Introduction à mon mémoire de Master 2

Je présente ici mon sujet de mémoire de Master 2, intitulé « L’attitude et la motivation des apprenants de français langue étrangère au Pakistan. »

L’apprentissage du français comme langue étrangère est un phénomène en pleine expansion au Pakistan même si ce pays n’est pas à l’origine francophone mais plutôt anglophone. Le français a été introduit depuis un certain temps maintenant dans la culture du pays, et on l’apprend désormais à un âge précoce tant dans les établissements privés que publics. Certains établissements ont tendance à proposer d’apprendre le français dès l’école primaire, tandis que d’autres choisissent de ne le faire apprendre qu’à un stade ultérieur, au lycée ou au collège. L’enseignement de cette langue peut donc se faire à plusieurs niveaux, à l’école mais aussi au collège, au lycée, au sein d’universités publiques aussi bien que privées.

Ainsi, le but de ce mémoire est d’examiner les variables sociales et psychologiques de l’étude de la langue seconde dans le contexte formel d’apprentissage des langues du Pakistan. L’accent sera mis sur les variables qui ont des connotations sociales et psychologiques, telles que les attitudes et la motivation. Par conséquent, toute notre recherche sera axée autour de la question suivante :

Quelles sont les attitudes et les motivations des apprenants pakistanais pour apprendre le français langue étrangère au Pakistan ?

Les objectifs qui découlent de ce questionnement sont multiples :

  • Enquêter sur les sources de motivation (intégratives ou instrumentales) des étudiants pakistanais de FLE, en nous concentrant exclusivement sur les étudiants des deux grandes villes que sont Islamabad et Lahore.
  • Etudier leurs attitudes à l’égard de l’apprentissage de la langue cible et de sa communauté.
  • Découvrir les facteurs qui peuvent avoir une influence sur la motivation de l’apprenant, tels que l’anxiété associée à l’univers scolaire, l’attitude envers l’enseignant, l’intérêt pour les langues et le rapport noué avec le matériel d’étude.

Pour réaliser ces objectifs nous nous poserons un certain nombre de questions secondaires auxquelles nous tenterons de répondre au cours de cette étude :

  • Les étudiants pakistanais ont-ils des motivations instrumentales ou intégratives pour apprendre le français ?
  • Quelle est leur attitude envers les Français et l’apprentissage du français ?
  • Est-ce que leur attitude affecte leur motivation ?
  • Leur faible intérêt pour le français pourrait-il résulter de l’attitude négative qu’ils adoptent au moment apprendre le français ?

Au cours de mes années d’apprentissage et d’enseignement de français langue étrangère au Pakistan, je me souviens qu’au début du premier cours, les professeurs demandaient toujours aux étudiants la raison les ayant poussés à étudier le français langue étrangère. Tandis que j’apprenais moi-même la langue, je ne m’interrogeais pas vraiment sur le sens de cette question ni sur son importance. C’est au cours de ce travail de mémoire que j’ai pu me rendre compte de l’importance de connaître la motivation des apprenants au moment d’apprendre une langue étrangère.

La motivation est un paramètre indispensable qui joue un rôle majeur pour atteindre des objectifs fondamentaux dans la vie académique d’un étudiant (Christiana, 2009). Différentes raisons peuvent expliquer l’envie d’apprendre une langue étrangère. Parmi elles, il existe un type de motivation qu’on appelle la motivation intégrative et un autre qu’on désigne par l’appellation « motivation instrumentale ».

Nous nous appuierons dans cette étude sur les définitions de la motivation proposées par Brown : selon lui, la motivation instrumentale se réfère à l’envie de maîtriser une nouvelle langue pour atteindre un objectif particulier, comme progresser au niveau de sa carrière, savoir traduire ou pouvoir lire dans une autre langue… La motivation intégrative, elle, consiste à souhaiter apprendre une langue pour s’intégrer dans la culture du pays propre à cette langue, s’identifier et devenir une partie de cette société (p. 153).

Les résultats d’une telle étude peuvent s’avérer être très bénéfiques pour les enseignants de FLE. En effet, en prenant conscience par exemple de l’anxiété associée aux cours de français, les enseignants pourraient travailler avec les étudiants pour mieux comprendre ce qui les bloque et entrave leur apprentissage d’une langue seconde. Inutile de dire que cela pourrait également bénéficier aux administrateurs de l’école et aux enseignants du FLE au Pakistan et dans d’autres pays où le français est enseigné comme langue étrangère.

 

Bibliographie :

Oriahi, Christiana. “Influence of Motivation on Students’ Academic Performance.” The Social Sciences, no. 4 (2009): 30-36

Brown, James Dean. Testing in language programs. New Jersey. USA: Prentice Hall, 1996

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Quand je dois expliquer mes propos. Expérience d’intervenante dans un séminaire de l’AUF

Il y a quelques mois, la Direction régionale Caraïbe de l’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a lancé un appel à communications pour le Séminaire régional des départements universitaires de français AUF – Caraïbe. L’objectif de ce séminaire célébré les 20 et 21 mars à Saint Domingue, République Dominicaine était de renforcer les synergies entre les départements de français de la région.

Quatre activités ont marqué cette semaine d’échanges :

  1. Les animations pour la Journée internationale de la Francophonie (le 20 mars)
  2. Les communications scientifiques sur le thème « le français : une langue d’avenir dans les Amériques et la Caraïbe ? »
  3. Visioconférence du professeur Jean-Marc Mangiante sur le Français sur objectif spécifique (FOS) et le Français sur objectif universitaire (FOU)
  4. Le Forum sur l’enseignement du français dans les universités dominicaines.

Pour le séminaire, les organisateurs ont proposé cinq axes :
1. Pourquoi apprendre ou enseigner le français en 2016 dans les Amériques et la Caraïbe : les enjeux, les opportunités ?
2. •L’évolution des politiques publiques et éducatives : les choix, les raisons, les impacts.
3. •L’image du français entre mythes, réalités et distorsions ?
4. •Les « success stories » et les initiatives avortées de l’enseignement du français dans les Amériques et la Caraïbe.
5. •Le français en milieu universitaire :  comment en faire un atout pour l’enseignement, la recherche et l’emploi ?

Pour ma communication, j’ai retenu l’axe 5. Comme elle a été acceptée, j’ai dû me préparer pour un voyage Paris-Saint-Domingue. Après quelques mois en France, j’étais contente de retrouver la chaleur de ma zone caribéenne et mes anciens collègues de la région.

Après une longue attente de 10 heures à l’aéroport de Paris-Orly (vols retardés ou annulés à cause de l’attaque du 18 mars), j’ai pris le vol destination Saint-Domingue. À cause de ce retard, je suis arrivée deux heures avant la cérémonie d’ouverture. Même si j’étais fatiguée, je ne me suis pas endormie, surtout parce que c’était à moi de présenter la première communication : « Le français dans les universités cubaines : mobiliser et agir pour relever le défi ». J’ai évoqué les liens historico-culturels entre la France et Cuba ainsi que le rôle du français dans l’enseignement universitaire cubain. Dans ma présentation, j’ai proposé des actions concrètes à instaurer pour valoriser le français dans nos centres d’enseignement supérieur. Cela m’a permis d’échanger avec différents chercheurs, par exemple Patrick Chardenet et Patrick Riba.

Les communications et les discussions ont été riches et diverses : Enseigner le français aux enfants en contexte hispanophone. Analyse de pratiques et outils de formation, de la Docteure Laura Uribe, membre du DILTEC ; La francophonie haïtienne et l’expansion du français en Amérique et dans la Caraïbe, du Docteur Renauld Govain, doyen de la Faculté Linguistique Appliquée de l’Université d’État d’Haïti ; Francophonie des Amériques et (inter)américanité francophone : le rôle glottopolitique des Départements universitaires de français, de Patrick Chardenet, Maître de conférences en sciences du langage Laboratoire ELLIADD.

Ces espaces de partage contribuent à tisser des liens entre les départements universitaires de français de la Caraïbe et à dessiner des stratégies pour renforcer la place du français dans la région.

Écouter, répondre. Et après ?

« Entendre ne veut pas dire écouter, car l’ouïe est un sens mais l’écoute est un art. »

Anonyme

En rédigeant mon mémoire de M2, j’ai eu le temps de penser à la contribution apportée par chaque échange, chaque colloque, chaque journée d’étude. L’un de ces moments ayant marqué mes analyses a été la journée d’étude du 16 novembre 2016 : Expériences d’écoute. Pratiques et théories en didactiques des langues et des cultures.

Cette journée a été organisée par Nathalie Borgé, Serge Martin et les doctorantes Carla Campos et Charlotte Guennoc.  Vers la fin de la journée, ces deux jeunes doctorantes ont animé une table ronde sur la recherche menée par plusieurs étudiantes de M2. Au moment où nos recherches commençaient à se dessiner, entendre parler de genèse, relecture, écriture, analyse, écoute, dialogue, etc. m’a montré le long chemin du chercheur.

Plus tôt, dans la matinée, les activités proposées par Serge Martin, Muriel Molinié et Ivan Jimenez Garcia ont mis l’accent sur l’écoute. Les exercices en binôme avec les figures de l’accompagnant et l’accompagné et de l’écoutant et l’écouté ont contribué à ma préparation pour les entretiens. En particulier, les réflexions sur l’écoute du récit de vie et la posture hétéro-formative à visée scientifique ont attiré mon attention. Cette posture décrit comment on aborde l’autre, l’informateur pour recueillir des informations mais sans faire attention à ce que cela lui apporte.

Lors de la préparation de mes entretiens, j’ai consulté mes notes des différents colloques et cours et je suis tombée sur ces notes-ci. Les discussions de cette journée d’étude sur l’écoute se reproduisaient quelques mois après. Pour mes entretiens, il m’a fallu être attentive, écouter, prendre des notes, relancer le dialogue, reformuler les propos de mes informateurs et répondre à leurs commentaires. L’écoute a joué un rôle essentiel pour obtenir des informations sur mon terrain. Comme je n’ai pas pu aller à Cuba pour faire les entretiens, j’ai dû téléphoner à mes informateurs. Sans l’appui des gestes et des regards, j’ai dû me concentrer sur les inflexions de voix, les silences, les mots prononcés avec emphase… Et puis, transcrire tous ces dialogues m’a demandé d’étudier plusieurs codes de transcription et de les réadapter.

Or, l’écoute a été essentielle dans cette expérience, mais je n’ai pas pu m’empêcher de penser après à ‘cet agir sur les informateurs’. Comment restent-ils après avoir été sollicités pour nos entretiens ? S’intéresseront-ils a posteriori au sujet et à leur contribution à nos recherches ? Des questions nées des échanges lors d’une journée d’étude qui viennent nous habiter quelques mois après.