Comment je suis arrivée à mon sujet de mémoire- « Plurilinguisme en France : le choix d’apprendre le français chez les apprenants FLE. »

La nuit, l’obscurité, le silence, un havre de paix…Dans le berceau du sommeil se trouve une jeune fille épuisée. Aucun mouvement d’elle. Comme une pierre pétrifiée. A l’aise, confortable, euphorique. Mais sur-le-champ, elle entend une voix de loin. Une brise dans son sommeil. C’est une réverbération des sons, non des mots. Elle se concentre. Est-il un monstre ? Un fantôme ? Elle est frustrée. Elle se focalise…oui ce sont des mots, mais qu’est-ce qu’ils disent… « le sujet du mémoire, le sujet du mémoire, nous espérons que vous avez décidé le sujet de votre mémoire… !!!! » Ses yeux sont ouverts maintenant, elle est hantée par des vagues des mots qui ne cessent pas à monologuer son esprit même quand elle dort.

L’étape la plus importante mais ce qui est aussi la plus difficile et frustrante est celle de trouver un sujet de mémoire qui vous plait. C’est primordial de trouver un sujet avec le on va « vivre » pendant 6 mois. C’est comme un petit monstre de stresse qui est à côté de nous tous le temps. Il nous suit où on va. Il frappe incessamment sur la porte de notre cerveau et notre conscience. Donc il faut choisir un monstre qu’on peut le tolérer. Ce monstre de mémoire m’a torturé pour longtemps, plus précisément, depuis le début du semestre.

Dès le premier cours de M2, ont débuté les questions sur le sujet de mémoire. Lorsqu’ils nous ont interrogés pendant les cours, la plupart des gens avaient déjà décidé leur sujet et même le titre de la mémoire. C’était Impressionnant !! Mais ce n’était pas le cas pour moi, parce que j’étais, sans sujet ni même le titre. Par la suite, j’ai amorcé une quête de recherche pour mon sujet de mémoire. J’ai beaucoup concentré sur les thèmes abordés pendant les cours. A chaque fois qu’un champ notionnel a attiré mon attention, je l’ai gribouillé dans mon carnet. Pendant les colloques, le thème de neuroscience et la linguistique m’ont captivé. Qui suivit était un mois de recherche sur la neuroscience et sa relation avec la langue. Evidemment, je suis tombée dans un aven du monde de la neurolinguistique, psycholinguistique, linguistique évolutionnaire et même bio linguistique…Aie aie aie !!! J’ai vite abandonné cette idée.

Ensuite, je me suis mis sur la lecture du Colloque Diltec 2012. Cette fois, j’ai canalisé mon attention sur le thème de sociolinguistique. J’ai trouvé des idées assez pertinentes et je les inclus dans mon cahier d’essais pour le mémoire. Enfin j’ai cohéré mes notions vagues et les présenté à ma directrice de recherche. Une notion était acceptée ! Et voici ce qui c’était : « Plurilinguisme en France : le choix d’apprendre le français chez les apprenants FLE. »

Pourquoi ce sujet ? Alors, tout d’abord, le plurilinguisme est un phénomène mondial qui est en train de se répandre au moment même où nous parlons. C’est un moyen important d’explorer des compréhensions, vues et perceptions différentes dans le monde à travers de nouveaux mots. Les structures et les expressions des différentes langues cartographient les expériences et les compréhensions du monde par des façons différentes. C’est en reconnaissant l’existence de ces différences que de nouvelles connaissances et rêves deviennent possibles. C’est le privilège de l’enseignement des langues d’être en mesure de partager ces différences avec les apprenants de la langue, afin de leur permettre de voir plus que leur propre « monde» et de prospérer dans le monde.

Selon le recensement de 2015/2016 par Projet Atlas, il existe 309.642 étudiants étrangers en France. Les premiers pays d’origine étant le Maroc, la Chine, l’Algérie, la Tunisie et l’Italie. Les citoyens de ces pays sont déjà bilingues ou plurilingue. En conséquence ceux qui viennent en France en tant qu’apprenant de FLE, le français est leur langue seconde ou troisième.

Par conséquent l’objectif de ma recherche sera :

  • De découvrir les parcours linguistiques des apprenants étrangers de FLE.
  • D’éventer leur biographie langagière.
  • De comprendre la raison pour choisir le français.
  • Enfin de dénicher ce que le plurilinguisme leur apporte.

Ces objectifs seront atteints en interviewant une vingtaine des apprenants étrangers de FLE ici à Paris. Ensuite, les entretiens seront analysés et puis une conclusion sera formulée.

Même s’il m’a fallu trop de temps pour bien préciser mon sujet de mémoire, je suis trop contente de mon choix.

 

Bibliographie :

  • Josephine Moate; What is the value of plurilingalism ?; http://www.kieliverkosto.fi/article/what-is-the-value-of-plurilingualism/
  • Project Atlas; International Students in France; http://www.iie.org/Services/Project-Atlas/France/International-Students-In-France#.WFqkOPnhDIU

Javeria

Etudiante en M2 Didactique de Français Langue Etrangère, Sorbonne Nouvelle.

More Posts

Follow Me:
Facebook

L’éducation bilingue en France

Sous la direction de Christine Hélot (U. de Strasbourg) et de Jürgen Erfurt (U. de Francfort) :
L’éducation bilingue en France
Politiques linguistiques, modèles et pratiques

Un ouvrage de référence réunissant plus de 50 contributeurs :
Catherine Adam, Mehmet Ali Akinci, Sophie Alby, Frédéric Anciaux, Alexandrine Barontini, Joël Bellassen, Sandra Belondo, Britta Benert, Seta Biberian, Marion Blondel, Sandrine Burgat, Ronan Calvez, Marisa Cavalli, Claire Colombel, Claude Cortier, James Costa, Jean-Baptiste Coyos, Jim Cummins, Régine Delamotte, Alain Di Meglio, Anaïd Donabédian, Jean Duverger, Jürgen Erfurt, Pierre Escudé, Véronique Fillol, Brigitte Garcia, Ofelia García, Christine Hélot, Adelheid Hu, Dominique Huck, Georg Kremnitz, Christian Lagarde, Foued Laroussi, Fabienne Leconte, Isabelle Léglise, Élise Leroy, Fanny Limousin, Joanna McPake, Sossé Manakian, Liao Min, Valelia Muni Toke, Mirose Paia, Laurent Puren, Diana-Lee Simon, Reseda Streb, Sophia Stratilaki, Sarah Suhaste, Frédéric Tupin, Jacques Vernaudon, Constanze Weth, Sylvie Wharton.

Principaux mots clefs : Alsace, arabe maghrébin, arménien, basque, berbère, breton, catalan, chinois, corse, flamand, gallo, guadeloupe, guyane, langues d’Afrique, langues de la migration, LSF, lycées franco-allemands, Mayotte, Nouvelle-Calédonie, occitan, Polynésie française, Réunion, sections binationales, AbiBac, BachiBac, EsaBac, Sections internationales européennes et orientales, turc.

http://www.lambert-lucas.com/l-education-bilingue-en-france

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Nouveautés chez EME éditions

 

Cahiers de linguistique

Revue de sociolinguistique et de sociologie de la langue française

SOCIOLINGUISTIQUE ET ÉDUCATION
Contribution au repérage du champ avec exemples de diversités linguistiques sur des terrains variés – (2015 – 41/2)
Numéro coordonné par Philippe Blanchet
Revue : Cahiers de linguistique n° 41
Au sommaire : Présentation : ce que l’étude de la diversité sociolinguistique apporte à l’étude de l’éducation aux langues, en langues et par les langues (Philippe BLANCHET) / La diversité linguistique à l’école. Éveil aux langues ou pédagogie « critique » du plurilinguisme ? (Christine HÉLOT) / Le poids des représentations dans l’utilisation des langues par des enfants bilingues (Estela KLETT).

(Coll. Cahiers de Linguistique, 25 euros, 180 p., février 2016) EAN : 9782806632142
EAN PDF : 9782806650382  

LANGUES MINORITAIRES EN CONTEXTE PLURILINGUE FRANCOPHONE
Mélanges en hommage à Ahmed Boukous – (2016 – 42/1)
Sous la direction de Marielle Rispail et Leila Messaoudi
Revue : Cahiers de linguistique n° 42
Les Cahiers de Linguistique, qui poursuivent le travail éditorial entrepris depuis 1972 par les Cahiers de l’Institut de Linguistique de Louvain, sont désormais plus spécifiquement consacrés à l’étude des rapports entre une langue dans sa variation – le français – et la société ou, plutôt, les sociétés où elle est employée, dans des contextes toujours plurilingues.(25 euros, 286 p., octobre 2016) EAN : 9782806635778
EAN PDF : 9782806650634  
HÉTÉROGÉNÉITÉ ET CHANGEMENT : PERSPECTIVES SOCIOLINGUISTIQUES
Actes du 2ème congrés du réseau francophone de sociolinguistique, Grenoble, 10-11 juin 2015
Sous la direction de Marinette Matthey et Agnès Millet
Revue : Cahiers de linguistique n°2016/422 

(Coll. Cahiers de Linguistique, 25 euros, 240 p., janvier 2017) EAN : 9782806635853
EAN PDF : 9782806650696  

 

Dialogues et cultures

« Dialogues et cultures » est une des revues de la FIPF, qui inscrit l’interculturalité au cœur de ses publications. Son premier rôle est de rapprocher les professeurs de français du monde entier et de les amener à échanger dans des domaines qui les concernent : la langue française, les littératures et les cultures francophones. Il s’agit surtout de promouvoir des innovations et des partenariats en didactique du français. Tous les contextes seront envisagés : ceux où le français est la langue première des locuteurs, ceux pour qui il est manifestement une langue étrangère, mais aussi ceux, nombreux, pour qui il est langue seconde et/ou langue de scolarisation.

 

POLITIQUES LINGUISTIQUES ET ENSEIGNEMENT-APPRENTISSAGE DE FRANÇAIS : QUELLES PERSPECTIVES POUR LA PLURALITÉ LINGUISTIQUE ?
Fipf (Fédération Internationale des Professeurs de français – 2016)
Revue : Dialogues et cultures n° 62
Revue de la Fédération internationale des professeurs de français.

(20 euros, 192 p., août 2016) EAN : 9782806635709
EAN PDF : 9782806650573  

 

Le Discours et la langue

Revue de linguistique française et d’analyse du discours, qui diffuse des travaux menés en français et sur le français dans le cadre de l’analyse linguistique des discours. Elle privilégie les contributions qui s’inscrivent dans le cadre des théories de l’énonciation et/ou articulent analyse des marques formelles et contexte socio-discursif.

GENRE ET DISCOURS RAPPORTÉ EN FRANÇAIS MÉDIÉVAL
Tome 8. 1 (2016)
Numéro coordonné par Juan Manuel Lopez Munoz et Sophie Marnette
Revue : Le discours et la langue n° 8
Au sommaire : Le discours rapporté en français médiéval au prisme du genre – Juan Manuel Lopez Munoz, Sophie Marnette / Polylogues masculins et polylogues féminins dans la littérature médiévale – Corinne Denoyelle / Rapporter le discours des femmes : les stratégies discursives des personnages féminins dans le Lancelot en prose – Yasmina Foehr-Janssens / Stratégies discursives dans l’oeuvre de Christine de Pizan – Carin Franzen / Rapporter au féminin au Moyen Âge : formes distinctes ou continuum ? – Sabine Lehman…

(25 euros, 190 p., juin 2016) EAN : 9782806635624
EAN PDF : 9782806650528  

 

Le Langage et l’Homme

« Le Langage et l’Homme » est une revue aujourd’hui consacrée à la didactique du français. Elle entend promouvoir des innovations et des partenariats, et diffuser des recherches et des outils dans ce domaine.

AFFECTS ET ACQUISITION DES LANGUES
2015 – 50.2
Revue : Le Langage et l’Homme n° 502
Françoise BERDAL-MASUY et Jacqueline PAIRON — Présentation du dossier / Marion BOTELLA — Les émotions en psychologie : définitions et descriptions / Laurence METTEWIE — Apprendre la langue de « l’Autre » en Belgique : la dimension affective comme frein à l’apprentissage / Christian PLANTIN — Paura, emozione, passione, sentimento : étude de la contagion émotionnelle d’après le Dizionario Combinatorio Italned / Fabienne BAIDER et Maria KOUNOUNI — Autobiographies langagières, textes réflexifs…

(Coll. Le Langage et l’Homme, 25 euros, 204 p., janvier 2016) EAN : 9782806635600
EAN PDF : 9782806650344  

REPRÉSENTATIONS DU FRANÇAIS ET MOTIVATIONS DES ALLOPHONES À L’APPRENDRE ET À L’ENSEIGNER
2016 – 51.1
Geneviève Géron, Jean-Marc Defays
Numéro coordonné par Jean-Marc Defays et Geneviève Geron
Revue : Le Langage et l’Homme n° 511
Jean-Marc DEFAYS – Motiver sans contraindre, séduire sans manipuler / Laura ABOU HAIDAR et Sandrine COURCHINOUX – Formations scientifiques et langues dans l’enseignement supérieur français. Représentations et usages / Souad BENABBES – Evolutions des représentations culturelles des étudiants algériens spécialisés en FLE / Karine BOUCHET, Nian LIU et Chantal PARPETTE – Préparation à la mobilité étudiante vers la Frane: motivations et besoins en français sur objectif universitaires / Afaf BOUDEBIA-BAALA – Le français et les langues de l’école en Algérie : de l’analyse des représentations des apprenants du primaire au développement d’une compétence plurilingue et pluriculturelle / Alice BURROWS – Interpréter la représentation ? Les enjeux d’un décentrement idéologique.(Coll. Le Langage et l’Homme, 25 euros, 228 p., septembre 2016) EAN : 9782806635723
EAN PDF : 9782806650597 

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Soutenance de thèse : le contexte en didactique des langues

Soutenance de la thèse dirigée par Valérie SPAËTH de Fanny Dureysseix le 10 janvier 2017 à 15 h 30 à la Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle Athéna – 4, rue des Irlandais 75005 Paris

 

Composition du jury :

Mme Margaret BENTO, Professeure des universités – Université Paris Descartes, Paris 5; Mme Cristelle CAVALLA, Maître de conférences/HDR – Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3; Mme Martine DERIVRY-PLARD, Professeure des universités, Université de Bordeaux, Espe; Mme Valérie SPAËTH, Professeure des universités, Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3; Mme Cécile VIGOUROUX,Professeure des universités, Simon Fraser Université, Vancouver

Résumé

Des politiques linguistiques et éducatives aux conditions d’enseignement / apprentissage des langues : quelle(s) approche(s) du contexte ? Le cas de la nation angolaise

L’Angola est un contexte encore relativement méconnu quelque soit la discipline en sciences sociales. Pour la didactique des langues et des cultures, cette situation de départ prête à questionner l’approche – ou les approches – à adopter pour mener la recherche. Cette thèse propose de vérifier la pertinence d’une approche plurielle faisant appel à l’histoire et à deux grands axes de travail : l’axe diachronique-synchronique et l’axe micro-macro. L’objectif majeur est de mettre à profit cette approche pour : (1) pallier le manque de données indispensables à la compréhension de la singularité du contexte sociolinguistique contemporain et au développement de politiques linguistiques et éducatives adaptées ; (2) déterminer de manière historicisée les caractéristiques du système éducatif et de la culture éducative actuels ; (3) proposer des pistes d’application pour améliorer les conditions d’enseignement / apprentissage en langue et des langues. La première partie de cette thèse explicite les objectifs et les hypothèses de recherche (chapitre 1), expose les éléments généraux concernant le contexte national (chapitre 2) puis les concepts mobilisés pour la réflexion et l’analyse (chapitre 3). La seconde partie fournit des éléments descriptifs, explicatifs et analytiques jusqu’alors inédits concernant le contexte de cette recherche : un cadre historique (chapitre 4), un cadre sociolinguistique (chapitre 5) et un focus construit autour de la langue française en Angola dont découle une réflexion plus générale sur le système éducatif public contemporain (chapitre 6). À partir de l’analyse de trois corpus didactiques sélectionnés à partir de leur date de production (1962, 1980 et 2005), la troisième partie permet de mettre à profit les apports des deux premières parties pour effectuer une analyse de corpus historicisée visant à mettre au jour les caractéristiques de la didactisation en fonction des époques et les traces de ce processus dans les productions didactiques contemporaines.

Mots-clés : historicité, contexte, politiques linguistiques et éducatives, globalisation, Angola

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Les carnets et leur utilité dans la recherche

 

Dans le monde de la recherche en général, et celui des études en particulier, on est amené à traiter toute sorte de thématiques.  Chez l’étudiant, c’est le projet de fin d’études qui symbolise le couronnement de son cursus universitaire. Ceci est le fruit d’un dur labeur et des mois de recherches théoriques et de pratiques sur le terrain pour parvenir à produire un travail de qualité.

Plusieurs outils sont à la disposition de l’étudiant chercheur. Ce qui nous intéresse ici, c’est l’utilité des carnets. Toutefois, il est indispensable de définir ce qu’on veut dire par « carnet » et de préciser qu’il en existe plusieurs.

Le carnet est souvent utilisé lors des enquêtes effectuées sur le terrain où « l’enquêteur » se doit de relevé des informations qui l’intéressent dans sa recherche et qui apportent de nouveaux éléments à son compte rendu. Toute forme d’informations est à prendre au sérieux puisqu’il est important de se faire à l’idée que tout peut servir, d’une manière ou d’une autre.

Bruno Latour présente alors quatre sortes de  carnets qui sont, selon moi, complémentaires et suivent un ordre bien logique.

Le carnet de bord est le premier carnet à être mentionné par l’auteur et qui ressemble à un agenda qui suit le chercheur depuis le début de son enquête sur le terrain. Le second étant celui de la collecte d’information et de son organisation. Il s’agit de classer les données en ficher et sous-ficher afin de mieux se repérer. Le troisième carnet se focalise notamment sur l’écriture où les mots deviennent des phrases et les phrases deviennent une concaténation de paragraphes portant des idées cohérentes. Pour finir, le dernier carnet est plutôt un récapitulatif de ce que les autres carnets contiennent et de ce fait, se permet de vérifier certaines informations et leurs impacts sur notre recherche. Il s’agit d’un compte rendu qui résume notre enquête.

Pour ma part, j’ai eu affaire à ce type de pratiques lors de mon mémoire de master en Didactique de la traduction que j’ai obtenu en 2014. Mais étant donné du caractère très théorique de ma recherche. Je n’ai eu que des mini-enquètes et qui ne m’ont pas menées à grande choses. Cela dit, j’ai senti la nécessité d’utiliser des fiches pour collecter efficacement les informations dont j’avais besoin. Le principe était de consulter des livres de spécialité et d’emprunter les données utiles à ma recherche.

Comment ?

Lorsque je me trouvais devant un énoncé qui m’intéressait, je faisais une fiche comportant les données suivantes :

  • Titre du livre :
  • L’auteur :
  • L’énoncé qui m’intéresse :
  • Reformulation :
  • Dans quelle partie de ma recherche j’en aurai besoin :
  • Page du livre où figue l’énoncé :

C’est une pratique comme une autre que j’ai apprise au cours de l’un de mes enseignements qui s’intitulait « méthodologie de recherche et de documentation ».

Prêche pour la paroisse étymologique

Merci à Frédérique Aiddid (M2 DFLE Spécialité 2) qui est à l’origine de ces réflexions

bougie

Si le plurilinguisme est généralement valorisé aujourd’hui, toutes les langues ne bénéficient pas du même capital en termes de prestige social.

Les langues arabes, et particulièrement l’arabe maghrébin qui est dans une situation de diglossie dans plusieurs pays du Maghreb, ne sont pas seulement mises au ban d’un enseignement formel. Elles sont souvent aussi interdites dans la classe et l’école, contraintes de circuler en cachette dans les couloirs et absentes de l’espace public en France.

Cette mise au ban dans le contexte post-colonial contemporain participe à perpétuer une violence psychique qui finit par faire intégrer à celles et ceux qui la subissent que la langue qu’ils/elles parlent est une langue inférieure.

Dans le quotidien de la classe, pourtant, beaucoup de matières enseignées à l’école élémentaire peuvent donner lieu à des valorisations de la langue arabe qui, derrière l’anglais et l’italien, est la troisième source d’emprunt de la langue française.

La classe de français, mais aussi de mathématiques ou d’autres disciplines encore peut être l’occasion de mettre en valeur la langue arabe à travers un travail sur l’origine des termes. D’abricot à zéro en passant par algèbre, algorithme, nénufar, sarbacane, magasin, etc., la langue française compte deux fois plus de mots d’origine arabe que d’origine gauloise !

Pour approfondir le sujet, voir le Dictionnaire des mots français d’origine arabe de Salah Guemriche (Editions du Seuil, coll. Points, 2007).

Laure Garnier

M2 Didactique des langues, Paris 3

More Posts

Un allié de taille pour rédiger mon mémoire : Umberto Eco

Il y a quelques semaines, en déambulant dans une librairie, je suis tombée sur un ouvrage intitulé  Comment écrire sa thèse d’Umberto Eco. En le feuilletant, et en m’attardant sur la table des matières, je me suis très vite rendu compte qu’il serait un allié de choix pour la rédaction de mon mémoire.

En effet, l’ouvrage comporte sept grandes parties qui sont :

I) Qu’est-ce qu’une thèse ? A quoi sert-elle ?
II) Le choix du sujet
III) La recherche du matériau
IV) Le plan de travail et les fiches
V) La rédaction
VI) La rédaction définitive
VII)  Conclusions

Le livre reprend point par point les étapes essentielles à la constitution d’un mémoire (un mémoire est en quelque sorte une petite thèse, n’est-ce pas ?), du choix du sujet à la rédaction définitive. Il reprend les principaux pièges à éviter et répond à des questions que nous nous sommes tous au moins posés au moins une fois depuis que nous avons entamé notre travail de recherche.

Cet ouvrage est donc un véritable outil méthodologique auquel nous avons avoir recours tout au long de notre recherche. Il est possible de se référer uniquement aux parties ou sous parties qui nous intéressent. Le livre m’aide régulièrement, lorsque je me pose des questions sur mon travail et mon sujet de mémoire. C’est pourquoi, je souhaitais vous faire découvrir ou redécouvrir cet ouvrage qui m’est devenu indispensable.
Référence : Umberto ECO, Comment écrire sa thèse, Flammarion, 1985

Justine Dumaine

Diplômée d'une licence en Sciences du langage mineure FLES à Paris 3 et titulaire d'un Master 1 en Didactique des langues, je suis actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde.

More Posts