L’apprentissage et le numérique

Avis à tous les Arlapiens désirant assister à une conférence sur le numérique en didactique.

Je vous informe que l’Institut Catholique de Paris organise une conférence autour de la relation aux savoirs et aux apprentissages à l’épreuve numérique, le mercredi 18 Janvier 2017 de 17h30 à 19h.

L’invité spécial est le psychiatre et psychanalyste français Serge Tisseron. L’entrée est gratuite, venez nombreux !

Je vous invite à regarder sa vidéo sur la culture numérique ci-jointe:

Pour plus de renseignements, veuillez consulter le lien ci-dessous:

https://www.eventbrite.fr/e/billets-la-relation-aux-savoirs-et-aux-apprentissages-a-lepreuve-du-numerique-27429391047?aff=es2

 

 

 

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

L’audiovisuel dans l’apprentissage du FLE

programme-3is-classe-prepa Dans tous les systèmes éducatifs, l’ouverture sur le monde et sur les autres cultures est l’un des soucis  majeurs des pédagogues et didacticiens. Le constat est nettement visible lorsqu’il s’agit de focaliser sur l’apprentissage des langues étrangères. Concernant le Maroc, le français est intimement lié aux modes d’expression utilisés dans la plupart des domaines et des activités auxquelles une bonne partie des marocains se livrent chaque jour. Depuis l’indépendance, notre enseignement a fait du français une base incontournable et un outil d’apprentissage qui favorise l’acquisition du savoir et au même temps l’interaction entre la culture matrimoniale et la culture de l’autre. Cela explique partiellement l’intérêt accordé à la langue française et la place de choix qu’elle occupe dans notre système éducatif.

Toutefois, le processus de l’apprentissage de cette langue a souvent rencontré des obstacles qui au fil du temps prenne des proportions allant jusqu’à créer des situations de crise car à chaque fois les programmes adoptés et les stratégies appliquées ne sont pas adaptés à la réalité du public cible. Pour dépasser ce malaise, plusieurs initiatives ont été entreprises  pour faciliter la maîtrise de cette langue et motiver les apprenants à s’y intéresser et à en faire un outil de prédilection susceptible de leurs permettre l’accès à des horizons nouveaux.

L’évolution des méthodes et des approches suivies a abouti à l’adoption de nouvelles techniques, notamment l’intégration de l’audio-visuel dans l’apprentissage de la langue française entant que langue étrangère par opposition, bien entendu, à la langue maternelle qui est censée être privilégiée parce qu’elle détermine notre identité.

Ce changement de cap incite à se poser des questions dans le dessein d’éclaircir l’apport qualitatif de l’audio-visuel en matière de l’apprentissage du FLE.

Ainsi, on peut se demander :

  • Comment l’audio-visuel peut-il permettre à l’apprentissage de tisser un lien solide avec le français ?
  • Quels supports faut-il mettre en œuvre pour consolider ce lien ?
  • Dans quelles perspectives le choix des supports est-il adapté aux attentes du public visé ?

Ces questions émanent d’un constat qui fait l’unanimité et selon lequel l’audio-visuel est devenu la plaque tournante qui fait tourner le monde. On peut supposer que l’engouement pour les nouvelles technologies exprimées par les générations actuelles est une occasion dont il faut exploiter toutes les ramifications pour rapprocher les apprenants de la langue française et diversifier les méthodes considérées jusqu’au là classiques voire même archaïques.

Le choix de l’audio-visuel serait un outil d’une valeur inestimable si l’on tient à en faire un bon usage.

Bibliographie:

 

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

L’écho de l’écoute.. Cette voix !

ivan-ecouteLa notion de l’écoute est omniprésente dans la didactique des langues et demeure la pierre angulaire de toute action pédagogique. Se fixer comme objectif d’amener un public  d’apprenants à s’approprier la notion de l’écoute, notamment l’écoute active, n’est pas une mince affaire. En effet, parvenir à ce dessein stipule la réunion effective d’un ensemble d’outils susceptible dont favorise l’aboutissement. De ce fait, le souci qui doit animer tout enseignant est de s’ingénier à concevoir une manière de captiver l’attention de l’apprenant, de l’aider à développer cette capacité afin de réaliser la finalité attendue.

A la maison de recherche, on était là… En train de construire une, des écoutes !

C’est à cet endroit, et plus précisément la salle Claude Simon, où la journée d’étude «  Expériences d’écoute : Pratiques et théories en didactique des langues et des cultures »  a été organisée par Nathalie Borgé, Carla Campos Cascales, Charlotte Guennoc et Monsieur Serge Martin.

Mme Valérie Spaëth a inauguré cette journée centrée sur l’écoute. Ensuite, il y avait un échange sous forme d’ateliers de communication avec Mme Molinié et une rencontre-débat avec Malika Ferdjoukh durant toute la matinée.

Après la pause déjeuner, nous avons réactivé notre écoute avec Ivan Jimenez Garcia, professeur en danse et littérature et maître de conférence en espagnol à l’université de Créteil.

Muni de son sablier pour contrôler le temps, il a remercié d’abord le professeur Serge Martin pour son invitation qu’il estimait chaleureuse. Ensuite, il nous a demandé de nous mettre debout puis d’écouter un extrait d’une dance théâtrale et de dire trois mots qui résument ce qu’il évoque par rapport à l’écoute. On n’en a pas discuté que vers la fin de sa communication.

Ensuite, Il nous a fait part d’une réflexion importante sur l’écoute comme étant une intersubjectivité par les signes et par les langues que Roland Barthes dénomme « l’écoute de l’implicite et de l’inconnu ». Puis, il nous a parlé de l’apport de l’injonction dans la pratique de l’oral.

Ce qui était si impressionnant c’était son appel à notre participation dans des expériences d’écoute. Prenant l’exemple de la seconde expérience qui partait du principe suivant : Faire passer un paquet rempli de papiers de toute sorte (des pétales, formes d’oiseaux et du papier cadeau) et demander à quelqu’un de chanter en sa langue maternelle en faisant des mouvements avec ces feuilles. Deux participantes ont accepté de chanter des comptines en espagnol et en Ourdou. Le but de cette expérience était de mieux comprendre la notion de la corporéité qui rassemble le corps et sa dynamique.

Dans la même perspective, il nous a invités à vivre une troisième expérience d’écoute basée sur la marche à laquelle j’avais participé en compagnie de deux autres personnes. La règle du jeu était de marcher les trois, l’un derrière l’autre, se concentrant uniquement sur le bruit de ses pas. Les conclusions qu’il a pu tirer de cette expérience c’est que nous n’avions pas le même rythme de marche et qu’il n’y avait pas de synchronisation au niveau des mouvements.

De surcroît, on a assisté à la table –ronde avec les anciens étudiants M2, dont les uns sont à présent en cycle doctoral, portant sur la recherche et plus particulièrement sur l’écriture d’un mémoire et son rapport avec la question de l’écoute.

La journée a été clôturée avec un spectacle de théâtre partagé, présenté par l’acteur Simon Copin et Charlotte Guennoc,  où nous étions perdus dans les ténèbres absolues en continuant à suivre la voie de sa voix.  

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

À l’écoute des voix

Un étudiant en master de recherche sollicite un rendez-vous à son directeur de mémoire à propos de son sujet. Le professeur l’accepte volontiers, mais (un « mais » inévitable) sous la condition de lui proposer tout d’abord quelque chose par écrit. Il a tout à fait raison – cela lui permettra de réagir et d’avancer la réflexion de l’étudiant. L’étudiant ne s’attarde pas et fait soigneusement le résumé de son sujet. Piquer la curiosité et l’intérêt, être assez original. En fait, donner envie au professeur de suivre un masterant tout au long d’un pèlerinage – la rédaction du mémoire. Bref, il lui envoie sa proposition. Pas de réponse toute la journée. Gentille madame Panique  frappe à la porte. « Allez, entrez ! » Ces situations sont inimaginables sans vous…

Finalement ! La réponse ! Non, encore pire… L’étudiant est saisi par l’angoisse. Presque paralysé.

Voix de panique : « Je l’ouvre ou pas ? Et si la réponse est négative ? Si ça ne lui plaît pas ? Qu’est-ce que je ferai ?»

Voix apaisante : « Tout d’abord, calme-toi ! Un directeur de mémoire est toujours là  pour les étudiants comme toi. Il va t’orienter et te remettre sur le bon chemin. Mais, tu as fait quand-même un effort énorme… »

Voix de panique : « Oui, je l’ai fait, c’est vrai. Mais, en ce moment, ça ne dit rien. »

Voix apaisante : « Allez, ouvre-le, qu’est-ce que tu attends ? »

Voix de panique : « Franchement, je m’attends à une bonne nouvelle, mais je le redoute à la fois. »

Voix apaisante : « Ce n’est pas la première fois que tu reçois un courriel important, n’est-ce pas Madame Crainte? Allez, ouvre-le ! »

L’étudiant ferme les yeux, respire profondément et clique vite. Enfin, ce n’était pas tellement difficile.

« Cher étudiant,

Votre sujet m’intéresse. Le rendez-vous – dimanche, 19 h au Musée de l’art.

Bonne soirée

TD »

« Uuuhhhh, quel soulagement ! Ça y est ! », poussa un cri de joie la Voix de panique.

Voix apaisante : « Le rendez-vous au musée ??? Quel prof bizarre ? Tu t’y connais en art ? Tu es prêt d’en discuter ? Au moins, tu es au courant de l’exposition actuelle ?»

Voix de panique : « Ooooohhh, noooon, tu sais déjà que je ne suis pas accro à l’art. Attends, tout d’abord le mémoire. J’ai l’impression que mon sujet est encore flou… Je vais commencer par où ?

Le cœur commence à battre fort. On a oublié Gentille madame Panique… Elle attend avec patience son tour.

Voix apaisante : « Arrête de paniquer tout le temps ! Gentille Madame Panique, merci de nous avoir rendu visite. Il est temps que vous partiez. Au revoir ! À la prochaine ! »

Voix de panique : « En fait, je ne suis pas sûr si mon sujet est pertinent… J’ai fait une hypothèse en m’appuyant sur mon expérience. Et si cette hypothèse n’est pas valable à tout le contexte… ? »

Voix apaisante : « Oh là là là… Quel délire ! Allez, raisonne un peu ! C’est le but de mémoire, de vérifier et de confirmer ou pas l’hypothèse. Il faut commencer d’abord par ce que tu connais déjà et puis aller plus loin. C’est une vraie recherche. Tu as un point d’ancrage, tu vas le creuser. Si tu connais le résultat à l’avance, quel serait l’intérêt de recherche ? »

Voix de panique : « Tu as raison… Cela nous incite en même temps à avancer notre réflexion et d’écouter tous les acteurs impliqués dans notre recherche. »

Voix apaisante : « Tout à fait ! »

Voix de panique : « Et la problématique ? Il me semble qu’elle ne soit pas assez développée… »

Voix apaisante : « Il faut se lancer dans la lecture d’avantage. De cette manière, la problématique sera plus affinée. L’approfondissement des lectures ouvre de nouvelles pistes au fil de la recherche. »

Voix de panique : « Je commence à être rassurée… Mais pas absolument… Se lancer dans la lecture, ça paraît logique quand-même. Le problème c’est que je n’ai pas réussi à constituer une bibliographie solide… C’est un sujet qui n’est pas trop exploité surtout dans mon contexte. »

Voix apaisante : « Je t’attendais là… Premièrement, ton directeur va te proposer des ouvrages incontournables à lire. Il est un expert dans son domaine. Deuxièment, les nouvelles pistes de lectures s’ouvriront dès que tu auras commencé à creuser et à lire. »

Voix de panique : « Bref, tu veux dire qu’il ne faut pas s’attarder un instant et qu’il faut entamer le plutôt possible le travail sur le mémoire ? »

Voix apaisante : « À mon sens, exactement ! En plus, tu as déjà oublié les conseils du prof de méthodologie ? »

Voix de panique : « Il faut commencer la rédaction du mémoire, de son squelette, de ses titres et sous-titres dès maintenant ! »

Voix apaisante : « Ben, voilà ! Ce qui te reste, c’est de discuter avec ton directeur dimanche. Il va te donner de nouvelles pistes. N’oublie pas que le rendez-vous est au musée, pas à la fac. J’espère que cette discussion ne tournera pas vers l’art ! Sinon, Gentille madame Panique va revenir… Et sans stress s’il te plaît ! En tout cas, je serai là aussi, au cas où. Heureusement… Pour te clamer. »

Voix de panique : « Eeet les enquêtes ?

Cette question de la Voix de panique est restée en l’air. La voix apaisante est déjà partie.

L’étudiant a respiré profondément de nouveau. Encouragé, il attendait le rendez-vous avec son directeur au Musée de l’art.

 

 

Marija Apostolović

Étudiante en M2 DFLE, spécialité 1, option A Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

L’interculturel en classe de langue : Initiation à une réflexion!

La diversité culturelle demeure une réalité à laquelle nous ne pouvons échapper. Un contexte dans lequel l’école est désormais au cœur des enjeux culturels dont le devoir est de voir quel individu elle peut, elle veut et elle doit former pour la société de demain. Cette dernière doit être à l’image de la société afin de développer le savoir vivre ensemble en dépit des différences linguistiques, sociale ou éthique.

Pour ce qui est de l’enseignement des langues étrangères, objet de nos différentes recherches, l’objectif se veut de préparer l’apprenant à la rencontre de l’autre qui dispose d’une culture qui lui est inconnue. Pour un tel objectif, la question qui se pose est comment peut-on, ‘nous’, comme futurs enseignant(e)s de français langue étrangère, garantir la cohabitation entre des Êtres de différentes cultures qui se trouvent sur un même espace (notamment la classe de langue) ?

De nombreuses recherches s’accordent pour dire que l’interculturalité peut aider à réaliser cet objectif d’où le concept de l’éducation interculturelle et la nécessité de développer la compétence interculturelle chez l’apprenant.

Cette réflexion sur la notion d’interculturalité en classe de langue m’a permis de faire un retour sur la prise en compte du concept d’interculturel par les programmes scolaire d’enseignement du français en Algérie. En effet, d’après mon expérience en tant qu’enseignante de français au secondaire en Algérie, j’ai pu constater que les contenus du programme d’enseignement de la langue française sont davantage enfermés dans des compétences linguistiques toute en négligent l’aspect culturel de la langue enseignée. Même si l’éducation nationale adopte comme approche pédagogique la perspective actionnelle « une approche pédagogique proposée par le CECRL ‘Cadre européen commun de référence pour les langues’. Sachant que la prise en compte de la composante culturelle dans l’enseignement des langues étrangères demeure un principe primordial de l’approche actionnelle car « Les langues sont un trésor et véhiculent autre chose que les mots. Leur fonction ne se limite pas au contact et à la communication. Elles constituent d’une part des marqueurs fondamentaux de l’identité, elles sont structurantes d’autre part de nos perspectives » (SERRE M., Atlas, Flammarion, Paris, 1996, P.112).

En somme, la présente problématique reste loin d’être close, cependant il est bien indispensable de noter que  l’enseignement d’une langue étrangère doit avoir pour but de former un citoyen du monde capable de s’intégrer aisément dans une société multiculturelle et multilingue, il est nécessaire de lui apprendre dès le jeune âge à relativiser ses valeurs et sa culture, lui apprendre à se décentrer afin de comprendre l’autre et cohabiter pacifiquement avec lui. Cette éducation interculturelle prend tout son sens dans l’ère de la mondialisation où l’éducation interculturelle devient la clé d’une coexistence pacifique entre les citoyens du monde.

FODIL Hanane

Etudiante en master 2 didactique des langues et des cultures. Spécialité 01; option: recherche. Parcours: * Diplôme de professeur d'enseignement secondaire de langue française à l'ENS d'Oran (Algérie). * Master 1 Sociolinguistique et didactique du FLE à l'université François Rabelais de Tours.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Exposition de la bande-dessinée

Je voudrais vous faire part d’un événement « Shoah et bande dessinée : tabou ou totem ? » qui aura lieu à partir du 19 Janvier 2017. C’est une exposition gigantesque sur la représentation de la Shoah dans la bande-dessinée.  Pour ceux qui sont intéressés notamment Chloé KERVIO qui travaille là-dessus dans son mémoire, L’exposition est munie de maintes rencontres qui vont se dérouler au Mémoriel de la Shoah, tous les jours de la semaine hormis le samedi. Je vous informe que l’entrée est gratuite !capturebd

 

 Pour plus de détails, veuillez consulter le lien ci-après :http://www.sortiraparis.com/arts-culture/exposition/articles/129306-shoah-et-bande-dessinee-tabou-ou-totem-au-memorial-de-la-shoah

Amicalement,

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Top Chrono DILTEC

2016-12-29-15-04-18-764Du 21 Octobre 2016 au 22 Octobre 2016, Le Groupe de
Recherche de la Sorbonne dont Pr. Valérie Spaëth a organisé le colloque international du DILTEC, à l’amphithéâtre Durkheim et aux salles V et M de l’université de la Sorbonne, correspondant à la thématique de « Ethique et responsabilité pour la didactique des langues au XXIème siècle » susceptible de mieux cerner les contours de quelques concepts s’inscrivant dans la sphère de la didactique des langues notamment la question d’altérité et d’interculturalité.

J’ai assisté à maintes interventions intéressantes. Cependant, celle que j’ai jugé très lucrative et bénéfique pour nous, comme étant étudiants en master2 de la didactique du FLE-LM, est bel est bien le symposium intitulé Formation et Accompagnement à la Réflexivité dans la Recherche (FARR) : Recherche de cohérence, éthique de la responsabilité. Ce dernier était sous la direction de Catherine Mendonça Dias et la contribution opulente et favorable des professeurs chercheurs suivants : Myriam Abou-Samra, Myriam Abouzaid, Cécile Bruley, Paola Gamboa Diaz, Véronique Laurens, Muriel Molinié et Pascale Trévisiol.

-Top Chrono commencé : il est 16h-

16 :00          De prime abord, le mot d’inauguration sur la formation master 1 a été présenté par Mme Cebrine qui a cédé la parole ensuite à Mme Molinié, adossée au bureau, qui à son tour pris le temps pour introduire le concept « symposium ».

16 :03                  Jusqu’à ce moment là, on n’était pas encore bien installés. Des gens venaient nous rejoindre jusqu’à ce que toutes les chaises soient occupées; il y avait même une dizaine de personnes qui suivaient debout.

16 : 06        Mme Molinié nous a fait part d’une réflexion particulière sur la littératie. Elle perpétuait sa parole et subitement il y eut un problème technique. Dans un laps du temps, la voix était vibrante, entrecoupée et le bruit du fond était si intense qu’on ne parvenait guère à mieux suivre. Ceci leur a incitées à scruter les câbles, les ports USB et elles se sont rendues compte finalement que le fil du micro a été quasiment débranché. Quelques secondes après, le problème a été résolu et la qualité acoustique du micro est devenue parfaite !

16 :10                  Ensuite, Mme Molinié nous a présenté quelques objectifs visés notamment le développement d’une réflexivité quelle que soit socio-formative ou professionnelle. Après avoir achevé son intervention, elle prît une chaise et s’assit à côté de ses collègues.

16 :14                  Dressée devant l’écran de son ordinateur, Mme Véronique Laurens a abordé le volet technique en didactique à savoir les savoirs à enseignés et les savoirs enseignés. De plus, elle nous a expliqué la dichotomie entre la technicité et la réflexivité signalant qu’il existe une complémentarité entre ces deux pôles. Elles ont opté pour des écrits à analyser dans cette recherche-action : Ce sont les écrits produits par les étudiants tout au long du master 1.

16 :21                  Une femme arrive. Elle pénétra la salle précautionneusement et resta érigée à proximité de la porte. Même étant en retard, il y avait plusieurs personnes enthousiastes ayant l’envie de profiter de telle journée avantageuse !

16 :23                  Elles nous ont invités à un voyage à travers ces corpus cherchant à retrouver des traces de réflexivité et prenant en considération la mise en œuvre d’une approche inductive de la langue. Ce choix a été justifié par la suite par l’idée que cela soit un modèle pas très courant dans les pratiques de classe des langues étrangères et que ce soit un outil qui interpelle la réflexivité et la réflexion sur la langue ; « Amener les étudiants -futur-enseignants- à réfléchir sur leur rapport à la langue, leur réflexivité par cette langue qu’ils vont enseigner et leur réflexivité par rapport à comment l’enseigner (…) rendre l’apprenant actif par rapport à la réflexion sur la langue » Affirme-t-elle.

16 :28                  La troisième intervenante Cécile Bruley introduisait son travail avec Myriam Abouzaid sur les conceptions des unités didactiques et l’apport de l’approche inductive en expliquant le choix de cette démarche.  Myriam Abouzaid l’interrompit pour lui dire qu’elles étaient en retard et qu’elle fallait qu’elle présente brièvement sa partie.

16 :33                  Meriem Abouzaid a prit le relais et avait présenté, de courte durée, les extraits du corpus N°3 tout en lisant sur le même écran de sa collègue.

16 :35                  De plus, Myriam Abou-Samra nous a fait part d’une présentation de l’objectif  de ces activités en classe en nous demandant si nous parvenions à lire clairement les Slides projetés.

De surcroît, elle a avancé des justifications du choix de l’activité en la qualifiant de réflexive, inadaptée et originale. Puis, elle passa aux traitements des observations (réactivité-réflexivité) et répondit à la question des rapprochements entre la théorie et la pratique.

16 :43         La classe était noyée dans un silence infinie, tous les étudiants qui ont répondu présents étaient attentifs, il y en avait même certains qui prenaient des captures de diaporama en parallèle.

16 :45                  Mme Pascale Trévisiol tenait avec les deux mains le micro et entama son discours sur la représentation de la langue et l’enseignement de la grammaire (la notion de l’erreur et de l’évitement). Puis, elle reprit le micro avec une seule main et continuait son intervention, en faisant des gestes, pour mettre au clair l’appropriation de l’approche inductive en faisant la distinction entre les deux concepts déduction-induction dans le socioconstructivisme.

16 :50                  On sentait la pression qu’ont subie les intervenantes vu la contrainte du temps… Mme Véronique Laurens passait rapidement les diapos et essaya de nous donner le précis de sa communication sur les traces d’appropriation (du savoir au savoir faire).

16 :56                  Dans la même perspective et en guise de conclusion, Paula Gamboa Diaz  nous a présenté les synthèses des entretiens qui ont été faits avec une partie des étudiants de master1. Il s’agissait principalement des entretiens de compréhension.

17h00                  Sous le bruitage des applaudissements, certains quittèrent la salle tandis que d’autres posaient des questions et donnaient lieu à  discussion instructive.

-Notre Top Chrono touche à son terme, il est 17h-

   Il est irréfutable d’annoncer qu’après ces diverses interventions d’un grand intérêt, les professeurs ont menés à bien la communication  autours de la thématique et nous ont octroyé une approche qualitatif sur «Formation d’enseignants en devenir en M1 : entre prescription et accompagnement ?».

 

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Rencontre par intermédiaires avec Louis Porcher

Samedi 5 Novembre 2016, amphithéâtre Durkheim, 13 rue Cujas, 75015, Paris

Crédits : Paris 3 Sorbonne-Nouvelle
Crédits : Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

Neuf heures, la salle est étonnamment bondée pour un samedi matin, de bonne heure. Ce n’est pas vraiment parce que les plus courageux se sont levés, non, parmi la foule d’étudiants intéressés, de doctorants et d’enseignants, on retrouve des amis, des membres de la famille, des proches et même des anciens étudiants de Louis Porcher. « #HommageàLouis ». On aurait pu imaginer une troupe d’enseignants chercheurs prônant les travaux d’un homme lointain, inaccessible, une de ces figures historiques à laquelle il est impossible, avec le temps, de s’identifier, de se retrouver ou de retrouver la personne, ce précieux soi, qu’on voudrait être. Rien de tout cela. Un hommage. Une façon de dire au revoir, une façon de montrer que son travail ne disparaitra pas, une façon de ne pas oublier quelqu’un qui a compté. Un hommage à ses travaux mais surtout à sa vie, à l’homme derrière les théories. A chaque intervention, on s’attend à une présentation, professionnelle, certes, mais hermétique à la vie personnelle de l’homme, devenu sujet d’étude. Il n’est rien de cela. Chaque intervention ramène des souvenirs personnels, privés, partagés afin de le faire revivre pour quelques instants. Devant cette foule de proches, la question que je me suis posée a été : « qui ne connaissait pas Louis Porcher ? ».

Chaque intervention commémore différents éléments de la vie de cet homme qui a pensé l’enseignement pour les apprenants et a essayé de sortir des cadres traditionnels dans lesquels on tend, en tant qu’enseignants, à s’enfermer. Cette quête de liberté, de désenchainement, se retrouve dans les présentations et les thèmes étudiés. Lucille CADET-JOSEPH parle de l’importance de l’écriture réflexive dans la recherche et dans l’enseignement, de la nécessité de réfléchir sur ce qui a été fait en classe afin de l’améliorer mais aussi de s’améliorer en tant qu’enseignant. L’objectif de cette autoréflexion, qui tourne presque à l’autobiographie, est d’arriver à une prise de conscience de ce qui se passe réellement en classe, et non ce qu’on semble percevoir. Le subjectif et de l’affectif, selon elle, influencent fortement les savoirs théoriques, pratiques, expérientiels, institutionnels ainsi que les convictions personnelles de chacun. Véronique LAURENS, elle, souligne l’importance de la flexibilité du matériel pédagogique utilisé en classe, de l’adaptation à la progression et au cheminement spécifiques des apprenants, en fonction de la situation, et non du suivi linéaire d’une trame ou d’un canevas figé à l’avance, sans avoir connaissance des apprenants qui seront devant nous. Le public est montré comme un aspect primordial, surtout dans une approche qui se veut interculturelle, mais il est aussi le cas de l’éthique de la relation pédagogique, de la relation à l’autre. Elle précise que, de nos jours, il s’agit d’un enseignement fonctionnel du FLE et non de l’enseignement d’un français fonctionnel.

Ces nécessités dans l’enseignement et chez l’enseignant se retrouvent aussi dans la présentation de Laurence GARCIA où celle-ci rappelle les qualités d’un « bon enseignant » selon Porcher : vivant, non bureaucratique, n’ayant jamais des cours fixés à l’avance, interrogatif, tourné vers l’improvisation plutôt que vers la récitation… Le cadre méthodologique apparaît donc comme une base que l’enseignant utilise mais dont il doit surtout se libérer afin de permettre une ouverture dans son enseignement et chez les apprenants. Valérie LEMEUNIER aborde un autre aspect clef chez Louis Porcher : la créativité. Celle-ci peut être considérée comme un bon moyen de se libérer des conventions, de l’institutionnalisation de l’enseignement, de l’aspect traditionnel donné à celui-ci, etc. La créativité passe, chez elle, par le jeu, qui se différencie principalement de l’activité ludique par l’intérêt pédagogique et les savoirs qu’il porte. Le jeu permet de travailler plusieurs compétences linguistiques mais exige aussi que l’apprenant mette en place des stratégies de réussite, à la fois dans le jeu et dans la langue cible. Par ailleurs, le jeu est considéré comme étant une activité socialisante qui développe le comportement coopératif des apprenants.

Cette dernière journée de colloque, qui met fin à l’hommage effectué, se termine par une synthèse des présentations et des échanges, effectuée par Geneviève ZARATE. Lors de celle-ci, elle fait bien plus que résumer les idées de Louis Porcher et celles présentées par les enseignants chercheurs. En effet, elle fait remarquer la difficulté d’être porte parole de son maître, l’importance du lieu dans lequel le colloque s’est déroulé, étant les locaux mêmes dans lesquels Louis Porcher a enseigné, et rappelle surtout l’importance de la solidarité entre chercheurs dans toutes disciplines.

 

Le FLE/S dans tous ses états, dialogue avec Louis Porcher, colloque du 4 et 5 Novembre 2016, Paris 3 Sorbonne-Nouvelle

Priscillia Mollard-Cadix

Etudiante ayant obtenue sa licence d'anglais mineure Français Langue Étrangère à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle. Actuellement en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde (option recherche) à l'Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle.

More Posts

Notes de lecture: la notion de la cohérence

L’article intitulé la cohérence textuelle: une affaire de lecture traite la problématique suivante :

Comment l’appropriation de la cohérence textuelle peut-elle servir la cause de l’élève face aux défis qu’ils affrontent pour comprendre et produire un texte ?

Lors de ma lecture, j’ai pu soulever quatre questions majeures:

  • Comment peut-on amener les élèves à s’approprier des outils variés et diversifiés en vue de les mettre en application lors de la production d’un texte ?

Les élèves doivent obligatoirement prendre en considération les différentes manières de leur expression. Ainsi, être capable de tisser les liens entre les paragraphes, d’éviter la répétition et de savoir développer les idées s’appuyant sur une bonne lecture d’un texte sans perdre de vue les indices qui assurent la clarté et de la qualité de l’écriture de ce dernier.

  • Pourquoi les élèves sont-ils tenus de faire part des difficultés qui entravent leur faculté de compréhension au fur et à mesure qu’ils s’avancent dans la lecture d’un texte ?

– Eviter toute confusion éventuelle entre les personnages ;

– Saisir clairement la trame logico-sémantique du texte ;

– Rendre compte des corrélations entre les idées ;

– Parvenir à distinguer entre les référents précis ;

-Que les élèves indiquent leurs difficultés à assimiler la signification d’un texte leur permet de s’orienter dans la bonne voie et de cerner l’esprit du texte, c’est-à-dire comprendre la visée qui est à l’origine de l’écriture du texte ;

-Il convient de rappeler que la cohérence d’un texte implique à l’emploi judicieux des connecteurs logiques pour favoriser un agencement susceptible de faciliter l’acquisition de la portée sémantique du texte.

  • Quel est l’apport de la détermination des référents (des pronoms ou des déterminants) dans une phrase/texte ?

-L’action de déterminer les référents (pronoms et déterminants) aide les élèves à parfaire leur compétence de compréhension et à trouver d’autres indices qui amènent l’élève à répondre et à constituer des processus d’interprétation de dimensions discursives du texte.

-De même, cela permet de s’écarter de toute interprétation erronée ainsi que de reconnaitre l’intention de communication du destinateur.

  • Est-ce que les transitions entre les paragraphes favorisent-elles une meilleure compréhension d’un texte ?

 

-Effectivement, la capacité de détecter les outils de transitions entre les paragraphes est une condition sinequanon pour éclaircir les liens entre les éléments d’information.

Tout compte fait, l’analyse des transitions est une phase incontournable dans le processus de compréhension d’un texte.

Bibliographie: 

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

les techniques d’enquête

J’aimerais partager avec vous un livre qui pourrait être utile pour notre recherche : les techniques d’enquête en sciences sociales de Nicole Berthier publié par Armand Colin en 2016.

Voici un lien qui donne une brève introduction de ce livre :

http://www.armand-colin.com/les-techniques-denquete-en-sciences-sociales-4e-ed-methodes-et-exercices-corriges-9782200614058

Il s’agit d’un guide pour le déroulement de l’enquête. Je me pose les questions suivantes : Quelles sont les stratégies adaptées à mon terrain ? Comment planifier un bon questionnaire ou un bon entretien ? Comment analyser des données? Si vous avez aussi les questions pareilles, vous allez trouver vos réponses et avoir une idée plus claire en lisant ce manuel.

La deuxième partie s’articule au tour de la question du questionnaire que nous avons abordé lors du cours de M. Martin, y ajoute la question de l’entretien.  Cette partie donne en premier lieu des explications sur de différentes formes d’entretiens et en deuxième lieu  met en lumière  de différents genres de questions qui constituent un questionnaire de recherche et la méthodologie concernant la manière de poser des questions. A la fin de cette partie, l’auteur a  soin de consacrer une  partie particulière  à l’application  pour laisser  auto-évaluer le lecteur ses acquis après la lecture à partir des exercices.

Les autres chapitres sont aussi intéressants pour que nous ayons une idée plus claire concernant notre recherche pas à pas.

Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 Spécialité: Didactique du français langue étrangère M2

More Posts

Follow Me:
Facebook

Les premiers échanges..

Arrivé à l’adresse prévue, Il aperçut le professeur qui était déjà sur place ainsi que les deux autres étudiants encadrés.  A l’entrée du café, il y eut une terrasse ornée de merveilleuses plantes. Dans cet espace utopique où régnait une sérénité onirique avec une mélodie relaxante, ils se sont réunis avec leur directeur de recherche dans un climat garantissant les conditions favorables pour mener à bien la discussion. Ce fut leur première rencontre attendue avec ferveur..

Après avoir écouté les deux premiers étudiants et donné des conseils méthodologiques, le directeur a cédé la parole au troisième étudiant pourvu d’expliquer son sujet de mémoire.

(Avec un sourire sérieux) D : Vous travaillez sur la construction du savoir chez l’apprenant, vous venez de m’dire ?

(Il répond avec certitude) E : Oui..

(Il réfléchit en frôlant doucement son front) D : Emm.. D’accord..  Il faut quand même cerner les contours de votre sujet ! Il semble être plus général..

(Enthousiaste, il essaye d’expliciter plus) E : En fait, je voudrais traiter le rapport que les différents actants entretiennent avec le savoir et…  Notamment dans le cadre de l’apprentissage de la lecture.

(D’une voix encourageante) D : Emhem..  D’accooord ! Comment ?

E : Amm..Voir comment l’activité de lecture pourrait être investie dans le but de favoriser la compréhension pour construire le savoir.. Je pense.

D : Vous dites le savoir, pourquoi pas les savoirs ? Tenant compte du savoir-être et du savoir-faire chez l’apprenant. Comment faire pour que ce dernier ne se contente plus d’un rôle passif dans la réception du savoir et le préparer à le construire par lui-même ?!

E : Vous voulez dire qu’il faudrait penser à amener l’élève à se doter des outils.. des outils qui puissent lui faciliter l’accès au savoir, de manière personnelle ?

D : Exactement, il s’avère utile de penser à la manière de faire dans une activité de lecture.. pensez toujours à la question du départ ! Comment se servir de cette activité afin de faciliter la construction du savoir et pensez également à engager l’apprenant dans ce processus en tant que sujet actif !

(En train de noter rapidement) E : Je n’y ai pas pensé !

D : Sinon, vous avez entamé des lectures, avez-vous fait la sélection de quelques ouvrages pour votre bibliographie ?

E : Pour l’instant, j’ai téléchargé  Le savoir en construction de Britt-Marie Barth que j’ai commencé à lire..

D : Intéressant !

(Motivé) E : Oui.. Elle dit que le savoir peut avoir plusieurs acceptions. Le savoir structuré, le savoir évolutif, le savoir culturel..

(Il l’interrompt) D : Attention à une chose ! Un même savoir peut revêtir maints aspects, c’est-à-dire il appartient à un contexte, évoque une culture ect

E : Em.. Donc ce n’est pas une sorte de typologie de savoir !

D : Non. Bonne lecture et tâchez de ne pas avoir beaucoup de technicité dans votre travail et pensez à enchaînez entre vos parties tout en se référant à votre problématique à chaque fois.. C’est ce qui est essentiel.

E : Entendu Monsieur, merci beaucoup de vos recommandations !

(Rire) D : Je vous en prie, c’est mon boulot ! Ah.. Avant que vous partiez !

E : Oui monsieur, la date de la prochaine réunion, je devine !

D : Ouiiii ! Elle aura lieu le 5 janvier.. Et entre temps, Enchaînez sur l’écriture !

Ce fut leur première discussion qui tournait autour du sujet de mémoire. C’était un échange fructueux qui leur a beaucoup aidé à organiser leurs idées et à mieux cerner les contours de leur sujet. Cette rencontre leur a octroyé notamment l’opportunité de créer un lien avec leur directeur de recherche dans un cadre de travail en équipe.

Bibliographie: 

  • Britt-Mari BARTH, Les savoirs en construction, Retz, 22 octobre 2015;
  • Véronique Castellotti et Danièle Moore, Alternance des langues et construction de savoirs, ENS édition, 1999.

Soukaina NAFIA

Étudiante en Master 2 de Didactique du Fle/Fls et Langues du monde à l'Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III.

More Posts

Dialogue : une rencontre, un changement

Il s’agit d’une première rencontre entre une étudiante et sa directrice…

( D : directrice E : étudiante )

E : Bonjour, madame, c’est Kaiyun HU, je vous dérange ?

D : Bonjour, non, entrez, c’est l’heure de notre rendez-vous.

D : Alors… regardons votre projet de mémoire…vous dites que vous êtes intéressée par l’enseignement immersif, mais à ma connaissance, ce n’est pas une méthode « récente » comme vous l’avez dit (dans le projet).

E : Ah bon?

D : Oui, cette méthode date assez longtemps, suite à la méthode audio-visuel, SGAV. Sinon, peut-être c’est moi qui manque de connaissances ou j’ai mal compris…qu’est-ce vous entendez par « l’enseignement immersif »? Vous avez une définition en employant ce terme ?

E : En fait, c’est une notion dont j’ai pris connaissance cet été, un peu par hasard je peux dire, mais je me suis vraiment intéressée par ce modèle d’enseignement. Je ne le connais pas encore très bien, mais je sais qu’il a émergé initialement à Québec. En gros, certains cours sont dispensés directement en langue ciblée, d’une façon très intensive, même des cours de math, de chimie, etc…. les élèves sont donc immergés dans la langue étrangère ciblée. C’est une méthode très efficace pour développer les compétences de compréhension et d’expression orales…

D : D’accord, je vois ce que vous voulez dire. Et vous aimeriez appliquer cette méthode auprès des étudiants des langues étrangères en Chine, c’est ça ?

E : Oui, je voudrais bien faire des essais, des petits essais…pour voir si c’est possible…parce que, vous le saviez peut-être, l’expression orale est toujours un point faible chez les étudiants chinois apprenant des langues étrangères…

D : Par rapport aux autres compétences.

E : Oui, alors l’immersion serait une bonne méthode pour améliorer… en leur obligeant, en quelque sorte, de s’exprimer et donc de faire attention à la compétence plus ou moins négligée auparavant.

D: Bien sûr, c’est une bonne idée! Vous dites (dans votre projet de mémoire) que l’anglais a été déjà enseigné de cette manière dans certaines écoles en Chine? Je ne connais pas trop la situation…

E : Oui, dans certains lycées et universités, mais ce n’est pas du tout propagé.

D : C’est bien! Vous savez comme ça s’est passé, l’enseignement ?

E : Non… je sais juste que ça existe mais…

D : Alors moi, je pense que l’introduction de cette méthode ne doit pas être facile, si vous voulez l’introduire à l’enseignement de français en Chine… c’est une bonne idée, mais il faudra une équipe vous savez, une grande équipe pour le réaliser ? Avec les conditions que nous disposons actuellement , je pense que c’est vraiment pas facile…

E : Oui, je m’en doute moi aussi…mais je voudrais juste proposer quelques pistes pédagogiques, non pas un gros projet à procéder…

D : Admettons que bien sûr qu’il est possible d’appliquer, n’en doutez pas, tout est possible. Mais la Chine est un pays quasi-monolingue, n’est-ce pas ? Il n’est pas comme Canada…oui, on peut obliger les élèves à n’utiliser que la langue étrangère…le français on va dire dans notre cas…mais lorsqu’ils sortent de la salle de classe, vous imagiez bien que le chinois serait repris immédiatement …

E : Oui, c’est vrai…

D: En plus, en fermant la porte, on ne sait pas ce qui va passer dedans…l’enseignant est chinois et les élèves le sont aussi, ça serait difficile…

E : Oui, j’ai pensé à ça aussi. Mais j’ai trouvé simplement que c’est une méthode qui semble être très efficace pour surmonter cette faiblesse « traditionnelle »… je ne pas trop réfléchis sur tout ça …

D : On va dire que peut-être cette méthode peut être adoptée en Chine, à l’avenir. C’est tout à fait possible. On sait jamais ce qui va passer dans le futur, gardons l’espoir ! Comme vous l’avez dit, c’est une bonne méthode d’enseignement pour les apprenants chinois…mais pour l’instant, c’est dur.

E : Oui, je suis d’accord avec vous…je pense que je doit changer mon sujet…

D : Sinon… vous avec rencontré d’autres notions, « par hasard » aussi, comme celle-ci, mais qui vous intéressent également ?

E : Oui… j’ai une autre idée aussi, mais je ne l’ai pris contact que lors d’un séminaire, il y a deux semaines… c’est l’impact et l’importance du paraverbal dans des activités pédagogiques.

D : C’est-à-dire?

E : Par exemple, au lieu d’expliquer directement un mot en langue partagée, il vaut peut-être mieux d’utiliser des gestes.

D : D’accord…je vois. Ce sujet touche aussi mon domaine de recherche.

E : Elle a sauté dans mes yeux, mais je n’ai pas encore réfléchi profondément sur elle, c’est juste une idée que j’ai entendu dire et j’ai trouvé intéressante.

D : Ce n’est pas grave! Nos recherches commencent toujours par des petites idées. C’est normal, on est justement dans le début. On va y arriver. On trouve un point de départ, et on commence à travailler sur ce petit point, tout simplement. Ce qui compte c’est notre intérêt, notre motif, après on cherche, cherche…à partir de ces toutes petites…et on voit ce que ça va donner.

E : Oui, c’est vrai.

D : Alors, si vous travaillez sur ce sujet, il vous faut commencer dès maintenant à chercher un terrain. Vous pouvez filmer des séances, vous les analysez, vous faites des entretiens avec des enseignants filmés…

E : Oui, je pense que je vais peut-être contacter des enseignants de français et aussi des enseignants de chinois, pour comparer leur enseignement, leur gestuelle…

D : Tout à fait, ça peut être intéressant! Sur ça, vous étudiez aussi l’interculture en didactique aussi.

E : L’interculture, oui, on l’entend très souvent.

D : Voilà, et vous pouvez lire Kaufman, il a pas mal écrit sur la communication non verbale… et François CHENG, il est une philosophie, il étudie aussi l’interculturalité.

E : D’accord, j’ai noté, merci bien pour vos conseils!

D : Je vous en prie, avec plaisir!

E : Bon…alors je vous laisse…tranquille.

D : Non, vous ne me dérangez pas, c’est mon travail. Tenant moi au courant si vous avez des soucis ou des avancements.

E : Bien sûr, je vous dirai! Merci encore, au revoir !

D : Au revoir et bon courage !

Kaiyun HU

Master 2 Didactique du FLE, Licence Sciences du langage

More Posts

La langue de Molière rayonne toujours!

Selon une nouvelle étude menée par l’institut européen d’administration des affaires (INSEAD), le français serait la troisième langue des affaires et également la langue la plus parlée  dans le monde, il arriverait juste derrière l’anglais et le mandarin, respectivement à la première et deuxième place du classement. Ce classement est du à l’influence culturelle ainsi qu’à la force économique.

jeparlefrancais_225_0

Avec près de 275 millions de personnes sont francophones dans le monde et ce chiffre en constante augmentation. En effet, la langue française est notamment portée par l’Afrique subsaharienne,  précise le rapport de l’Organisation Internationale de la Francophonie OIF. Sur  les 30 pays ayant le français comme langue officielle, 22 sont des pays africains et près de 120 millions de  francophone y sont répartis dans 32 pays.

Aussi avec 125 millions d’élèves, en 2015 le français se classait au deuxième rang des langues les plus enseignées dans le monde, il est derrière l’anglais et la quatrième place des idiomes les plus présents sur internet.

Continuons le FLE!

 

*Image prise de Google

 

Nada Fathy Abdelaziz

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère et langues du monde à l'université Sorbonne Nouvelle- Paris 3

More Posts

Art de l’apprentissage

Quand je cherchais les supports théoriques pour mon mémoire, j’ai trouvé un article concernant mon sujet – « Les définitions des stratégies d’apprentissage ». Il s’agit d’un essai de synthèse. Avec beaucoup de stratégies d’apprentissage qui ont évoqué mon expérience d’apprendre le français, cet article m’a attiré l’attention. Il est le quatrième chapitre du livre « Les stratégies d’apprentissage » de Paul Cyr et Claude Germain. Ce livre s’adresse aux enseignants qui ont l’intention d’enseigner à leurs apprenants comment « apprendre à apprendre », aux chercheurs qui travaillent dans le domaine de la didactique des langues et aux apprenants qui veulent approfondir leurs connaissances des stratégies d’apprentissage en langue seconde ou réfléchir sur leur parcours d’apprentissage.

L’auteur établit un bilan des stratégies que l’apprenant peut utiliser et propose des définitions très précises. Selon Cyr, il existe de nombreuses stratégies d’apprentissage et elles peuvent être divisées en trois groupes : les stratégies métacognitives, les stratégies cognitives et les stratégies socio-affectives, c’est aussi la logique de cet article. Les stratégies métacognitives portent sur des réflexions concernant le processus d’apprentissage des langues plutôt qu’elles ne constituent une aide pour l’apprentissage lui-même ; et les stratégies cognitives relatives aux actions de mémoriser, grouper, paraphraser, réviser, etc. Cyr souligne que la stratégie métacognitive exerce plus d’influence sur le processus d’apprentissage que la stratégie cognitive. Dans la troisième catégorie, Cyr énumère une série de stratégies socio-affectives. Il décrit de nombreuses situations didactiques ou d’apprentissage afin de mieux expliquer comment les stratégies fonctionnent dans des cas spécifiques.

À part de la stratégie la plus populaire – « pratiquer la langue » qui désigne plutôt la « répétition » et la « pratique des sons et des graphies en situation formelle », Cyr mentionne aussi une stratégie populaire parmi les apprenants de langue étrangère : « traduire et comparer avec la L1 ». Elle fait partie de la stratégie cognitive. À propos de l’intervention de la langue maternelle dans l’apprentissage, il faut parler des recherches de Felix Franke, qui a illustré, à la fin du 19e siècle, deux types de relation entre le mot en langue maternelle, le mot en langue étrangère et le concept de cet objet indiqué. Quand l’apprenant rencontre un mot en langue étrangère, il peut choisir entre deux démarches : ou bien il saisit le sens en traduisant le mot étranger à sa langue maternelle, ou bien il crée un lien direct entre le concept et le mot en langue étrangère. La première démarche est considérée comme un traitement manquant d’efficacité. Komenski prenait l’image pour centre du manuel de langue, car selon lui, l’image indique directement le sens du mot. C’est ainsi compréhensible qu’au 17e siècle, pour apprendre une langue étrangère, l’enfant devait regarder l’image et écouter plusieurs fois les phrases correspondantes. Cyr a aussi souligné que l’utilisation des images peut être une technique pour mieux mémoriser les lexiques.

Semblablement, à propos de la compréhension et la mémorisation du signifié d’un mot en langue étrangère, l’article de Cyr met en discussion, dans la stratégie de « recherche documentaire », le paradoxe entre la dépendance de l’apprenant à l’égard du dictionnaire bilingue et la préoccupation de l’enseignant à propos de ce fait. Même s’il avoue qu’il est peut-être utile de consulter le dictionnaire bilingue dans certaines circonstances (en prenant en compte la culture et la personnalité de l’apprenant), l’auteur conseille aussi aux apprenants les plus avancés d’utiliser un dictionnaire de la langue-cible, afin de maîtriser l’utilisation de ce mot. Cela m’a fait penser à la communication du colloque qui avait lieu l’après-midi du 21 octobre dans la salle M, au sujet de l’éthique enseignante à travers les corpus de classe. On discutait si c’est pertinent de laisser les apprenants chinois consulter le dictionnaire électronique dès qu’ils rencontrent un mot inconnu.

 

Bibliographie :

Paul CYR, Les stratégies d’apprentissage, CLE International, 1998, chapitre 4, p41-P63.

Heather. E. HILTON, « L’influence des théories d’acquisition sur la didactique des langues : perspectives historiques », Orizons, 2011, p37-p52.

Yi LIANG

Étudiante en Master 2 Didactique du français langue étrangère/seconde et langue du monde à l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3

More Posts

Conseils pour le mémoire

http://www.crc.mines-paristech.fr/~besnard/

Ceci est un lien vers un petit livre qui s’intitule «Guide de rédaction d’un mémoire en sciences humaines ». Dans ce livre, une série de conseils reliés à la rédaction d’un mémoire en sciences humaines  est prodiguée. Selon l’auteur de ce petit livre, si on suit tous les conseils listés, on parviendra à réaliser un mémoire qui sera lu avec un grand plaisir par notre directeur de recherche et par les membres du jury.

Certains conseils vont nous apparaître à nous les Arlapiens comme une redondance car nous les avons discutés dans le cours de méthodologie de Mr Martin. Mais, Il y a des conseils dont nous pourrons tirer beaucoup de bénéfices. Personnellement, ce petit livre m’accompagnera tout au long de la période de réalisation de mon mémoire. Je le consulterai quotidiennement car je le trouve très très utile.

Tassadit Toumert

Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF C1), Diplôme de Professeur de Français Étrangère à L'ENS D'Alger, Diplôme de Maîtrise en Sciences du langage à (ILPGA) Sorbonne-Nouvelle Paris 3. Préparation d'un M2 en Didactique du FLE et langues du monde (Sorbonne Nouvelle Paris 3)

More Posts