Une entrée copieuse pour rassasier ma curiosité (II)

FORUM AFS Vivre, apprendre et innover ensemble

Le plat principal de la journée était annoncé pour l’après-midi : les ateliers. Juste après la copieuse entrée et le déjeuner organisé par la start-up Meet My Mama (des femmes au foyer issues des migrations ou réfugiées).

À 14h00, rendez-vous dans l’auditorium pour l’atelier Mobilité internationale : un moyen pour s’ouvrir à la citoyenneté mondiale, animé par Sébastien Thierry, directeur adjoint de l’agence Erasmus + France. Lors de l’atelier, des anecdotes, des expériences et des réflexions autour des points du guide des compétences transversales AKI (Acquis de la Mobilité Internationale) : l’ouverture d’esprit, l’adaptation au changement, la confiance en soi, le sens des relations interpersonnelles et le sens des responsabilités. De ces échanges, j’ai retenu ce que les expériences à l’étranger avaient permis de développer: la capacité à comprendre ce que l’autre veut dire, ce qu’il est en train de dire et ce qu’il a dans son cerveau et n’a pas dit. Ce dernier point m’a fait penser à l’écoute ‘avec nom de famille’ (cette écoute attentive que mobilise le chercheur dans les dialogues, dans les entretiens, dans ses observations). Et de ces récits de brassages culturels, on est passés au plurilinguisme.

Le second atelier de cet après-midi, Le plurilinguisme, une richesse dans la classe était animé par Mercè Bernaus, Professeure émérite de l’Université de Barcelone et Martine Kervran, Maître de conférence en Didactique des langues de l’Université de Bretagne Occidentale. Ces deux professeures ont une grande expérience de coordination de projets et de recherches sur le plurilinguisme et le pluriculturalisme. Leur objectif n’était pas de nous faire théoriser là-dessus, mais de nous proposer des activités à mettre en place afin de sensibiliser les élèves au plurilinguisme. Chacun a pu mettre en valeur sa ou ses langue.s et réfléchir sur la manière dont on apprend et enseigne les langues étrangères. Vers la fin de l’atelier, on s’accordait sur le fait que l’erreur majeure était de penser que pour apprendre la langue de l’école il faut gommer les autres langues parlées.

Ce plat principal m’a invitée à lire les ouvrages des deux spécialistes et leurs expériences dans les salles de classe. Même si ce n’est pas le sujet de ma recherche, les discussions sur l’intercompréhension et le plurilinguisme m’interpellent et en bonne gourmande, je vais essayer de rassasier ma curiosité dès que possible.

22 avril : samedi de l’ED 268

http://www.univ-paris3.fr/samedi-de-l-ed-analyse-de-pratiques-et-reflexivite-quels-objets-pour-une-recherche-en-didactique-des-langues–429924.kjsp?RH=1207746285942

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

13 avril 2017 : Valoriser et développer les outils autour des corpus dans une perspective didactique

http://www.univ-paris3.fr/4e-rencontre-valoriser-et-developper-les-outils-autour-des-corpus-dans-une-perspective-didactique-enhancing-and-extending-corpora-and-corpora-tools-for-learning-and-teaching–428802.kjsp?RH=1207746285942

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Il y a ceux qui parlent aux conférences et nous qui les écoutons

En tant qu’étudiants en master 2 je pense que nous commençons tous à nous rendre à de plus en plus de conférences et séminaires. Il y a parfois des doctorants qui y parlent, mais la plupart du temps ce sont des profs, des auteurs qui nous intimident et qui semblent vraiment au dessus de nous pauvres débutants dans le monde de la recherche.

Et bien contre toute attente j’ai le plaisir de vous annoncer que moi, petite étudiante en master 2, j’ai été invitée à prendre part à une conférence organisée par l’Ambassade de France en Australie et la Francophonie qui se déroulera en mai sur le thème « Qu’enseigne-t-on lorsqu’on enseigne le Français ? ».
J’y parlerai de mes recherches qui se focalisent sur les apports/effets de l’apprentissage du français en école bilingue d’immersion sur la compétence de lecture en anglais de petits australiens anglophones natifs. Apprendre le français dès la maternelle, ça leur apporte évidemment des connaissances en français mais…est-ce que c’est tout?

J’ai hâte de vous en reparler lorsque j’aurais plus de détails, j’avoue que cette nouvelle était vraiment un choc (j’étais invitée à l’Ambassade hier, assez intimidant!) mais un choc agréable.

Bon courage à tous les spectateurs de conférences comme moi, qui tôt (très tôt!) ou tard deviendront à leur tour, conférenciers!

Manon

Etudiante en Master 2 DFLE à la Sorbonne Nouvelle, en échange à Monash University, Melbourne, Australie. Mon mémoire s'intéresse aux effets de la bilitéracie en immersion choisie sur l'apprentissage de la lecture en L1, avec comme contexte de recherche les écoles bilingues français-anglais de Melbourne. Je suis en double-cursus et étudie également l'Astrophysique. J'ai une licence de Sciences du Langage / Enseignement du FLE.

More Posts