpus fiables et conséquents. Les objectifs consistent à repérer et à analyser des traces culturelles d’origine dans les communications des apprenants chinois en français.
En fait, les expressions orales en français chez les apprenants chinois sont relativement typiques et sont faciles à reconnaitre : d’une part, nous avons l’impression que les apprenants chinois parlent souvent un français grammaticalement correct, mais plutôt “ livresque”, qui ne s’utilise pas à l’oral chez les natifs francophones ; De l’autre part, ils ont souvent du mal à se faire comprendre, ou ils passent souvent de faux messages qui portent à confusion ou mènent à des malentendus.
Et tout cela peut s’expliquer par l’influence du système langagier de la langue maternelle– le chinois, et celle de la deuxième langue étrangère déjà apprise, en général, l’anglais ; En plus, la tradition culturelle de Chine peut aussi être la source de maux têtes que rencontrent les apprenants chinois. Dans la recherche que nous mènerons en Master, nous sommes plutôt intéressées par l’aspect culturel, comme par exemple, nous constatons que quelques mots sont assez fréquents chez des apprenants chinois, à savoir “peut-être”, “possible”, “ à peu près” qui témoignent en effet du caractère modeste ou conservateur des chinois, que nous trouvons énormément dans d’autres types de pratiques langagières.
Nous nous limiterons à l’analyse discursive des expressions orales des apprenants chinois ; ce choix est dû au fait que le discours étant une unité linguistique supérieure aux simples phrases, met en pratique réelle d’une langue et en régule les usages. De surcroit, le discours dépend des habitudes culturelles d’un groupe ethnique, exprimant une forme de pensée culturels, il représente une dimension culturelle. Comme le constate Charaudeau P. (2001/3-4 : 343) “ce ne sont ni les mots dans leur morphologie ni les règles de syntaxe qui sont porteurs de culturel, mais les manières de parler de chaque communauté, les façons d’employer les mots, les manières de raisonner, de raconter, d’argumenter pour blaguer, pour expliquer, pour persuader, pour séduire. Ainsi, non seulement des productions orales mais aussi des comportements des locuteurs, comme des gestes et des mimiques feront l’objet de notre analyse.

Bibliographies:

Patrick Charaudeau, LANGUE, DISCOURS ET IDENTITÉ CULTURELLE , 2001/3 n° 123-124 |, p. 343.

 

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Compte rendu de la table ronde : vers des nouvelles humanités ?

La table ronde « Vers des nouvelles humanités » a eu lieu le 5 décembre en Amphithéâtre Durkheim de la Sorbonne. Les expériences conduites par le pôle HALL de Sorbonne Paris Cité ont été présentées par plusieurs chercheurs dans de différents domaines : études d’enfance et humanités, humanités numériques et humanités médicales. Ce compte rendu se focalisera sur la présentation intitulée « De la crise des humanités aux humanités numériques » d’Ioana Galleron, enseignante chercheure de Paris 3.

Galleron présente tout d’abord la définition de l’humanité numérique, soit une discipline où les humanités et les technologies informatiques se croisent. Il s’agit de la numérisation d’artefacts, la mise en réseau de connaissances, l’attribution auctoriale, etc.

Elle indique dans un deuxième temps la crise des humanités, qui concerne la dimension sociale, politique et disciplinaire. C’est la raison pour laquelle nous avons besoin des nouvelles approches afin de favoriser les études des humanités. C’est ainsi que les humanités numériques émergent et tentent de répondre à nos besoins.

Elle illustre ensuite comment les HM satisfont nos besoins. Les anciens besoins consistent en accessibilité des ressources sans limite de temps et d’espace, en collaboration intra- et transdisciplinaire, et en gestion de l’information. Premièrement, elle met l’accent sur la notion de l’« open science ». Avec le développement des outils informatiques et de l’internet, les ressources électroniques sont accessibles pour tout le monde. La mise en application des outils « open source » favorise la collaboration entre les chercheurs et la redistribution des ressources. Le « crowdsourcing », qui se sert de l’intelligence de nombreuses personnes afin d’accomplir des tâches prises en charge par une personne, a également un impact important. Deuxièmement, elle souligne sa fonction de l’annotation et de la mise en lien. Les ressources numériques comportent des métadonnées, des balises, et des liens hypertextes vers des ressources externes. Cela nous permet de consulter plus d’informations complémentaires. A part ces anciens besoins bien connus, Galleron ajoute également les nouvelles propositions, par exemple, la manipulation des textes. Les outils numériques favoriseront extraction d’information au-delà des mots, segmentation, comparaison des textes, visualisation et distant reading, etc.

Elle mentionne en dernier lieu les contributions de Paris 3 et les perspectives. Paris 3 a déjà réussi à construire des outils de traitement automatique des langues pour les sciences humaines et sociales. Le programme de collaboration entre Paris 3, Paris 13, Paris 7 et INALCO a conduit à une plateforme web simple et conviviale pour la constitution de corpus, l’analyse linguistique et statistique, l’interrogation, l’exploration et la visualisation des données. De plus, les professeurs ont proposé les nouvelles approches pour les études de l’histoire littéraire et l’analyse du texte littéraire, telles que la Banque de données d’histoire littéraire (BDHL) proposée par Henri Béhar, et la littérométrie proposée par Bernard et Bohet. Un écosystème humanités numériques est en cours de constitution grâce aux efforts des enseignants chercheurs et à la collaboration au sein de l’USPC.

La présentation d’Ioana Galleron nous aide à mieux connaître la défintion des humanités numériques et leurs apports aux études des sciences humaines et sociales. En tant qu’étudiante en didactique des langues et future professeur, je suis vraiment intéressée par ce sujet. Etant donné que nous nous trouvons dans une époque où les nouvelles technologies ont intégré dans tous les aspects de la vie quotidienne, l’utilisation des outils numériques ont modifié notre vision du monde et nos habitudes d’apprentissage. Il est ainsi indispensable de prendre en compte ses effets sur l’enseignement/apprentissage des langues.

D’un côté, le numérique possède des effets favorables. L’accès libre et rapide aux diverses ressources électroniques facilite la recherche des informations. Le travail collaboratif et les discussions en ligne favorisent également le partage des connaissances. Les applications ludiques pour apprendre les langues renforcent en outre l’intérêt des apprenants. De l’autre côté, l’explosion des informations et la diffusion des fosses informations nécessitent un regard critique. Les apprenants peuvent aussi être dépendants des outils numériques, qui réduira en quelque sorte leur réflexivité.

Comme ce que signale Emmanuel Davidenkof, « ce n’est pas la question du numérique qui se pose, mais celle du pédagogique » (2016 : 18). Ce qui importe, c’est la manière dont les enseignants le mettent en pratique. Alors, quant à l’enseignement de la littérature, quel est le rôle du numérique ? Comment nous pouvons nous bénéficier de ses effets favorables ? Comment éviter les effets négatifs ? Il nous reste des questions à réfléchir.

 

Bibliographie

« Entretien avec Emmanuel DAVIDENKOFF », réalisé par Régis Guyon en juillet 2016, Diversité, n° 185, 3e trimestre 2016.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

présentation de billet

  • Le 1er billet s’appelle « chemin de recherche », qui est sous forme de journal de bord, il s’agit de présenter mon travail de préparation de recherche, mon sujet d’analyse, mon programme de travail qui me permet de bien organiser le temps et de réaliser la rédaction du mémoire étape par étape.
  • Le 2er billet nommé « l’espace conceptuel et théorique », proprement dit, cette partie sert à présenter les notions et les théories. Elles sont catégorie par l’ordre progressif en suivant strictement le plan de mémoire cela permet d’éviter la perte du temps si j’y consulte après. Cette partie est composé notamment des ressources fiables, des citations sur les grandes notions,
  • 3er billet, c’est pour les méthodes pratiques et les règles formelles à respecter pour la rédaction du mémoire. Le travail de la mise en forme prend beaucoup de temps et souvent pose un grand souci, notamment pour les non-natifs qui sont moins familiers avec les règles formelles du mémoire, surtout dans les citations et les bibliographies. Toutes les informations sont obtenues soit par la consultation des mémoires, soit par la note du cours.

mem215

Etudiante de M2 en Didactique du français langue étrangère et langues du monde, Université Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Bibliographie de mon mémoire

Bibliographie de mon mémoire
– CONSEIL DE L’EUROPE (2001a), Cadre européen commun de référence pour les langues. Apprendre, enseigner, évaluer, Paris, Didier.
– Elisabeth GUIMBRETIERE12 (1995), phonétique et enseignement de l’oral, Paris, Didier.
– Evelyne BERARD (1995), l’approche communicative : Théorie et Pratiques, Paris, CLE international.
– Elisa R.,Véronique T., Emilie J., Gérard V.,(2015), interaction, dialogues, conversation : l’oral en français langue étrangère, Paris : hachette.
– Dell H. Hymes, (1984), vers la compétence de communication, Paris, HATIER.
– GADET F., (2007), la variation en français social, Paris, A. Colin.
– J.-C. Beacco,(2007), l’approche par compétences dans l’enseignement des langues, Paris, Ed. Didier.
– LABOV W.,(1976), sociolinguistique, Ed. de Minuit.
– LAURENT, B. (2007). Enseigner la prononciation du français : Questions et outils. Paris : Hachette.
– Roberto Paternostro, (2016), diversité des accents et enseignement du français, Paris, L’Harmattan.
– Tyne H., « la variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue2 » le français d’aujourd’hui,(n° 176), p. 103-112.
– WEBER C., (2006), « pourquoi les français ne parlent-ils pas comme je l’ai appris ? » le français dans le monde 345, 31-33.
– WEBER C., (2013), pour une didactique de l’oralité. Enseigner le français tel qu’il est parlé, Paris, Ed. Didier.
Manuels :
Interaction niveau A2 (2014) CLE International.
Totem niveau A2 (2014) Hachette.
Zénith niveau A2 (2013) CLE International.

IDRIS Yousif

Étudiant en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

More Posts

Follow Me:
Facebook

Plan de mon mémoire

Quels manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique ?

J’ai établi ce plan pour mieux m’orienter dans ma recherche, cependant, vu l’avancement de mon travail, ce plan est susceptible d’être modifié et amélioré au cours de ma recherche.

Plan (à préciser)

Introduction
1.Le manuel
1.1 La définition de manuel
1.2 Sa nature, ses fonctions, ses usages
1.3 Les supports du manuel et ses modalités de diffusion et d’utilisation

2. Les Manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois
2.1 Les Manuels de littérature du FLE (Sa nature, ses fonctions, ses usages)
2.2 La place de la littérature dans l’enseignement du FLE au sein du département de français en Chine
2.3 La situation des manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

3. L’ère numérique
3.1 La définition de l’ère numérique
3.2 L’influence de nouvelles technologies à l’ère numérique
3.3 Le rôle de l’enseignement supérieur dans la société à l’ère numérique

4. Les manuels de littérature FLE pour les étudiants chinois à l’ère numérique
4.1 La conception de la construction de manuel à l’ère numérique
4.2 Les possibilités du manuel de littérature du FLE
4.3 Les manuels de littérature du FLE pour les étudiants chinois

Conclusion

JIE Junlan

Etudiante chinoise en master 2 à l’Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

En examinant les contextes culturels de l’enseignement du français en Chine, je suis vivement intéressée par les notions de « cultures linguistiques », « cultures éducatives » et « cultures didactiques » introduites par M. Chiss dans son séminaire. Pourtant, j’avais des difficultés à trouver des définitions exactes de ces notions. En quoi précisément consistent des cultures linguistiques, des cultures didactiques et des cultures éducatives dans un pays ? Je suis certaine qu’il existe une culture éducative spécifique en Chine, mais la culture linguistique et la culture didactique, existent-elles dans notre pays ? Si oui, comment je pourrais les dégager et les décrire ? Continuer la lecture de La culture linguistique chinoise et ses impacts à l’E/A du français

