Tous les articles par Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

Du manuel et de la réalité

En tant qu’étudiants en didactique des langues, nous avons tendance à nous méfier du manuel de FLE . S’il est certes très utile, nous avons appris à nous en détacher et à créer nos propres contenus et activités. Inconsciemment, il nous arrive de porter un regard désapprobateur sur l’enseignant qui l’emploie telle une bible et ne s’en sépare jamais. Du moins, je le faisais.

Me voilà à présent dans les camps de réfugiés sahraouis, où les enseignants de français ne maîtrisent pas la langue mais doivent l’enseigner aux apprenants. Certains enseignent depuis 4 ans, mais ont à peine un niveau B1.  Un cas plutôt fréquent en FLE dans les régions les plus défavorisées.  Le manuel est devenu un bouclier pour eux, il permet de surmonter l’insécurité linguistique, de garder la face. Mais comment utiliser un manuel qui parle d’une réalité lointaine ?

Ici, nous sommes en plein désert. De la conception du temps à l’organisation de la journée, la réalité est différente de celle qui est présentée dans les manuels en général. Comment faire un cours sur les loisirs quand les seules activités dépendent de la débrouillardise des habitants ? Le monde présenté dans ces manuels ne correspond pas à celle de la vie quotidienne des Sahraouis et ne répond pas à leurs besoins langagiers. Alors oui, l’enseignant peut faire une sélection, car évidemment ils existent des points commun à toute expérience humaine. Néanmoins, c’est tout un pan de leur vie, de leurs coutumes qui est ignoré.

Et voilà le dilemme dans lequel se trouvent les formateurs de français ( francophones ) – faut-il créer un manuel qui reflète la réalité du terrain au détriment de la créativité et l’investissement personnel des enseignants sur place ?

Qu’en pensez-vous ?

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Demi-journée d’étude : Approches postcoloniales et décoloniales de la culture


15542229_10154279502855914_1217746419406190867_n
A l’occasion de la sortie de l’ouvrage Matérialismes, culture et communication, la 
Maison de la recherche de l’Université Sorbonne Nouvelle Paris 3 organise une journée d’étude sur les approches postcoloniales et décoloniales de la culture. 

L’événement aura lieu au 04 rue des Irlandais, dans le 05ème arrondissement, salle Athéna.

Voici un lien vous permettant de prendre connaissance de la programmation:

https://www.facebook.com/events/1493244957367421/

J’ai déjà eu la chance d’assister à une conférence de l’anthropologue Emmanuel Parent qui s’intéresse à la représentation du Noir dans la culture contemporaine et c’était passionnant. C’est pourquoi je vous recommande vivement d’y assister !

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Au Pays des contes

screen-shot-2016-12-19-at-15-09-35

Sur les conseils de Cécile Leguy en cours d’anthropologie, j’ai regardé le court documentaire  » Au pays des contes » réalisé par Alexandra Ena d’après les recherches effectuées par l’ethnolinguiste  Suzy Platiel.

Le conte est une réponse à l’individualisme grandissant dans nos sociétés contemporaines. Voilà le postulat de départ. Lire un conte c’est partager, c’est faire un don. C’est aussi une manière de développer son individualité sans devenir individualiste. Le documentaire fait un lien très intéressant entre la tribu des Sanan (Burkina Faso), où le « racontage » occupe une place centrale dans le développement des enfants, et l’initiative de Jean-Christophe Gary, professeur de français dans un collège, d’instaurer « l’heure du conte ».

N’avons-nous pas là une alternative formidable aux terribles exercices de commentaire de texte  et de description du trop fameux schéma quinaire ? N’est-ce pas apprendre à prendre du plaisir à lire, apprendre à vivre ensemble de plus belle manière qu’il soit, en se racontant des histoires ?

Raconte-moi une histoire, je te dirai qui tu es…

http://videotheque.cnrs.fr/index.php?urlaction=doc&id_doc=4095

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Quand apprendre, c’est (sur)vivre…

Au cours de mes recherches pour le mémoire, j’ai découvert que l’ONU avait inclus l’éducation dans ses périmètres d’intervention humanitaire. L’éducation devient donc une stratégie de développement durable; un droit aussi vital que l’alimentation ou le logement. Pour près de 16 millions de réfugiés (HCR, 2015), l’éducation représente une opportunité – celle de survivre, de dire qu’on existe et qu’on fait partie de ce monde.

