Réflexions pédagogiques relatives à la littérature française

Mon sujet de mémoire est « Construction de la motivation d’apprentissage du FLE à travers des ouvrages littéraires français en contexte universitaire chinois », après la consultation des théories et l’analyse des données, je réfléchis toujours les méthodes concrètes qui peuvent être pratiquées dans les cours de FLE, un article qui est écrit par Pénélope Calliabetsou (1992), s’intitulant « Définition des besoins langagiers des adolescents » m’a donné des inspirations.

Tout d’abord, d’après Calliabetsou (1992), pour créer des besoins langagiers, surtout des besoins de communication, il faut que le choix de la thématique et des situations de communication fassent partie du vécu des apprenants. C’est-à-dire qu’il faut choisir des sujets qui sont déjà connus ou déjà appris dans les expériences précédentes des apprenants, pour qu’ils puissent comparer, assurer ou renouveler leurs acquis par rapport aux nouvelles connaissances. Les situations et les thèmes familiers pour les apprenants sont favorables d’une part l’intégration des activités didactiques proposées, et « les faits étrangers prennent une signification pour eux » (Calliabetsou, 1992 : 40), et l’apprenants se sentent « directement engagé dans son apprentissage » (Calliabetsou, 1992 : 40). D’autre part, cette tactique donne un sens authentique et utile aux activités didactiques, afin que les apprenants puissent découvrir ou créer leurs besoins langagiers en langue étrangère « en fonction des besoins de communication en langue maternelle » (Calliabetsou, 1992: 40). Donc, nous préférons des écrivains ou des ouvrages que les apprenants ont déjà entendu dire, ou des écrivains français qui ont des rapports plus ou moins avec la Chine.

Par exemple, un des œuvres de Raymond Queneau (1965), Les fleurs bleues cite une référence chinoise très connu, il a dit dans la préface : « Tchouang-tseu rêve qu’il est un papillon, mais n’est-ce point le papillon qui rêve qu’il est Tchouang-tseu ? De même dans ce roman, est-ce le duc d’Auge qui rêve qu’il est Cidrolin ou Cidrolin qui rêve qu’il est le duc d’Auge ? » (1965 :7). Il peut donc susciter une motivation de lecture chez les apprenants chinois.

Par ailleurs, après la compréhension du contenu, il nous faut tout d’abord encourager une réflexion individuelle par les apprenants eux-mêmes, comme Calliabetsou a dit, « un enseignement/apprentissage centré sur la reproduction ou sur la production de modèles linguistiques qui n’ont aucun rapport avec l’expression créatrice et personnalisée » (Calliabetsou, 1992 : 45), mais dans ce stade-là, l’enseignant doit laisser réfléchir l’ouvrage littéraire par les apprenants eux-mêmes sans leur imposer des pistes de réflexion ou des points de vue préalables. D’après SAVIGNON S. (1990), « la langue comme expression de soi » (1990: 39), à travers cet emploi personnalisé de la langue étrangère, l’ouvrage littéraire qui est rédigée par les autres n’est plus éloigné et indifférent, mais devient authentique et praticable, ces réflexions sont venues des histoires conçues par les autres mais désormais, elles deviennent une partie indissociable dans ses pensées. En outre, une échange au sein de la classe est aussi nécessaire, puisque à travers cette activité, les apprenants peuvent enrichir les interprétations, étendre les connaissances, approfondir les réflexions, en adoptant une plaisir de lecture.

 

Bibliographie :

CALLIABETSOU-C., P., « définition des besoins langagiers des adolescents », Apprentissage, enseignement des langues étrangères : motivations, besoins, contenus, Nantes, CRINI (Centre de recherche sur les identités nationales et l’interculturalité), 1992, p.39-53.

SAVIGNON S., « Les recherches en didactique des langues étrangères et l’approche communicative », Études de Linguistique Appliquée, Paris, Didier, N 77, Janvier-Mars, 1990, p. 29-46.

Queneau, R., Les Fleurs Bleues, Paris, Gallimard, 1965.

Liu Yang

Etudiante chinoise en master 2 à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle, Spécialité 1 :Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A: recherche. Master 1 FLE : Analyse et programmation de la communication didactique à l'Université de Nantes.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Livre recommandé, Le français des affaires : théories, pratiques et approches d’enseignement

Je voudrais partager avec vous un livre sur le sujet de l’enseignement du FOS, intitulé Le français des affaires :théories, pratiques et approches d’enseignement. Comme son titre indique, ce livre de 249 pages se construit sur la base des trois angles : la théorie, la pratique et l’approche d’enseignement.

Après avoir lu ce livre, je le trouve une référence pratique au niveau théorique et appliqué. Sauf le seul inconvénient langagier : l’auteur écrit en chinois. Malgré des citations et termes français, la plupart de contenue est incompréhensible pour lecteurs qui ne comprennent pas les caractères chinois.

Avant de résumer le contenue du livre, je présente brièvement l’auteur. Li Yan, doctorat en FLE à l’Université des langues étrangères de Pékin, travaille actuellement à l’Université des Langues et Cultures de Pékin comme enseignante de français. Elle a obtenue ses diplômes de master à l’Université de Rouen en liguistique et à l’Université Paris 9 en économie. Sa recherche se concentre sur le français des affaires, l’enseignement du FOS et l’interprétation.

Destiné aux enseignants et rechercheurs du FOS, les neuf chapitres introduit le français des affaires et analyse la pratique et l’approche d’enseignement. Tout d’abord, un aperçu complet des concepts français des affaires explique la relation entre FOS et FLE et le développement des méthodologies. En second lieu, selon le triangle pédagogique, elle analyse des besoins, des compétences et la motivation de l’apprenant, ainsi que l’identité, la cognition et des méthodologies de l’enseignant. Ensuite, en appuyant sur des matériaux pédagogiques, elle discute les caractéristiques linguistiques du français des affaires et propose des programmes d’enseignement. Enfin, une réflexion sur des connaissances de base(vocabulaire, lecture, négociation), l’application des théories pertinentes et des méthodes modernes d’enseignement  conclut sa recherche.

En lisant ce livre, je profite de prendre des notes concernant l’approche constructiviste, binaire et thématique dans mes carnets, afin d’enrichir le support théorique de mon mémoire. Pour ceux qui sont intéressés par le français des affaires, je vous recommande ce livre riche de savoir et information. Aussi, si quelqu’un connaît des livres ou manuels sur FOS, n’hésitez pas de laisser votre bibliographie comme commentaire. Merci en avance !

BIBLIOGRAPHIE

Li Yan, (2017), Le français des affaires :théories, pratiques et approches d’enseignement, Pékin, Foreign Language Teaching and Research Press

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Réflexion après la pré-soutenance

Le 15 mars, la pré-soutenance du mémoire de recherche a eu lieu à salle L1 au site Sorbonne. Nous avons chacun 8 minutes maximum pour la présentation du mémoire. Après avoir écouté un panel, tous sont invités à poser des questions et partager des remarques et opinions. J’assisté deux panels et je m’en profit énormément.

Je suis choquée par la diversité des sujets et inspirée par la méthode de recherche utilisée par mes camarades. Parmi tous, je voudrais partage avec vous trois sujets que je trouve innovants et intéressants.

Yaru travaille sur la phonétique. Lorsque la prononciation des phonèmes a une influence importante en situation de communication, elle cherche à comprendre des distinctions de l’articulation. Les méthodes de recherche qu’elle présente, l’analyse quantitative et qualitative, me pousse à réfléchir sur l’aspect méthodologique de ma recherche.

Liu s’intéresse à la littérature, notament sur le rapport entre le lecteur et l’écrivain, ou bien la « réception » et la « production ». Cela m’attire parce que je réfléchis souvant à l’élaboration des activités en classe à partir du texte littéraire. En tant que futur enseignant, savoir choisir le corpus et le coupure reste toujours un but de recherche.

Yiheng travaille sur la littérature de jeunesse en FLE. Elle a présenté de façon très précis, Chen Jianghong, peintre et auteur-illustrateur chinois vivant à Paris. Bien que ce soit la première fois que je l’ai entendu dire, je me suis immédiatement attirée par son œuvres. En même temps, je crois que sa recherche va proposer une façon efficace à motiver l’apprenant à lire les textes littéraires.

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts

Réussir ses études d’ingénieur en français

Pour un(e) étudiant(e), effectuer des études à l’étranger n’est pas facile. À part l’obstacle langagier, les méthodologies et le règlement des études posent souvant des difficultés. Après avoir appris quatre ans le français en licence, j’ai fait énormément d’efforts afin d’intégrer aux études de master en France. Ce que je trouve plus difficile, c’est poursuivre un cursus non langagier dans un établissement en France ou dans un pays francophone. Cela nous dirige alors vers le FOS. Pour ceux qui travaillent sur le FOS, je vous recommande un livre clair et pratique, dont le titre est Réussir ses études d’ingénieur en français.

Ce livre de 240 pages est écrit par Catherine Carras, Océane Gewirtz et Jacqueline Tolas en 2014. Catherine Carras et Jacqueline Tolas enseignent dans le master Français langue étrangère (FLE) et au Centre universitaire d’études françaises (CUEF) de l’université Grenoble 3. La première est spécialiste de la didactiue du FOS. Océane Gewirtz est normalienne et professeur de la physique-chimie à l’Institut franco-chinois de l’énergie nucléaire, où elle a participé à fabriquer le curriculum de français scientifique.

Destiné aux apprenants dès le niveau B1, cet ouvrage peut être utilisé non seulement en classe avec un enseignant, mais aussi de façon autonome. Même quelqu’un comme moi qui n’a jamais fait des études d’ingénieur arrive à comprendre. En proposant plusieurs fiches d’entraînement, les sept chapitres ont pour objectif de guider l’apprenant à comprendre le fonctionnement de l’enseignement en France, ainsi à maîtriser la méthodologies des activités universitaires.

À partir du premier chapitre, les auteurs ont introduit différents types de cours, cours magistraux, travaux dirigés (TD) et travaux pratiques (TP), suivi par une analyse détaillée des structures linguistiques dans les énoncés et consignes lorsque la lecture de support écrit et copie d’examen. Dernièrement, les auteurs résument les spécificités des discours scientifiques pour que l’apprenant trouve son chemin sur l’apprentissage du vocabulaire et des formulations. Cela aide aussi à diriger un rapport de stage scientifique.

BIBLIOGRAPHIE

Catherine Carras, Océane Gewirtz et Jacqueline Tolas, (2014), Réussir ses études d’ingénieur en français, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble

Ruoxuan Zhang

Etudiante chinoise Master 2 à l'Université Sorbonne Nouvelle (Paris 3), Spécialité 1 : Didactique du français langue étrangère et langues du monde; option A : recherche. Master 1 à l'Université Nice Sophia Antipolis, Spécialité : Didactique du Français Langue Étrangère, Seconde et Maternelle (FLESM)

More Posts