La précision du thème de mémoire

L’évaluation dans l’écrit scientifique en français : le cas des collocations transdisciplinaires du genre noms scientifiques + adjectifs d’évaluation dans les introductions et conclusions du Scientext.

Les collocations, mots mobilisés souvent ensemble posent beaucoup de problèmes aux apprenants non natifs du français sur le niveau de la production. L’une des productions que les apprenants non natifs faisant face est bien l’écrit scientifique. Ce denier comporte plusieurs genres de productions universitaires, tels que les dossiers, les notes de lecture, les rapports de stage et surtout les mémoires et les thèses.

Principalement, quand on parle de l’écrit scientifique, nous avons tous une impression sur son objectivité. Néanmoins, de plus en plus de chercheurs ont rendu compte que l’écrit scientifique, tout comme résultat des activités cognitives sur les faits scientifiques, n’est guère pur objectif. En revanche, nous pouvons toujours remarquer des traces qui mettent en évidence l’attitude de l’auteur. Globalement, nous avons trois notions concurrentes pour exprimer l’attitude de l’auteur. Dans la communauté scientifique anglophone, Martin et White (2005) ont proposé appraisal theory, Tompson et Hunson (20 pour évaluation and the stance dans l’écrit scientifique, quant à la communauté scientifique francophone, Chavez ( 2010), Tutin et Grossmann (2013) préfèrent de traduire la théorie de Tompson et Hunson en français par le positionnement. En particulier l’évaluation pour les fonctions réthoriques des adjectifs d’évaluation dans l’écrit scientifique (Tutin, 2010). Mon mémoire s’inscrit ainsi dans la domaine linguistique. Cependant, même les linguistiques ont des perspectives variées pour creuser des marqueurs qui permettent le positionnement de l’auteur. À titre exemple, Hyland (2001) s’intéresse à l’utilisation de la première personne du singulier dans l’écrit scientifique, Grossmann (2014) se penche davantage sur les verbes de constat, Tutin (2010, 2015, 2016) prête attention à aux collocations dans l’écrit scientifique.

Mon mémoire, traite les collocations transdisciplinaires regroupant les noms scientifiques avec les adjectifs d’évaluation dans l’écrit scientifique car leur apprentissage aide les apprenants non natif du français à mieux se positionner dans l’écrit scientifique.

Pour les traiter, je me suis recouru au corpus Scientext, expressément conçu par le laboratoire de Lingustique et de Didactique du Française Langue Étrangère et Maternelle (LIDILEM) de l’Université Grenoble 3-Stendhal, est pour objectif préparer un terrain aux linguistes en regroupant les écrits scientifiques en français et anglais afin de leur permettre de mener des recherches sur des spécificités linguistiques dans l’écrit scientifique. Ma méthodologie est par conséquent simple : fixer le corpus de l’écrit scientifique en français comme objet d’étude dans un premier temps, construire mon sous corpus avec deux parties textuelles : l’introduction et la conclusion et extraire des collocations dans un deuxième temps, classer les collocations retenues et comparer les différences entre des disciplines.

Le classement des collocations va se faire en adoptant la théorie de Cavalla et Tutin (2008) en deux points de vue:

À partir des adjectifs dans les collocations: deux niveaux de catégorisation sont mobilisés:  Le premier niveau classer les adjectifs en fonction de valeur axiologique et non axiologique. Le deuxième niveau consiste à sous catégoriser les adjectifs dans les deux classes selon leur fonction rhétorique tels que degré, comparaison, importance, complexité, nouveauté, temporalité et autre. Par la suite, les collocations vont être encore classer d’une troisième fois suivant les classes des noms scientifiques. Le modèle de Tutin ( 2007 ) sera mobilisé : les noms scientifiques transdisciplinaires peuvent être divisés en processus de l’activité scientifique comme “développement”, l’objet construction par l’activité scientifique comme “explication, synthèses”, l’observation de l’activité scientifique comme “réponse”, le supports de la rédaction scientifique comme “conclusion”, le caractérisation comme “manière”, la relation logique comme “raison, condition”.

Je suis reconnaissante de la pré-soutenance qui me permet de réfléchir plus profondément sur mon thème et surtout sur mon présentation orale : il me semble que j’ai encore des efforts à faire pour me progresser en prononciation du français.

▪ Cavalla, C., & Tutin, A. (2008). Etude des collocations évaluatives dans les écrits scientifiques. In Europhras2008. Helsinki, Finland. Consulté à l’adresse

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01099187

▪ Chavez, I. (2008). La démarcation dans les écrits scientifiques – Les collocations transdisciplinaires comme aide à l’écrit universitaire auprès des étudiants étrangers. Mémoire de Master Français Langue Etrangère Recherche, Université Stendhal-Grenoble3, Grenoble.

▪ Hyland, K. (2002). Authority and invisibility: Authorial identity in academic writing. Journal of pragmatics, 34(8), 1091–1112.

▪ Hunston, S., & Thompson, G. (2000). Evaluation in Text : Authorial Stance and the Construction of Discourse: Authorial Stance and the Construction of Discourse. Oxford University Press, UK.

▪ Martin, J., & White, P. (2007). The Language of Evaluation: Appraisal in English. Springer.

▪ Tutin, A. (2007). Traitement sémantique par analyse distributionnelle des noms transdisciplinaires des écrits scientifiques. In Actes de la 14ème conférence annuelle sur le Traitement Automatique des Langues Naturelles. Toulouse, France. Consulté à l’adresse  http://pro.aiakide.net/publis/2011TALNPaper-Falaise-Tutin-Kraif.pdf

▪ Tutin, A. (2010). Évaluative adjectives in academic writing in the humanities and social sciences. In R. Lores-Duenas, P. Mur-Duenas, & E. Lafuente-Milan (Éd.), Constructing Interpersonality: Multiple Perspectives on Written Academic Genres. Cambridge: Cambridge Scholars Publishing.

▪ Tutin, A., Grossmann, F., Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles . Saint-Martin-d’Hères, I., Laboratoire Langages, L., & Linguistique de corpus et de ressources numériques . Lorient, M. (2013). L’écrit scientifique: du lexique au discours. Rennes: Presses universitaires de Rennes.

▪ Tutin, A., & Kraif, O. (2015). Complex collocational patterns: the example of the emotion field in French. Présenté à « Collocations cross-linguistically », Cocolac, University of Helsinki. Consulté à l’adresse

http://blogs.helsinki.fi/cocolac-rc/seminar-collocations-cross-linguistically-on-may-8th/

▪ Tutin, A., & Kraif, O. (2016). From binary collocations to grammatically extended collocations: Some insights in the semantic field of emotions in French. In Collocations Cross-Linguistically.  Corpora, Dictionaries and Language Teaching, B. Sanroman Villas (ed) (p. 245266). Helsinki: Société Néophilologique.

▪ Tutin, A., Tran, T. T. H., Kraif, O., & Hatier, S. (2015). French collocations of cross-disciplinary scientific lexicon. Présenté à PARSEME 5th general meeting (COST action), Iași, Romania.

Yujing JI

M2 Didactique des Langues spécialité 1 option A

More Posts