Langue et culture

L’étude d’une langue étrangère ne peut se satisfaire d’une approche uniquement technique et sémantique. L’étudiant atteindrait rapidement une limite de niveau qu’il ne pourrait dépasser. Ceci a été trop souvent le cas jusqu’à maintenant. Il y a dans l’apprentissage d’une langue bien plus que du vocabulaire et des formules à retenir. Afin d’atteindre un niveau satisfaisant dans l’apprentissage d’une langue étrangère, il faut pouvoir parvenir à « penser » dans cette langue. Et ceci ne peut s’acquérir que par l’étude approfondie de la culture du pays de cette langue.

Il faut également ne pas se borner à une définition trop restrictive du mot culture qui ne se limite pas aux savoirs littéraires et à la compilation des arts développés par ce pays. Il sera donc utile dans un premier temps de définir ce que l’on entend par culture et surtout l’aspect de celle-ci qui nous sera utile pour développer une didactique des langues utile aux étudiants.

Cette réflexion permettra ainsi à l’élève de dépasser les stéréotypes souvent appliqués aux pays étrangers et à sa façon de les imaginer. Une recherche sur sa propre culture, sur la vision qu’il s’est bâti lui-même de celle-ci, bref une vision autocritique l’aidera à surmonter ces idées reçues concernant un jugement de toute autre culture étrangère. La remise en cause des principes ayant dicté à la vision de sa propre culture lui permettra de favoriser une approche interculturelle constructive. Celle-ci peut être abordée de différentes façons pendant le cours mais elle doit dans tous les cas faire partie intégrante du cursus d’apprentissage d’une langue.

Afin de ne pas faire fausse route et ne pas se focaliser sur un aspect de la culture qui ne serait pas utile à l’apprentissage d’une langue étrangère, il est donc primordial d’en donner quelques définitions afin de distinguer les éléments qui seront utiles à prendre en compte dans cette approche didactique.

« La culture dite cultivée est relative aux œuvres de l’esprit, plus particulièrement celles produites par la littérature et les beaux-arts. C’est donc l’apanage de couches relativement réduites de nos sociétés » écrit Henri Besse ce qui rend cette notion de la culture peu utile pour l’enseignement et surtout la connaissance de l’autre. Cette connaissance trop figée de la culture étrangère ne favorisera pas toute seule la compréhension et la communication car elle ne donne pas à elle seule les clés de penser de l’autre.

La culture du quotidien est, elle, un ensemble de valeurs partagées qui s’étend au mode de vie, de s’habiller, de se nourrir par exemple.Et puis il y a la culture qui est un ensemble de façons de penser.

Ces définitions de la culture doivent aider l’étudiant à partir d’exercices à prendre de la distance avec sa propre culture et même à la juger. Ce travail est indispensable afin d’être capable d’accepter et de comprendre la culture de l’autre. Ces exercices doivent en quelque sorte l’aider à comprendre pourquoi il agit et réagit de cette façon à partir d’un legs culturel qui lui est propre. L’étudiant prendra peu à peu conscience de la non-universalité de sa culture propre.

Ce travail de dissection de sa propre culture et de celle de l’autre est important avant de tenter de les relier dans un processus dit « interculturel » : l’établissement de liens entre cultures différentes sera ainsi le but à atteindre.

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l’université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Les approches discursives de la culture-civilisation dans l’ouvrage LES DIMENSIONS CULTURELLES DES ENSEIGNEMENTS DE LANGUE

Dans le dernier chapitre de l’ouvrage Les dimensions culturelles des enseignants de langues, BEACCO lance des réflexions innovatrices sur les approches discursives de la culture-civilisation. Il souligne avant tout la relation entre la langue d’une communauté et sa culture, en considérant la langue comme un phénomène culturel. Il pense que tout type de lexique porte son identité culturelle. Étudier le langage aide l’apprenant à développer à la fois leur compétence langagière et culturelle. De plus, selon Beacco, il est possible de construire une méthodologie d’enseignement de culture-civilisation fondée sur la matière verbale, celle de discours. Donc dans le deuxième temps, il présente des multiples types de discours qui sont susceptibles d’influencer la modélisation des représentations sur le plan langagier, cognitif et culturel chez les apprenants. De ce fait, nous allons, à partir de ce deuxième point, étudier des stratégies dans l’enseignement culturel.

  1. La reconnaissance de la diversité du discours social

Selon Jacques Jenny, la classification du discours social contribue à produire, circuler, évoluer et articuler des pratiques sociales et les représentations collectives. Sept types de discours sont mis en page dans l’ouvrage de BEACCO. Le premier est les discours didactiques, qui concerne celui de l’enseignant et celui des manuels de langue. L’auteur pense que le discours de l’enseignant constitue la première forme discursive du savoir social. Les représentations qu’il produit ont une forte influence chez l’apprenant, mais il reste le plus méconnu. Quant au discours des manuels des langues, l’auteur pense que l’analyse ample et précise du discours culturel dans des manuels des langues conduit facilement à épingler à des approximations ou à des simplifications parfois curieuses.

Les discours de témoignage des acteurs sociaux interviennent aussi en classe de langues. Ces sujets sociaux sont souvent le témoin d’un événement, leur propos est donc proche de l’événement. Mais vue que l’affectivité portée sur le discours à la première personne, ce type de discours est donc susceptible d’aller au-delà du contenu explicite.

Le troisième est les « discours » de l’art et de la littérature. « La connaissance que la production artistique produit sur une société doit être tenu pour témoignage “pertinent et ambigu” à la fois (Vovelle, 1982) ». Cette production artistique peut être les chansons, les films, les arts plastiques et la littérature. Elle est prestigieuse et irremplaçable pour refléter la société.

D’autres discours sociaux sont respectivement les médias de masse, les sondages d’opinion, les rapports officiels et les discours des sciences sociales.

2. La typologie plus élaborée des discours sociaux

Vu que la catégorisation du discours social présentée ne force pas la nature ou ne fait pas de simple prétextes interchangeables à des activités pédagogiques, l’auteur propose donc, une méthodologie plus élaborée par rapport à l’enseignement culturel. Il distingue les discours en quatre types. 1) Les textes expositifs et non expositifs. Les textes expositifs désignent ceux qui constituent « des bilans systématiques de réalités sociales, des analyses suivies et ordonnées qui, (…) ont une forte prévisibilité formelle ou sémantique. » ; 2) les discours sociaux allusifs ou explicites. D’après Beacco, « tout document (…) qui ne joue pas sur la connivence entre le producteur et le récepteur est culturellement plus facile à interpréter que d’autres, au moins au niveau superficiel. » 3) la densité culturelle (la représentation complexe ou raréfiée de la réalité sociale) ; 4) l’interprétation de l’observable (le caractère interprété ou brut des données sociales).

Suite à ces différents discours sociaux, l’auteur pense que l’on peut réaliser un enseignement culturel par : « faire passer les apprenants de leurs représentations initiales, fermées ou spontanément affectivisées (compactes, raréfiées et brutes) à une prise de conscience la complexité des cultures-civilisations par la mise en place d’une compétence de repérage dans un milieu étranger non familier, au moyen de pratiques d’observation et de découverte prenant appui sur des documents issus des différentes formes discursives du savoir social, sollicités en classe en fonction de leurs caractéristiques cognitives et linguistiques. »

Références:

BEACCO Jean-Claude, Les dimensions culturelles des enseignements de langue, Hachette livre 2000.

Yiheng WANG

Étudiante ayant obtenue sa licence des Lettres Modernes à l’université de Limoges et actuellement en master 2 Didactique du Français Langue étrangère à P3, spécialité 1 , option A.

More Posts