Tous les articles par Léonard Bertin

Titre des carnets

Pour les titres des carnets, nous utiliserons une allégorie légèrement malheureuse, celle du cours d’eau pour exprimer ce que nous représente la recherche en sciences humaines, en mettant en pratique les conseils méthodologiques de Bruno Latour (2006).

Cette allégorie peut être certes maladroite car elle essentialise les idées de « source » et « d’arrivée », concepts qui ne sont pas opératoires si l’on considère la recherche en sciences humaines comme perpétuelle. Cependant, la force de cette figure de style est effectivement dans le mouvement continuel que représente le cours d’eau, la maxime éculée d’Héraclite « on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », nous le rappelant. Cette considération sur le mouvement nous apparaît importante, dans le sens où l’écriture s’apparente à un « montage dynamique d’hétérogénéités » (Didi-Huberman, 2011, p.163).

L’aspect « dynamique » nous rappelle le flux et le courant de la rivière, tandis que le « montage […] d’hétérogénéités » nous renvoie à la diversité et à la pluralité de la topographie que traverse un cours d’eau, ainsi qui toutes les ramifications, affluents, confluents, canaux, qui vus du ciel, s’apparente à un « atlas », à un « zigzag plutôt qu’une ligne rectiligne » (idem, p.280). Pourtant, conceptuellement, ce cours d’eau marque une unité – il a souvent un nom – qui malgré ses contradictions, ses variations, ses paradoxes, fait sens (idem, p.163). C’est en cela que s’opère ce « montage ». Dans le cas du mémoire, l’unité est matérialisée par le mémoire imprimé, et s’il « fait sens » – les félicitations du jury, par exemple -, c’est que le montage des courants hétérogènes de l’écriture est bien réalisé.

Ainsi si l’eau d’une rivière suit son cours et est nourrie d’autres cours (d’eau), la recherche est également nourrie de ces cours, qu’ils soient magistraux, qu’ils proviennent de lectures, d’observations quotidiennes ou de moments de réflexivité impromptus au détour de quelques conversation anodines. C’est en tout cas le sens que nous donnons à la phrase « tout fait partie des données » (Latour, 2006, p.194). De même que chaque goutte d’eau, chaque courant, chaque mouvement du cours d’eau fait partie de sa réalité, toutes les données collectées font partie de la recherche. Par ce truchement analogique, nous essayons de bien mettre en lumière les préconisations ci-après : il faut « tenir un journal de tous nos mouvements » (Latour, 2006, p.194).

Nous allons donc voir comment vont se composer nos carnets et quels titres nous leur donnons. Il est bien entendu que nous essaierons de trouver des titres venant du champ sémantique du cours d’eau.

Le premier carnet s’appelle l’écluse. En effet, l’écluse, si elle est fermée, arrête momentanément le flux du courant. En ce sens, elles fixent la réalité d’un cours d’eau pendant le moment de sa fermeture : les poissons ne peuvent pas descendre vers l’estuaire, on peut ainsi les recenser, les canettes vides s’amassent contre la paroi etc. De même, les écluses jalonnent les cours d’eau, depuis leur source jusqu’avant leur estuaire et, si nous filons la métaphore, elles sont autant de moments de fixation dans le temps – et dans l’espace dans ce cas là – de l’avancée de la rivière. En somme elles peuvent avoir un rôle de « collecteur » chronologique des avancées de ce cours. Ainsi nous verrons consignés dans ce carnet, tous les temps pratiques de la recherche et ceci de manière chronologique, comme autant de haltes sur le chemin de hallage. Tout en n’oubliant pas que les écluses laissent tout de même passer de l’eau, pour que les niveaux n’augment pas trop. Par analogie, cette chronologie de la recherche au moment de sa collecte, de par la réflexivité de l’écriture, fait avancer cette recherche.

Le second carnet s’appelle la source. Pas dans le sens d’un acte fondateur de la recherche puisque nous la voyons comme une continuité. Mais ce carnet est une source, formellement, car il regroupe les données primordiales qui vont être réutilisées dans le mémoire. C’est-à-dire qu’il compilera les observations sur le terrain et les lectures qui vont aboutir au cadre théorique. En somme, ce sont les données dans le sujet.

Le troisième carnet portera le nom d’affluent/confluent. En effet, les affluents font grossir un cours d’eau, le renforcent et lui donnent une autre réalité, faisant de deux entités au départ distinctes, une nouvelle entité mais dans la continuité des deux précédentes. De la même manière, les lectures autres, c’est-à-dire hors du champ de la didactique nourrissent la recherche. De ce fait, il y aura dans ce carnet des « comptes rendus » de lecture venant d’autres champs, en les faisant discuter avec le sujet de notre recherche – qui reste encore à définir ! – pour essayer de les incorporer dans la méthodologie mise en place. Il y aura également dans ce carnet des observations banales, c’est-à-dire du quotidien, qui seront mises en lien avec les lectures. Il s’agit encore une fois d’un dialogue entre deux réalités qui se nourrissent l’une et l’autre. C’est en cela que l’on peut parler de confluent, quand, partant de notre source et la confrontant à l’observation empirique, on crée une nouvelle réalité.

Enfin, nous sommes un peu plus embêtés pour le quatrième carnet, peut-être n’y en aura-t-il pas. Nous comprenons « les effets que le compte rendu rédigé a produits sur les acteurs dont le monde a été déployé ou unifié » (Latour, 2006, p.196) comme étant un travail de confrontation a posteriori avec les acteurs de la recherche menée afin que celle-ci devienne une réelle recherche-action. Il s’agirait donc ici de compiler des comptes rendus d’entretiens réflexifs avec les acteurs du terrain de recherche, une fois le mémoire terminé. La question du titre est relativement compliquée, nous pouvons peut-être l’appeler le pêcheur. Ce dernier en effet, à mesure qu’il rencontre le cours d’eau, en comprend mieux sa topologie et change ainsi ses pratiques pour aller dans des endroits où le poisson mord plus.

Enfin, si écrire, c’est lire, et lire est écrire, alors la métaphore du cours d’eau peut être terminée dans l’explicitation de son existence. La rivière se verse dans l’océan, d’où l’eau s’évapore pour former des nuages. Ces nuages gorgés d’eau se déplacent ensuite jusqu’aux pics des montagnes pour se déverser dans les terrains de la montagnes qui vont ensuite former le ru, qui plus tard se versera dans la mer. Ainsi l’aspect cyclique de va-et-vient de l’écriture/lecture a son expression dans le cycle du cours d’eau.

 

Bibliographie :

LATOUR, B. (2006). Changer de société. Refaire de la sociologie. Paris, La Découverte, « Auxilliaire ».

DIDI-HUBERMAN, G. (2011).  Atlas ou la gai savoir inquiet, L’œil de l’histoire, 3, Paris, Minuit. In MARTIN, S. (2014) « Le mémoire ? Un  “atlas“, c’est-à-dire un “montage d’hétérogénéités“ », Plateforme Hypothèses, ARLAP, http://arlap.hypotheses.org/2835#_ftn2.