Archives de catégorie : journées et colloques

Communauté et appartenances

Séminaire du 16/04/2015

 Le 16 avril dernier, le séminaire auquel j’ai assisté était consacré à la question de la communauté et des appartenances. Il nous interrogeait, entre autres, sur la notion d’identité associée aux aspects territorial, linguistique et politique de la communauté. Il s’agissait donc, d’une part, de réfléchir sur la notion d’identité par le sentiment d’appartenance à une communauté. Notre identité est-elle assignée ou encore est-elle construite? L’identité est-elle conditionnée par la territorialité? Si oui, qu’advient-il de la définition et de l’appartenance identitaires lorsqu’il y a expatriation d’un individu? Si le mouvement engendre un changement de la perception et de la définition de l’identité, serait-elle conditionnée par l’environnement social, géographique et linguistique? Afin d’exemplifier la réflexion sur le sujet et l’évolution des divers courants, l’exemple de la France nous a été proposé.

 En territoire français, avant la fin du XVIIIe siècle, la notion d’identité était liée à la citoyenneté, toutefois la Révolution française renversa la situation en faisant de la langue française le symbole de la liberté et de l’égalité. La langue devient le ciment unificateur de la citoyenneté, elle transcende les frontières terrestres. La définition de soi en tant que groupe ou en tant qu’individu ne porte donc plus exclusivement sur la territorialité, mais dépend aussi de l’existence d’un sentiment d’appartenance, de la création d’un lien qui n’est pas toujours généalogique, mais linguistique dans ce cas-ci. Cet élément se retrouve d’ailleurs à l’ère actuelle lorsqu’il est question de l’identité moderne et qui permet des regroupements d’individu selon des critères linguistiques, comme c’est le cas pour la Francophonie, culturels ou même religieux.

L’ensemble du séminaire, donné par Mme Valérie Spaëth (Université Paris III) portait le titre Articuler les politiques linguistiques et éducatives et la subjectivité des acteurs de l’enseignement des langues. Ce sujet fut divisé en quatre rencontres, traitant chacune un aspect de la problématique mise de l’avant : la phénoménologie; l’articulation des échelles micro et macro en recherche ainsi que les relations unissant les individus, les personnes et les institutions; la communauté et les appartenances; finalement, le rapport entre culture éducative et culture didactique.

 

Bibliographie :

Appadurai, A. (2001 trad. fr.), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris : Payot.

Labov, W. (1976 trad. fr.), Sociolinguistique, Paris : Minuit.

Wallerstein, I. (2009 trad. fr.), Comprendre le monde, Paris : La Découverte.

L’enseignement du lexique

J’ai participé à la conférence « L’enseignement du vocabulaire en didactique du français (FLM, FLS-FLScol/FLE) » en 11 février 2015, où Cristelle Cavalla, qui est aussi maître de conférence dans notre département, a bien donné un aperçu et l’état de l’art sur  la didactique du lexique en général.

Il importe à dire qu’outres des mots isolés, les unités phrasélogiques telles que les expressions idiomatiques, les proverbes, les collocations, sont enfin prises en compte maintenant par des didacticiens en FLE. C’est grâce au cours de Mme. Cavalla que j’ai suivi durant le premier semestre de M1, que j’ai commencé à m’intéresser à ce phénomène langagier. En tant qu’apprenante de français en continue, je suis témoin du besoin d’apprentissage de ces éléments polylexicaux.

Comme je pensais, la notion du « lexique mental » réside au coeur des stratégies d’apprentissage lexical. L’hypothèse, selon Mme. Cavalla, est le lexique mental constitue l’ensemble de savoir linguistique chez un individu: forme (phonologique, lexical), structure (syntaxique), et sens (sémantique et conceptuel). Le but dans l’enseignement du lexique, est ainsi de développer ce lexique mental (mémoire lexical) au maximum possible.

Nous sommes obligé à mener une approche psycholinguistique quant à cet aspect. Un effort cognitif est exigé lors de la mémorisation de la forme de L2 dépend de la reformulation et la répétition. L’utilisation des dispositifs comme la carte mentale (carte heuristique), est une des manières à faciliter le traitement cognitif des inputs langagiers: on présente des idées, des mots ou d’autres éléments de façon non-linéaire selon des liens sémantiques, morphologiques et syntaxiques. Selon des recherches menées par Mme. Cavalla et ses anciens étudiants à Grenoble, l’enseignement de la phraséologie peut également bénéficier de cet dispositif (voir Lascombe, V. (2013). L’utilisation des cartes heuristiques pour l’enseignement des collocations en FLE. In C. Cavala (Ed.)., Grenoble : Université de Grenoble).

D’après moi, les cartes heuristiques n’ont pas exploité toutes les ressources de la mémoire lexicale. En effet, pour un apprenant de langue étrangère, son lexique mental n’est bien sûr pas monolingue, mais bilingue, voire plurilingue. L’étude montre que au niveau de stockage des informations lexicales, celles de L1 ne sont pas stockées séparément de celles de L2, mais l’un à côté de l’autre ; mais il se peut qu’au niveau fonctionnel, le réseau lexical (L1 ou) L2 peut s’opérer en autonome.  Il me semble qu’on peut tirer profit de la L1 durant l’enseignement du lexique (y compris la phraséologie), dans la mesure où les enseignants sont conscients des interférences possibles.

 

 

 

 

Yu-Jieh LIN

Étudiante en Master 2 recherche à Université Sorbonne Nouvelle Paris 3

More Posts

Des paroles et des gestes-voix…séminaire doctoral…compte-rendu et co-racontage

Voix d Ayuna : – des voyages de voix, des voyages de gestes… Des paroles visibles donnant à voir, à entendre ce qui est de l’ordre de l’indicible, de l’invisible, en gestes et voix de passages pour d’autres racontages…

Dans le cadre du séminaire doctoral codirigé par Monsieur Serge Martin et Madame Cécile Leguy, rendre compte des contes Touaregs grâce aux travaux de Madame Geneviève Calame-Griaule et sur les Dogons sont un voyage à part entière pour toucher par et avec la voix des contrées, us et coutumes qui invitent à l’écoute de leurs paroles, de leurs gestes. Puis le voyage continue, des paroles aux voix et gestes en voix.

Je tiens à remercier Assia qui dans un esprit collaboratif, a su partager ses notes afin de compléter ce travail de compte-rendu qui fut riche de rencontres et de voix partagées…Et qui continuent ici à se partager…au-delà de ce qui est dit…ce sont de petits gestes et de petites voix qui se racontent…

Voix d’Assia qui rend compte d’autres voix…De la poétique en voix, en gestes et en silence…

La notion de parole/ de voix

Une manière d’agir sur les autres et de pénétrer l’autre, comment elle agit rentre en l’autre…A partir de cette notion de parole quelle voix ? Quelle parole ?

Voix de Gérard Dessons, La licorne, penser la voix, numéro 41, 1997, article : présentation page 3.

«  […]Il semble alors que quelque chose doive passer par la voix par l’interrogation de la notion de voix qu’au moment nécessaire de la pensée spécifique et cela quel que soit la discipline […] En même temps qu’elle est l’objet d’une pensée issue d’un champ de recherche particulier est souvent l’outil d’une heuristique.

[…] Il s’agit en écoutant la voix d’écouter le silence dans le langage, comme si le savoir sur la voix ouvrait nécessairement sur la connaissance de ce qu’on n’entend pas ordinairement dans l’écoute de l’humain. Entendre le silence, c’est en conséquence, constituer le silence en un lien spécifique, on s’invente l’audible

C’est donc une véritable sémantique de la voix qu’il s’agit, où le sujet précisément est en jeu, s’élaborant dans la relation de communication comme une transpersonnalité. (page 4)

L’écoute de la voix est précieuse en ce qu’elle fait entendre au-delà des phonèmes et en-deça des mots (page 4)

La conception instrumentaliste de la voix, c’est de la considérer passivement comme un simple médium, un simple dehors de la psychologie

La voix […] et ce qu’elle fait, c’est comme le poème instauré par tout ce qui échappe aux signes (prosodie, rythme), une relation signifiante entre les corps (page 4)

« Ce qui signifie tenir le corps et la voix en tant que rythme dans la parole » (page 4)

Voix d’Henri Meshonnic : « […] La voix est un sens[…] l’affect de dire le vivre[1] […] Ce n’est pas la voix qui dit, c’est vous qui dites . […] La voix ne dit pas. Ce qu’on dit, on le dit, en parlant par la voix. Mais ce n’est pas la voix qui dit, c’est vous qui dites, ou c’est moi. La voix, elle, fait […] Elle fait une prosodie qui n’est pas celle du discours, mais celle du corps et de la relation entre les corps. […] C’est parce qu’elle agit que la voix a une affinité avec le poème. Le poème non plus ne dit pas, autant qu’il est poème, mais il fait. Ce que seul un poème fait. La voix est une forme d’action, par elle-même, indépendamment de toute mimique ou gestuelle » (page 27)

Étrangement, la voix est toute allégorie puisqu’elle est toujours autre de ce qu’elle dit » (page 25)

Voix de Claude Regy[2] :

« Séparer la voix du corps, c’est une vivisection »

Voix de Jean Gagnepain[3]

« Il transforme le pas qu’il exécute et le son qu’il produit respectivement en danse et en chant »

[…] que la voix peut trahir dans le ‘’discours’’ l’émotion au même titre que la gestualité et qu’il est des chanteurs comme Piaf entre autres ou Gainsbourg, pour en cultiver sciemment la singularité on ne saurait pour conclure négliger que certains hésitent de se l’approprier (page 22,23)

Junzo Kawada[4] (la triangulation des cultures), spécialiste des Mossi (Burkina Faso)

« Faire à haute voix l’éloge d’un nom de personne peut dans certaines sociétés devenir un moyen de subsistance. Cette propriété est due à la double faculté de la voix qui, non seulement s’adresse à un individu précis mais en même temps implique les autres personnes présentes en la circonstance. C’est là ce qu’on pourrait appeler sa capacité à établir avec un public indéterminé une relation de complicité »

Chapitre 1 : Voix qui commande, voix qui s’amuse

« L’essence même de la voix est de disparaître sans laisser de trace à l’instant précise où elle cesse d’être émise. C’est pourquoi son émission peut revêtir le caractère d’un évènement. Le langage est avant tout vocal et c’est en effaçant la voix, le souffle du langage, que l’écriture a pu se fixer dans l’espace et s’approprier la continuité […] L’émission de la voix est profondément liée à  ‘’l’interpellation’’. Interpeller, ce peut être se plaindre, interroger ou exprimer son attachement […] Parler à haute voix, adresser la parole à quelqu’un, émettre un son, élever la voix, faire la grosse voix, renforcer ou baisser la voix, crier à tue-tête, avoir la voix qui tremble, parler à mi-voix… De toute évidence, la voix touche en ligne directe à une partie intime et délicate de la physiologie humaine. Par ailleurs, l’émission de la voix naît de l’interpénétration entre les circonstances qui sous-tendent cette émission même par le locuteur, la présence physique de celui-ci et la spécificité de l’auditoire auquel la voix s’adresse. Bien que phénomène issu de mon propre corps, ma voix devient, dès qu’elle a franchi le seuil de ma bouche, une propriété commune qu’il me faut partager avec autrui. Ces considérations ne sont pas sans rapport avec ces deux sensations opposées : la brutalité, voire l’agressivité que peut faire ressentir l’émission de la voix, et l’impression parfois éprouvée, en émettant sa propre voix devant autrui, d’exposer son intimité. »

Voix de Cécile Leguy, à travers les notes en voix d’Ayuna…suite

La voix (comparaison avec le japon et le burkina Faso)

– C’est la substance de la parole, la voix c’est ce qui fait la relation, qui fait qu’elle est vécue ensemble, ce par quoi celui qui reçoit est touché ou agressé. Par ailleurs en Afrique de l’ouest, la voix est un critère majeur pour le choix des épouses (passage par une tiers personne, par la voix d’un autre) toutes les personnes qui ont du pouvoir, ne font pas trop entendre sa voix de manière excessive, parfois l’ancien, le sage, fait silence, et son silence fait voix sans qu’il émette pour autant un son.

Les griots : faire les louanges du chef (le griot théâtralise les paroles d’un chef de village)(groupe endogame)

Cette nécessité pour se préserver de passer par la voix d’un autre, le griot est le porte-voix et le porte-parole. Les instruments de musique reprennent la voix humaine, la voix à ton qui est jouée par un instrument de musique, ce sont des artisans du cuir, du fer, geste de l’artisan, et geste de la voix, les gestes oratoires. Les gestes ne sont pas universels ils sont reliés profondément à la culture. Les gestes qui accompagnent la narration des contes. Elle montre que les gestes ne se contentent pas d’accompagner le récit, ils sont parfois un discours parallèle ou caché derrière la parole émise oralement. Geneviève Calame Griaule.

Richard Baumann

La notion de performance « action et évènement » le verbal et le non verbal, comprendre une situation et appréhender l’expression littéraire telle qu’elle est vécue produite et reçue.

Il s’agit de l’action dans l’évènement. Performance ça devient un impératif méthodologique, elle est conçue comme action, et évènement, tenir compte du verbal et du non verbal.

La littérature orale, produit de manière esthétique, les chants, les danses, les contes, les épopées, il s’agit de les aborder comme une situation, telle que la production littéraire est construite, vécue et reçue. C’est surtout à partir des années 80, que la performance ne va plus seulement être un cadre situationnel mais un évènement unique qui doit être considérer à part entière, comme un évènement unique, une co-construction dans l’évènement. Considérer autant celui qui émet que celui qui écoute, considérer comme des acteurs.

Paroles Touaregs et Dogons

Aussi avons-nous eu la possibilité de visionner quelques fichiers vidéo sur les conteurs et conteuses Touaregs et Isawaghen (Calame-Griaule (In Gall, Niger)

Ahmaden, Touareg d’origine noble.

Cécile Leguy (suite) : « Chez les peuples berbérophones, il y a des maîtres de contes, et ceux et celles qui veulent raconter des contes, ils doivent apprendre à conter mais c’est aussi une série de gestes à connaître. Raconter : ce n’est pas seulement de la voix, ce n’est pas seulement de la voix c’est aussi du geste, des canevas gestuels. Des gestes qui marquent les moments forts et symboliques du conte, et ce sont ces gestes-là qui sont enseignés par les maîtres de conte. Ce sont ces gestes qui donnent du goût aux contes. Les Touaregs disent que ces gestes sont les épices de la parole. Comprendre le rôle que jouent ces gestes, ces épices de la parole. Comment rendre compte par écrit ce qui donne du goût aux paroles. Elle va proposer un cadre d’observation pour rendre compte de ces gestes épices »

Étude des gestes en performance

Deux catégories  de gestes narratifs : descriptifs et conventionnels

Les gestes descriptifs : ceux qui imitent montrent quelque chose, miment, très importants en littérature orale, la possibilité d’innovation dans ces gestes est infinie. Les gestes de politesse, de la prière, de la bénédiction (plus conventionnels) les gestes oratoires qui sont en rapport direct avec le discours.

La fonction phatique des gestes oratoires (qui maintiennent la communication) la fonction de dramatisation animation mise en scène, explicatifs (gestes redondants) fonction d’information sémantique que les mots omettent de dire. Si on occulte les gestes, on laisse de côté l’essentiel du récit La fonction narrative dans la mesure où les gestes sont liés à la structure du discours. Le maître de conte donne à voir les moments clés du conte car ils sont marqués par des gestes forts.

Pour l’observateur, il faut remarquer les gestes, comprendre le sens, et leur fonction ce qu’ils permettent de dire ou de ne pas dire. Qu’est-ce qu’on va faire dire aux gestes que ne disent pas les mots ? Il y aussi un rôle qui est joué par le statut social. Car le statut social comme dans beaucoup d’autres sociétés impliquent une manière de s’exprimer par geste. Style emphatique des gestes élégants, l’esthétisme dans les gestes (personne d’origine noble) les femmes doivent être un peu plus réservées, certains hommes aussi sont aussi tenus à une certaine réserve. Des gestes qui sont ainsi plus suggérés, plus suggestifs. À l’inverse, ceux et celles qui viennent d’une couche sociale moindre les femmes Isawaghen, l’aveugle Taheera, conteuse Isawaghen « La tourterelle s’envole ». Abadé, quant à lui est un forgeron touareg contant avec son frère « Chacal met la bile dans le nez de l’éléphant » sont quant à eux les plus expressifs dans leurs gestes, leurs mimiques, leurs regards… Le cadre les gens content aussi. Les « belha » (Dominique Casajusse) dit que l’observation de la gestuelle apporte des indications importantes sur la situation de communication, le statut social des personnes, les rapports existants entre les gens. Toutes sortes d’informations qui donnent plus d’indication que les mots eux-mêmes. Quand on raconte de nuit on joue plus sur la voix que sur le geste.

Chez les Dogons

Geneviève Calame-Griaule[5] par rapport aux paroles des Dogons : « […] Quant à la Parole de l’homme couché. C’est une ‘’parole secrète’’ une confidence intime qui ne peut être entendue par nul autre que le destinateur. Telle est la parole que l’homme échange la nuit avec sa femme » (page 74)

[…] D’une façon générale, l’importance des gestes ajoute à la parole, consiste en un apport d’huile, les paroles simples sont à base d’eau ; faire des gestes les lubrifie, les rend plus coulantes plus faciles à comprendre on dit qui « parler en faisant des gestes de la main fait se rencontrer l’eau et l’huile » (page 72, 73)

Après ces voyages en pays Touareg et Dogon, nous voilà téléporter aux Philippines auprès des bardes Palawan.

La voix et le souffle

Nicole Revel, les bardes Palawan (Philippines)

La voix, le chant, la posture allongée pour conter, raconter chanter des histoires, le barde chante toute la nuit, il ne s’arrête que quand le soleil se lève. Les deux éléments sur lesquels sont jugés les bardes, la voix doit réussir à se caler sur le rythme de la respiration. Poésies épopées.

Ethnopoétique, américaine Dell Hymes reproche à Lévi-Strauss de négliger l’effet de la parole dans son contexte d’énonciation. Spécialiste de la langue shenuk.

Les analyses ethno-poétiques. Pour Hymes, dans les années 60, ne s’opposent pas à Lévi-Strauss, l’analyse structurale est importante, mais cette approche néglige l’effet de ce que la parole a sur son auditoire, ce que fait le mythe, le rythme, le souffle, la poétique ne s’exprime pas seulement dans les mots, elle s’exprime aussi dans le rythme, le souffle, les postures qui accompagnent les mots. Chaque connecteur est le début d’un vers, on est dans une parole sans fin, les vers sont divisés eux-mêmes par des lignes de souffle, les vers s’organisent par 3 par 5 (une respiration chez les chinouk)

Un autre chercheur Dennis Tedlock.

Travaux sur les Zuni, indiens pueblo du Nouveau-Mexique

Rendre compte de tous les effets paralinguistiques. Jan Blommaert (sociolinguiste)

Lire au-delà des mots tout ce que disent les migrants au-delà des mots, les entretiens plein de silences parlants…

(Les lettres capitales, présentation visuelle qui permet d’entendre, il essaye de remettre la voix dans l’écriture pour rendre compte des effets paralinguistiques, code basé sur le souffle, il travaille sur enregistrement (plus de trois secondes de silence on passe à une nouvelle ligne)

La visée c’est qu’est ce qui fait le style oral ? L’idée de mieux entendre, analyser les modulations de la voix, le souffle, le geste.

Geste zéro, lecture blanche (nouveau roman) l’écriture sans style, la notion de neutre chez Barthes, le silence fait voix. (écriture//voix)

Voix de Serge Martin :

Marcel Jousse // Henri Meshonnic

« Il fallait passer par Meshonnic, un petit morceau de Jousse sur le geste, les questions que posent Meshonnic à Jousse. »

Deux fables de La Fontaine

La Fontaine est scolarisé à contre institutionnalisation. L’opération Rousseau qui a interdit l’utilisation de La Fontaine. Robinson est une réponse au colonialisme ambiant de l’époque, mais il enlève La Fontaine.

Fable XVII

Beaucoup d’humour, geste relationnel vocal, geste de complicité, vous participez à ce petit théâtre, où l’on se moque du trio infernal, c’est un geste, que l’on peut découper. Moi, j’utiliserai la notion de Pan, une tonalité, ce n’est pas un détail sur lequel je peux mettre mon doigt, c’est quelque chose qui change complètement la vision du tableau ou du geste.

Distance ironique ? Constitution de relation de lecteur-auditeur qui sont, au petit théâtre du geste.

Notre tête grise, notre amoureux est ici réduit à sa chevelure grise…Ce sont des termes qui sont une la physique du langage, on a laissé faire, la tactique Chaplin, rire de quelqu’un qui chute, ou rire de de l’amoureux grisonnant.

« Deux rimes que je garde : dans le dernier quatrain

Celle que je prendrais voudrait qu’à sa façon

Je vécusse, et non à la mienne

Il n’est tête chauve qui tienne,

Je vous suis obligé, Belles, de la leçon. »

Les dichotomies sont répudiées, leçon dimension éthique au sens de problématique pour votre vie amoureuse ou votre vie tout court. Leçon qui rime avec façon (manière, gestuelle de la leçon, pas de morale sans gestes, tout discours en art du langage, c’est celui qui construit une écoute et qui se renouvèle, qui se poursuit. Il y a une socialisation, ce principe dialogique de l’art du langage en situation, ici il est redoublé par une pensée du geste, une anecdote théâtralisée.

Un théâtre d’oreilles, de bouche dirait Jablonka

Désigner quelqu’un et en désignant quelqu’un, on le montre, le langage comme geste social « Compère le Renard » La Fontaine engraine toute une tradition du geste (avec le roman de Renart) et puis Trompeurs, c’est pour vous que j’écris :

Attendez-vous à la pareille (dès que l’on écoute, on est pris dans le piège du « dire », ce n’est pas un piège mais c’est un engrenage, quand je m’engage à écouter, je suis engagé à continuer le geste, un geste continué dans le langage (qui met en relation individu et société, ou fait société).

Dimension expérientielle, c’est que tout de suite avec la notion de geste, on a la notion de la « physique du langage » et nous sommes aussi dans l’expérientielle.

« Et ce qu’il raconte, à son tour, devient expérience en ceux qui écoutent son histoire »

« Car même celui qui lit un poème est enclin à lui prêter sa voix pour un auditeur éventuel »

La tradition du racontage associée à deux catégories professionnelles (l’artisan et le paysan) par Walter Benjamin.

« Le rôle de la main dans la production est devenu plus modeste, et déserte la place qu’elle occupait dans le récit (Car celui-ci, dans sa dimension sensible, n’est nullement l’œuvre de la seule voix. Dans le véritable récit, la main aussi doit intervenir, par les gestes rodés dans le travail, elle soutient mille manières ce que la bouche dit).

Chironimie, chironomie (chef de chœur) y a des codes (pour les chefs d’orchestre)

Serge Martin : « J’ai un petit désaccord avec Benjamin, moi je pense que les gestualités physiques c’est de la voix. Dans La Fontaine il y a une chironomie, je pense que la structure en vers est très importante, quand on passe d’une ligne à l’autre dans une métrique extraordinaire. La métrique il y a des mouvements, il y a une souplesse du geste dans l’écriture, d’un point de vue rythmique, le premier quatrain grison saison (rapidité, mouvement) c’est une espèce de main qui agit qui organise ou qui ponctue (accoler séparer en grec) le discours énonciatif. »

Questionnements de Monsieur Serge Martin :

Comment le geste didactique accompagne le geste poétique ? L’idée c’est que le geste didactique doit favoriser l’accompagnement ou le prolongement du geste poétique. Pour s’emparer du texte.

L’école traditionnelle utilisait la récitation, mais la lecture de la voix du professeur, est importante, car, selon Serge Martin, 50 % du travail est effectué. Après la lecture, puis aux élèves de recommencer la lecture, il y a La Fontaine, on refait La Fontaine (mais ne pas modéliser pour autant)

Les poésies à l’école (un modèle un peu périmée, mais il faut re-citationner, re-citer)

La prononciation était importante, on entend moins les accents. Mais dans les années 20-30 c’était terrible, il y avait des enfants qui prononçaient très, très mal ou en tout cas autrement…

Travailler sur les listes, aussi bien en tant qu’écriture et en tant que récitation.

Geste comme lecture expressive, cela peut réduire, il faut garder que le geste vocal et le geste physique ce n’est pas seulement l’expressivité, c’est aussi, une énergie, un mouvement. On peut construire du geste par la voix. Le geste sur lequel il faut travailler, d’arriver à construire dans la diction « notre amoureux » et cet amoureux va se réduire à une tête grise. Ce n’est donc pas seulement réduire au sens, c’est construire une gestualité trans-subjective construire « un dire » plus « qu’un dit. »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

[1] Henri Meshonnic dans la licorne, penser la voix, numéro 41, 1997, article : le théâtre dans la voix, page 25

[2] La licorne, penser la voix N°41, 1997 article : le champ de la voix, page 43

[3] La licorne, penser la voix n°41, 1997 article : De la voix et du geste page 21

[4] Kawada Junzo, La Voix, étude d’ethno-linguistique comparative, traduit du japonais par Sylvie Jeanine. Edition originale, koe. Tokyo. Chikuma Shobô, 1988 (249 pages). Chapitre 12 : Voix qui flotte, Voix qui menace p. 147.

[5] Ethnologie et langage, la parole chez les Dogon, troisième édition revue et corrigée, Lambert Lucas Limoges, 2009. Première partie : la théorie de la Parole (596 pages)

Ayuna Contoli

Stagiaire en formation continue FCP3 Paris Sorbonne Nouvelle.
en congé individuel de formation (C.I.F) hors temps de travail.

Inscrite en Master 2 Recherche DFLE
En reprise d’études. Je bénéficie de six années d’expériences dans la formation pour adultes. J’ai dispensé des cours de Français Langue Étrangère, d’alphabétisation, de remise à niveau en Français, au sein d’une association. Des cours de bureautique, création de plateformes collaboratives, de sites web, de plateformes E-Learning. (Moodle et Schoology).
J’ai donc interrompu mes études depuis 15 ans.
Par le biais d’un dossier de Validation d’Acquis Personnels et Professionnels (VAPP), la commission pédagogique de l’université de la Sorbonne a statué favorablement à mon intégration en Master 2 Recherche DFLE.

More Posts

Follow Me:
Facebook

Mathieu Pernot : de bien belles histoires

 

« L’actualité n’est faite que d’histoires tragiques, on ne raconte jamais les belles histoires »

 

Le 7 avril, Mme Borgé a invité le photographe Mathieu Pernot, prix Nadar et prix Nièpce de cette année, à intervenir dans un de ces cours au DULF. J’ai eu la chance d’assister à cette rencontre.

Mathieu Pernot s’intéresse, entre autres, aux quartiers, à l’histoire des banlieues, aux communautés tsiganes, aux migrants et à l’enfermement. Il raconte autour de ces thèmes des histoires.  La majorité de ses projets s’étendent sur une longue période et lui ont permis d’établir de véritables liens avec ceux qui figurent sur les photographies. Il suit par exemple depuis plus de 20 ans une famille de tsiganes.

C’est à la fois la violence et la beauté qu’il donne à voir.

Le photographe a commencé par nous parler des implosions. Pendant les 3O glorieuses, la France construit ce que l’on appelle aujourd’hui « les grands ensembles » dans des villes telles que Meaux, Mante la Jolie, ou La Courneuve en région parisienne. Dès les années 2000 les démolitions de ces immeubles commencent. Mathieu Pernot capture pendant 8 ans, avec un appareil argentique à chambre grand format afin d’obtenir des images de très bonne qualité, ces moments de violence extrême, de tragique, de choc et « en même temps assez beaux ». Pendant deux secondes l’immeuble prend une forme très particulière. C’est ce moment de basculement que le photographe souhaite capturer. Il accompagne cette série d’autres clichés sur lesquels figurent d’énormes nuages de fumée : l’instant d’après.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.18.23

 

 

Ce qui m’est apparu comme particulièrement intéressant dans le cadre de mon mémoire c’est son intérêt pour les images des autres : un regard sur celles-ci qui a une influence sur sa propore pratique de la photographie. Il met en relation ses photographies avec des cartes postales des années 60-70 représentant les mêmes immeubles d’une manière très picturale et idéaliste, bien loin des représentations actuelles de ces quartiers. Il fait discuter les séries, met en avant ce qu’il y a de commun et ce qui entre en contradiction, construit comme un puzzle pour raconter l’histoire d’un lieu et montrer en quoi l’image est aussi représentation.

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.19.48

 

Le photographe travaille également sur ces images qui ne sont pas les siennes et effectue des zooms pour se focaliser sur les rares présences humaines.

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.22.24

 

En parrallèle de ce projet, Mathieu Pernot a travaillé sur l’enfermement à travers des photographies prises dans des prisons. Un travail qu’il dit être « de l’absence » puisqu’il n’avait pas el droit de photographier les détenus. Il parle de « portes qui restent fermées ». C’est son travail sur les hurleurs qui est venu compléter celui sur les prisons. Il parle des « images qu’il manquait », de la sortie d’un labyrinthe, d’une dimension un peu abstraite, hors du temps qu’il capture en noir et blanc (la prison) pour retourner vers des images du présent, en couleurs (les hurleurs).

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.12

 

 

 

Capture d’écran 2015-04-09 à 00.25.56

 

La partie de son travail qui m’a le plus touchée porte sur les migrants. Mathieu Pernot s’intéresse aux écrits des autres, à ceux des migrants en particulier, des hommes et des femmes qu’il considère comme des héros. Il voit dans ces écrits une poésie qui n’est pas celle de la frande littérature mais celle de gens aux histoires particulières, qui ont fait le choix de partir, de prendre leur destin en main. Il fait ainsi une œuvre du récit de voyages de Kaboul à Paris d’un migrant Afghan, de la cartographie de son parcours sur des pages de cahiers d’écoliers et de cahiers de migrants apprenant le français. Des cahiers sur lesquels on peut lire ce qu’ils ont ressenti le besoin d’exprimer en premier et ce qu’ils se sont entrainé à écrire : des mots et des phrases qui résonnent comme un poème particulièrement touchant.

 

Sur la page de cahier figurant ci-dessous on peut par exemple lire :

 

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

14 juillet fête nationale

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Liberté égalité fraternité

Une photo d’identité

Une carte d’identité

Un permis de conduire

Prends tes cachets ce soir

Asseyez vous ici

Signez votre chèque

Mangez des légumes c’est

Bon pour la santé

Attention ne bougez plus

Avaler                       Goûte

Nous sommes en de travailler

Ils sont dans la rue

 

 

Cette rencontre a été pour moi véritablement passionnante. Ce fût une chance de pouvoir écouter ce grand photographe parler avec passion de son travail et avec amour et admiration des gens qu’il a pu rencontrer tout au long de son parcours et qu’il n’aurait pas rencontré s’il n’était pas photographe. Ce sont leurs histoires qu’il nous raconte, des histoires qui finissent bien puisque les migrants qu’il a suivi habitent maintenant Paris et sont régularisés.

 

 

 

http://www.mathieupernot.com

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III

More Posts

Les droits humains dans les pays arabes

Le colloque international « Les droits humains dans les pays arabes : Entre globalisation et régionalisation » a eu lieu à l’Ecole Nationale de Commerce le 19 mars.

 

Dans la première partie de l’après-midi les étudiants arabisants ont lu quelques articles relatifs aux droits à la vie, à la liberté de pensée, à l’égalité devant la loi tirés de 3 documents-clés : Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (DUDN, ONU, 1948), Charte Arabe des droits de l’Homme (Ligue arabe, 2004), Déclaration du Caire sur les droits de l’Homme en Islam (Organisation de la Conférence Islamique, 1990).

 

– Monsieur Ammar Azouzi de l’Université de Sousse, Tunisie qui est intervenu après les étudiants a parlé des droits humains en Tunisie à travers 3 constitutions tunisiennes de 1861, 1959 et 2014 et s’est arrêté dans sa communication sur trois aspects essentiels relatifs aux droits humains en Tunisie :

  • Comment le vent des droits universels a-t-il soufflé sur le pays au milieu du XIXe siècle?
  • Quels discours des droits de l’homme trouve-t-on dans les trois constitutions?
  • Quels sont les liens entre les constitutions et le Code du statut personnel, le texte essentiel et unique en son genre dans le monde arabe?

 

– Le sujet de la présentation de Madame Bahia Zemni de l’Université de la Princesse Norah, Arabie Saoudite était « Les droits de la femme en Arabie Saoudite ». Dans la loi fondamentale du Royaume d’Arabie Saoudite, on lit : « L’autorité du gouvernement du Royaume d’Arabie Saoudite émane du Saint Coran et de la Sunna du Prophète qui priment sur la présente loi et les autres lois de l’état » Article 7 de la loi fodamentale. En Arabie saoudite le droit est donc strictement basé sur la Sharia, c’est-à-dire la loi islamique issue essentiellement du Coran et des traditions de la Sunna et représentant la source principale de la législation. Le Coran et la Sunna sont considérés comme la Constitution du Royaume. C’est dans ce cadre que la question des droits de l’homme est traitée en Arabie Saoudite, un pays du monde arabo-musulman qui est membre de l’ONU adhérant à ce titre à la Déclaration Universelle des Droits Humains. L’objectif du seminaire était de faire une analyse si l’aspect universel des droits humains était en parfaite harmonie avec la spécificité religieuse du droit saoudien.

 

La troisième intervention a porté sur « La constitutionnalité des droits humains dans le monde arabe ». Monsieur Awatif Laghrissi (Faculté de droit de Marrakech, Maroc) a comparé trois pays le Maroc, l’Algérie et la Tunisie du point de vue de l’évaluation de l’état du gouvernement et du concept de l’ordre public dans les trois pays.

 

Pourquoi j’ai choisi ce séminaire?

Issue d’une république musulmane de la région du Caucase du Nord (Russie) je m’intéresse toujours à la vie des musulmans dans le monde arabo-musulman. Je suis allée à ce séminaire pour comprendre dans quelle mesure les recommendations de la Déclaration des droits de l’homme qui visent être universelles sont applicables dans les pays musulmans et pour comparer l’état des droits de l’homme dans le monde arabe avec celui au Caucase.

Inversion chez Proust

Le séminaire du 10 mars a été consacré à Proust et à la révolution du style. Monsieur Frédéric Fladenmuller (East Carolina University) a parlé de l’ecriture inversive de Proust et a présenté son nouveau livre Proust Ou L’ecriture Inversive: Du Temps Perdu Au Temps Retrouvé.  

Proust croit à une universalité, une atemporalité, des êtres et des choses et il le dit dans Contre Sainte-Beuve:  » Car personne n’est original et fort heureusement pour la sympathie et la compréhension qui sont de si grands plaisirs dans la vie, c’est dans une trame universelle que nos individualités sont taillées. Si l’on savait analyser l’âme comme la matière, on verrait que sous l’apparence diversité des esprits aussi bien que celle des choses, il n’y a que peu de corps simples et d’éléments irréductibles et qu’il entre dans la composition de ce que nous croyons étre notre personnalité, des substances fort communes et qui se retrouvent un peu partout dans l’univers » (Contre Sainte-Beuve, 71-72). Pourtant, il existe aussi une composante de singularité qui définit d’une certaine manière les caractéristiques essentielles d’un artiste  » pour un écrivain, comme pour un musicien ou un peintre… Nous retrouvons dans un second livre, dans un autre tableau, les particularités dont la première fois nous aurions pu croire qu’elles appartenaient au sujet traité autant qu’à l’écrivain ou au peintre. Et du rapprochement des œuvres différentes nous dégageons les traits communs dont l’assemblage compose la physionomie morale de l’artiste » (Contre Sainte-Beuve, 75). Proust dit qu »un livre est un produit d’un autre moi que celui que nous manifestons dans nos habitudes, dans la société, dans nos vices » (Contre Sainte-Beuve, 221). L’écrivain rapproche le phénomène primordial de l’inversion à un amour indifférencié. Dans A la recherche du temps perdu le mot homosexuel apparaît 7-8 fois et le mot inversion est utilisé de 60 à 70 fois et cela nous prouve de nouveau l’importance du sujet chez l’auteur. Dans ses réflexions M. Fladenmuller arrive à la conclusion que chez Poust l’écriture représente l’envers de la lecture et que la seconde représente une « incitation » au travail véritable que représente l’exercice thérapeutique de la première et une part importante de ce qu’on qualifie d’inversion.