Hui

Etudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et seconde à l’Université de Paris 3-Sorbonne nouvelle, option reccherche

More Posts

Bibliographie 1

  1. Albert, M.-C. ; Souchon, M., (2000), Les textes littéraires en classe de langue, Paris, Hachette.
  2. Berthelot, R., (2011), Littératures francophones en classe de FLE. Pourquoi et comment enseigner ?, Paris, Harmattan.
  3. Besse, H., (2011), « Un point de vue sur l’enseignement du français en Chine », Synergies Chine, n° 6, pp. 249-260.
  4. Boza Araya, V., (2008), « La littérature dans la classe de FLE : quelle utilité ? et quelle portée ? », Langage et l’homme, vol.XXXXIII, n°1, pp. 15-29.
  5. Cervera, R., (2009), « A la recherche d’une didactique littéraire », Synergies Chine, n°4, pp. 45-52.
  6. Compagnon, A., (2007), La littérature, pour quoi faire ?, Paris, Fayard (Collège de France).
  7. Daunay, B., (2007), « État des recherches en didactique de la littérature », Revue française de pédagogie, n°159, pp. 139-189.
  8. Duffays, J.-L., Gemenne, L. et al., (1996), Pour une lecture littéraire. Approches historique et théorique. Propositions pour la classe de français. Bruxelles, De Boeck/Duculot.
  9. Fraisse, E., (2012), « L’enseignement de la littérature : un monde à explorer », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°61, pp. 35-45.
  10. Fu, R., (2005), « Politiques et stratégies linguistiques dans l’enseignement supérieur des langues étrangères en Chine nouvelle », Synergies Chine, n°1, pp. 27-39.
  11. Godard, A., (2015), La littérature dans l’enseignement du FLE, Paris, Didier.
  12. Goldenstein, J.-P., (1990), Entrées en littérature, Paris, Hachette FLE, Coll. « F ».
  13. Legros, G., (1995), « Quelle place pour la didactique de la littérature ? ». In : Chisset et al., Didactique du français. État d’une discipline, Paris, Nathan pédagogie.
  14. LI, Q., (2009), Vers une nouvelle pédagogie de la littérature – réflexion sur l’utilisation des textes littéraires dans l’enseignement du français langue étrangère au sein des universités chinoises, thèse de doctorat en didactique des langues, Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3.
  15. Maurel, A., (2011), « Faire connaître et aimer la littérature en classe », Revue internationale d’éducation de Sèvres, n°57, pp. 147-153.
  16. Ngorwanubusa, J., (2014), « Didactique du français à l’Université : la littérature en quête de légitimité », Synergies Afrique des Grands Lacs, n°3, pp. 13-23.
  17. Picard, M., (1986), La lecture comme jeu, Paris, Les éditions de Minuit.
  18. Sartre, J-P, (1948), Qu’est-ce que la littérature ? , Paris, Gallimard.
  19. Todorov, T., (2007), La littérature en péril, Paris, Flammarion.
  20. Yan, X., (2014), Histoire des méthodologies de l’enseignement du français en Chine (1850-2010), thèse de doctorat en linguistique étrangère et appliquée, Université des Langues étrangères de Pékin et Université Nice Sophia Antipolis.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Dialogue fictif entre une étudiante et son directeur de mémoire

E – étudiante

D – directeur de recherche

 

Le matin à 11h. Bureau des professeurs.

 

E : Excusez-moi, puis-je entrer ?

D : Oui, entrez s’il vous plaît.

E : Bonjour Monsieur.

D : Bonjour, vous avez des questions ?

E : Oui, c’est pour mon mémoire. J’ai suivi votre cours de méthodologies l’année dernière et j’aimerais que vous puissiez diriger mon mémoire.

