Tous les articles par Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

DIDAWIKI & PORTFOLIO

Voici un petit billet suite à notre journée de pré-soutenances de mercredi dernier, pour vous partager un événement à la demande de M. Martin :

Comme j’avais pu l’évoquer à des camarades lors de leur discussion commune à propos des notions et concepts dans la recherche (Ô combien essentiels, nécessaires et insaisissables pour certains) , je vous rappelle qu’un séminaire qui serait susceptible d’interpeller l’attention de tous, se tient jeudi après-midi prochain, à la Maison de la recherche rue des Irlandais (de 14h à 18h) :

« Notions pour un dictionnaire de didactique des langues et des cultures / Didawiki » 

Toutes les informations nécessaires sont dans le lien suivant

http://www.univ-paris3.fr/notions-pour-un-dictionnaire-de-didactique-des-langues-et-des-cultures-didawiki–429945.kjsp?RH=1233068248160

Car nous avons tous constaté, et constatons encore aujourd’hui -je pense,  l’importance et surtout la délicatesse dont nous devons faire preuve dans le traitement de nos notions et concepts clés, dans nos recherches respectives.  Ces dynamiques de recherche ne s’arrêtent pas à nos mémoires mais s’illustrent d’autant plus dans nos discussions communes, au détour de nos échanges, comme nous l’avons expérimenté mercredi dernier

En espérant que cette journée d’études pourra éclaircir les esprits quelque peu confus comme le mien, en participant à la réflexion générale en compagnie de nos enseignants.

À bon entendeur,

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO

Peut-être comme moi vous vous étonnez toujours de voir apparaître au fil de l’année des Journées internationales comme celle du câlin (21 janvier), celle des gauchers (13 août), Journée mondiale sans achat (dernier weekend de novembre)  ou encore la Journée mondiale du pull de Noël ( 3ème vendredi de décembre). Eh oui …

En général, nous nous souvenons surtout des journées qui mobilisent de nombreuses manifestations et qui ont plus de visibilité dans la presse : la Journée internationale des femmes (8 mars), les Journées du patrimoine ( 3ème weekend de septembre) ou encore en ce qui me concerne, la journée mondiale de l’eau (22 mars) et celles contre la faim (15 juin) que j’avais l’occasion de « célébrer » étant plus jeune avec mes professeurs

Difficile de savoir pourquoi, qui et comment ces journées sont instituées. Bien souvent, il faut reconnaître les volontés et les engagements de grandes institutions comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF etc.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui a lieu le 21 février, l’Unesco nous rappelle que « La Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque. »

Entant qu’étudiants/professeurs/chercheurs en FLE, en didactique des langues et des cultures, ces enjeux autour de la langue maternelle de tous doivent nous concernés, dans la transmission de notre langue maternelle (le français ?) mais surtout dans le respect et la sauvegarde de la (ou les) langue(s) maternelle(s) des individus que nous rencontrons et que nous instruisons.

Et j’ajouterais à cela les mots très justes de Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO « À l’occasion de cette Journée je lance un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux » !

Cette journée internationale va mobiliser de nombreuses manifestations à travers les institutions et les écoles qui auront choisi de la célébrer. Alors, permettez moi de vous partager l’évènement que L’UNESCO organise pour l’occasion :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/imld2017-agenda-fr.pdf

(l’évènement semble gratuit et libre d’entrée, je n’ai pas eu d’informations contraires)

Prochains rendez-vous : la Journée internationale la Francophonie (bien sûr !) le 20 mars, Journée européenne des langues (voulue par Conseil de l’Europe, 26 septembre) ou pourquoi pas la Journée mondiale des enseignants (5 octobre, merci l’ONU).

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Besoin d’air ? Let’s have a cup of English tea !

 

Nous voilà début voire presque mi-février et je n’arrive toujours pas à m’accoutumer au quotidien d’une chercheuse, sans un emploi du temps avec des séances de cours fixes, sans stage (car j’ai choisi de ne plus m’obstiner à trouver un contrat), comme livrée à moi-même et à mes angoisses. Mes journées et mes semaines sont rythmées d’une inconstance à laquelle je m’y suis habituée en revanche. Ponctuées ça et là de journées d’études ou de colloque, d’échanges effrénés de mails, de réunion et de lectures, pas toujours fructueuses. Des jours où le moral défie toute concurrence, d’autres jours où je haïs mon existence et ce mémoire. Ce que je déplore le plus ? Un réel sentiment de solitude, vivant loin de mes amis et de ma famille. Seuls quelques instants physiques ou virtuels avec une communauté de chercheurs me rattachent et m’attachent à mon ordinateur.