En tant que futurs enseignants de FLE et pour ceux qui s’intéressent à l’enseignement dans les camps de réfugiés, je crois que cette extension du paradigme et du champ opérationnel de l’éducation nous invite à repenser la didactique des langues. Une telle réflexion pourrait produire des notions clés nous permettant non seulement d’enrichir les concepts didactiques actuels de nouvelles définitions; mais également de répondre (à notre humble échelle) aux besoins existentiels d’une société qui se transforme sous nos yeux.

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

1+1 = 1… un texte à la manière de Didier Delahais

J’ai fait tous les calculs :

didactique = didaktikós = enseigner = signum = *sewk = suivre

il n’a plus le choix

j’ai besoin de vous j’ai besoin de toi c’est à quel sujet hein deux trois… j’en ai des tas de sujets quatre cinq si cette fois j’ai une problématique oui mais toujours pas de directeur aux alentours
un peu de rigueur ! ( c’est à qui le tour ? )

J’ai besoin d’une trajectoire

je veux bien te suivre mais où vas-tu comme ça  où va-t-on  où est-ce qu’on

va

Faut-il que tu t’en ailles… ? c’est vous qui m’avez demandé de partir

je vais être honnête la didactique n’est que mon alibi vous savez je suis surpris —  (vous) ne me laissez pas finir ! c’est un prétexte pour découvrir comment le monde marche et où est-ce qu’il va te perdre et me retrouver c’est enseigner à apprendre et faire l’apprentissage de la vie tu pars seul et je voyage la finalité n’est ni l’écriture ni la méthode et encore moins l’itinér — il n’y a pas de finalité donc rien à suivre ? ( je ne suis plus rien)


Pourtant j’ai fait tous les calculs

didactique = didaktikós = enseigner = signum = *sewk = suivre

nous n’avons plus le choix …

… mais qui suit qui au juste ?

——————————————————————
Delahais, Didier. (2013). Faut voir. 1st ed. Bordeaux: Les éditions Moires.

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Et si on jouait aux réfugiés !

dsc_0285
Enfant sahraoui vivant dans les camps de réfugiés près de Tindouf

Alors que j’effectuais quelques recherches sur l’enseignement aux enfants dans les camps de réfugiés, je suis tombée sur un outil pédagogique du HCR qui présente un jeu de sensibilisation à la réalité des réfugiés. Les joueurs sont regroupés en plusieurs familles et chacune de ces nouvelles familles va faire l’expérience du « passage »: de la fuite, à la traversée de la frontière, jusqu’au rapatriement.

Je reste perplexe face à cette initiative. J’en comprends l’intérêt  » pédagogique » : ce jeu permet de comprendre une réalité qui nous est si proche et si étrangère à la fois. Néanmoins, cette expérience passe par le malaise et la douleur. Il s’agit d’une mise en scène de la souffrance humaine. Le jeu a un côté paradoxal car il permet l’identification et la prise de distance à la fois… Puis-je réellement comprendre l’exilé en reproduisant son parcours dans un environnement sécurisé ?

D’un point de vue éthique, il y a quelque chose qui me dérange dans l’idée de « jouer au réfugié » — que penserait un réfugié en voyant ces personnes «  privilégiées » rejouer sa vie ? La détresse humaine est-elle un jeu ?

Qu’en pensez-vous ?

http://www.unhcr.ch/fileadmin/user_upload/unhcr_ch/Service/PASSAGES_FR_11-2012__1_.pdf

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Un mémoire de sable ou comment se souvenir des oubliés


4500
Jeune garçon devant une école des camps de réfugiés à Tindouf (Algérie).
Photographie de Javi Julio.

Si je dois formuler de manière académique la thématique de mon mémoire, je dirais qu’il concerne la relation entre langues, territoire et identités et plus particulièrement la question des revendications politiques et identitaires en langue étrangère dans un contexte politique aussi complexe que celui du Sahara Occidental. Les Saharaouis (1)  vivent dans des camps de réfugiés dans le désert. Le cours de langue étrangère ne permet pas seulement une ouverture sur le monde, il cristallise des enjeux qui le dépassent ; des dynamiques identitaires et géopolitiques qui définissent et redéfinissent en permanence les interactions en classe. Je crois que de cette problématique découlent de nombreux paramètres fascinants à observer, comme les phénomènes de variations de discours à l’échelle de l’individu (la découverte de soi comme un autre…), à l’échelle de la communauté (l’expression de l’appartenance à une communauté géographiquement et politiquement située…), ou encore à l’échelle internationale ( l’espagnol faisant concurrence à la langue française car cette dernière est associée à la langue de l’ancien colon et actuel partenaire du Maroc… ).  En somme, cette thématique d’expérience d’apprentissage transformationnel en langue étrangère dans un contexte politique aussi composite que celui du Sahara Occidental me passionne.

