Archives de catégorie : 4. Un séminaire, des membres actifs

Bourses FLE-Campus France

L’appel à candidature du « Programme bourses FLE 2014 – 2015 » vient d’être mis en ligne et nous vous invitons à vous rendre sur le site de Campus France pour en prendre connaissance en cliquant sur le lien suivant http://www.campusfrance.org/fr/bourses-fle-2014-2015

Offre d’emploi Campus france :

Intitulé du poste : 1 enseignant FLE

Organisme recruteur : Alliance française de Xi’An

Descriptif du poste : Les candidats, de langue maternelle française, doivent être diplômés (de préférence master 2, le niveau minimum licence étant indispensable) et avoir déjà une expérience professionnelle réussie dans le FLE, à l’étranger.

Le volume horaire varie entre 15 h (minimum assuré) et 25 h (maximum) de cours par semaine, pour un public majoritairement constitué d’étudiants. Nous développons une offre de cours en direction du jeune public (7/15 ans). Par conséquent, une compétence ou une appétence en direction du jeune public est souhaitable.

Nous utilisons principalement la méthode « Alter Ego + », une connaissance de celle-ci est un atout. Possibilité de passer sur place des épreuves de Master FLE par correspondance, l’Alliance pouvant être centre d’examen.

Compétences et savoirs clés : L’enseignant recruté doit maitriser l’approche communicative, savoir utiliser l’outil informatique et les TICE (TBI dans toutes les salles). Capacité d’adaptation, qualités d’écoute, souplesse, rigueur, dynamisme et compétence interculturelle sont attendus des candidats.

La certification « correcteur-examinateur » DELF-DALF est un avantage certain.

Une première expérience du travail en équipe (mise en place de référentiels et partages de connaissances) est un plus. La connaissance du mandarin et de la civilisation chinoise, sans être obligatoires, constituent des atouts indéniables.

Offre d’emploi enseignant FLE – AF X’i’an – octobre 2014

Lieu de travail : L’Alliance Française de Xi’An est située dans la province du Shaanxi en Chine. Ancienne capitale du pays, la ville possède un véritable atout touristique et archéologique. Xi’An fait partie des 10 plus grandes villes chinoises et atteint la troisième place dans le domaine universitaire.

Date de disponibilité demandée : Début /fin décembre 2014

Type de contrat : Contrat d’une année (après période d’essai), renouvelable, signé avec l’université partenaire de l’Alliance Française de Xian.

Rémunération par heure ou par mois en monnaie locale et en euros : Cours rémunérés entre 110 rmb (14 €) et 130 rmb (17 €) par heure ; 5 semaines de congés annuels payés 5×1650 rmb (5×210 €); Participation assurance à hauteur max de 600 euros par an ; A partir de la seconde année, maximum 7000 rmb/an (900 €) pour billet d’avion et 600 rmb/mois (75 €) de prime d’expatriation. A titre indicatif, la location d’un appartement de 60 m2 coûte 1900 rmb (230 €), un repas entre 20 et 40 rmb (2,5 et 5 €), un ticket de bus 1 rmb (0,2 €)

Nom et le prénom de la personne à laquelle doivent être envoyées les candidatures

CV complet + photo + lettre de motivation + si possible références ou lettres de recommandation à envoyer avant fin octobre à Nicolas Peroy, directeur, à l’adresse direction.xian@afchine.org

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

Ouvrir la recherche avec Bruno Latour

Avant de commencer à ouvrir la recherche avec Bruno Latour, je me permets de renvoyer à un billet sur un autre blog (“« Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche”, publié le 10 août 2014) qui tente de réfléchir à un “faire carnets” pour “faire recherches” (je mets les COD au pluriel parce que la pluralisation est dans cette conceptualisation un levier décisif – voir plus bas) : http://ver.hypotheses.org/1157

1. Faire carnets

On trouvera des informations utiles concernant cet ouvrage à l’adresse suivante qui est aussi une entrée dans le monde de Bruno Latour : http://www.bruno-latour.fr/fr/node/73

Une note de lecture ici: http://www.nonfiction.fr/article-150-bruno_latour_refait__de_la_sociologie.htm

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006 – les extraits ci-dessous sont aux pages 194-197) nous propose de “déployer les controverses” puis de “retracer les associations” – tels sont les titres des deux parties de l’essai. On peut y entendre deux opérations successives qui correspondent bien à la réalisation d’un mémoire de recherche : se situer dans les controverses en les déployant puis écrire les relations qui construisent un parcours réflexif.

Les extraits que je retiens de ce livre se trouvent vers la fin de la première partie. Aussi est-il utile de considérer l’organisation de celle-ci qui repose sur ce que Latour appelle des sources d’incertitude qui sont à entretenir. La première demande de passer des groupes au regroupements ; la deuxième exige que n’importe quel acteur de la recherche soit considéré comme débordé par l’action et donc difficilement assignable à quelque étiquetage ; la troisième élargit le champ de ces actions aux objets mêmes qui entourent les acteurs – les subjectivations sont ainsi considérées dans toute leur ampleur ; la quatrième demande de concevoir les faits non comme indiscutables mais comme disputés – ce qui défait leur naturalisation et engage la notion de points de vue voire de points de voix ; enfin, Latour propose de rédiger des comptes rendus risqués – ce qui revient à trouver dans une telle activité le bonheur d’une recherche impliquante et qui tient plus au travail des historicités (de la recherche, du chercheur, des acteurs, des objets…) qu’à quelque application de grilles toutes faites ou méthodes labellisées que la recherche ne transformerait pas.

Concernant la seconde partie de l’ouvrage, il faut noter qu’elle propose trois mouvements qui demandent de localiser le global, de redistribuer le local et enfin de connecter les sites. Une telle conception permet de défaire les dichotomies et les simplifications qui trop souvent dissocient les recherches fondamentales de leurs applications, la recherche de la vulgarisation et de l’enseignement… La moindre « petite » recherche, si elle veut vraiment former un chercheur, se doit de faire du glocal, de pluraliser les points de vue mêmes limités et enfin de se situer dans une constellation (notion sur laquelle nous reviendrons puisque la “contextualisation”, notion phare en didactique des langues, demande une reconceptualisation critique) ou s’associent dans un comparatisme actif des incomparables.

Voici donc les quatre pages de Bruno Latour pour :

  1. engranger les données de la recherche dans des carnets de recherche ;
  2. tout en se donnant les moyens de penser l’écriture de sa recherche.

Il faudrait donc, à partir des propositions de Latour, donner un titre à ses propres carnets (ou dossiers numériques), ce qui revient à paraphraser les propos de Latour pour les adapter au projet de chacun des membres de ce séminaire : rédiger un mémoire de M2 en didactique des langues.


Latour1-carnetLatour2-carnet

 2. Faire “l’acteur-réseau”

Après avoir lancé quatre carnets de recherche, il nous faut également lancer la direction de recherche – je préfère parler de relation de recherche, enfin tenter de réfléchir à ce que cela peut être tant du côté de l’étudiant que du directeur de recherche mais également de tous les dispositifs qui participent à l’encadrement du mémoire, parmi lesquels ce séminaire bien évidemment. Pour (dé)dramatiser un peu cette réflexion, je fais le choix de repartir avec Bruno Latour et de jouer “l’interlude” qui sépare la première et la seconde partie de son ouvrage, dont le titre est “que faire de l’acteur-réseau?” et qui se présente sous la forme d’un dialogue entre un étudiant et son directeur de thèse – certainement Bruno Latour lui-même. Ce dialogue permet de penser cette relation de recherche avec beaucoup d’humour – cela se passe à la London School of Economics chez les sociologues – mais également, avec beaucoup de perspicacité, ce dialogue demande de soulever quelques pistes décisives pour que la recherche transforme la recherche et que cela engage étudiants et directeurs dans une relation de recherche critique. On peut lire le dialogue ou l’interlude à cette adresse: http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/90-DIALOGUE-ANT-FR.pdf

Or, avec le constat fait par Latour déguisé ici en P (“La plupart des textes en sciences sociales sont mortellement plats”, p. 217), ce dernier pointe l’enjeu d’un enseignement de l’écriture de la thèse – je dirais plutôt d’une réflexion partagée sur l’écriture du mémoire – car c’est dans et par l’écriture que la recherche se fait : c’est elle le laboratoire puisque “selon la manière dont il est écrit”, le mémoire “saisira ou ne saisira pas le réseau d’acteurs que vous voulez étudier”. Saisir un réseau d’acteurs, c’est saisir un problème, en rendre compte et nécessairement offrir des perspectives à ces acteurs (apprenants et enseignants, par exemple). Je ne pointe ici que le fil rouge de la réflexion ou plutôt du débat car il en tresse beaucoup d’autres.

Outre la nécessité de jouer ce dialogue collectivement, je proposerai d’en écrire d’autres tout au long de notre séminaire. Il ne s’agit pas de faire comme Latour qui réussit à rendre compte en un dialogue assez long du rapport, sous toutes les coutures décisives pour la recherche, entre un thésard et son directeur. Il s’agit plutôt de proposer, en de courtes scènes (parlons même de sketches voire d’instantanés théâtraux), des fictions relationnelles toujours forcément proches de comptes rendus de situations bien réelles vécues ou rapportées entre l’étudiant (E) et le professeur (P)… On peut également ajouter d’autres personnages (un tuteur de stage, un informateur, un bibliothécaire, un directeur d’institution…) et pourquoi pas faire tourner les scènes entre deux étudiants, deux professeurs… Bref, ce carnet de recherche accueillera volontiers de tels interludes qui seront forcément des moteurs pour notre réflexion. Dès que nous aurons quelques saynètes pour aiguiser notre réflexion, nous tenterons de faire le point sur la relation de recherche, autrement dit sur la fabrication du mémoire de recherche.

Ces saynètes seront publiées dans un billet spécifique dont je donnerai la référence ici même ultérieurement (chaque étudiant du séminaire doit au moins en proposer une avant la fin octobre) à envoyer à serge.martin@univ-paris3.fr au format word.

——————————————————————————————–

Si vous voulez encore poursuivre avec Bruno Latour, vous pouvez lire ce texte très intéressant sur la direction de thèse (enfin! Latour n’aime pas ce mot, “directeur”, et lui préfère “maître”: on retrouverait alors une continuité du primaire au supérieur, du centre de recherche à l’atelier artisanal !). Lisez donc et on en reparle…

http://www.bruno-latour.fr/sites/default/files/downloads/P-165-TOLLIS-GEO.pdf

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus