Tous les articles par zoé

Où trouver de jolis livres, la suite.

Je n’avais pas eu le temps de vous donner ma seconde idée pour trouver de jolis livres à tout petits prix : ce sont les vide-grenier du dimanche ! C’est fou ce que les livres y sont peu chers ! Et souvent dans un état neuf et dans de belles collections. C’est aussi l’occasion de discuter avec les gens qui les vendent et qui sont souvent bien sympathiques. Particulièrement pour les albums pour enfants… certains parents en reçoivent tellement en cadeau qu’ils n’ont même pas le temps de les lire à leurs enfants et qu’on les retrouve neufs sur les stands pour moins d’un euro. Tous les vide-grenier ne se ressemblent pas, on est parfois déçu, mais certains sont vraiment conviviaux. Il y a aussi une saison pour les vide-grenier : on y est ! Quand j’habitais dans le Nord, on appelait ça « les bradoches » et les gens qui y vendaient leurs affaires « les bradeux » ! Evidemment, on connaît surtout la « grande braderie de Lille », qui se déroule le premier week-end de septembre, mais il y en avait partout dans les petits villages alentour, c’est vraiment une tradition là-bas. Voici le lien d’un site qui vous permet de savoir où trouver un vide-grenier dans Paris.

https://vide-greniers.org/75-Paris

J’ai mis le lien pour Paris, mais si vous avez envie de sortir de la capital, le site répertorie tous les vide-grenier de toutes les régions. Il est fréquent de marchander sur un vide-grenier, mais il faut rester raisonnable. Moi je fais comme cela : je demande le prix et s’il me convient, je ne marchande pas ; mais s’il me semble trop élevé, je ne réponds pas, mais je regarde mieux : est-ce que je veux vraiment cet objet ou non ? En général, quand le vendeur voit qu’on hésite, s’il a prévu de baisser le prix, il va proposer lui-même un autre prix. Mais on peut aussi proposer soi-même, si on le sent ouvert à la négociation. On perçoit assez facilement, je crois, qui sont les vendeurs qui veulent vraiment gagner de l’argent en vendant leurs affaires (et qui ne veulent pas marchander) et quels sont ceux qui veulent plutôt passer un moment agréable en se débarrassant de choses qu’ils n’utilisent pas. On fait plutôt de bonnes affaires avec la seconde catégorie !

Un bel endroit pour découvrir de beaux livres


Plusieurs étudiants étrangers m’avaient fait part, au premier semestre, de leur envie de découvrir des auteurs francophones ou des albums illustrés, mais de leur difficulté à faire leur choix. Et du prix des ouvrages, même dans les librairies qui proposent des occasions. Alors j’ai pensé à deux pistes. Tout d’abord, l’extraordinaire médiathèque Françoise Sagan, dont M. Martin nous avait d’ailleurs parlé dans son cours sur les albums. J’ai suivi un cycle de conférences sur l’histoire de l’illustration, le samedi matin, dont une des séances s’est déroulée dans ce lieu. Ces conférences avaient pour but de présenter l’histoire du livre illustré, des enluminures médiévales jusqu’à nos jours. Nous avons abordé cette problématique sous l’angle des auteurs/illustrateurs, des éditeurs, mais aussi des lecteurs. Or, la création d’une bibliothèque entièrement consacrée aux enfants et aux livres illustrés a marqué, en 1924, l’histoire de la lecture. A cette époque, la bibliothèque s’appelait « La bibliothèque de l’heure joyeuse » et elle se trouvait dans le 5e arrondissement. Son fonds patrimonial est remarquable, avec des livres illustrés anciens datant du 16e siècle, des originaux, des ouvrages rares auxquels les enfants et les adultes peuvent encore avoir accès. L’idée est de faire vivre les ressources et de mettre à disposition du lecteur, même celles qui sont les plus rares. En 2004, les livres ont tous été regroupés dans la médiathèque Françoise Sagan, dans le 9e arrondissement. C’est un ancien hôpital qui a été restauré, l’endroit est vraiment magnifique, très lumineux, avec une jolie cour plantée de palmiers. Nous avons même pu monter sur le toit terrasse qui va bientôt être aménagé et ouvert au public. Il y a régulièrement des animations et des expositions, les documentalistes sont extrêmement serviables et si vous voulez emprunter des livres, des disques, des films, il suffit de se faire faire une carte, c’est rapide et gratuit. Si vous voulez travailler au calme, c’est aussi possible.

http://equipement.paris.fr/mediatheque-francoise-sagan-8695

Quant à ma seconde piste, je vais vous la donner dans un autre billet.

L’écriture inclusive

En lisant le billet de Magali transformée en Alice au premier rang d’une pré-soutenance, j’ai évidemment beaucoup ri, mais aussi remarqué qu’elle maîtrisait « l’écriture inclusive ». Qu’est-ce donc ? Eh bien, voici justement un lien explicatif plein d’humour et très documenté vers un blog que j’ai découvert récemment dans le cadre d’un cours sur l’illustration (dont il faut que je vous parle dans un prochain billet).

http://dessinssansgluten.com/?page_id=770

Qu’en pensez-vous ? Pour ou contre l’écriture inclusive ? Et pour ceux.celles qui parlent une autre langue que le français, est-ce que cela se pratique aussi dans votre langue ?  Et le lien entre l’écriture et la parole ?

