Ouvrage sur la pensée de Saussure

Un ouvrage sur la pensée de Saussure est paru au mois de mars 2017 aux éditions Métis Presses, sous la direction de Claire Forel (Professeure associée de didactique des langues à l’Institut universitairede formaion des enseigantns (IUFE) et de linguistiques anglaise à la Faculté des lettres de l’université de Genève) et de Thomas Robert.

Intitulé Saussure. Une source d’inspiration intacte, il vise à proposer une vision exhaustive de la pensée saussurienne, et est susceptible d’intéresser tous les linguistes – mais pas seulement !

Voici la présentation de l’éditeur :

« L’œuvre de Ferdinand de Saussure est généralement associée au seul Cours de linguistique générale. Ce dernier lui vaut d’être considéré comme le père du structuralisme. Or un tel portrait du linguiste genevois s’avère réducteur. Non seulement la production saussurienne est bien plus vaste que le Cours de linguistique générale, mais son influence s’étend par-delà le structuralisme.

Saussure. Une source d’inspiration intacte s’attache à exposer les multiples facettes de la pensée de Saussure, rendant ainsi justice à l’ampleur de son héritage. En onze articles, une vue d’ensemble de l’œuvre du linguiste s’offre au lecteur. Ce dernier pourra ainsi constater que, loin d’être obsolète, la pensée de Saussure continue de soulever des questions fondamentales pour la linguistique et la pensée en général.

Une version numérique vient enrichir le contenu de ce volume en proposant de nombreuses reproductions de manuscrits saussuriens, ainsi que des documents multimédias.

Avec les contributions de : Valentina Bisconti, Davide Bruzzese, Giuseppe D’Ottavi, Rossana De Angelis, Luca Pesini, Fabienne Reboul, Thomas Robert, Estanislao Sofía, Pierre-Yves Testenoire, Anne-Gaëlle Toutain et François Vincent. »

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Résultats de la conférence de consensus sur la différenciation pédagogique

J’aimerais rebondir sur l’article de Laure, « être formateur fle en école d’ingénieur » pour revenir sur une notion évoquée : la différenciation pédagogique.

Les 7 et 8 du mois de mars de l’année 2017, l’Institut Français de l’Education (IFE) et le Conseil National d’Evaluation du Système Scolaire (CNESCO) ont organisé une conférence de consensus sur la différenciation pédagogique, afin de mettre au clair cette notion suffisamment floue pour être sujette à des interprétations contradictoires.

Différencier, est-ce individualiser l’enseignement ? Est-ce proposer des taches différentes ? Des taches identiques de niveaux différents ? Est-ce adapter l’évaluation ? Est-ce doser les exigences ? Demander moins à ceux qui ont moins ? Plus à ceux qui ont plus ? Est-ce créer encore plus d’écart entre les élèves ou au contraire permettre à tous de progresser réellement dans sa zone proche de développement (Vygotski, 1934) ? Permet-elle à tous les élèves d’apprendre ? De réussir ?

La conférence n’avait pas pour fin de répondre à la question de savoir ce que c’est que réussir. C’est entendu. Mais elle visait l’objectif de démêler la notion de différenciation pédagogique, d’en saisir les enjeux, d’en dessiner les contours, afin que les enseignants disposent – enfin – d’une idée claire de ce que recouvre cette notion. Elle tentait de répondre à la question : comment adapter l’enseignement pour la réussite de tous les élèves ?

Voici donc le lien vers les « recommandations du jury pour une différenciation pédagogique efficace orientée vers la réussite de tous les élèves » :

http://www.cnesco.fr/fr/differenciation-pedagogique/

Bibliographie :

Vygotski (Lev), Pensée et langage, Paris, La dispute, 1997 (édition originale 1934)

Magali Dermont

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts