Archives de catégorie : ouvrir des carnets

Chercheur au Carrefour de données

Après plusieurs lectures des pages tirées du livre de Bruno Latour, j’ai trouvé ses écrits très intéressant au niveau des obligations. Latour parle du chemin que le chercheur « doit » suivre pendant sa recherche. Autrement dit, Latour, selon lui, nous donne les « clés » de la « réussite absolue » afin de pouvoir mener la recherche de manière plus ordonnée que désordonnée. Pour cela, l’auteur nous propose de faire 4 carnets – pas moins, pas plus – à utiliser pour différentes tâches chacun. Les carnets proposés par Latour;

  • Premier carnet : carnet de bord.
  • Deuxième carnet : utilisé pour la collecte de l’information.
  • Troisième carnet : destiné aux essais d’écriture.
  • Quatrième carnet : utilisé pour consigner les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs.

Toutes idées non-imposées sont à écouter, à appliquer si elles sont logiques jusqu’à un degré et même d’ailleurs elles méritent d’être appréciées. Bruno Latour insiste sur l’obligation de faire des carnets en utilisant les termes « devra » ou « Il faut » à chaque paragraphe du chapitre « Retour aux fondamentaux : une liste de carnets ».

«  Le premier carnet devra faire (…) Il faut consacrer un second carnet (…) Il faut toujours avoir à porté de main un troisième carnet(…) »[1]. Dans le domaine de la sociologie, on ne peut jamais parler des clés de réussite, des méthodes de recherche, des manières de prendre des notes ou des chemins qui mènent vers la « Vérité, réussite absolue ». En SHS, quelles soient écrites ou dites, toutes idées sont considérées « subjectives », c’est-à-dire perçues, vues et jugées différemment d’un sujet à l’autre. Dans ce contexte, le carnet ne peut pas être considéré comme un outil utilisé pour la recherche aux yeux de « tous » les chercheurs car chacun de ces derniers est unique et a sa propre conception de recherche.

Il est difficile également de comprendre si Latour parle de ses avis personnels ou bien de sa « Vérité Absolue » à propos des carnets. En tant que jeune chercheur en SHS, je ne trouve pas sain d’utiliser des propos commençant par « il faut » car ce terme est contradictoire avec l’âme des SHS dont le noyau dur est « subjectivité » et « différents points de vue ».

Un autre point qui me semble important à traiter est le nom du livre de Bruno Latour : Changer de société, refaire de la sociologie. A mon avis, le changement de société ne peut jamais avoir lieu avec impositions des choses ou toutes sortes de tentatives de façonnage « scientifique » mais seulement en rendant les chercheurs plus libres et plus autonomes dans leurs recherches. Il serait plus acceptable si Latour avait mis « à mon avis » devant chaque « il faut » puisqu’il transmet ses avis personnels sur un sujet donné.

Selon moi, n’étant pas un élément indispensable de la recherche ou de la vie d’un chercheur, le carnet peut jouer, pour certains, un rôle important pour le bon déroulement de la recherche. Sur ce point, je partage mes « 4 » carnets ci-dessous ;

  • Premier carnet : Carnet de Liberté pour observer le terrain en toute liberté.
  • Deuxième carnet : Carnet d’Autonomie pour travailler avec des sujets en étant autonome.
  • Troisième carnet : Carnet de Chemin pour observer tout ce qui paraît scientifique sur le chemin.
  • Quatrième carnet : Carnet de Carrefour de données pour rassembler les données.

Seul les chercheurs Libres et Autonomes ayant leurs propres Chemins (de pensé, de recherche etc.) peuvent se retrouver au Carrefour de données afin de construire un meilleur système de pensé et de recherche.

Références 

[1] Latour B., Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006.

Alper ASLAN

Titulaire d'une Licence en Didactique du FLE et un Master Didactique des langues, Spécialité 1 Recherche DFLE/S et langues du monde à Paris 3 Sorbonne Nouvelle.. Actuellement doctorant en Sociolinguistique et DFLE.

More Posts

Comment débute la recherche en SHS ?

Bruno Latour dans son ouvrage Changer de société. Refaire de la sociologie (Paris, La Découverte, 2006, p. 194-197) nous propose de « déployer les controverses » puis de « retracer les associations ». On peut entendre deux démarches de la recherche, ici, je parle de la rédaction du mémoire : se situer dans une situation-problème, retracer les réflexions.

On dirait que cette situation-problème n’est pas inventée de toutes pièces par le chercheur, mais qu’elle s’émerge au fur et à mesure de la lecture, de la réflexion et de la fréquentation et du questionnement sans cesse du terrain. La recherche est un long parcours, et il n’est pas hasardeux d’utiliser le terme « la carrière du chercheur ». Surtout celui qui la débutera doit penser à la persévérance qui nécessite tous les chercheurs. Alors, pourquoi-t-on ne subdivise pas cette carrière longue et qui souvent effraye ceux qui n’osent pas la débuter, à partir de petites accumulations qui accompagnent la mise en idée, jusqu’à la publication.

C’est ce que propose Bruno Latour et Serge Martin de « tenir un journal de tous nos mouvements » (Latour, 1996 : 194), ici les carnets de recherche. Selon ses propositions, ces carnets permettent de retracer le parcours de recherche par chaque essaie qui nous amène vers la publication de nos résultats de recherche. Apparu en vision multiple, il contient en général quatre parties (Martin, 2014) :

  • Un journal de bord, qui enregistre toute activité faisant partie de la recherche.
  • Un carnet de collecte s’accumulent tous les données de désordre mais en catégorie et pointant une problématique concise.
  • Un cahier d’essai, qui collecte les réflexions sous forme d’écriture du chercheur, concernant sa lecture, son exposé, ses participations à une conférence, un colloque, etc.
  • Des commentaires, qui contient les feed-back que les autres chercheurs donnent sur nos réflexions.

Au départ de l’idée de Latour, le blog « Action-FLE » est créé et joue un triple rôle à la fois comme un carnet de collecte, un cahier d’essai et de commentaires. Il permet de :

  • classer sous catégories les notes de lectures souvent accompagnées de mes réflexions en fonction du sujet, (je la nomme Collecto) par exemple « pédagogie du projet », « analyse des discours ».
  • publier des essais réflexifs sur plusieurs textes et mes expériences par rapport à la lecture précédente (je la nomme Réflexto)
  • enregistrer les commentaires de lecteurs sur mes publications, qui seront organisés de ma part à l’ordre (je la nomme Commento)

En plus, je crée également mon journal de bord privé, nommé Agendo, qui retrace mes activités de recherches et les séminaires et les conférences à suivre et suivis.

L’atout des carnets électroniques, blog, est évident, car il permet à l’auteur d’y revenir par une simple recherche. Par exemple, pour revenir à tous les textes concernant « la pédagogie du projet », il suffit de taper le mot dans le moteur de recherche au sein du blog, puis les textes historiques s’alignent sur l’écran. L’idée d’utiliser un blog est surtout qu’au lieu de rendre ce carnet scientifiquement artificiel, il vaudrait qu’on trouve des astuces de le faire vivre et agir.

Référence

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 1996, p. 194-197.

Serge Martin, « « Faire carnet » pour plus de voix dans et par la recherche », Voix et relation, août 2014, http://ver.hypotheses.org/1157, consulté le 26 sept. 2015.

GUO Yigong

Etudiant en Master 2 Didactique du FLE/S et des langues du monde, à l'Université de la Sorbonne nouvelle - Paris 3.

More Posts - Website

Commencer à ouvrir des carnets

On commence par des carnets parce que rechercher (se lancer dans la recherche avec un mémoire à rédiger) c’est écrire – à condition évidemment de ne pas limiter cette dernière activité à une mise en mots ! et d’y inclure un ensemble d’activités qui la constituent mais pas de recherche sans écriture ne cesse de redire Bruno Latour (voir ce billet pour bien suivre : http://arlap.hypotheses.org/2102)

Chacun va donc rédiger un petit billet montrant son engagement à ouvrir des carnets : proposer des titres à ces carnets, montrer à la manière de Bruno Latour leur intérêt pour votre mémoire. “Si vous ne souhaitez pas prendre de notes et vous appliquez à les écrire” (Latour, p. 197), le mémoire (la recherche en) de didactique des langues n’est pas fait pour vou ! Et “si l’on me dit que ces comptes rendus textuels ne sont pas ‘suffisamment scientifiques’, je répliquerai (…) qu’ils sont susceptibles d’être rigoureux selon la seule définition qui m’intéresse ici : ils s’efforcent d’appréhender avec la plus grande précision possible des objets récalcitrants  travers un dispositif artificiel, même si cette entreprise peut se révéler vaine” (ibid.). Mais aucune vanité à chaque jour commencer à écrire au plus près d’un chemin qui suit la recherche et d’une recherche qui trouve son chemin : en carnets donc !

On va lire vos petits essais de carnets (vous pourrez publier des photos de ces carnets) !IMG_1722

Serge Martin

Professeur émérite de littérature contemporaine de langue française DILTEC (EA 2288) et THALIM (UMR 7172), Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 Ecrivain sous le nom de Serge Ritman

More Posts - Website

Follow Me:
FacebookLinkedInGoogle Plus