Tous les articles par Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

A la Racine du mémoire.

Mémorius, étudiant

Oui, puisque je retrouve une alliée si fidèle,

Mes études vont prendre une face nouvelle.

Après le grand chaos de ce premier trimestre

Ne me faites pas croire qu’il s’agit d’un semestre –

Il faut que je vous dise, et vous me comprendrez :

Par des doutes récents me voilà tourmenté.

Madame, on me demande d’écrire un mémoire

Qu’il faudra soutenir avant les Baléares.

Je me retrouve seul dans ce monde inconnu,

Monde de la recherche où je suis mis à nu.

Mes craintes, mes ennuis ont ravi ma raison,

Madame, s’il-vous plaît, entendez mes questions :

Le moment des lectures est-il à dissocier

D’un instant d’écriture à ne pas sacrifier ?

Faut-il pour chaque idée trouver une référence

Qui serve le propos et crée la cohérence ?

Existe-t-il enfin un rite totémique

Propre à la création d’une problématique ?

Je vais m’arrêter là pour tendre mon oreille

À l’apaisante voix d’où coulent les conseils

Madame Mentor, professeure

Monsieur, je vous rassure, mille autres avant vous

Se sont sentis nager dans un torrent de boue

Les doutes et les peurs sont l’éternel fléau

De ceux qui ont forgé de fixes idéaux

Asseyez-vous, soufflez, et prenez un biscuit

Réfléchissons ensemble à ce qui vous ennuie

Mémorius

Ah ! Madame il est loin le temps des lycéens,

Où l’on pouvait flâner jusqu’au doux mois de juin.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Sociolinguistique et acquisition des langues étrangères : compte-rendu de lecture.

Sociolinguistics and second language acquisition : Learning to use language in context

Kimberly L. Geeslin & Avizia Yim Long

 

Sociolinguistics and second language acquisition  est un ouvrage de référence qui se donne comme objectif principal de mettre en relation le champ de la sociolinguistique et la RAL (recherche en acquisition des langues, SLA en anglais : second language acquisition). Ce livre s’adresse à un large public : étudiants, enseignants et chercheurs intéressés par le rôle des facteurs sociaux dans l’acquisition des langues étrangères y trouveront une excellente base de réflexion.

Le livre s’organise autour de trois sections divisées en chapitres. Chaque chapitre commence par un bref rappel de ce qui a été vu précédemment et se termine par un résumé succinct de ce qui vient d’être abordé, accompagné d’une bibliographie complémentaire ainsi que d’exercices de compréhension et d’application. Cette organisation donne une cohérence à l’ouvrage qui en facilite la lecture.

Section 1

La première section s’adresse tout particulièrement aux personnes n’ayant pas de connaissance préalables dans le domaine de la sociolinguistique et/ou de la RAL. Il s’agit d’une introduction aux principes fondamentaux de la sociolinguistiques et de la RAL, accompagné systématiquement des méthodes de recherches employées dans les différentes écoles.

D’entrée de jeu, les auteurs établissent une distinction entre la compétence grammaticale et la compétence sociolinguistique. C’est cette dernière qui est l’objet principal de l’ouvrage : il s’agit en effet de s’intéresser à la capacité, pour les apprenants de langues secondes, d’adapter son discours au contexte sociolinguistique de la situation de communication. Cette compétence est fondamentale à l’acquisition des langues étrangères.

Le chapitre 1 explique ce que sociolinguistique signifie pour l’apprenant de langue étrangère et propose un panorama des problématiques principales de la RAL.

Le chapitre 2 est une introduction générale à la variation sociolinguistique et propose plusieurs exemples de recherches dans ce domaine.

Le chapitre 3 explore le lien entre les facteurs sociaux (âge, genre, classe sociale, etc.) et la variation sociolinguistique.

Section 2

La section 2 offre un panorama des différentes approches de la RAL.

Le chapitre 4 traite de différentes approche sociales de la RAL et prend pour exemple, entre autres, la théorie socioculturelle qui s’est développée à la suite des travaux de Vygotsy, l’approche par l’analyse conversationnelle, largement développée en France, ou encore l’approche sociocognitive de Dwight Atkinson. Sept approches sont ainsi présentées et illustrées par des exemples.

Le chapitre 5 traite des approche cognitives de la RAL, comme la théorie de l’optimalité ou le connexionnisme.  Ces approches ont un intérêt majeur pour cet ouvrage : elles laissent une part d’importance au rôle des facteurs sociaux dans l’acquisition des langues étrangères.

Le chapitre 6 s’intéresse aux approches variationnistes. Un pan de la RAL essaie de rendre compte des phénomènes de variations sociolinguistiques en langue étrangère. Il existe deux types de variation : celle liée à l’acquisition de la langue étrangère (variation non native) et celle qui se rapproche de la variation des locuteurs natifs.

Le chapitre 7 se concentre sur les recherches empiriques d’approche variationniste qui portent sur le développement de la compétence sociolinguistique des apprenants de langues étrangères.

Le chapitre 8 étudie l’influence du processus d’immersion sociale et académique des étudiants lors de long séjours à l’étrangers dans le cadre de leurs études (study abroad context)

Section 3

La section 3 montre ce qu’implique les recherches mentionnées en amont dans le cadre de l’enseignement/apprentissage des langues étrangères.

Le chapitre 9 propose une réflexion sur les concepts de norme (norm) et de langue cible (target) à la lumière des recherches variationnistes.

Enfin, dans le chapitre 10, les auteurs proposent d’intégrer la sociolinguistique à la classe de langue. Il s’agit ici de proposer des suggestions pratiques quant à la mise en place des connaissances des enseignants dans le domaine de la sociolinguistiques dans la classe de langue étrangère.

Je recommande vivement cet ouvrage à quiconque souhaite comprendre les ressorts de l’acquisition des langues étrangères à la lumière de la sociolinguistique. La plupart des chapitres sont accessible et même si certain chapitres sont d’un abord difficile pour les non-initiés (je vous avoue n’avoir rien compris aux approches cognitives), ils peuvent être passés sans rompre la cohérence de l’ouvrage.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Appropriation de la variation sociolinguistique en L2.

Le rôle du discours enseignant dans le développement de la compétence sociolinguistique en classe de français langue étrangère.

Thomas De Oliveira
Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3

À la suite de Firth & Wagner (1997), une partie de la recherche sur l’acquisition/apprentissage des langues étrangères s’est éloigné du modèle cognitif largement dominant afin de réanalyser les processus d’appropriation des langues étrangères dans une perspective sociolinguistique. Parmi les nombreuses approches sociolinguistiques de l’appropriation des langues étrangères, les recherches portant sur le développement de la compétence sociolinguistique sont nombreuses, comme le montrent notamment Bayley et Regan (2004).

Tyne (2012) définit la compétence sociolinguistique comme la capacité, pour l’apprenant de langue étrangère, à « produire et reconnaître un style de langage relatif à une situation de communication donnée ». Cette compétence est une composante essentielle de la compétence de communication, au même titre que la compétence grammaticale (Canale & Swain, 1980). On voit d’emblée que c’est la question de la variation langagière qui est soulevée ici, et notamment la question de son appropriation par les apprenants de L2. En effet, la maîtrise des variations sociolinguistiques semble indispensable à la bonne conduite langagière des locuteurs de L2, tant au niveau de la production que de la compréhension (Geeslin & Long, 2014, p. 7-11).

Les travaux récents cherchant à comprendre les facteurs d’appropriation de la variation en L2 nous éclairent sur certains points :

  • L’interlangue des locuteurs de L2 est sujet à des variations qui sont, au même titre que les locuteurs de L1, systématiques et soumises à des contraintes linguistiques et sociolinguistiques. (Bayley & Regan, 2004)
  • Les variations qui apparaissent dans l’interlangue des locuteurs de L2 ne sont pas exactement similaires à celles des locuteurs de L1. Par exemple, les locuteurs de L2 emploient, dans un même contexte donné, plus de variantes formelles que les locuteurs de L1. (Mougeon et al., 2002)
  • Les locuteurs de L2 acquièrent la dimension variationnelle de la langue principalement au contact de locuteurs natifs. (Mougeon et al., 2002) L’apprentissage en classe semble à l’inverse jouer un rôle mineur dans l’appropriation de la compétence sociolinguistique.

C’est ce dernier point qui retiendra ici notre attention. On peut en effet s’interroger sur le rôle de l’apprentissage guidé, et notamment du discours enseignant, dans le développement de la compétence sociolinguistique des apprenants. Il serait intéressant de savoir si, comme le suggère Guérin (2010) en ce qui concerne l’école primaire en France, les enseignants de FLE emploient une variété discursive « monovariétale », ce qui pourrait alors expliquer le faible développement de la compétence sociolinguistique chez les apprenants.


Références :

  • Bayley, R. & Regan V., (2004), « Introduction: the acquisition of sociolinguistic competence. », Journal of sociolinguistics, (n°8|3), p. 323-338.
  • Firth, A. & Wagner, J., (1997), « On discourse, communication, and (some) fundamental concepts in SLA research. », Modern Language Journal, (n° 81), p. 285-300
  • Geeslin L. K. & Long Y. A., (2014), Sociolinguistics and sesond language acquisition: learning to use language in context, New York : Routledge, 320 p.
  • Guérin, E. (2010), « L’ « outre-langue » des enseignants ou le mythe d’une langue monovariétale », Pratiques [En ligne], (n° 145-146), consulté le 11 décembre 2014. URL : http://pratiques.revues.org/1501
  • Mougeon R., Nadasdi T. & Rehner K., (2002), « Etat de la recherche sur l’appropriation de la variation par les apprenants avancés de FL2 ou FLE », Acquisition et interaction en langue étrangère [En ligne], (n°17), consulté le 9 septembre 2015. URL : http://aile.revues.org/847
  • Tarone, E., (2007), « Sociolinguistic Approaches to Second Language Acqusition Research – 1997-2007), Modern Language Journal, (n° 91), p. 837-848.
  • Tyne, H., (2012), « La variation dans l’enseignement-apprentissage d’une langue 2 », Le français aujourd’hui, (n° 176), p. 103-112.

 

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts

Quatre carnets pour un plus grand carnet.

« Votre mémoire est à remettre en deux exemplaires au secrétariat du département avant le 6 juin 2016 à 16h ».

C’est parti.

Lorsque les idées affluent, lorsque les expériences passées refont surface et apportent avec elles un flot d’hypothèses et de questionnements, lorsque les lectures s’entrecroisent, se disent et se contredisent, il peut sembler compliqué de faire émerger une problématique de mémoire intéressante.

C’est pourquoi il faut écrire. Il faut écrire ce que l’on a lu hier, ce que l’on en pense aujourd’hui et ce que l’on va en faire demain. Il faut écrire pour se souvenir, pour parler avec soi-même, pour créer la recherche.

Bruno Latour, sociologue, s’intéresse aux processus de recherche. Il a ainsi écrit sur le rôle de l’écriture dans la recherche et nous propose d’écrire dans quatre carnets¹.

Ce que nous faisons, ce que nous entreprenons est noté dans un premier carnet qui constituera un journal de bord de la recherche.

Les données collectées dans le cadre de notre projet de recherche sont consignées dans un deuxième carnet.

Le troisième carnet laisse peu de place à l’organisation méthodique en réunissant dans un seul écrit nos idées, nos lumières, nos doutes, nos questionnements et nos réponses.

Enfin, le quatrième carnet rassemble les commentaires extérieurs, les réactions de nos pairs, de nos tuteurs, de nos amis, sur notre projet de recherche.  Il s’agit ici de décrire et d’écrire l’empreinte que notre recherche laisse sur notre entourage.

Quatre carnets pour un plus grand carnet : le mémoire a commencé.

1. Bruno Latour, 2006, Changer de société. Refaire de la sociologie,  Paris : La Découverte, p. 194-197.

Thomas De Oliveira - Lameira

Étudiant en master 2 Didactique du français langue étrangères/seconde et langues du monde.

More Posts