Un terrain de recherche à multiples facettes

Dans le cadre de mon mémoire, portant sur les extraits linguistiques dans les manuels de FLE, je me suis constituée un terrain de recherche qui a (énormément) évolué entre la première rencontre avec mon directeur de recherche et maintenant, alors que je rédige mon travail.

Dans un premier temps, j’avais pensé me constituer un terrain exclusivement composé de manuels de langue que je pourrais analyser dans mon mémoire afin d’en tirer des éléments intéressants  que je pourrais compléter par divers ouvrages. Mais, je me suis très vite rendue compte, notamment grâce à mon directeur de mémoire, que cela ne serait pas suffisant !

En effet, un manuel est un outil mais aussi et surtout un moyen de véhiculer des idées et des représentations sur la langue, les locuteurs et la culture du/des pays dans laquelle elle est employée. Derrière cet outil se cachent des éditeurs. Ils font les manuels et à se titre, il est important (pour ne pas dire primordial) de leur donner la parole afin de comprendre comment, pourquoi ils créent ces manuels et pourquoi ils y insèrent tels éléments/documents/questions/activités plutôt que d’autres. Et dans le cadre de mon mémoire, ces questions étaient naturellement axées sur la question de la littérature plutôt que sur la grammaire, par exemple.

Comme je vous en avais fait part il y a un mois de cela, je suis allée à la rencontre des éditeurs lors du Salon Du Livre de Paris qui s’y tenait fin Mars. Depuis, un membre des éditions de Hachette FLE m’a recontactée par mail et j’ai eu la possibilité de lui poser toutes les questions souhaitées concernant ma problématique. Cela fut extrêmement enrichissant pour mon travail mais aussi d’un point de vue personnel.

Afin de faire également figurer « les pièces manquantes du puzzle » à mon mémoire, à savoir les apprenants et les enseignants, j’ai pris la décision de mettre en place deux questionnaires, un premier destiné aux apprenants et un second pour les enseignants afin de voir quelle vision ils ont des propositions littéraires qui sont faites dans les manuels de FLE généralistes (qui ne sont pas spécialisés en FLE), les attentes qu’ils en ont, l’usage qu’ils en font et comment ces manuels pourraient être améliorés selon eux.

Je profite de ce billet pour remercier très chaleureusement les étudiants de M2 qui ont gentiment accepté de prendre le temps d’y répondre !

Mon terrain de recherche se compose donc maintenant de cinq manuels de FLE  mais aussi d’échanges par mail avec un éditeur de manuels et de deux questionnaires, ce qui lui confère une dimension plus complète. De plus, il est extrêmement riche à exploiter !

Lien vers mon article sur le Salon du Livre  : https://arlap.hypotheses.org/8967

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique des langues et des cultures.

More Posts

MUNDOLINGUA, le musée des langues, du langage et de la linguistique

Les recherches menées dans le cadre de la rédaction du mémoire m’ont conduite à me questionner sur la façon d’aborder la linguistique avec des enfants : comment leur expliquer des phénomènes tels que l’origine des langues, la constitution des familles de langues, les liens qu’elles entretiennent les unes avec les autres, leurs évolutions, ou encore leur structure, leur fonctionnement.

Après avoir cherché – en vain – un ouvrage à destination de ce jeune public, je me suis orientée vers un lieu dont j’ignorais l’existence, espérant y trouver un ouvrage de linguistique à destination des enfants. Il s’agit du musée des langues, du langage et de la linguistique : MUNDOLINGUA http://www.mundolingua.org/. Situé dans le 6ème arrondissement de Paris, entre l’église Saint-Sulpice (dans laquelle vous pouvez voir des fresques de Delacroix) et le Sénat (aux séances duquel vous pouvez assister http://www.senat.fr/visite/visiter.html), il se trouve au 10 rue Servandoni.

Je m’y suis rendue le vendredi 5 mai aux alentours de 17h, et me suis vue chaleureusement accueillie par le fondateur du musée en personne, qui a pris le temps de m’expliquer le fonctionnement de ce lieu insolite dont la présentation se fait dans les six langues de l’ONU.

J’y ai passé deux heures – après avoir largement dépassé l’heure de fermeture annoncée – en ayant l’impression de n’avoir fait qu’effleurer les possibilités offertes par ce musée organisé en cinq espaces, cinq « continents ». Dans chacun des espaces sont présentés les langues, leur histoire, leur fonctionnement et leurs usages, sous différents angles : le langage et l’apprentissage dans les deux premières, les langues, l’usage de la langue et enfin les nouvelles technologies et la linguistique dans les trois autres.

Les deux premières salles se trouvent au rez-de-chaussée. On accède aux trois autres salles en empruntant un escalier escarpé qui me rappellera étrangement celui de la tour de Jean sans Peur http://www.tourjeansanspeur.com/ tant le concepteur du lieu s’est appliqué à conserver pierres et bois d’origine. On tombe sur le minuscule espace cinéma puis on bifurque sur la droite et on entre… dans une caverne. Celle des langues. Là se trouvent les salles consacrées aux origines des langues, sujet qui m’intéressait particulièrement, mais que j’ai délaissé pour me laisser prendre au jeu des jeux avec la langue et passer à côté de ma recherche initiale, oubliant définitivement les raisons qui m’avaient poussées jusqu’ici. Je vais devoir y retourner, en essayant de me concentrer davantage, maintenant que l’effet de surprise saisissant est passé.

Je vous invite toutes et tous à venir visiter ce lieu qui devrait pouvoir intéresser chacun.e d’entre nous, quel que soit le.s sujet.s de sa recherche. Vous raconter tout ce que j’y ai vu serait un peu comme vous raconter la fin de L’homme de Londres (Georges Simenon, 1934) dès le premier chapitre. Je vous laisse couvrir et découvrir l’endroit par vous-même.

Ce musée s’adresse aux 8-88 ans et n’est donc pas particulièrement destiné aux enfants – même si des visites de scolaires sont organisées, qui s’adressent plutôt au cycle 3 – mais j’y ai trouvé des réponses à mes questions et compte bien organiser une visite d’ici la fin de l’année avec le groupe d’élèves auprès duquel j’interviens depuis maintenant quelques semaines.

crédits photo : https://labdeslangues.blog/2016/12/23/mundolingua-le-musee-vivant-des-langues/ et www.mundolingua.org/

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts