la catégorisation dans l’analyse de contenu

Procédant l’analyse des données recueillies dans ma recherche, je suis confrontée à l’analyse de contenu. Cependant, cette méthode est loin d’être évidente pour moi. A la lecture du manuel « L’analyse du contenu » écrit par Laurence Bardin, j’aimerais partager avec vous quelques points que j’ai pu retenir.

Une opération importante de l’analyse de contenu est la catégorisation, un chapitre entier lui (chapitre III) est consacré. Par définition, la catégorisation est une opération d’établir des « catégories qui rassemblent un groupe d’éléments » (Bardin, 1977:150) partageants des caractères communs, selon « des critères préalablement définis » (Ibid.). Le critère peut être, par exemple, sémantique, c’est-à-dire une catégorie thématique qui classe les éléments selon les titres conceptuels différents (« attente positive », « imprévu », etc. par exemple), il peut être lexical (regrouper des synonymes ou des mots des sens proches), expressif, « par exemple, catégorie classant les divers troubles de langage » (Idem.:151), comme l’hésitation (« euh »).

Lors d’une analyse de contenu, on peut adopter un système de catégories préconstruites, il nous reste alors de répartir les éléments selon les critères catégoriels donnés. Sinon, en inspirant des études antérieurs, la catégorisation pourrait être complétée progressivement au fil de la classification analogique des éléments, les titres conceptuels seraient ainsi définis en fin d’opération. Bardin signale qu’en général, « les catégories terminales proviennent du regroupement progressif de catégories à généralité plus fiable. » (Idem.:153)

Enfin, pour construire des bonnes catégories, une certaine qualité doit être atteinte :

  • L’exclusion mutuelle : chaque élément ne peut être classifié que dans plus d’une seule catégorie.
  • L’homogénéité : un même principe de classification doit gouverner l’organisation des catégories, autrement dit, un seul registre, une seule dimension d’analyse fonctionnent dans un même ensemble catégoriel.
  • La pertinence : le système de catégories doit refléter les objets de recherche et correspondre aux caractéristiques des éléments.
  • La productivité : les catégories doivent être productives pour pouvoir apporter des résultats riches : « riches en indices d’interférences, en données fiables » (Idem.:154).

Bibliographie :

Laurence Bardin, « L’analyse du contenu », PUF, 1977, Paris

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE,
Licence Sciences du langage

More Posts