La littérature traitant directement des Sahraouis est clairsemée. J’écris sur un contexte qui précède  temporellement et excède de manière situationnelle mon terrain d’étude. En ce sens, je considère mon mémoire comme un palimpseste. Je viens seulement ajouter mes écrits à une histoire en cours d’écriture. En me lisant, vous devez vous dire qu’il s’agit là d’une belle digression, mais je crois que ce genre de questionnement est primordial en recherche. Pour reprendre les termes de Joëlle Zask dans sa lecture de John Dewey sur les notions de situation et de contexte, « l’enquête est un processus conjoint à la vie » (2). Nous écrivons des mémoires vivants: nous les habitons autant qu’ils sont habités d’individus « vrais ». Sinon, nous n’opérerions que de simples autopsies. Ainsi les dynamismes humains qui composent nos données scientifiques précèdent et excèdent notre mémoire.

Permettez- moi à présent de conclure par le début, soit le titre de mon billet. Un mémoire de sable ? Il est de sable pour deux raisons: il se fait porte-voix des hommes de sables, les habitants du désert mais aussi car je le vois comme un grain dans une mer de sable. J’écris pour les oubliés, ces Sahraouis, dont on ne parle pas ou peu; pour ces hommes et ces femmes qui constituent un oasis d’où je souhaite faire jaillir l’éCRIture. Se souvenir(3) de l’oubli… voilà tout le paradoxe de ma démarche scientifique. 

(1) Pour en savoir plus sur les Saharaouis: https://blogs.mediapart.fr/communistes-unitaires/blog/050415/sahraouis-un-peuple-se-bat-pour-son-emancipation

(2) Zask, J. (2008). Situation ou contexte ? Une lecture de Dewey. Revue internationale de philosophie, 3(245), p.1.

(3) Etymologiquement, « mémoire » signifie « se souvenir »; « qui se souvient »

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website

Quartette à quatre feuilles

Une méthode… voilà ce que recherche l’étudiant de M2 qui doit rendre son mémoire en juin (du moins s’il est optimiste). Quel intérêt y a-t-il à suivre des chemins déjà tracés(1), lorsqu’on peut écrire les siens ? C’est là toute la proposition de Bruno Latour. La recherche scientifique n’est pas un itinéraire ; il ne s’agit pas de se rendre d’un point A à un point B, il faut constituer un réseau de pensée. Latour suggère alors de tenir quatre carnets dans lesquels inscrire ses différents mouvements : de la documentation de son évolution personnelle aux effets produits sur les acteurs de la recherche, en passant par la collecte et le classement méticuleux de l’information et les tentatives embryonnaires de rédaction.

Quatre carnets… Latour éveille notre curiosité ! Pourquoi parler de carnet ? Un seul carnet n’est-il pas suffisant ? Je crois que ce qui fait la spécificité du carnet, c’est qu’il libère l’écriture. Il est personnel, donc d’une grande flexibilité. Cette liberté de ton amène le chercheur à trouver sa voix, l’écriture dans laquelle il appréhende son sujet et se définit lui-même.

Un carnet est aussi un mouvement, car il se fait et s’écrit en continu. Il n’est pas un écrit parachevé mais un processus d’écriture. Cet aspect évolutif se retrouve dans la démarche même de la recherche scientifique : les mots sont comme des données qui poussent en désordre (pour reprendre la formule de Didier Delahais). On les trie, on les classe et on les réactualise au fur et à mesure de nos découvertes et expérimentations. Enfin, le carnet est une médiation. C’est un « je » qui s’écrit et qui écrit les autres, un « je » qui traverse autant qu’il est traversé par des expériences, un « je » dans un réseau d’observations et de relations. Le chercheur se doit dès lors de tenir plusieurs carnets, un seul ne suffirait pas à saisir la richesse et la complexité de son objet d’étude. Chaque carnet fait l’écho d’une posture spécifique. Les différents points de vue adoptés lui permettent d’avoir une vision globale de son sujet et de trouver sa voix parmi les nombreuses voies empruntés pour constituer ce réseau de pensées.

L’écriture du mémoire est en ce sens un quartette. Il s’écrit en quatre feuilles(2) et se joue à quatre voix.

1  méthodos en grec signifie « qui suit le chemin »

2 du latin quaternum, carnet signifie « cahier à quatre feuilles »

 

Beya Mehaouat

Etudiante en M2 Didactique des langues à Paris 3

More Posts - Website