D : Quel est votre sujet de mémoire ?

E : Je voudrais travailler sur l’utilisation des jeux en classe de FLE dans les universités chinoises. Je vous ai écrit un mail pour vous présenter mon projet.

D : Ah bon ! C’est vous qui m’a écrit la semaine dernière ? Alors asseyez-vous, nous allons parler un peu de votre mémoire.

E : Merci Monsieur. Vous avez lu mon projet ? Sinon, je l’ai imprimé et vous pouvez le lire. Ici, tenez.

D : Très bien, merci, je l’ai lu et j’ai noté quelque chose, mais la version papier sera plus visible. Bon, votre projet est bien organisé et ce sujet m’intéresse beaucoup, donc je suis d’accord de vous suivre.

E : C’est vrai ? Merci beaucoup, Monsieur ! J’ai vraiment de la chance !

D : Mais il faut quand même faire attention à quelques points. Je vais vous expliquer et vous pouvez les noter. Vous avez expliqué pourquoi l’utilisation des jeux est assez importante dans l’enseignement du français, mais vous pouvez tout d’abord creuser la notion de la « créativité » et le développement de sa place en didactique des langues. Je vous donnerais certaines références et il faut faire la lecture.

E : D’accord, merci beaucoup, Monsieur.

D : Par ailleurs, vous pouvez améliorer la bibliographie de votre projet, je pense qu’elle ne mentionne pas beaucoup le cas en Chine.

E : Oui, en fait, je n’ai pas trouvé beaucoup d’articles sur l’utilisation des jeux en contexte universitaire chinois…

D : Oh là là, ne vous inquiétez pas. Vous pouvez consulter les revues en ligne et les thèses sur ce sujet. Je crois qu’il y en a beaucoup.

E : Ok, merci, je vais voir !

D : Une autre question est : vous allez faire un stage, ou bien vous allez écrire un mémoire théorique ?

E : Euh… J’ai choisi l’option recherche, donc ce sera plutôt théorique. Je vais distribuer des questionnaires aux étudiants chinois et organiser des entretiens avec les enseignants de français en Chine.

D : D’accord, mais je vous conseille de faire un petit stage, cela vous aidera à mieux comprendre comment les jeux marchent dans l’enseignement du français et quelles sont les difficultés. Comme ça, vous pouvez mieux traiter votre problématique. Ce que l’on enseigne n’est pas toujours ce que l’on pense.

E : Merci beaucoup, Monsieur, je vais essayer. Est-ce que je peux faire des observations ?

D : Bah oui, pourquoi pas ? Ce sera aussi utile pour votre réflexion. Bon, tout ça, c’est clair ? Vous avez compris ce qu’il faut faire ?

E : Oui oui, bien sûr. Je vais lire plus d’ouvrages et réécrire le projet. Je vais également essayer de trouver un stage si c’est possible.

D : Bien, envoyez-moi votre nouveau projet et le plan détaillé et on se retrouve après les vacances. Si vous avez des questions pendant les vacances, n’hésitez pas de m’écrire !

E : D’accord. Merci beaucoup pour votre patience et vos conseils, Monsieur ! Au revoir ! Bonne journée et bonnes vacances !

D : Merci, vous aussi. Au revoir !

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mon projet de mémoire

L’enseignement de la littérature en classe de FLE en contexte universitaire chinois

La littérature occupe depuis longtemps une place incontestable en classe de langues, et les textes littéraires sont « … utilisés tout à la fois comme modèles, outil et objet de la formation des élèves » (Fraisse, 2012 : 36). Cependant, depuis la deuxième moitié du XXe siècle, à la suite de l’évolution profonde des méthodologies de la didactique du français, l’enseignement de la littérature est confronté à une crise. Etant donné que l’enseignement du français langue étrangère se focalise de plus en plus sur une compétence de communication et sur l’oral, la littérature, considérée comme un outil peu pragmatique, se trouve graduellement en marge de la classe en concurrence avec les autres supports multimédia. Même si le CECRL mentionne la littérature d’une manière implicite, il ne lui accorde pas une place suffisamment importante :

Continuer la lecture de Mon projet de mémoire

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

Mes carnets de recherche

Mes carnets de recherche

Rédiger un mémoire est un travail plein d’intérêts, mais aussi plein de défis et d’incertitudes. Pour commencer ce grand processus, il est indispensable d’ouvrir des carnets de recherche.

Comme ce que Bruno Latour a proposé dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie, « tout fait partie des données » (Latour, 2006 : 194), établir quatre catégories de carnets de recherche facilite l’enregistrement des données durant notre travail. L’auteur a consacré le premier carnet à un « carnet de bord de l’enquête », le deuxième sera un carnet de la « collecte de l’information », le troisième sera celui d’« essais d’écriture », alors que le dernier carnet sera pour « consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs » (ibid. : 194-196).

Inspirée des propositions de Latour, j’aimerais créer quatre types de carnets :

Premièrement, je voudrais créer un carnet intitulé « carnet de sources ». J’y mettrai tous les références utiles pour mon mémoire et je vais les classifier par ordre chronologique en utilisant des logiciels. Ainsi, je ne serais pas maladroite pour consulter les documents voulus.

Le deuxième, je le nommerais un « carnet de notes », qui se focalise sur les comptes rendus, mes commentaires et ma réflexion que je noterai après la lecture des documents importants. Ce carnet me permet de réfléchir sur les questions que je voudrais

Par ailleurs, un « carnet de terrain » sert à enregistrer tous les rendez-vous, les rencontres, les questionnaires, etc. J’y ajouterai également la comparaison entre ce que j’ai envie de faire et ce que j’ai réalisé, afin de mieux organiser mon prochain rendez-vous. Ce carnet, comme ce que Latour a mentionné, me donne un point de vue de « l’expérience artificielle » et me permet de savoir plus tard « comment l’étude a été conçue, quelles personnes ont été rencontrées » (ibid. : 195).

Pour finir, le dernier sera un « carnet de glossaire ». J’y mettrai tous les termes et leurs définitions concernant mon sujet de mémoire, de sorte que je pourrais m’appuyer sur des théories importantes tout au long de ma recherche, et mieux préparer ma soutenance de mémoire.

 

Bibliographie

Latour B. 2006. Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris : Découverte, pp. 194–197.

Xue LI

Etudiante en Master 2 Didactique du français et des langues du monde à l’Université de Paris 3 – Sorbonne Nouvelle

More Posts

MES CARNETS

L’ouvrage de Bruno Latour, « Changer de société. Refaire de la sociologie », nous propose comment élaborer  des carnets de lectures, qui seront une base pour notre recherche, car ils nous guident dans notre travail du début jusqu’à la fin. Dans ces carnets on note tout ce qui est important et nécessaire pour la rédaction de notre mémoire.

Mon premier carnet est : «  carnet de lecture », où je noterai toutes mes lectures, le nom des auteurs, les titres des ouvrages et des articles, les points et les citations trouver dans les ouvrages. Au fil du temps ce carnet sera comme une base de données qui alimentera la rédaction de mon mémoire.

Mon deuxième carnet est : «  carnet de bibliographie », où je noterai toutes les références par ordre alphabétique, le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, l’année de publication et de réédition si y a besoin, le nom de l’édition, le pays et la ville de publication. Concernant, les ouvrages et les articles lus sur le Net je noterai  aussi la date et l’heure de consultation ainsi que l’adresse complète de l’URL.

Mon troisième carnet est «  carnet du terrain », un carnet qui m’accompagnera dans mes recherches sur le terrain, où je noterai toutes mes observations sur le terrain et tous les commentaires et les critiques que j’entends durant mon enquête.

Bibliographie :
LATOUR, Bruno. Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris : La Découverte, 2006, pp. 194-197.