Origine(s) des langues : perspectives et remises en question

Les Indo-européens : construction et avatars du mythe d’origine de l’Occident – Intervention à l’Inalco de Jean-Paul Demoule le 31 mars 2015 dans le cadre du Séminaire de linguistique comparative historique au XXIème siècle: enjeux théoriques et méthodologiques

D’où viennent les langues ? Selon certains linguistes, les langues indo-européennes émergeraient de l’indo-européen, ou quelquefois proto-indo-européen, langue préhistorique (5000 avant notre ère). Les langues indo-européennes sont divisées en plusieurs branches : la branche balto-balkanique (ex : albanais, lituanien, polonais, russe, etc.), la branche germanique (ex : anglais, allemand, alsacien, néerlandais, etc.), la branche italo-celtique (ex : latin, français, wallon, sicilien, etc.), la branche arménienne, la branche helléno-phrygienne (ex : grec, etc.), la branche tokharienne, la branche indo-iranienne (ex : ourdou, penjâbi, etc.) et les langues anatoliennes. Ce sont les linguistes William Jones, Franz Bopp et Thomas Young qui ont développé cette théorie au XVIIème siècle en se basant sur certaines ressemblances, notamment de vocabulaire, entre certaines langues. Il y aurait donc eu, selon eux, un peuple unique qui parlait la langue originelle, l’indo-européen. Cette théorie était plutôt novatrice pour l’époque, et fait passer de la mythologie à la philologie, puisque jusqu’à présent on pensait que tout descendait de l’hébreux – pour beaucoup Dieu s’adressait aux peuples en hébreux. Toute autre théorie, au début du 19ème siècle, d’une certaine fascination pour l’Inde émerge l’idée que la langue primitive ait pu être le sanskrit.

Jean-Paul Demoule, archéologue et historien, a expliqué que pour trouver le berceau d’une langue, il est tout d’abord nécessaire de localiser son foyer. C’est alors le rôle de la paléontologie linguistique de comparer des empreintes linguistiques avec les marques de l’extension d’un empire ou de trouver des traces de langues dans la culture matérielle, etc., le tout en étudiant des vocabulaires communs de paysage, d’institutions, de mode. Dans cette optique de paléontologie linguistique, d’autres hypothèses linguistiques ont vu le jour : une hypothèse steppique se basant sur les langues parlées dans les steppes, une localisation scandinave, une localisation proche-orientale, etc. Mais, toutes ces thèses supposent que des conquérants aient su imposer leur langue sur de vastes territoires au profit des petits conquérants qui auraient perdu les leurs, et qu’il ait existé une partie originelle homogène, ce qui n’était pas vraiment la réalité des sociétés proto-historiques. De même, la perspective d’une race indo-européenne a été disqualifiée au XXème siècle à travers des mesures de crânes, même si cette dite perspective revient de nos jours avec l’évolution de la science et notamment avec l’aide de l’ADN. Il est ainsi difficile d’obtenir un accord sur tel ou tel arabe généalogique linguistique.

C’est pourquoi, selon Jean-Paul Demoule, il est plus raisonnable d’envisager un modèle linguistique beaucoup plus souple. Comme le pensent certains linguistes, il n’y aurait pas de langues non mélangées. Il existe en effet de nombreux exemples de langues mixtes, sous différentes formes et à différents niveaux. Serait-ce alors également le cas des langues indo-européennes ? Cette question est relativement complexe : il ne s’agit pas de déclarer que l’indo-européen n’existe pas, mais de dire que les choses sont plus compliquées que ce modèle canonique originel, comparable à un mythe d’origine proposé par la Bible. Ce dit modèle s’est en effet construit sur l’idée d’une langue pour une Nation afin unir les peuples, et ce au moment de la colonisation européenne, et s’est ensuite répandu parmi et à travers les savants allemands car ces derniers étaient à cette époque les plus reconnus dans leur domaine. La théorie linguistique indo-européenne ne serait donc pas réellement objective, puisque lié au contexte colonial de l’époque. Parler de contacts de langues, de langues qui se sont entremêlées et entrecroisées, pour finalement se séparer afin de créer des Etats-nations serait donc plus adapté que la perspective de langues clivées et totalement différentes.

Ci-dessous une des nombreuses représentations illustrée de l’arbre généalogique des langues, tel qu’il est perçu par les défenseurs de l’indo-européen :

 

 

 

DIDACTIQUE DU FLES ET DES LANGUES : PLURILINGUISME ET BIOGRAPHIE LANGAGIÈRE

SAMEDI DE L’ÉCOLE DOCTORALE (ED 268)

11 avril 2015, 9 h. 30-13h

organisé par le DILTEC EA 2288

Sorbonne, 46 rue Saint-Jacques, salle M

 

DIDACTIQUE DU FLES ET DES LANGUES :

PLURILINGUISME ET BIOGRAPHIE LANGAGIÈRE 

Valérie Spaëth et Muriel Molinié

Parmi les orientations contemporaines de la didactique du FLES et des langues, la question du plurilinguisme et de la contextualisation des histoires langagières des apprenants et des enseignants (biographie langagière) offre des perspectives de recherche particulièrement dynamiques.

La matinée permettra de situer ces éléments d’un point de vue conceptuel et de les approcher sous quatre angles correspondant aux quatre types d’acteurs sociaux concernés par ces recherches.

Il s’agira de montrer la complémentarité (ou de rendre visibles les tensions et les contradictions) entre dispositifs d’enseignement-apprentissage, de formation et de recherche qui donnent une place centrale à la question autobiographique, à la réflexivité et au plurilinguisme des individus et des groupes en formation dans le domaine des langues, de l’éducation au plurilinguisme et de l’interculturel.

Cette matinée aura une fonction doublement programmatique : d’une part, elle permettra de coordonner les enseignants-chercheurs et les doctorants du DILTEC souhaitant travailler ensemble autour des propositions indiquées ci-dessous. D’autre part, elle posera des jalons en vue de l’organisation d’un Colloque du DILTEC qui pourra se tenir sur ce thème en 2016.

Programme

9h30-9h45 : Présentation et cadrage historique, Valérie Spaëth (DILTEC).

 

9h45-10h20 : Christine Deprez (Université Paris-Descartes), Les enjeux de la narration de soi au prisme de la sociolinguistique.

 

10h20-11h : Stéphanie Galligani (Université Grenoble 3), Comment les biographies langagières deviennent des espaces de construction et de transformation des savoirs à la fois pour l’étudiant/futur enseignant de langues et l’enseignant/formateur ?

 

11h-11h15 : pause café

 

11h15-13h : Recherches émergentes

 

11h15-11h45 : Delphine Tomasini (Doctorante, Université de Lausanne), Trajectoire d’appropriation langagière, professionnalisation et construction identitaire de futur-e-s enseignant-e-s de l’école primaire : les enjeux d’une problématique et d’un choix méthodologique.

 

12h-12h30 : Biographisation des expériences plurilingues et interculturelles. Prendre en compte le plurilinguisme et le développement de compétences plurilingues à l’école primaire en Guadeloupe. Présentation de la recherche-action-formation portée par Muriel Molinié (DILTEC),Frédéric Anciaux (EA-4538 CRREF, Université Antilles) et Olivier Mirval (Conseiller pédagogique LVR Rectorat de l’Académie de la Guadeloupe).

 

12h45-13h : Présentation du projet de séminaire doctoral : Biographies langagières, terrains et itinéraires de chercheurs en didactique des langues, du plurilinguisme et de l’interculturel (Muriel Molinié, DILTEC).

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus

De la difficulté d’évaluer la situation linguistique de la France

Conférence de Louis-Jean Calvet, « Comment évaluer la situation linguistique de la France ? » – vendredi 13 mars 2015 au British Council.

Dans le cadre du séminaire de recherche « Politiques linguistiques en Europe » organisé par l’université Paris Diderot, le sociolinguiste Louis-Jean Calvet a proposé une conférence sur les problèmes qui se posent lorsque l’on souhaite évaluer la situation linguistique de la France. Il ne s’agit donc pas de procéder à une évaluation de la dite situation linguistique de ce pays, mais bien de réfléchir sur ce qui manque pour la décrire. Dans cette perspective, deux questions interviennent rapidement : quels sont les éléments qui composent cette situation linguistique ? et, Quels termes utiliser pour la qualifier ? En effet, Louis-Jean Calvet a, à de nombreuses reprises, insisté sur la nécessité de bien savoir nommer les choses, car comme il l’a rappelé en citant Albert Camus, « mal nommer les choses c’est ajouter du malheur au monde ».

Tout d’abord, c’est le terme langue qui pose interrogation. En France, ce terme se décline de plusieurs façons : langue nationale, langue officielle, langue étrangère, langue régionale ou minoritaire et langue de migrants (il n’existe cependant pas de liste précise des langues des migrants). Louis-Jean Calvet a ainsi répertorié ces différents syntagmes selon trois critères : géographique : les langues régionales, étrangères, de migrants ; institutionnelle : les langues nationales, officielles ; statistique : les langues minoritaires. Sachant néanmoins que ces critères peuvent se cumuler, ils ne sont pas exclusifs. Par exemple, en France, l’espagnol et le portugais sont des langues étrangères et/ou des langues de migrants. Toutefois, le syntagme langue régionale ou minoritaire peut laisser dubitatif : les adjectifs régionale et minoritaire sont-ils cumulatifs ou injonctifs ? De même, minoritaire par rapport à qui/à quoi ? Enfin, parle-t-on de la même forme linguistique ; doit-on utiliser langue ou dialecte ? En effet, dans son rapport sur les langues régionales ou minoritaires publié en 1999, le linguiste Bernard Cerquiglini considère l’occitan comme une langue, et le gascon, le provençal et le languedocien, etc. comme des dialectes dérivés de l’occitan, tandis que du côté des langues d’Oïl, le franc-comtois, le wallon, le picard, etc. sont perçus comme des langues à part entière. Comme le précise Louis-Jean Calvet, le traitement est incohérent. Mais il en est de même pour la langue arabe, puisque arabe dialectal apparait au singulier. Les rédacteurs de ce rapport semblant touchés par la conception théologique fréquente des locuteurs du monde arabo-musulman ; le syntagme arabes dialectaux devrait ainsi être privilégié. Enfin, l’étude des langues parlées en France manque de données chiffrées. Le recensement de 1999 organisé par l’INED et l’INSEE a effectivement permis d’avoir accès à quelques pourcentages. Par exemple, on sait désormais que 26% des adultes ont été élevés avec une autre langue que le français. Mais quel est le nombre de locuteurs précis de chaque langue ? Et, combien de langues précisément existent en France (B. Cerquiglini avance le chiffre de 75 langues sur 5 territoires, mais est-ce un chiffre exact ?) ? Quels sont les degrés de plurilinguisme ? Considérant, de plus, comme le précise Louis-Jean Calvet, que le recensement de 1999 ne nous permet pas de savoir ce qu’il se passe village par village et que nous ne connaissons pas le public auquel ce questionnaire a été distribué.

Puis, Louis-Jean Calvet a porté son regard sur l’expression diversité linguistique. Joseph Greenberg, dans les années 50, a créé un index de diversité linguistique, qui se basait sur la probabilité que deux individus pris au hasard n’aient pas la même langue. Mais, par exemple, dans un pays comme le Brésil, on note l’existence de 236 langues autochtones, ce qui pourrait présager d’une importante diversité linguistique, sauf que ces 236 langues ne concernent que 500 000 locuteurs sur une population totale de 200 millions d’habitants.  Malgré son caractère imprécis, cet index a permis de déterminer que la France aurait un indice de diversité moyen, en regard des pays africains et asiatiques qui auraient un indice de diversité linguistique élevé. Mais, dans le calcul de cette diversité linguistique, il est nécessaire de différencier les langues endogènes des langues de migrants. Par exemple, le Cameroun compte 278 langues endogènes et 1 langue de migrants, tandis qu’en France, les langues endogènes seraient actuellement au nombre de 23 et les langues de migrants de 44. D’ailleurs, cent ans auparavant, ces chiffres auraient été l’inverse. Ainsi, aujourd’hui, en France – et dans l’ensemble des pays du Nord – l’on assisterait, selon Louis-Jean Calvet, à une mutation historique, puisque la diversité exogène issue de la migration s’imposerait à la place de la diversité endogène régionale. Du fait de la centralisation de l’Etat, les langues régionales auraient ainsi été mises en péril. Pourtant, en dépit de cette nouvelle réalité linguistique, les autorités publiques tendent toujours à privilégier les langues autochtones au profit des langues de migrants.

Enfin, Louis-Jean Calvet est revenu sur la notion de communauté linguistique, qui est selon lui pas claire et inopérante – et pourtant tellement employée. Pour Cohen, il s’agit d’une communauté de langage, regroupant des locuteurs animés par un sentiment de co-appartenance ; pour Dubois, il s’agit d’un ensemble de gens ayant la même première langue ; enfin, Labov estime qu’une communauté linguistique est caractérisée par un accord entre les gens sur la façon dont on doit parler la langue. Cependant, Labov s’est uniquement concentré sur des territoires monolingues, donc sa perception n’est pas entièrement satisfaisante. De même, comment parler de communauté linguistique à un habitant du Sénégal, quand ce dernier utilise le peul à la maison, le wolof dans son quartier et le français au bureau ? Il apparait alors clairement que communauté linguistique est née d’une conception monolingue, qui oblitère l’aspect social des faits linguistiques ainsi que le terrain. Ainsi, dans la continuité de Juliard qui préfère parler d’espace sociolinguistique avec des variantes et des langues, Louis-Jean Calvet préconise l’utilisation de communauté sociale au lieu de communauté linguistique. En effet, communauté sociale semble plus adapté à la réalité des individus qui, chaque jour, font des choix linguistiques différents, passant d’une langue à l’autre. Reste que là aussi aucune donnée chiffrée sur les communautés linguistiques de France n’est disponible, et ce pour des raisons morales et juridiques – entre autres selon l’article 2 de la Constitution française qui stipule que la langue de la République est le français – rendant impossible l’étude de statistiques linguistiques.

En conclusion, selon Louis-Jean Calvet, pour établir une politique linguistique utile et efficace, il est tout d’abord nécessaire de disposer d’un répertoire précis des langues, de leur nombre de locuteurs, de leur taux de transmission, etc. On note certes les données monolingues délivrées par l’université Laval, mais il n’en existe pas encore sur le plurilinguisme. Il y a également un besoin d’enquêtes plus exhaustives, plus larges ; les embryons de méthodologie ne suffisent plus. Ensuite, afin de mener à bien ces études, quatre points doivent être respectés : définir les notions que l’on utilise, prendre en compte les langues des migrants, faire des enquêtes qualitatives et quantitatives et enfin repenser le rapport de Bernard Cerquiglini sur les langues de France, ainsi que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires.

 

– D’autres rencontres sont organisées par l’Université Paris Diderot, les renseignements sont disponibles à cette adresse : http://www.eila.univ-paris-diderot.fr/recherche%3Aclillac%3Aciel%3Aseminaires%3Apol-ling

 

 

Genre et langage : théories et études de cas

Séminaire du 13/03/2015

 

Le séminaire auquel j’ai assisté vendredi correspond à une initiation à la linguistique du genre de l’Antiquité à nos jours. La théorie du genre est nouvelle, mais s’interroger sur une éventuelle différence de parlers entre sexe date de plusieurs siècles. Ce séminaire s’interroge en effet sur la relation entre le genre et la variation linguistique. Ainsi, dans chaque langue on remarque des variations d’ordre phonétique, lexical, ou encore syntaxique. L’ensemble de ces variations qui se distinguent de la norme peuvent progressivement amener à un changement au sein même de la langue, à une transformation de la norme. Ces variations seraient-elles liées au genre ? Y aurait-il un parler des femmes différent du parler des hommes ? Les deux derniers siècles s’interrogeaient sur la façon dont s’exprimaient les femmes et sur la manière dont on devait s’adresser à une femme, comme si le parler des femmes constituait un écart par rapport à la norme. Les femmes auraient ainsi tendance à utiliser un vocabulaire différent des hommes et auraient une manière de s’exprimer bien distincte de la façon dont les hommes s’expriment. De nombreuses études ont été faites ces cents dernières années sur cette variation linguistique liée au genre dans la culture occidentale. Dans nos cultures occidentales, les variations liées au genre que l’on peut remarquer correspondent plutôt une différence de ton dans certains contextes, ou à l’utilisation de certains adjectifs. Dans d’autres cultures, ces variations sont d’autant plus importantes puisque dans certaines tribus, le lexique utilisé pour désigner un objet diffère en fonction de s’il s’agit d’un homme ou d’une femme qui s’exprime, comme s’il y avait un vocabulaire réservé aux hommes et un vocabulaire réservé aux femmes.
Cette première séance de ce séminaire m’a permis de constater que l’étude de genre était très pertinente dans le domaine linguistique, bien qu’il soit peu étudié. Il y a en effet une réelle relation entre la variation dans une langue et le genre qui apporte à la langue des modifications et des nuances, permettant ainsi une évolution de la langue.

Mathilde Guérin

Étudiante à Paris III

More Posts

D’un sujet à l’autre.

 Observation de soutenances à mi-parcours.

Une journée particulièrement riche dont il n’est pas évident de rendre compte. J’ai choisi de parler ici de six interventions toutes très différentes les unes des autres. Je prends  le parti de commencer par des constats généraux que j’ai pu regrouper concernant l’ensemble des soutenances auxquelles j’ai assisté puis, de faire le point sur ce qu’elles m’ont apporté avant de faire l’inventaire de ces interventions telles que je les ai comprises en espérant ne pas me méprendre.

Si vous avez des remarques à faire sur ce que j’ai écrit concernant vos soutenances ou celles de camarades n’hésitez pas à laisser quelques mots, il pourrait être intéressant de voir comment des mêmes interventions ont été perçues par des « observateurs » différents.

 

 

De manière générale, j’ai pu noter que les étudiants en étaient à des étapes différentes de leur recherche, qu’ils avaient souvent eu à opérer des modifications que ce soit concernant leur plan, leur titre, leurs problématisations ou même encore parfois concernant le sujet même de leur étude. Deux étudiants ont en effet témoigné avoir changé de sujet. J’ai pu observer également que les étudiants partaient souvent d’un constat, d’une observation personnelle et que certains rencontraient des difficultés pour canaliser leurs données et définir le champ de leur recherche.

Je me suis rendue compte que les étudiants s’expriment parfois sur le sujet qui est le leur et qui leur est donc évidemment familier en tenant un rythme assez soutenu. En temps qu’observateur il n’était évident de tout comprendre. Les sujets étant souvent très différents du mien et présentaient tous une certaine spécificité. Je me suis rendue compte qu’il était parfois difficile de suivre et j’ai donc réalisé l’importance que peuvent avoir le rythme et la clarté.

Lors des échanges des distinctions ont été faites entre des termes pouvant paraître liés tels que « intégration » et « inclusion », « langue » et « langage » et le professeur a parfois relevé l’utilisation de certain mots et groupes de mots comme l’adverbe « forcément » mais aussi la locution « enquête approfondie ». Cela a permis selon moi de rappeler l’importance du choix des mots et de ce que ces choix peuvent impliquer.

Enfin, j’ai pu trouver écho à mon propre sujet de recherche dans la présentation d’Héloïse. Lorsqu’elle expliquait que la poésie pouvait provoquer l’adhésion comme le rejet et qu’elle permettait à chacun de se positionner à son sujet j’ai constaté que j’avais moi même fait les mêmes observations au sujet de la photographie. En y réfléchissant je pense que c’est une des caractéristiques des supports artistiques et que c’est ce qui permet aussi d’initier une parole.

 

 

 A présent quelques notes sur chacune des interventions.

 

 

Léonard se penche sur l’idéologie de l’éducation au plurilinguisme dans la construction européenne. Il nous a expliqué que tout était parti de l’observation observation personnelle, qu’il a qualifié de relativement « simple et naïve », du fait que le CECRL et les guides associés étaient des prises de position politiques s’inscrivant dans un réseau de pensée autour de la construction européenne. Il a témoigné de la difficulté que représente l’étendue d’un tel sujet balayant de multiples disciplines et souhaite inscrire sa recherche dans un réseau de pensée duquel il aimerait rendre la consistance.

 

Salif s’intéresse au bilinguisme dans le milieu soninké en France et plus particulièrement au cas des soninkés vivants à Meaux en Seine-et-Marne. Il nous a présenté le soninké comme une langue de communication entre trois générations d’immigrés soninkés à Meaux, une langue au contact d’autres langues dans un tel contexte et s’intéresse à la façon dont ces langues s’influencent et aux interactions entres les membres de cette communauté. Salif a expliqué, pour illustrer ses dires de manière concrète, qu’il souhaitait par exemple se demander si les interactions allaient se produire de la même façon entre un père et une mère et entre un frère et une sœur. Il a enfin évoqué son plan, un plan en trois parties : l’enquête et son déroulement, la transmission langagière et l’emprunt lexical.

 

Wang se penche sur l’intégration en milieu interculturel des apprenants chinois en situation de mobilité estudiantine. Elle nous a expliqué que les apprenants étaient intégrés dans des classes multiculturelles avec des personnes de niveaux équivalents et que l’approche communicative souvent utilisée dans les classes actuellement ne correspondait pas véritablement aux attentes des étudiants chinois. Elle se demande alors comment il est envisageable de favoriser l’intégration de ces étudiants dans des classes multiculturelles. Elle effectue des observations au DULF et est amenée à réaliser une enquête dans le but de proposer des actions pédagogiques et didactiques pour intégrer les étudiants chinois.

 

Carla traite la question de la relation littéraire en contexte catalan. Elle a témoigné être partie de l’hypothèse selon laquelle l’école, comme espace de formation de futurs citoyens, serait influencée par le projet politique. Elle souhaite observer et interroger la pratique de la lecture en classe et nous a expliqué en quoi le terrain avait bousculé ses interrogations initiales. Elle se penche sur la discipline : « Langue catalane et littérature » et témoigne du fait que, comme l’intitulé de la discipline l’indique, la langue est mise au premier plan et l’étude des textes n’arrive que comme accessoire, occupant une place très réduite. Après le terrain elle a pu déplacer ses interrogations sur l’absence de relation aux œuvres dans les cours en question.

 

Naima nous a expliqué qu’elle avait récemment décidé de changer de sujet de recherche. Elle souhaitait auparavant travailler sur la littérature maghrébine comme approche de l’interculturalité mais a finalement décidé de se pencher sur la question de l’alternance codique en temps que fonction didactique et communicative. Ce choix a été initié par l’observation de l’importance de cette pratique devenant de plus en plus courante en contexte algérois et par le fait qu’elle soit elle même directement concernée. Elle constitue actuellement sa bibliographie mais rencontre des difficultés pour « canaliser ses données » et « arrêter sa démarche ». Naima s’interroge cependant sur le fonctionnement de cette pratique et sur l’analyse de sa valeur symbolique.

 

Héloïse se penche enfin sur la place paradoxale de la poésie dans l’enseignement des langues. Elle a témoigné de la sous représentation flagrante du genre poétique en classe ordinaire de français mais aussi dans le cadre du FLE et a mentionné l’étrangeté de la poésie qui pouvait provoquer l’adhésion spontanée aussi bien que le rejet et qui permet à l’étudiant de se poser la question de ce qu’il ressent et d’où il se positionne par rapport à cette étrangeté.

Maude CAPMAN

Etudiante en Master 2, parcours recherche, à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris III

More Posts

Enseigner/apprendre une langue étrangère à l’école primaire

Journée d’étude

« Enseigner/apprendre une langue étrangère à l’école primaire »

3 décembre 2014

L’apprentissage précoce d’une langue étrangère a des conséquences positives dans les années à venir. Selon des enquêtes qui ont été déjà publiées, les enfants qui commencent les langues étrangères dès leur jeune âge ont des meilleures notes aux examens que les autres. En plus, une bonne façon d’enseigner une langue étrangère aux enfants c’est les albums de la jeunesse. Les images, les couleurs attirent l’attention et suscitent l’intérêt de l’enfant. Une histoire dans un album provoque des images et sentiments mentaux.  Les émotions « collent » l’information dans la mémoire. Le cerveau communique en interne avec des images. Ainsi, la mémorisation et la compréhension de quelconque information est beaucoup plus facile si on s’appuie sur l’imagination de l’enfant. L’enfant doit pouvoir s’orienter dans l’espace avant de pouvoir s’orienter sur une feuille de papier, distinguer sa droite de sa gauche et le haut du bas pour lire et écrire dans le « bon » sens.

De l’autre cote les enseignants pourraient être capable de construire de séances motivantes pour les élèves, apprendre des chansons aux élèves et exploiter en classe, faire acquis des élèves, utiliser les consignes de classe en français, construire des situations de communication, exploiter un album de jeunesse. Le sentiment d’efficacité et perception de compétences en langues des futurs professeurs des écoles a l’issue de leur formation initiale.

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « Conseil des Jeunes Citoyens » ?

Journée d’étude

 »Conseil des jeunes citoyens » 2015

7 mars 2015

Comment est-ce que je peux préparer un élève pour participer au « conseil des jeunes citoyens » ? L’objectif du Conseil des Jeunes Citoyens est de donner la parole aux jeunes, d’écouter leurs besoins et de permettre de mener à bien des actions en faveur de la jeunesse. Les enfants peuvent faire de la politique ? Si les enfants ne votent pas encore, ils font partie de la société. Ils ont un avis personnel et une vie sociale. Le mot politique est un mot grec, la politique c’est l’organisation de la vie. Il faut convaincre les élèves de participer aux concours qui concernent la politique et la vie quotidienne. Une bonne idée serait de les persuader de s’exprimer librement et de ne pas rester passifs. Pour cette année il y a 4 sujets que chaque candidat peut choisir, l’écologie, la citoyenneté, la culture et le monde virtuel. A ce qui concerne la première partie du conseil, il y a 4 orateurs, 2 orateurs en faveurs et 2 orateurs en opposition. Dans cette partie ils doivent préparer le sujet, faire la connaissance entre eux et discuter leur sujet pour le débat. Tout cela dure 45 minutes. A la deuxième partie ils parlent en alternance l’un après l’autre. A la fin de la deuxième partie un orateur en faveur et un en opposition de chaque sujet va continuer à la partie finale.

Tous les enseignants doivent motiver leurs apprenants de participer !

« Donnez la parole aux élèves.

Donnez-leur la parole, car exprimer des idées sans se sentir jugé, apprendre à déployer une pensée et à argumenter, cela apaise, cela remonte l’estime de soi, et cela diminue la violence. C’est mécanique.

Donnez la parole, une heure par semaine, dans chaque classe de chaque école de France, aux élèves.

Ils ont besoin de parler et de penser dans un cadre qui le leur permette.

Formez des professeurs à la conduite de débats. Laissez la parole circuler sans tabou. Osez laisser s’échapper de la bouche des enfants des horreurs, pour les parler, les penser avec eux. »[1]

 

[1] http://www.telerama.fr/idees/il-faut-donner-la-parole-aux-eleves-lettre-ouverte-a-l-education-nationale,122094.php

Les langues de la littérature africaine

Conférence d’Ursula Baumgardt, professeure des universités à l’Inalco, dans le cadre de la journée Afrinalco – Jeudi 29 janvier 2015 : « Littérature africaine, une richesse insoupçonnée et une question de langues »

Le jeudi 29 janvier 2015, l’association des étudiants du département Afrique de l’Inalco a organisé Afrinalco, journée destinée à l’Afrique. C’est dans le cadre de cette journée qu’Ursula Baumgardt a proposé une réflexion sur la littérature africaine. Cette chercheuse a démontré à son auditoire que la littérature africaine, littérature multiple, renferme une richesse insoupçonnée. Sa présentation a été décomposée en trois temps : la littérature africaine écrite en langues étrangères (langues européennes), la littérature africaine écrite en langues africaines et la littérature en langue orale.

La littérature africaine écrite en langue européenne connait son essor dans les années 50, c’est à dire dans la décennie qui précède les indépendances, mais se développe surtout après les indépendances et suite aux décolonisations anglaises et portugaises. Il s’agit d’une littérature à part entière, elle dispose de maison d’éditions et apparait dans les programmes scolaires et universitaires en Afrique mais également en Europe. Littérature dynamique, le corpus de la littérature africaine écrite en langues européennes ne cesse de croitre, puisqu’il est passé de 2000 titres en l’an 2000 à 4000 titres en 2005 (citons entre autres les ouvrages d’Ahmadou Kourouma ou de Mariama Bâ). Cette littérature se reconnait à travers son caractère personnel, les auteur-e-s l’utilisant en général pour décrire leur réalité. Ainsi, durant les années 50, les ouvrages publiés portaient principalement sur la lutte pour l’indépendance ou livraient des réflexions sur les régimes coloniaux, post-coloniaux et sur de possibles tentatives de luttes contre ces régimes. Aujourd’hui, ce sont les thématiques de l’exil et des régimes dictatoriaux qui dominent, sans oublier les voix de femmes qui s’élèvent de plus en plus. Il est cependant reproché à cette littérature de se définir de façon exclusive en lien avec l’Europe. De même, certains auteur-e-s choisissent d’écrire en français afin d’atteindre le plus grand nombre, ce qui leur vaut des retours négatifs et une interrogation majeure : écrire en français ne contribue-t-il pas à marginaliser et à affaiblir les langues et cultures africaines ? Comme l’explique Ursula Baumgardt, c’est justement du fait de son passé de colonisateur que le lectorat européen est si important et qu’ainsi les textes sont le plus souvent écrits en français, c’est pourquoi selon elle il ne faut pas juger les auteur-e-s africains mais plutôt analyser leurs pratiques.

Les écrivain-e-s de littérature africaine en langues africaines, du fait du caractère plurilingue des pays d’Afrique, écrivent en alphabet arabe et latin, et en langues africaines. L’écriture en alphabet arabe s’est développée dans le contexte de l’expansion de l’Islam en Afrique. Peu d’études sont cependant réalisées sur les ouvrages écrits en arabe et sur leurs auteur-e-s. Il aurait toutefois été remarqué que ces derniers publient à la fois en langues nationales et en arabe. L’écriture en alphabet latin connait un réel succès depuis les années 60 notamment à travers les œuvres de Boubacar Boris Diop. Enfin, le fait d’écrire en langues africaines intervient souvent après des succès en anglais et en français. Certains auteur-e-s revendiquent d’ailleurs ce choix de langues, comme Isaie Biton Koulibaly qui a déclaré « je n’aurais pas écrit ce texte s’il avait fallu passer par le français ». La littérature africaine écrite en langue africaine est un domaine très vaste, il serait même impossible d’énumérer toutes les langues africaines, trop nombreuses. Si en Afrique elle s’écrit partout – même dans les pièces de théâtre, c’est grâce à l’édition électronique qu’elle pourra se développer dans le monde et gagner en célébrité.

Enfin, la littérature orale, véritable richesse linguistique du continent africain et pleinement intégrée au sein des pratiques sociales, fait preuve d’une vivacité jamais démontrée. Elle aussi en expansion après la fin des colonisations, elle a su garder une dynamique propre. Néanmoins, comme les langues orales, n’étant pas écrite, la littérature orale est fortement dépréciée dans la hiérarchie littéraire et en occupe la dernière place. Souvent perçue comme n’étant pas tout à fait une littérature et relevant de la seule tradition orale, on lui accorde moins d’intérêt. De nombreux chercheur-e-s œuvrent alors pour montrer et redonner de la valeur à la littérature orale, mais également pour en avoir une meilleure connaissance. Dans cette perspective, Ursula Baumgardt a rappelé la nécessité de définir une place en tant qu’objet scientifique aux littératures orales.

La littérature africaine est résolument précieuse pour le continent africain, elle est en effet un moyen privilégié pour transmettre les langues et les cultures. Cette littérature qui mélange créativité, engagement et conviction, mérite ainsi un regain d’intérêt de la part de la communauté internationale. Pour reprendre Ursula Baumgardt, il est maintenant temps d’œuvrer pour le développement des langues africaines, pour élaborer de nouveaux matériaux linguistiques, développer la littérature orale, et surtout encourager le développement et la vie de la littérature africaine.

 

Transcrire, annoter, traiter des corpus scolaires

 

Analyse linguistique de grands corpus d’écrits scolaires : 

problèmes de transcription, d’annotation et de traitement 

Journée d’études organisée par le groupe Écriture Scolaire du laboratoire Clesthia (EA 7345)

Mercredi 18 mars 2015 – 9h30-17h00

Université Paris-Sorbonne – Salle Bourjac  – 17 rue de la Sorbonne – 75005 Paris

Contact : Yilun Li (fantiyu001@hotmail.com)

Présentation de la journée 

Les écrits des élèves suscitent un intérêt grandissant chez de nombreux chercheurs appartenant à des domaines ou des paradigmes de recherche aussi variés que la linguistique, la psycholinguistique, la sociolinguistique et la didactique du français. Cet intérêt s’explique à la fois par la singularité de l’objet discursif qu’ils constituent et par la rareté des études empiriques appuyées sur des corpus de grande envergure. Malgré les avancées considérables des outils informatiques d’analyse de textes et les méthodologies liées aux grands corpus oraux, le traitement quantitatif des données langagières émanant de scripteurs débutants ou en cours d’apprentissage est difficile du fait du caractère linguistiquement peu normé (ou autrement normé) de leurs productions. Il est urgent de remédier à cette lacune : le travail sur grand corpus remet en question de l’étude de cas dits « exemplaires » au profit d’une vision panoramique révélant, grâce à l’informatique statisticienne, de grandes tendances scripturales invisibles à l’oeil nu. Les retombées dans le domaine de l’éducation de masse sont importantes, à commencer par la possibilité d’aider les programmes scolaires de la nation à coller à la réalité de besoins quantifiés à très grande échelle.

Dans le cadre de son opération de recherche Analyse linguistique de l’écriture scolaire (http://www.univ-paris3.fr/ecriscol-300509.kjsp) le laboratoire Clesthia de la Sorbonne Nouvelle (EA 7345) propose une journée de travail sur la question de la mise à disposition et du traitement informatique des écrits scolaires. Cette journée se déroulera en deux temps :

– Matinée : interventions axées sur les spécificités des corpus d’écrits d’élèves et leur diffusion. Structuration des corpus, visée des recherches, études longitudinales.

– Après-midi : interventions axées sur le traitement informatique des données. Annotations, traitements lexicaux et morphosyntaxiques.

Programme 

Matinée 

Modérateur : Jacques David (Univ. Cergy-Pontoise – CRTF)

9h45 – Ouverture de la journée par Franck Neveu (Univ. Paris Sorbonne – STIH, et ILF)

10h00 – Marie-Laure Elalouf, (Univ. Cergy-Pontoise – ÉMA)

Constitution d’un grand corpus de textes d’élèves, retour sur les questions méthodologiques posées par un corpus publié en 2005. 

10h25 – Marie-Noëlle Roubaud (Univ. Aix-Marseille – ADEF)

Principes méthodologiques pour l’établissement d’un corpus de textes scolaires 

10h50 – Questions et pause.

11h20 – Thierry Chanier (Univ. Blaise Pascal – Clermont-Ferrand 2 – LRL).

Concevoir la diffusion d’une banque de corpus dès le début du projet de recherche. 

11h45 – Fanny Rinck & Marie-Paule Jacques (Univ. Grenoble 3 – LIDILEM)

Corpus de littéracie avancée : structuration et métadonnées. 

12h10 – Questions

12h30-13h50 : pause repas

Après-midi 

Modératrice : Claire Doquet (Univ. Paris 3 Sorbonne Nouvelle – Clesthia)

14h00 – Claire Wolfarth , Claude Ponton & Corinne Totereau (Univ. Grenoble 3 – LIDILEM)

Apports du TAL à la constitution et à l’exploitation d’un corpus scolaire longitudinal 

14h25 – Claudine Garcia-Debanc, Karine Perez-Bonnemaison, Josette Rebeyrolle, Myriam Bras, Mai Hodac, Sophie Mayras-Cauchois (CLLE, UMR 5263, CNRS & UT2 Jean Jaurès)

Problèmes méthodologiques posés par l’annotation discursive de textes d’élèves. 

14h50 – Trang Luong (Univ. Paris Ouest Nanterre La Défense – MoDyCo)

Problèmes posés par la transcription/annotation des copies d’étudiants. 

15h15 – Questions et pause.

15h35 – Céline Poudat (Univ. Nice Sophia Antipolis – BCL,)

Eléments de méthode pour explorer des contrastes et des hypothèses en corpus. 

16h00 – Serge Fleury (Univ. Paris 3 Sorbonne Nouvelle – Clesthia)

Exploration textométrique de la base ECRISCOL avec le trameur. 

16h25 – Bilan et perspectives.

Comité d’organisation : 

Jacques David (Université de Cergy, EA 1392 CRTF)

Claire Doquet (Université Paris 3, EA 7345 Clesthia)

Serge Fleury (Université Paris 3, EA 7345 Clesthia)

Li Yilun (Université de Paris 3, EA 7345 Clesthia)

Comité scientifique : 

Sonia Branca (Université Paris 3, EA 7345 Clesthia)

Catherine Boré (Université de Cergy, EA 4507 EMA)

Catherine Brissaud (Université Stendhal Grenoble 3, EA 609 Lidilem)

Marie-Laure Elalouf (Université de Cergy, EA 4507 EMA)

Claudine Garcia-Debanc (Université de Toulouse 2, UMR 5263 CLLE)

Olivier Lumbroso (Université Paris 3, EA 2288 DILTEC)

Franck Neveu (Université Paris Sorbonne, EA 4509 STIH)

Sylvie Plane (université Paris 4 Sorbonne, EA 4509 STIH)

Céline Poudat (Université de Nice, BCL UMR 7320)

Marie-Noëlle Roubaud (Université de Aix-Marseille, EA 4671 ADEF)

Agnès Steuckardt (Université Montpellier 3, UMR 5267 Praxiling

Serge Martin

Professeur de littérature contemporaine de langue française
DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3
Responsable du Master 2 DFLE spécialité 1 recherche
Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus