Archives de catégorie : Billets

Mathieu Pernot : de bien belles histoires

 

« L’actualité n’est faite que d’histoires tragiques, on ne raconte jamais les belles histoires »

 

Le 7 avril, Mme Borgé a invité le photographe Mathieu Pernot, prix Nadar et prix Nièpce de cette année, à intervenir dans un de ces cours au DULF. J’ai eu la chance d’assister à cette rencontre.

Mathieu Pernot s’intéresse, entre autres, aux quartiers, à l’histoire des banlieues, aux communautés tsiganes, aux migrants et à l’enfermement. Il raconte autour de ces thèmes des histoires.  La majorité de ses projets s’étendent sur une longue période et lui ont permis d’établir de véritables liens avec ceux qui figurent sur les photographies. Il suit par exemple depuis plus de 20 ans une famille de tsiganes.

C’est à la fois la violence et la beauté qu’il donne à voir.

Le photographe a commencé par nous parler des implosions. Pendant les 3O glorieuses, la France construit ce que l’on appelle aujourd’hui « les grands ensembles » dans des villes telles que Meaux, Mante la Jolie, ou La Courneuve en région parisienne. Dès les années 2000 les démolitions de ces immeubles commencent. Mathieu Pernot capture pendant 8 ans, avec un appareil argentique à chambre grand format afin d’obtenir des images de très bonne qualité, ces moments de violence extrême, de tragique, de choc et « en même temps assez beaux ». Pendant deux secondes l’immeuble prend une forme très particulière. C’est ce moment de basculement que le photographe souhaite capturer. Il accompagne cette série d’autres clichés sur lesquels figurent d’énormes nuages de fumée : l’instant d’après.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.18.23

 

 

Ce qui m’est apparu comme particulièrement intéressant dans le cadre de mon mémoire c’est son intérêt pour les images des autres : un regard sur celles-ci qui a une influence sur sa propore pratique de la photographie. Il met en relation ses photographies avec des cartes postales des années 60-70 représentant les mêmes immeubles d’une manière très picturale et idéaliste, bien loin des représentations actuelles de ces quartiers. Il fait discuter les séries, met en avant ce qu’il y a de commun et ce qui entre en contradiction, construit comme un puzzle pour raconter l’histoire d’un lieu et montrer en quoi l’image est aussi représentation.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.19.48

 

Le photographe travaille également sur ces images qui ne sont pas les siennes et effectue des zooms pour se focaliser sur les rares présences humaines.

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.22.24

 

En parrallèle de ce projet, Mathieu Pernot a travaillé sur l’enfermement à travers des photographies prises dans des prisons. Un travail qu’il dit être « de l’absence » puisqu’il n’avait pas el droit de photographier les détenus. Il parle de « portes qui restent fermées ». C’est son travail sur les hurleurs qui est venu compléter celui sur les prisons. Il parle des « images qu’il manquait », de la sortie d’un labyrinthe, d’une dimension un peu abstraite, hors du temps qu’il capture en noir et blanc (la prison) pour retourner vers des images du présent, en couleurs (les hurleurs).

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.12

 

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.56

 

La partie de son travail qui m’a le plus touchée porte sur les migrants. Mathieu Pernot s’intéresse aux écrits des autres, à ceux des migrants en particulier, des hommes et des femmes qu’il considère comme des héros. Il voit dans ces écrits une poésie qui n’est pas celle de la frande littérature mais celle de gens aux histoires particulières, qui ont fait le choix de partir, de prendre leur destin en main. Il fait ainsi une œuvre du récit de voyages de Kaboul à Paris d’un migrant Afghan, de la cartographie de son parcours sur des pages de cahiers d’écoliers et de cahiers de migrants apprenant le français. Des cahiers sur lesquels on peut lire ce qu’ils ont ressenti le besoin d’exprimer en premier et ce qu’ils se sont entrainé à écrire : des mots et des phrases qui résonnent comme un poème particulièrement touchant.

 

Sur la page de cahier figurant ci-dessous on peut par exemple lire :

 

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Une photo d’identité

Une carte d’identité

Un permis de conduire

Prends tes cachets ce soir

Asseyez vous ici

Signez votre chèque

Mangez des légumes c’est

Bon pour la santé

Attention ne bougez plus

Avaler                       Goûte

Nous sommes en de travailler

Ils sont dans la rue

 

 

Cette rencontre a été pour moi véritablement passionnante. Ce fût une chance de pouvoir écouter ce grand photographe parler avec passion de son travail et avec amour et admiration des gens qu’il a pu rencontrer tout au long de son parcours et qu’il n’aurait pas rencontré s’il n’était pas photographe. Ce sont leurs histoires qu’il nous raconte, des histoires qui finissent bien puisque les migrants qu’il a suivi habitent maintenant Paris et sont régularisés.

 

 

 

http://www.mathieupernot.com

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Retour sur les soutenances du 11 mars 2015

Ces soutenances de mi-parcours nous ont permis de partager l’avancée de notre recherche avec notre petite communauté de futurs chercheurs, mais il ne s’agissait pas de simplement exposer notre question de recherche ou de démontrer notre progression, mais il s’agissait surtout d’échanger et de partager avec les membres avec qui nous faisions équipe. C’est d’ailleurs le partage des connaissances acquises, mais aussi des difficultés et de notre vécu en tant que chercheur/rédacteur de mémoire qui a contribué à rendre cette expérience enrichissante pour tous.

 

Je vous ferai donc part de la neuvième et dernière équipe à avoir présenté l’état de sa recherche cette journée-là. Le groupe était composé de trois personnes, soit de Tarak Khourta, dont le sujet portait sur l’articulation des pratiques langagières et des politiques linguistiques en Algérie, de Marine Robaut-Guyen traitant des « Langues kanakes et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie » ainsi que de Gulzhana Salimgereeva dont la recherche porte le nom de « La politique linguistique en Russie : le rôle et la place du français dans le système éducatif russe ». Ce qui semble unir ces trois sujets, plus que la simple présence de la question linguistique de la langue française, bien qu’elle soit contextualisée différemment, est aussi l’importante analyse historique qui en découlera. En effet, pour les deux premiers sujets il y aura rapprochement nécessaire entre les politiques linguistiques et éducatives en présence et les évènements historiques ainsi que sociolinguistiques depuis l’arrivée du français sur les deux territoires en raison de la colonisation. En ce qui concerne le dernier sujet, son implication se situe davantage en ce qui concerne l’histoire de la langue française, et plus précisément, de son prestige et de l’impact de cette histoire sur l’enseignement du français en Russie.

 

Il était très intéressant de les entendre parler de leur sujet et d’avoir la possibilité d’entrer dans leur univers de recherche et de décrocher, momentanément, du mien. Toutefois, c’est surtout la discussion qui est survenue à la toute fin de leurs présentations respectives qui m’a permis de relier leur expérience à la mienne et ainsi l’enrichir. L’élément clé qui a engendré une réflexion pour tous les gens présents est la question du choix des mots. Il s’agit d’un aspect que je trouvais presque anodin, même si la langue est au cœur de notre réflexion, nous oublions parfois, surtout en contexte de recherche dans lequel nous jonglons avec de nombreuses notions et concepts assez abstraits, l’importance de l’exactitude des termes choisis. Tout ne peut pas être synonyme, ici ce fut langue et langage qui furent confondus, ce qui créa un court débat. Toutefois, j’ai effectué le même genre de maladresse plus tôt dans la journée en utilisant concept plutôt que notion. Il m’est donc apparu important de prendre le temps de vérifier les termes utilisés, les notions et les concepts que je vais évoquer. Ce travail minutieux vaudra assurément le temps et l’effort investis puisqu’il permet de rendre le travail de recherche plus fiable, plus crédible, donc plus probant. Avec le temps passé en cours de linguistique et de didactique, certains termes deviennent comme une deuxième nature, nous les utilisons et nous n’y réfléchissons plus et cela peut devenir un piège pour les chercheurs que nous aimerions devenir. Il est donc important d’y porter une attention spéciale lors de la rédaction et, surtout, lorsque nous discutons de notre sujet.

Enfants Valises

Enfants Valises

 

 

Le festival « La classe au bout du voyage » organisé par le CASNAV de Paris présentait hier soir le documentaire de Xavier de Lauzanne au si beau titre : « Enfants Valises ». Sorti en 2013, la même année que La Cour de Babel, ce documentaire est passé presque inaperçu. Mais si les deux films cherchent à saisir la réalité quotidienne d’une classe « d’accueil » d’adolescents allophones arrivants, il est particulièrement intéressant d’observer que ce sont deux films très différents. D’une part parce que les choix de réalisation ne sont pas les mêmes, et d’autre part – et peut-être surtout – parce que les contextes ne sont pas les mêmes. Ainsi la comparaison de ces deux documentaires permet d’insister sur cette difficulté inhérente à ce type de structure qui accueille les élèves allophones : chaque contexte est différent, parce que les élèves peuvent avoir des histoires très différentes d’une année sur l’autre, parce que l’enseignant proposera des projets très différents d’une année sur l’autre, parce que, finalement, il s’agit dans ces structures d’être au plus près des besoin de ces élèves, et donc de savoir s’adapter.

 

Le réalisateur a le parti pris de dévoiler cette réalité à travers le point de vue presque exclusif des élèves, et il raconte qu’après avoir réalisé des entretiens avec le personnel de l’école, il a décidé de ne pas les inclure au montage, pour laisser la parole aux jeunes de la classe. Il les filme donc en classe, participant à plusieurs projets d’écriture, mais aussi chez eux, dans ce nouveau foyer qu’ils ont investi à leur arrivée en France : chez des parents, cousins, amis… Face à ce découpage en deux types d’espaces si distincts, je me suis posée la question de savoir dans quel but le réalisateur avait décidé de suivre les élèves jusqu’à chez eux. S’agit-il de compléter le portrait de ses « personnages » avec des informations personnelles ? S’agit-il de montrer le fossé qui peut exister entre un espace et l’autre ? Quoiqu’il en soit, le documentaire présente l’espace scolaire comme l’espace de référence, et l’espace familial comme un espace périphérique, ce qui est pertinent du point de vue filmique, mais qui peut poser un certain nombre de questions si l’on cherche à comprendre le parcours de ces jeunes.

 

Enfin, le réalisateur suit de très près Julie Legrand, la professeur principale de ces élèves, qui redouble d’efforts à la fois pour les faire entrer dans les apprentissages scolaires, pour les inclure dans des parcours professionnels qui leur conviennent, et pour leur éviter de tomber dans les pièges que peuvent tendre les pays « du Nord » aux migrants en situation de précarité. Lors de la discussion qui a suivi la projection, Xavier de Lauzanne explique que pour ces jeunes qui arrivent en France, l’enseignant représente le référent par excellence, et qu’ils lient souvent avec lui une relation qui déborde la simple scolarité. Mais ainsi, dans le même temps, l’enseignant se trouve dans une position qui déborde peut-être aussi le rôle d’enseignant. A la fois référents scolaires, professionnels et moraux, pourrait-on dire, les enseignants de ce type de structure sont bien connus pour leur dévouement, peut-être parfois démesuré, et il me semble que ce documentaire est aussi un bel hommage à leur travail sans limites et sans frontières.

Le bord de « l’oeuvre »

En entrant hier dans la première salle de l’exposition « Le bord des mondes » au Palais de Tokyo, un couple de visiteurs échangent devant le panneau qui explique que sont toutes ces roches qu’on voit tenir en équilibre sur un tapis gris

« – Ça me saoule de lire tout ça.

– viens, on regarde, c’est mieux. »

 

Cette conversation se déroule devant les Balancing rocks de Bridget Polk, et elle résume assez bien un des débats qui existent autour de l’art contemporain : l’œuvre actuelle serait celle qui ne peut plus se suffire à elle-même mais doit obligatoirement être accompagnée d’un discours pour qu’on puisse la comprendre ? Peut-on se contenter de voir alors même que ce n’est plus uniquement le voir qui nous permettra de juger une œuvre, étant donné que ce n’est plus sous les critères du beau et du désagréable qu’on classe une œuvre comme « artistique » ?

Selon Marc Jimenez (La querelle de l’art contemporain, Gallimard, 2005), malgré les bouleversements que les impressionnistes ont apporté aux canons esthétiques et malgré l’apparition de l’art abstrait au début du XXe, ce n’est qu’après Marcel Duchamp et ses ready-made qu’il y a eu un vrai basculement : « il ne s’agit plus seulement de transgresser les règles, ni de violer un quelconque tabou, mais de se situer délibérément au-delà de l’idée même de représentation. » (p. 52)

Les œuvres choisies par le Palais de Tokyo se situent résolument en dehors de l’idée classique de la représentation. Loin de proposer une vision du monde, elles construisent des mondes : c’est en expérimentant des théories plus surprenantes les unes que les autres que ces inventeurs proposent des objets qui nous invitent à expérimenter l’imagination qui les fait naître. Laurent Derobert invente une poésie mathématique capable de produire des algorithmes de ce qui devrait échapper au domaine du rationnel, comme l’amour ou le manque ; pensant que les objets ont le même droit d’existence que l’humain, Theo Jansen fabrique des structures capables d’avancer de manière autonome uniquement grâce à la force du vent, figures qu’il libère sur les plages de la Hollande, tous les étés, leur donnant aussi une mobilité et donc une indépendance existentielle ; Jerry Gretzinger construit une carte de son propre monde depuis cinquante ans qu’il étale par terre et sur laquelle on peut marcher en voyageant d’un continent à l’autre – il a même créé un jeu dont il tire une carte tous les jours pour savoir quelle ville ou quel monument il va y ajouter.

Loin d’un artiste contemporain comme Jeff Koons qui mobilise ouvriers et machines pour concevoir des monuments gigantesques qu’il fait exposer sans y avoir touché (notamment les inflatables comme le « Balloon Dog »), les « artistes » du bord des mondes sont des ouvriers : reprenant l’étymologie de l’art, ils deviennent des vrais artisans obsédés par certaines matières qu’ils travaillent à même l’endroit d’exposition, comme c’est le cas de Bridget Polk, qu’on peut voir construire des colonnes improbables de roches en équilibre du mercredi au dimanche à certaines heures du soir.

Ici l’œuvre est un lieu d’expérimentation : celle de l’artiste et du public dont la double participation fait advenir un certain monde. Traversant nous mêmes ces mondes auxquels nous n’appartenons que le temps d’une visite, nous ne sommes plus dans un statut de juges ou dans la simple pose de la réception. Artistiques ou pas, cela importe peu : ces œuvres captivent et intéressent par leur pouvoir imaginatif et innovant qui nous oblige à les questionner et à entrer dans leur univers. Devant ces systèmes de réalités si différents, les figures de l’artiste et de l’œuvre perdent leur hégémonie pour proposer une expérience nouvelle.

« À la différence de l’art moderne, victime de la ‘frénésie’ du nouveau, soucieux de rompre avec les canons académiques et les valeurs artistiques traditionnelles, l’art contemporain change profondément la signification de la transgression. Il ne s’agit plus, comme au temps de la modernité, de franchir les bornes de l’académisme ou celles, par exemple, des conventions bourgeoises dans l’espoir de rapprocher l’art et la vie. […]En fait, la question que pose l’art depuis une trentaine d’années n’est plus tant celle des frontières ou des limites assignables à la création que celle de l’inadéquation des concepts traditionnels – art, œuvre, artistes, etc. – à des réalités qui, apparemment, ne leur correspondent plus. » (p. 20-21)

Brisant cette barrière muséale entre l’artiste, l’œuvre et celui qui ne faisait avant que la regarder pour éventuellement sentir quelque chose, il se passe quelque chose de très corporel dans « Le bord des mondes ». Si ces œuvres sont exposées et pour autant intouchables, elles sont tout de même une proposition de contact : on pourrait s’habiller avec les créations de la S.A.P.E ou encore se faire coiffer par Charlie le Mindu, on pourrait aussi s’essayer à l’invention d’objets quotidiens assez pratiques mais tout compte fait, plutôt inutiles comme ceux de Kenji Kawakami, on pourrait interagir avec les robots « géminoïdes » d’Iroshi Ishiguro, qui a été jusqu’à se créer lui-même en machine.

L’œuvre change et ce qu’on en attend aussi. Conscient de cette participation active d’un spectateur qui n’en est plus un, le musée a mis en place des activités réelles, concrètes, comme celles de goûter aux plats créées par un chef étoilé comme Pierre Gagnaire : ici l’œuvre devient effectivement un bien consommable, qu’on peut ingurgiter et transformer nous-mêmes ; on peut aussi prendre rendez-vous avec Laurent Derobert qui reçoit dans un petit bureau blanc, dans la deuxième salle d’exposition pour se faire écrire ses problèmes et frustrations par son système mathématique.

Au-delà du simple intérêt quant au contenu qu’elle propose, cette exposition apporte quelque chose au débat autour d’un art contemporain assez méprisé par le grand public : peut-être que le meilleur moyen de briser cette hantise pour des œuvres « incompréhensibles » est de voir qu’il n’y a peut-être pas à les comprendre mais à les vivre ou à les expérimenter, établissant ainsi une continuité entre ces mondes et notre monde à nous.

 

« Le bord des mondes » exposition au Palais de Tokyo jusqu’au 5 mai 2015, http://www.palaisdetokyo.com/fr/le-bord-des-mondes

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

La Classe au bout du Voyage

La Classe au bout du voyage

 

Cette semaine a débuté un Festival organisé par le CASNAV de Paris autour des enfants allophones nouvellement arrivés. Il se déroulera dans trois centres d’animation parisiens dans le 9e, 19e et 20e arrondissement, à travers d’expositions, de projections de documentaires et de travaux filmés effectués en UPE2A.

 

C’est l’occasion pour ceux qui travaillent sur le FLSco d’aller voir ce qui se fait dans l’Académie de Paris !

 

Voici le programme :

 

http://www.ac-paris.fr/portail/upload/docs/application/pdf/2015-03/programme_du_festival_.pdf

 

Vers le doctorat

La semaine dernière a eu lieu la présentation de l’école doctorale 268 : « Langage et langues : description, théorisation, transmission » dans son siège, le centre Bièvre, à côté de Censier.

 

Cette école doctorale est consacrée à la science empirique de la linguistique mais aussi au statut des langues, autour des problèmes de leur acquisition et de leur apprentissage.

cette école délivre 5 diplômes

  • Didactique des langues et des cultures
  • Phonétique
  • Sciences du Langage
  • Traductologie
  • Langues, civilisations et sociétés orientales

 

Mis à part des données qui nous ont montré la complexité et la richesse du travail de recherche qui s’y mène (il y a au total 8 équipes de recherche, dont 3 équipes d’accueil et 5 unités mixtes qui regroupent des enseignants de différentes institutions ou même un mélange de chercheurs du CNRS et d’enseignants-chercheurs), on a eu des informations plus générales sur la formation en doctorat.

Le directeur de l’ED Dan Savatovsky, mais aussi Julien Heurdier (responsable administratif de l’école et doctorant lui-même) ont surtout parlé de l’accompagnement qu’on essaye de mettre en place pour que les étudiants ne se sentent pas seuls durant ces années compliquées où on est à cheval entre le statut d’étudiant et celui de chercheur.

Déjà, il faut savoir qu’apparemment la création des écoles doctorales en 1991 a eu pour cause la volonté d’amélioration des conditions de travail durant la thèse qui se déroulait au préalable de façon assez solitaire et éloigné des activités de recherche du monde scientifique.

Actuellement, on essaye au maximum d’établir un lien entre ce que font les doctorants et ce qui se passe dans le milieu universitaire : une vraie réflexion est menée sur l’articulation formation/recherche et l’école bénéficie de deux représentantes qui organisent régulièrement des réunions et qui s’occupent des problèmes de « vie étudiante », notamment d’accueil pour les étrangers : une question clé si on tient compte du grand nombre d’étudiants étrangers intégrant l’école tous les ans. Elles sont à l’écoute des questions qui pourraient survenir et s’occupent d’organiser tous les ans des « rencontres jeunes chercheurs » (elles se tiendront cette année le 11 et 12 juin).

Mis à part cela, les séminaires doctoraux offerts, obligatoires pour valider la formation doctorale, sont d’une grande variété et permettent aussi les rencontres entre sujets en même temps qu’elles assurent un important bagage de savoirs pour le doctorant.

(les unités de recherches ainsi que la liste des séminaires assurés est consultable sur le site de l’ED 268 : http://www.univ-paris3.fr/ed-268-langage-et-langues-description-theorisation-transmission-3413.kjsp)

 

Concernant le doctorat de manière générale en France, et notamment en ce qui concerne les sciences humaines, le problème principal est celui du financement. Très peu de doctorants bénéficient d’une des options de financement, à savoir :

Les contrats doctoraux de Paris 3.

Les contrats doctoraux Sorbonne Paris Cité : Double Culture

Le contrat régional Ile de France

Les contrats Labex

Les contrat CIFRE en partenariat avec une entreprise privée.

 

Cette question qui est sans doute la plus inquiétante pour les étudiants, est peut-être une des raisons pour lesquelles le taux d’abandon est très élevé, selon le rapport Bréhier de 2012, La France et ses doctorants, de 63500 doctorants inscrits, il y a eu seulement 12 100 diplômés.

Mais les informations concernant le déroulement de la thèse sont plutôt encourageantes : la durée d’une thèse non financée peut aller jusqu’à 7 ans, et cela ne tient pas compte des différents aléas qui permettent de prolonger encore davantage (maladie, grosses, problèmes de toute sorte). De même, l’école dispose d’un budget relativement élévé pour aider les doctorants non financés : environ 500 euros par an par étudiant pour se rendre à des colloques ou encore pour effectuer des déplacements nécessaires à la recherche. Budget qui peut varier en fonction des nécessités des doctorants.

Dan Savatovsky a tout de même mis en garde ceux qui souhaiteraient faire leur thèse sous la co-tutelle. Étant donné qu’il s’agit d’un travail dirigé par 2 directeurs au sein de 2 universités et donc nécessitant une formation doctorale dans chacune des universités, cela a un énorme coût pour l’école doctorale qui se charge de couvrir les déplacements des étudiants : ainsi, on accepte très peu de co-tutelles tous les ans.

 

Ce qu’on peut tirer de cette présentation est sans doute le grand investissement des enseignants et des représentants étudiants qui semblent vraiment à l’écoute pour tout ce qui concerne le côté pratique des études doctorales.

De plus, la variété des équipes de recherche et donc, des séminaires mais encore des conférences et colloques organisées tout al long de l’année universitaire, garantissent une formation doctorale riche et pluridisciplinaire.

Pourtant, la question des financements reste la plus problématique, mais les professeurs ont insisté : souvent, les étudiants ignorent les différentes ressources et ne postulent pas. Les membres de l’ED nous ont poussé à agir dès maintenant : il s’agit de commencer à contacter les possibles directeurs de recherche dès à présent, ce qui nous permettra de postuler aux différentes aides économiques qui nous sont proposées.

Le doctorat se présente donc comme un projet difficile mais non pas irréalisable !

Carla Campos Cascales

Diplômée de lettres modernes à l'Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle après une double licence en philosophie et lettres à l’université Paris I-Panthéon-Sorbonne, actuellement en master de recherche en sciences du langage (Didactique du Français Langue Etrangère et Langues du Monde) à l’université Paris III. Intéressée par la transmission et la réception de la langue et la littérature ainsi que par le rôle et l’activité du lecteur.

More Posts

Le bi-plurilinguisme dans le milieu soninké en France: la langue de communication entre les trois générations d’immigrés soninkés de Meaux, Seine-et-Marne

C’est à la fin de la Seconde Guerre Mondiale que la première vague d’immigration négro-africaine est arrivée en France. Les soldats africains sont autorisés à s’inscrire officiellement dans l’armée française. Nous les rencontrons dans les compagnies maritimes pour desservir les côtes d’Afrique de l’Ouest. Le facteur de cette inscription est le reclassement des anciens combattants et la suspension de l’interdit de débarquer dans les ports de Dunkerque, Marseille et Havre. Parmi les soldats noirs inscrits, il y a de jeunes Soninkés de la moyenne vallée du fleuve Sénégal repartis entre le Mali, la Mauritanie et le Sénégal. La deuxième vague est arrivée dans les années cinquante. Les besoins de main d’œuvre dans les usines en particulier dans l’industrie automobile (Peugeot, Renault…) augmentent le nombre des immigrés négro-africains (Manjak, Poular, Soninké etc.)
Lorsque la France a arrêté l’immigration en 1974, les Soninkés, contrairement aux Manjak et aux Poular, n’ont pas voulu s’installer en France . Les kaagumse , les chefs de famille, par crainte de destruction des traditions du village, de la perte d’autorité et de la perte de revenus envoyés par les émigrés depuis la France, s’opposent à l’émigration des femmes . Ils se sentent à l’aise par la migration de leurs jeunes frères qui pourraient devenir un jour des opposants. (Quiminal, 1991). C’est dans les années quatre-vingt, avec le regroupement familial, que les Soninkés commencent à s’installer en France en faisant venir leurs épouses.
Les Soninkés dont la majorité vit dans la région parisienne (les Maliens) et la Seine-Maritime représentent, selon N. Kanté (1986), 75 % des migrants africains en 1962 et 60 % en 1975. L’installation des Soninkés dans ces régions est due au marché du travail (industries métallurgiques, hôtellerie et restauration…).
Les immigrés soninkés en France, malgré la distance, restent liés aux villages d’origine par des cotisations, la mise sur pied des associations pour le développement des villages, l’organisation des cérémonies de présentation des condoléances aux décès d’ici et ailleurs etc. Un adulte, qu’il soit là avec sa famille dans un appartement ou seul dans un foyer des travailleurs, il cotise et se présentes aux rencontres sociétales. (Leconte, 1997 : 67).
Le réseau social soninké est renforcé par le voisinage dans le même quartier, le même foyer de travailleurs voire même le même bâtiment de logement social. Ce voisinage permet de mettre en contact les soninképhones d’origines différentes. Les Soninkés maintiennent aussi leur réseau social par des visites de courtoisie en se déplaçant d’une maison à une autre, d’un quartier à un autre, d’une ville à une autre (des cousines à Meaux rendent visite à des cousines à Paris, Aubervilliers etc.) ou même d’un pays à un autre (la visite du pays d’origine par les enfants pendant les vacances scolaires).
Le soninké représente à la fois une langue et un groupe ethnique dont la structure familiale est patrilinéaire : le père est le détenteur du pouvoir. C’est lui qui décide et dirige tout (Quiminal, 1991, Leconte, 1997 : 68). La langue soninké fait partie de la famille nigéro-congolaise et du sous-groupe des langues mandés. Elle est décrite depuis les années soixante-dix. De nos jours il a un dictionnaire et une grammaire. (cf. les travaux de la DNAFLA devenu aujourd’hui AMALAN, de l’ACALAN et de l’APS).
La famille soninké en France comme en Afrique est beaucoup plus homogène à cause de l’endogamie. Cela favorise une homogénéité linguistique. Le soninké reste la langue maternelle des immigrés de la deuxième et de la troisième génération. (Leconte, 1997). Partout en France, le soninké est une langue minoritaire. Ce statut du soninké par rapport au français (la langue de la république) va forcément créer un code switching dans les familles ou les résidences soninkés. Nous aurons le soninké d’une part et le français ou une autre langue européenne ou africaine d’autre part. (Leconte, 1997).
Dans la famille, les stratégies que les adultes (les parents) établissent pour la promotion de la langue maternelle sont comparables à des politiques linguistiques des instances officielles. L’existence du français et du soninké dans un même foyer fait que les adultes se posent la question sur le choix de la langue à parler aux enfants, devant les enfants et avec les enfants. Le concept de glottopolitique (« La glottopolitique est (…) une pratique sociale, à laquelle nul n’échappe (on « fait de la glottopolitique sans le savoir », qu’on soit simple citoyen ou ministre de l’économie). » (Guespin et Marcellesi, op. cit., 16)) permet de décrire les stratégies linguistiques établies par les parents (Leconte, 1997 : 17-18). « Les actes glottopolitiques sont non seulement tous les cas de promotion, interdiction, équipements, changement du statut d’une langue, mais aussi des actes minuscules et familiaux » (Marcelli, 1986).
Au cours de la transmission langagière la présence d’une langue à l’intérieur d’une autre annonce une approche qui vient, en fait, à l’étude des phénomènes généralement catégorisés sous le terme de l’alternance codique (l’alternance inter-acte, l’alternance intra-acte et l’emprunt (Actes du Troisième Colloque Régional de Linguistique à Strasbourg, 1989 : 75).
Au vu de nos enquêtes auprès des immigrés soninkés de Meaux, le soninké est-il la langue de communication des sujets parlants et quel sort peut-on réserver à cette langue dans les jours à venir ? Il s’agit d’observer, et d’analyser les interactions verbales dans toutes les communications dans les dyades (le dialogue) et en groupe dans la famille ou dans toute autre localité où on rencontre les soninkés à Meaux. Le soninké est une langue minoritaire récemment codifiée par rapport au français, la langue de la république. Il est possible que ces deux langues s’influencent réciproquement dans des interactions verbales. Ce contact engendra-t-il des phénomènes sociolinguistiques tels que l’alternance codique, l’emprunt, le calque etc. ?
Pour répondre à la problématique, notre mémoire sera divisé en trois chapitres consacrés respectivement à nos enquêtes sur le terrain, à la transmission langagière au sein de la communauté linguistique soninké de Meaux et au sort de la langue et de la culture soninké en France précisément à Meaux. Au titre des enquêtes, il sera l’objet de faire une présentation et d’expliquer son déroulement. Au chapitre de la transmission langagière, en nous appuyant sur nos enquêtes, nous développerons l’interaction verbale entre les trois types de génération (immigrés soninkés de première, de deuxième et de troisième générations) et dans quelle image une génération aide-elle une autre pour améliorer sa biographie langagière ? Enfin dans le dernier chapitre, à partir de la réponse à notre questionnaire et nos entretiens avec les Soninkés en particulier ceux des deux dernières générations, la langue et la culture soninkés ont-elles un avenir en France en particulier à Meaux ?

Références:
 Dabène, L. et Billiez, J., (1987), « Le parler des jeunes issus de l’immigration », dans Vermes et Boutet [dir.], France pays multilingue T2, Paris, L’Harmattan, p. 62-77.
 Diagana, S. O., (1996), « Usage de l’emprunt par les castes soninké de Kaédi (Mauritanie) », dans Kachouri et alii, Questions de glottopolitique : France, Afrique, Monde méditerranéen, Rouen, Université de Rouen, p. 178-186.
 Leconte, F., (1997), La famille et les langues : une étude sociolinguistique de la deuxième génération de l’immigration africaine dans l’agglomération rouennaise, Paris, L’Harmattan.
 Leconte, F., (2001), « Familles africaines en France. Entre volonté d’insertion et attachement au patrimoine langagier d’origine », Langage et société, n° 98, p. 77-103.
 Quiminal, C., (1991), Gens d’ici, gens d’ailleurs, immigration soninké

Salif Sy

Je me nomme Salif Sy. Je suis né au Mali, cercle de Kayes. Après avoir obtenu le diplôme de la maitrise en anglais-arabe en 2009 à l'université de Bamako, je suis venu en France pour poursuivre mes études dans le système LMD. En France j'ai obtenu un master 2 en études britanniques, nord-américaines et post-coloniales et un master 1 en FLE. Actuellement je prépare le M2 DFLE, Spécialité 1, parcours recherche à Paris 3.

More Posts

Exposition gratuite au Centre Pompidou : « Qu’est-ce que la photographie ? »

 

En ce moment et jusqu’au 1er juin, au Centre Pompidou vous pouvez visiter gratuitement l’exposition « Qu’est-ce que la photographie ? ».

 

L’exposition présente le travail de trente praticiens, artistes et photographes – dont le célèbre Man Ray tout de même ! – qui se sont posés la question et qui ont essayé d’y répondre à travers une photographie, une série d’images ou parfois même des objets. Parmi les réponse à la question on peut trouver « des envies », « un matériau », « des principes », « un écart », « des ressources », « des vérifications » etc. Un regard parfois surprenant sur cet art.

 

Je ne dirai pas tout de cette petite exposition pour ne pas vous gâcher le plaisir de la visite mais si je devais choisir un élément ce serait le travail hors du commun de Mishka Henner. Il  montre, comme l’ensemble de l’exposition mais selon moi plus encore, qu’il n’y a pas qu’une seule réponse à la question « qu’est-ce que la photographie ? ». En effet, en 2010 il entre dans un moteur de recherche « Photography is » et regroupe dans un livre d’artiste plus de 3000 réponses. Le livre est consultable mais les innombrables phrases sont surtout regroupées sur un très grand panneau. En s’approchant on peut lire. J’ai fait l’expérience de vouloir en prendre quelques unes en notes, j’ai noté le début de la phrase, je ne me souvenais plus de la fin, j’ai cherché à regarder à nouveau et impossible de la retrouver… J’ai trouvé que cette expérience était intéressante dans la mesure ou l’artiste voulait montrer la diversité des réponses possible : à chaque regard, de nouvelles réponses.

 

 

photo 3

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

« Médias et médiation de la gastronomie » – ouvrir son horizon à d’autres champs de recherche

africhti2006web1

(image : http://www.presseetcite.info/journal-officiel-des-banlieues/culture/le-frichti-de-fatou-reprendre-gout-au-theatre)

Je me suis rendue à une des séances du séminaire intitulé « Médias et médiation de la gastronomie (XVIIe-XXIe siècle) organisée par le CHCSC (université de Versailles, St-Quentin-en-Yvelines) le 9 mars 2015 dans la magnifique bibliothèque historique de la ville de Paris. Les organisateurs de cet événement, des historiens de la gastronomie, ne semblaient en apparence pas pouvoir m’apporter d’éléments de réflexion déterminants dans mon travail de recherche (français langue étrangère et pratique culinaire et gastronomique) qui n’est en aucun cas une analyse diachronique. Ayant développé un intérêt personnel pour l’histoire de la gastronomie, je me suis tout de même rendue à cette séance par curiosité. Le programme allait pourtant bien au delà de ce que j’imaginait être la problématique de ce champ et cette séance intitulée « Scènes et gastronomie » a apporté un nouvel éclairage à ma réflexion. Les préjugés sont donc à bannir de nos esprits de chercheurs : j’en prends note.

La première intervention, celle d’ Athéna Hélène Stourne : « La cuisine à la scène : boire et manger au théâtre » m’a permis de saisir à quel point la gastronomie, la cuisine ou encore la nourriture ne peuvent être utilisées comme des médias quelconques. En effet, le théâtre à utilisé la nourriture, la gastronomie afin de mettre l’Homme et la vie humaine au cœur des préoccupations (mouvement naturaliste au théâtre, 19e s.).

Manger et boire constituent des besoins primaires, biologiques. Les repas et leur préparation sont aussi et depuis toujours des moments de partage, de sociabilité et de plaisir. Ces moments ont une part cruciale dans la vie des individus et constituent un élément incontournable de toute culture.

Ainsi, contrairement à ce qu’on a parfois tendance à croire lorsque l’on s’interroge sur cette intégration de la nourriture et de la gastronomie dans les pièces au théâtre, ou dans les cours de langue, sur le plan historique on remarque d’une part que les rapports des Hommes à la cuisine et à la nourriture ont toujours été particuliers bien qu’il y est des moments d’engouement plus fort que d’autres, Il ne s’agit donc pas d’une simple mode éphémère.

De plus, on constate très vite que les réactions des spectateurs dans les “Opéra bouffe” par exemple, sont aussi spécifiques que l’est la relation des Hommes à la nourriture. En effet, ces réactions sont souvent très vives comme l’explique A. H. Stourne. De même, il me semble que l’intégration de la pratique culinaire et du repas collectif au cours de langue étrangère apporte une dimension nouvelle qui est difficilement comparable avec d’autres propositions existantes et ce pour les mêmes raisons.

L’intervenante a également beaucoup insisté sur le parallèle intéressant entre un repas et une pièce de théâtre du point de vue du spectateur. Selon elle, ces deux événements sont des moments collectifs, de partage et de sociabilité forts dans lesquels il y a communion entre les spectateurs ou les convives. Ce point a particulièrement éclairé ma réflexion personnelle.

Il est facile de voir en quoi la collaboration d’un groupe autour de l’organisation d’un repas collectif, des courses à la dégustation en passant par la préparation peut être considérée comme un projet collectif. Mais la pratique culinaire et la gastronomie amènent également au partage et aux échanges culturels. Dans la salle de théâtre ou de classe, grâce à la cuisine,  les sens sont éveillés par des odeurs qui circulent et qui inspirent le goût voire parfois le dégoût chez les individus. Cela amène naturellement des discussions, des débats et donc des échanges culturels entre les convives. Car si l’expérience est collective, pour qu’il y est partage, il faut qu’il y est eu en amont des expériences personnelles différentes. Or, chacun par sa culture familiale, nationale et par sa mémoire gustative a une histoire personnelle avec la gastronomie qui vient ainsi enrichir cette expérience collective. Manger étant, comme je l’évoquais plus haut, un besoin biologique, la pratique culinaire ne peut laisser indifférent et à cet avantage de pouvoir rassembler des individus aussi différents que ceux qui se retrouvent bien souvent dans les classes de fle en France.

La méthode peut-elle s’apprendre avec méthode ?

presentation cahier

 

Lorsque, lors de mon premier entretien, mon interlocuteur, un aimable retraité bénévole et non pas un professeur auréolé, a repris mais propos en marquant oralement l’italique sur une de mes formulations qui l’avait amusé avant de répondre à la question que je venais de lui poser, je me suis laissée entendre qu’il était temps de plonger mon nez dans quelques méthodes … La bibliothèque universitaire en regorge : L’observation pour les nuls, L’entretien des débutants* …

En effet bien que certains articles ou ouvrages écrits par de grands sociologues, anthropologues etc puissent être utiles, il me semble que quand on est plongé dans l’aventure de la recherche pour la première fois, il est plus efficace de feuilleter des ouvrages qui vous prennent par la main et vous expliquent le b.a.-ba de l’entretien, du questionnaire ou encore de l’observation.

Mais à trop vouloir prendre les apprentis chercheurs par la main, ces ouvrages ont tendance à les infantiliser et à leur donner des conseils très (trop ?) spécifiques qui vont jusqu’à décrire l’unique choix possible en matière de carnet de notes pour l’observation :

“l’observateur rédigera ses notes à l’aide d’un carnet à spirales à lignes quadrillées d’un format poche ou sur des feuilles. En écrivant seulement recto, il pourra plus tard en découper les extraits pour les coller ailleurs. Par précaution, il laissera une large marge, voire divisera chaque page en deux pour ajouter des commentaires, des corrections et il numérotera les pages pour éviter des disparitions (…)”

 

Comme dans l’extrait que nous avions étudié au début de l’année: la description des quatre carnets du chercheur par Bruno Latour (voir l’article de S. Martin : http://arlap.hypotheses.org/2102 ), il est nécessaire de prendre du recul vis à vis des conseils méthodologiques qui nous sont donnés et de les considérer d’avantage comme des pistes de réflexions que comme des lois dogmatiques. Il est évidemment plus facile de se laisser dicter une méthodologie que de penser une méthodologie qui nous est propre et qui nous convient. Sur le long terme cependant, des ajustements seront toujours nécessaires afin de mener à bien notre travail de recherche et choisir la facilité au départ ne nous conduirait donc finalement pas beaucoup plus loin.

*titres d’ouvrages purement fictifs

Entre forme et contenu, nos têtes balancent

equilibriste

 

Mercredi 11 mars : le contenu à l’honneur

Les pré-soutenances ont pour moi était l’occasion de constater que tout est une question d’équilibre lorsque l’on rédige un mémoire de recherche.

Tout d’abord, il semble nécessaire de limiter son enthousiasme. Tous passionnés par des sujets qui ont mûris en nous au fil de nos expériences, de nos lectures et des réflexions qui en ont découlé, ils nous faut pourtant parfois sortir la tête de l’eau pour ne pas nous noyer dans un bain qui nous fascine. Il semble en effet que  notre enthousiasme pour un sujet puisse nous empêcher de procéder à un élagage du sujet en question, pourtant nécessaire en ce qu’il permet de définir un objet de recherche “raisonnable” dans le sens où nos enquêtes ne peuvent être menées que dans un temps limité et contées en une centaine de pages seulement. Mais être “raisonnable” n’est pas toujours la chose la plus facile lorsque l’on est un jeune chercheur ambitieux et passionné.

Une fois notre objet de recherche définit, il est de nouveau nécessaire de pocéder un certain sens de l’équilibre pour pouvoir jongler entre nos postulats et les conclusions que l’on tire de notre “enquête approfondie”, pour reprendre les mots employés ce matin lors de nos discussions. Car si elle est éclairante, l’observation de terrain est bien souvent déstabilisante et certains d’entre nous l’ont déjà constaté à ce stade. La surprise pourrait bien nous faire perdre les pédales. A nous de savoir rebondir.

 

Jeudi 12 mars: La forme au cœur de nos discussions

Chargée d’observer les discussions qui ont eu lieu le lendemain de cette expérience, la première du genre pour beaucoup d’entre nous., j’ai pu constater combien la plupart d’entre nous se pose d’avantage de questions sur la forme que sur le contenu de son mémoire. Entre règles de mise en page, dates de rendu, traductions, transcriptions des entretiens, citations etc, nos préoccupations sont donc très pratiques. Est-ce une manière de se rassurer quant au contenu de notre travail ? Cette réflexion m’a rappelé les paroles d’un de mes professeurs de collège, bien connu pour sa grande originalité. Ce dernier avait un jour décidé de procéder, en public, à l’analyse psychologique d’un de mes camarades dont les notes en latin n’avaient jamais dépassé la moyenne et qui s’appliquait comme à son habitude à remplir un cahier à la présentation irréprochable. Selon lui, si le jeune garçon s’appliquait à ce point c’était pour ne pas se confronter à ses difficultés concernant la réelle raison de notre présence dans cette classe : l’apprentissage du latin. Je suis certaine que nous ne sommes pas aussi désespérés par l’écriture de notre mémoire que l’était ce jeune garçon face à l’apprentissage du latin. Néanmoins, aussi paradoxale que cela puisse sembler, j’ai l’umpression que la maîtrise de la forme nous aide à entrer dans la création du contenu de façon beaucoup plus sereine. Certains professeurs nous ont d’ailleurs déjà fait remarquer que , eux non plus, en tant que lecteurs et juges, n’étaient pas indifférents, qu’ils en aient conscience ou pas, à la forme du travail rendu.

Ainsi, bien que ces questions sur la forme d’un contenu qui n’est pas encore rédigé puissent paraître prématurées, y apporter des réponses en discutant entre apprentis chercheurs ne peut que nous aider à avancer dans l’écriture de notre mémoire.

 

ERRANCE, Raymond Depardon.

En me rendant dans ma bibliothèque de quartier afin d’y trouver un livre de Belting sur l’anthropologie des images, je suis tombée par hasard sur Errance de Depardon. Je l’ai emprunté pour y jeter un coup d’œil et je me suis laissée porter jusqu’à la fin. Le photographe propose un monologue, comme « une autre voie parallèle aux photographies » (Depardon, 2000 : 34). Il explique construire une sorte de chemin de fer : d’un côté la photo, de l’autre le texte. Il souhaite donner une voix à la photographie, lui associer une parole. Ecrire est pour lui une nécessité, il lui faut poser des mots simples, tout comme il fait des photos simples (Ibid., 46).

 

Je me suis laissée porter par ses paroles, j’entendais le texte et je ressentais même le besoin à certains moments de lire à haute voix, pour mieux l’entendre raisonner. Il s’agit d’une parole par laquelle le photographe nous dévoile une part de sa personne, son travail, ce qu’il a pu penser dans certaines circonstances en travaillant sur ce projet mais aussi avant cela. Il exprime ses peurs, ses frustrations, ses envies. Il effectue et nous fait effectuer un voyage en lui-même en somme.

 

Une lecture surprenante qui donne envie de découvrir le travail de Raymond Depardon aussi bien en photographie qu’au cinéma, une bonne surprise.

 

Cette lecture, en plus de m’avoir captivée, m’a appris beaucoup sur la démarche du photographe et sur les choix qu’il fait. Est née alors l’idée d’un projet dans le cadre d’une classe de FLE. Il s’agirait, après avoir donné un aperçu de cet ouvrage aux étudiants, de leur proposer de pratiquer à leur tour la photographie et de constituer une sorte de mini récit pour accompagner des photographies autour d’un thème. Il serait possible d’envisager que chacun participe afin de fabriquer un livret qui serait le résultat du travail de la classe. Ce qui me paraît intéressant est le fait de passer par la pratique pour amener les étudiants à avoir une attitude réflexive sur leur démarche. Ils pourront identifier leur positionnement dans la photographie, justifier leurs choix concernant le format, le cadrage, les couleurs, la lumière, la composition etc. Par la suite, ils pourront transférer cette réflexion dans le cadre de leur propre pratique sur des photographies culturellement reconnues. La démarche leur apporterait des pistes de lecture, d’analyse et d’interprétation, pousserait les apprenants à s’interroger sur la place de l’artiste et à faire des inférences sur ses intentions.

 

 

Je vous laisse bien sûr avec quelques images extraites de cet ouvrage.

 

 

 

 

 

Depardon, R. 2000. Errance. Paris, Seuil, 160 p.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Compte-rendu de pré-soutenance : Les langues kanaks et le français : langues d’enseignement et de culture en Nouvelle-Calédonie

par Marine Robaut-Guyen

La Nouvelle-Calédonie est un « microcosme de mixité linguistique ». Elle comporte 28 langues kanaks en son sein bien que seul le français soit langue officielle, les autres langues étant langues minoritaires. La situation linguistique est très complexe sur ce territoire, dans la mesure où on fait face à une grande diversité linguistique au sein d’une culture francophone, et dans un environnement anglophone. Le français correspond à la langue des Institutions, de l’administration, alors que les langues parlées par les habitants diffèrent de cette langue. On remarque alors une hétérogénéité des situations linguistiques puisque les enfants de Nouvelle-Calédonie parlent chez eux une langue kanak mais doivent apprendre le français à l’école, qui constitue pour eux une langue inconnue. Les langues kanaks étaient interdites d’usage dans les écoles pendant de nombreuses années, ce qui est le cas pour beaucoup de langues régionales de France, que ce soit en France métropolitaine ou à l’Outre-Mer. Ces langues furent longtemps réprimées, c’est pourquoi elles sont de nos jours considérées comme étant des langues en danger, qu’il faut à tout prix promouvoir afin d’éviter leur disparition. Il s’agit du principal combat des langues minoritaires qui doivent sans cesse se défendre face à la langue officielle qui, bien souvent, est toute puissante et essaye de soumettre les langues minoritaires qu’elle côtoie.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts

D’un sujet à l’autre.

 Observation de soutenances à mi-parcours.

Une journée particulièrement riche dont il n’est pas évident de rendre compte. J’ai choisi de parler ici de six interventions toutes très différentes les unes des autres. Je prends  le parti de commencer par des constats généraux que j’ai pu regrouper concernant l’ensemble des soutenances auxquelles j’ai assisté puis, de faire le point sur ce qu’elles m’ont apporté avant de faire l’inventaire de ces interventions telles que je les ai comprises en espérant ne pas me méprendre.

Si vous avez des remarques à faire sur ce que j’ai écrit concernant vos soutenances ou celles de camarades n’hésitez pas à laisser quelques mots, il pourrait être intéressant de voir comment des mêmes interventions ont été perçues par des « observateurs » différents.

 

 

De manière générale, j’ai pu noter que les étudiants en étaient à des étapes différentes de leur recherche, qu’ils avaient souvent eu à opérer des modifications que ce soit concernant leur plan, leur titre, leurs problématisations ou même encore parfois concernant le sujet même de leur étude. Deux étudiants ont en effet témoigné avoir changé de sujet. J’ai pu observer également que les étudiants partaient souvent d’un constat, d’une observation personnelle et que certains rencontraient des difficultés pour canaliser leurs données et définir le champ de leur recherche.

Je me suis rendue compte que les étudiants s’expriment parfois sur le sujet qui est le leur et qui leur est donc évidemment familier en tenant un rythme assez soutenu. En temps qu’observateur il n’était évident de tout comprendre. Les sujets étant souvent très différents du mien et présentaient tous une certaine spécificité. Je me suis rendue compte qu’il était parfois difficile de suivre et j’ai donc réalisé l’importance que peuvent avoir le rythme et la clarté.

Lors des échanges des distinctions ont été faites entre des termes pouvant paraître liés tels que « intégration » et « inclusion », « langue » et « langage » et le professeur a parfois relevé l’utilisation de certain mots et groupes de mots comme l’adverbe « forcément » mais aussi la locution « enquête approfondie ». Cela a permis selon moi de rappeler l’importance du choix des mots et de ce que ces choix peuvent impliquer.

Enfin, j’ai pu trouver écho à mon propre sujet de recherche dans la présentation d’Héloïse. Lorsqu’elle expliquait que la poésie pouvait provoquer l’adhésion comme le rejet et qu’elle permettait à chacun de se positionner à son sujet j’ai constaté que j’avais moi même fait les mêmes observations au sujet de la photographie. En y réfléchissant je pense que c’est une des caractéristiques des supports artistiques et que c’est ce qui permet aussi d’initier une parole.

 

 

 A présent quelques notes sur chacune des interventions.

 

 

Léonard se penche sur l’idéologie de l’éducation au plurilinguisme dans la construction européenne. Il nous a expliqué que tout était parti de l’observation observation personnelle, qu’il a qualifié de relativement « simple et naïve », du fait que le CECRL et les guides associés étaient des prises de position politiques s’inscrivant dans un réseau de pensée autour de la construction européenne. Il a témoigné de la difficulté que représente l’étendue d’un tel sujet balayant de multiples disciplines et souhaite inscrire sa recherche dans un réseau de pensée duquel il aimerait rendre la consistance.

 

Salif s’intéresse au bilinguisme dans le milieu soninké en France et plus particulièrement au cas des soninkés vivants à Meaux en Seine-et-Marne. Il nous a présenté le soninké comme une langue de communication entre trois générations d’immigrés soninkés à Meaux, une langue au contact d’autres langues dans un tel contexte et s’intéresse à la façon dont ces langues s’influencent et aux interactions entres les membres de cette communauté. Salif a expliqué, pour illustrer ses dires de manière concrète, qu’il souhaitait par exemple se demander si les interactions allaient se produire de la même façon entre un père et une mère et entre un frère et une sœur. Il a enfin évoqué son plan, un plan en trois parties : l’enquête et son déroulement, la transmission langagière et l’emprunt lexical.

 

Wang se penche sur l’intégration en milieu interculturel des apprenants chinois en situation de mobilité estudiantine. Elle nous a expliqué que les apprenants étaient intégrés dans des classes multiculturelles avec des personnes de niveaux équivalents et que l’approche communicative souvent utilisée dans les classes actuellement ne correspondait pas véritablement aux attentes des étudiants chinois. Elle se demande alors comment il est envisageable de favoriser l’intégration de ces étudiants dans des classes multiculturelles. Elle effectue des observations au DULF et est amenée à réaliser une enquête dans le but de proposer des actions pédagogiques et didactiques pour intégrer les étudiants chinois.

 

Carla traite la question de la relation littéraire en contexte catalan. Elle a témoigné être partie de l’hypothèse selon laquelle l’école, comme espace de formation de futurs citoyens, serait influencée par le projet politique. Elle souhaite observer et interroger la pratique de la lecture en classe et nous a expliqué en quoi le terrain avait bousculé ses interrogations initiales. Elle se penche sur la discipline : « Langue catalane et littérature » et témoigne du fait que, comme l’intitulé de la discipline l’indique, la langue est mise au premier plan et l’étude des textes n’arrive que comme accessoire, occupant une place très réduite. Après le terrain elle a pu déplacer ses interrogations sur l’absence de relation aux œuvres dans les cours en question.

 

Naima nous a expliqué qu’elle avait récemment décidé de changer de sujet de recherche. Elle souhaitait auparavant travailler sur la littérature maghrébine comme approche de l’interculturalité mais a finalement décidé de se pencher sur la question de l’alternance codique en temps que fonction didactique et communicative. Ce choix a été initié par l’observation de l’importance de cette pratique devenant de plus en plus courante en contexte algérois et par le fait qu’elle soit elle même directement concernée. Elle constitue actuellement sa bibliographie mais rencontre des difficultés pour « canaliser ses données » et « arrêter sa démarche ». Naima s’interroge cependant sur le fonctionnement de cette pratique et sur l’analyse de sa valeur symbolique.

 

Héloïse se penche enfin sur la place paradoxale de la poésie dans l’enseignement des langues. Elle a témoigné de la sous représentation flagrante du genre poétique en classe ordinaire de français mais aussi dans le cadre du FLE et a mentionné l’étrangeté de la poésie qui pouvait provoquer l’adhésion spontanée aussi bien que le rejet et qui permet à l’étudiant de se poser la question de ce qu’il ressent et d’où il se positionne par rapport à cette étrangeté.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l'université Sorbonne Nouvelle - Paris III

More Posts

Le questionnaire: Quels objectifs? Quelles démarches ?

Le questionnaire est l’une des trois grandes méthodes pour recueil de données. C’est une méthode de recueil des informations en vue de comprendre et d’expliquer les faits. Les deux autres méthodes les plus couramment utilisées étant l’entretien et l’observation. Si l’entretien et l’observation sont des méthodes individuelles et collectives, le questionnaire est une méthode qui est uniquement collective. C’est une méthode quantitative qui s’applique à un ensemble (échantillon) qui doit permettre des inférences statistiques
Ghiglione distingue les objectifs suivants :
1 : L’estimation : il s’agit d’une collecte de données, d’une énumération de ces données. C’est la démarche la plus élémentaire dans le questionnaire. On ne cherche pas à comprendre les données, on cherche à les mettre à plat.
2 : Description : il s’agit de retirer des informations qui décrivent les phénomènes subjectifs qui sous-tendent les phénomènes objectifs et d’expliquer ainsi les phénomènes objectifs, comme les motivations, les représentations et les opinions.
3 : La vérification d’une hypothèse : il s’agit ici d’une démarche déductive, le questionnaire devient un outil pour confirmer ou infirmer une hypothèse.
La valeur d’un questionnaire dépend des objectifs sous-jacents à l’étude. Pour cela, il est nécessaire de:
A : Définir l’objet de l’enquête : Sur quoi porte l’enquête, ainsi que les moyens matériels.
B : Les objectifs et les hypothèses de l’enquête : Qu’est-ce que l’on cherche à mettre en évidence, qu’est-ce que l’on veut vérifier ? La définition des objectifs est impossible sans définition des hypothèses générales de l’enquête.
C : Déterminer la population d’enquête ou l’univers de l’enquête : On appelle l’univers de l’enquête l’ensemble du groupe humain concerné par les objectifs de l’enquête.
D : Terminer l’échantillon : C’est-à-dire combien d’individus seront retenus par rapport à l’univers.
E : Le projet du questionnaire : Il s’agit de poser les questions principales par rapport à l’objet de l’enquête.Une fois le projet clairement établit, le plus gros de l’élaboration du questionnaire est fait.
F : Le prétest: Il s’agit d’une phase fondamentale, souvent négligée, qui consiste à mettre à l’épreuve le questionnaire par rapport à quelques individus, autrement dit à le tester.
G : La rédaction définitive du questionnaire.
Et l’auteur considère les deux dernières démarches : H : Le dépouillement et le codage des résultats et L’analyse des résultats en relation avec les objectifs de l’enquête.

Référence : Ghiglione, R. (1987). Les techniques d’enquêtes en sciences sociales. Paris : Dunod
Vilatte, J. C. (2007). Méthodologie de l’enquête par questionnaire. Université d’Avignon.