Un autre point si vous explorez le blog, il est très intéressant parce que l’autrice est une grande voyageuse… notamment en Chine.

Le statut de la parole dans l’entretien biographique

J’ai récemment été amenée à reprendre mes notes prises lors de la journée d’étude du 7 février 2017, L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens, organisée à la Maison de recherche, sous la direction de Mme Molinié. Deux doctorants exposaient leurs méthodes de travail. Le doctorant présentait le déroulement de ses enquêtes avec un vocabulaire souvent psychanalytique ; il expliquait que l’entretien biographique, contrairement à l’entretien traditionnel, était un moment de « transition » pour l’enquêté, qui grâce aux questions du chercheur, allait porter sur son parcours de vie un regard nouveau : « conscientiser » des éléments constitutifs de son parcours, « puiser au plus profond de l’individu », mener une « démarche ou marche vers la découverte de soi », une « renaissance par la prise de parole ». Au moment des échanges, quelqu’un lui a demandé comment il présentait cet aspect des choses à l’enquêté avant de commencer l’entretien et quel était alors son statut, dans la mesure où il pouvait jouer un rôle aussi important. Le doctorant a alors expliqué qu’il prévenait toujours que les questions pouvaient éveiller des souvenirs émotionnels forts, voire faire pleurer, mais qu’en contrepartie, la parole échangée serait précieuse et rendue publique (de manière anonyme), l’entretien étant alors amplifié par la médiatisation. Cette notion de « prise de pouvoir » par la parole a été reformulée par Mme Molinié qui a désigné l’enquêteur comme un « amplificateur de parole ». Mais Mme Molinié a également rappelé que les notions de transfert/contre-transfert devaient être présentes à l’esprit de l’enquêteur. Je n’ai pas eu à me poser ces questions cette année dans le cadre de mes recherches, mais cet échange a fait écho à des problématiques que j’avais rencontrées lors d’ateliers d’écriture en centre social. Les intervenants sont parfois démunis quand la parole et l’écriture font émerger des souvenirs traumatiques et que l’aspect libérateur ne suffit peut-être pas toujours à compenser le retour de mauvais souvenirs.

Travailler et gaffer à la BPI

En ce moment et jusqu’en avril, à la BPI, au centre Pompidou, on peut voir les planches originales du dessinateur belge Franquin (1924-1997).

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

L’exposition « Gaston, au-delà de Lagaffe » se trouve dans la bibliothèque, elle est en accès libre : on peut donc à la fois prévoir une plage de travail, puis de détente ! Franquin a fait énormément de bandes dessinées, et vous le connaissez sans doute parce qu’il est le père de Gaston Lagaffe, mais aussi du Marsupilami. Il paraît que ses originaux sont magnifiques.  Je crois vraiment que c’est un classique de la bande dessinée francophone et que ça vaut le coup d’aller y jeter un œil. Je vais m’y rendre avec une amie cette semaine, pour travailler et pour l’exposition, alors si vous voulez davantage d’informations, n’hésitez pas à me contacter. J’ai déjà acheté le catalogue, il est très bien, je peux le prêter par exemple !

 

http://www.bpi.fr/agenda/gaston-au-dela-de-lagaffe

Les expériences « démocratiques-esthétiques ».

J’ai pu assister ce vendredi 9 décembre à la Maison de la recherche à la communication de Sonia Delmas, qui est en train de finir sa thèse à Paris 3. L’intitulé était « Penser/enseigner la culture en cours de FLE : vivre une expérience démocratique-esthétique ». J’ai trouvé cela très intéressant, et voici ce que j’en ai retenu.

L’intervenante a présenté deux expériences pédagogiques : chacune répondait à une idée directrice de Dewey. Tout d’abord, une expérience esthétique d’atelier d’écriture à partir d’un poème en prose de Rimbaud (« Aube », Illuminations, 1873), auprès d’apprenants japonais dans une université japonaise. Elle a souligné, témoignages à l’appui, la motivation extrême de ces apprenants, pour qui l’apprentissage du français est vécu comme un enrichissement personnel et culturel immense. D’où l’enjeu pour l’enseignant de FLE qui ne peut pas décevoir ces attentes et se doit d’être à la hauteur. Il s’agissait donc de susciter une « attention au texte » en proposant une activité créative permettant de vivre l’approche du texte comme une expérience esthétique. Les textes produits par ses apprenants, d’une qualité impressionnante, ont été mis en ligne sur un site créé par une apprenante elle-même.

http://www.tufs.ac.jp/ts/society/francais2008_2009/

La seconde expérience présentée répondait, elle, à un projet d’éducation citoyenne et démocratique : elle est menée en France, dans une université parisienne. L’enseignante propose une approche de la presse en partant des journaux quotidiens gratuits jusqu’aux revues scientifiques. Il s’agit, si j’ai bien compris, d’offrir aux apprenants la liberté de se constituer une opinion et de devenir des acteurs démocratiques, en leur proposant des lectures d’actualité et en les sensibilisant aux réalités économiques et politiques des journaux d’information.

Ces deux expériences, dont j’espère ne pas avoir trop trahi l’esprit, à défaut d’en avoir restitué toute la richesse, m’ont semblé vraiment remarquables parce qu’elles mettaient l’apprenant au cœur de l’apprentissage de manière active, tout en lui apportant des connaissances culturelles riches et pointues. Je trouve que cet équilibre est rare et admirable.