Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

Etudiante : Bonjour Madame.

Directrice : Bonjour, installez-vous, on va pouvoir commencer, alors, dites-moi ce que vous avez choisi comme sujet de mémoire ?

Etudiante : J’ai choisi de travailler sur la figure de la folie et de l’enfermement dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Directrice : Pourquoi avez-vous choisi ce thème ?

Etudiante : Mon choix pour ce thème n’est pas fortuit, mais résulte de l’intérêt viscéral que je porte à l’égard de la littérature maghrébine et algérienne d’expression française,  au départ, j’ai hésité entre les deux, mais lorsque j’ai lu l’ouvrage de Tahar Ben Djeloun : L’Auberge des pauvres, le thème de la folie s’est vite imposé à moi et c’est devenu une source de motivation. Il est vrai que cette notion est complexe et son usage en littérature l’est encore moins, mais à la lecture de ce récit, on comprend les raisons de ce recours à l’aliénation.

Directrice : Effectivement, c’est un thème pertinent, mais très vaste aussi, avez-vous une problématique de recherche ?

Etudiante : C’est encore flou pour le moment, mais j’ai pensé à la folie comme moyen de transgression des travers de la société.

Directrice : Ah oui, c’est bien, je vous conseille de consulter les travaux réalisés sur la littérature française, de nombreux auteurs ont écrit sur la folie, vous pouvez lire entre autre la Nouvelle de Guy de Maupassant : Le Horla, 1887. Cette représentation de la folie est très significative dans ce récit et je vous conseille également l’ouvrage de Michel Foucault : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, c’est un livre passionnant qui aborde cette notion dans toute sa complexité.

Etudiante : Je vous remercie pour ces pistes de recherche, pourrais-je vous envoyer l’esquisse de mon travail?

Directrice : Oui, bien évidemment, n’hésitez pas à m’adresser un e-mail et à me poser toutes vos questions, je vous répondrai.

Etudiante : Je vous remercie pour le temps que vous m’avez accordé.

Directrice : Bonnes lectures et pensez à bien cibler votre problématique et à réfléchir  au contexte, en tout cas, on se fixera prochainement un autre rendez-vous afin de voir où vous en êtes !

Etudiante : D’accord, merci. Continuer la lecture de Entretien fictif élaboré entre une directrice de mémoire et une étudiante de M2 Littérature de langue française.

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts

Discussion constructive autour d’un café

Exemple de dialogue fictif élaboré par deux étudiantes sur leur thématique de recherche. Les prénoms des protagonistes et le lieu de rencontre sont complètement inventés. La bibliographie citée ci-dessous est nécessaire, elle constitue les références « imaginaires » consultées par les deux étudiantes pour permettre la bonne construction du dialogue.

Mélissa : Bonjour Lynda, comment vas-tu ?

Lynda : Bonjour Mélissa, ça va bien, merci et toi ?

Mélissa : Je dois t’avouer qu’en ce moment, je suis débordée, entre mon travail qui me mine et la rédaction de mon mémoire.

Lynda : Oui, je te comprends, ce n’est pas évident, mais, je pense c’est le cas pour tout le monde, « on est tous dans le même bateau », d’ailleurs, c’est pour cela que je viens à la cafétéria me poser un peu, prendre un peu de distance et boire un bon café chaud, les idées me viennent plus facilement ainsi, je suis détendue et du coup, je réfléchis mieux.

Mélissa : Vu sous cet angle, c’est une bonne idée, moi, j’ai tendance à aller la bibliothèque, mais, c’est vrai que changer de lieu de temps en temps ne peut être que fructueux. Sinon, dis moi, quelle est ta thématique de recherche ?

Lynda : Mon sujet de mémoire porte sur le concept de la folie dans l’œuvre de Tahar Ben Djelloun : L’Auberge des pauvres.

Mélissa : Ce thème est très pertinent, mais l’auteur ne me parle pas, c’est un écrivain français ?

Lynda : Oui effectivement, ça peut prêter confusion, mais, c’est un écrivain marocain d’expression française, il aborde différents thèmes de la société, il joue beaucoup sur la transgression, il dévoile les travers de la société et dénonce les tabous.

Mélissa : Tu sembles être passionnée par cette littérature, que je trouve particulièrement fascinante, moi aussi, je voue un intérêt particulier pour ce genre de littérature et plus spécifiquement, la littérature algérienne que j’ai découverte à la lecture d’un roman de Mouloud Féraoun : Le fils du pauvre. Par la suite, j’ai commencé à m’intéresser à Kateb Yacine et à sa fameuse phrase : « la langue est un butin de guerre », ce qui m’a donné l’idée de travailler sur le conflit linguistique du bilinguisme en classe de FLE.

Lynda : Ton thème est très intéressent, car on observe cette alternance codique dans les discussions des locuteurs, voire un peu partout dans la société, « on est le parfait exemple ! »

Mélissa : Oui, c’est vrai, tu as commencé à constituer ta bibliographie ?

Lynda : J’ai commencé à lire des ouvrages tels que : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, de Michel Foucault, celui de JACCARD, La folie ; Paul Ricœur et son ouvrage : Soi-même comme un autre ; ou encore BROCHARD, La folie. Création ou destruction ? Et de ton côté, y a des auteurs qui ont travaillé sur ton sujet ?

Mélissa : Oui, j’ai déjà lu, Boyer dans : Conflits d’usages, conflits d’images, l’ouvrage de Calvet : La sociolinguistique et j’ai trouvé d’autres auteurs comme : Cavalli et son ouvrage : Education bilingue et plurilingue, ou encore Hamers dans : Bilingualité et bilinguisme. Par conte, je tâtonne pour ce qui est de ma problématique de recherche et de mon terrain, je te jure, ça me rend complètement folle.

Lynda : Merci pour cette allusion ! Moi, j’ai peur de partir en vrille comme les personnages de Ben Djellon, non « je plaisante », je te rassure, j’ai encore toute ma lucidité ! mais, je dois t’avouer que ce sujet retiens toute mon attention et surtout, il y a une citation de l’auteur que je trouve éminemment pertinente : « La folie, ce n’est pas la confusion, c’est un palmier qui donne des dattes sans noyau, c’est une brulure qui ne fait pas mal, c’est le baiser de l’absent ».

Mélissa : Ah ! J’aime bien, cette citation résume assez bien notre désarroi, mais bon, on a le temps encore pour bien avancer et structurer les choses, comme, je le dis toujours : « qui va doucement, va sûrement ».

Lynda : Oui, ta raison, en tout cas, ça m’a fait plaisir de discuter avec toi autour d’un café et j’espère quand remettra ça !

Mélissa : Avec plaisir, on se donnera rendez-vous la prochaine fois, à très bientôt.

 Bibliographie

BOYER, Henry (1997) : Conflits d’usages, conflits d’images, dans H. Boyer (éd.), Plurilinguisme : « contact » ou « conflit » des langues ?, Paris, Harmattan.

BROCHARD, Cécile et PINON, Esther (2011) : La folie. Création ou destruction ?, Presses Universitaires de Rennes.

CALVET,  Louis-Jean (1993) : la sociolinguistique, que sais-je ?, Paris, PUF.

CAVALLI, Marisa (2005) : Education bilingue et plurilingue, Paris, Didier.

FAUCAULT, Michel (1961) : Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Plon.

HAMERS, J.-F., Blanc M. (1983) : Bilingualité et bilinguisme, Bruxelles, Pierre Mardaga.

JACCARD, Roland (2004) : La folie, PUF, coll. « Que sais-je ? ».

RICOEUR, Paul (1990) : Soi-même comme un autre, Seuil.

Continuer la lecture de Discussion constructive autour d’un café

TAOUS NADI

MASTER 2 Didactique des langues, spécialité Didactique du français langue étrangère et langues du monde

More Posts