Et justement, comme je suis une fille née dans les 90’s, qui a grandi dans les 2000’s et plus grave encore, qui est étudiante dans les années 2010’s, j’ai cette fâcheuse habitude sur mon ordinateur à me « perdre » sur Internet, par ennui, ou plus exactement ces derniers temps, pour fuir les obligations. Avouez que je suis loin d’être la seule dans ce cas ? Mais tout est une question de mesure. Il y a un gouffre entre l’oisiveté et la paresse, ne l’oublions pas ! Et trainer un peu, beaucoup, trop, sur Internet peut être vécu comme une source d’inactivité pour certains mais selon moi, cela peut être conçu comme productif et non une « perte de temps ». Combien de fois en me perdant sur Internet j’ai trouvé une perle : un document authentique susceptible d’être didactisé, un film, un web magazine ou encore des vidéos d’interviews de personnalités ou de professionnels qui participent à mes réflexions, sans compter les différents forums sur divers sujets (je reste tout de même sur des forums autour des langues, du FLE, des études, des stages et en conseils d’expatriation, exit Doctissimo et ses congénères) et les blogs bien sûr. Se perdre sur Internet ? Oui, mais intelligemment. Il s’agit de mettre à profit ce qui nous passe sous la main, entièrement ou partiellement, non seulement pendant les séminaires, les stages mais aussi tout autour de nous, de ce que notre existence a à nous offrir de plus inattendu.

C’est ainsi que j’ai atterri sur le blog de Kenza, en me « perdant » il y a quelques semaines sur Internet, Cups of English Tea ou « Blog de voyage d’une prof de FLE serial expat » et c’est peu dire ! Dans sa bio, vous pourrez lire « Bienvenue ! Je suis professeur de français langue étrangère et m’expatrie un peu partout. Prenez une tasse de thé et venez découvrir mes aventures en Angleterre, Canada, Australie et Hongrie … Pour l’instant à Paris, j’ai obtenu un PVT, je vais donc retourner vivre au Canada en 2017, direction Winnipeg ! » De quoi mettre l’eau à la bouche …

Le blog de Kenza, c’est un ensemble de billets qu’elle partage à qui voudra les lire : son parcours, sa formation (ancienne étudiante de P3 à distance s’il vous plaît !), ses expériences professionnelles et ses voyages plus personnels dirais-je, mais aussi des billets pratiques avec des retours sur ses propres expériences (trouver du travail en FLE, comment s’en sortir avec l’administration, la paperasse) et ce qu’elle appelle des « Bavardages » avec ses photos, des points de culture, ses coups de cœur, ses « Bilans » et ses « Humeurs ». Au programme, de la bonne humeur (pas toujours, des coups de gueule aussi), de la couleur, l’envie d’en finir avec les études et ce mémoire, de partir à l’aventure comme elle !

Mais comme j’ai pu le confié à Kenza par mail, la lecture de son blog a eu des effets pour le moins déprimants sur moi dans un premier temps. Car derrière un blog se cache une « vraie » personne (ou plusieurs comme sur ARLAP) et Kenza aura eu le don de m’ouvrir les yeux, encore, après le Coup de Marteau que j’ai vécu aux journées de rencontres professionnelles (un de mes anciens billets) : au fil de ses billets, Kenza s’inscrit dans une démarche autobiographique, en racontant à ses lecteurs sa vie de prof, ses voyages, ses expatriations, non seulement les bonnes expériences pro mais aussi ses déboires, les mauvaises expériences et les aspects négatifs du métier (http://cupsofenglishtea.com/prof-de-fle-aspects-negatifs/).

Second coup de marteau : notre (futur) métier est difficile, voué à une certaine précarité, ce qui peut nous conduire à certains sacrifices. Lire activement des témoignages de professionnels, de blogs comme celui de Kenza me permet de mieux anticiper la réalité et de me préparer à la suite des opérations post-soutenance, de ne pas me laisser surprendre et pouvoir remédier aux difficultés et aux baisses de moral. Lire Kenza aura eu le don certes de me déprimer dans un premier temps, mais aussi de me donner un point de vue objectif, tout ce qu’il y a de plus authentique, de me redonner la force de continuer dans mes moments de solitude, de ne pas baisser les bras et de me prouver que je ne me suis pas trompé de vocation.

Je ne vous conseille pas de vous perdre comme moi sur Internet. Je vous conseille plutôt d’aller vous intéresser aux parcours et aux conseils que peuvent prodiguer ceux qui sont passés avant nous : pendant les journées de rencontres et de colloques, en lisant des blogs comme celui de Kenza qui partage les mauvais moments et comment elle s’en est sortie. Même si vous n’avez pas spécialement le temps, un de ses billets se lit en quelques minutes : à vous de voir à ce moment là si vous acceptez de vous perdre sur son blog pendant plusieurs minutes, le temps de « prendre l’air » dans nos moments de recherche ?

Il y a ceux qui continueront en thèse par la suite, et ceux qui prendront le chemin du « terrain », en France ou en expat’ à l’étranger mais peu importe : nous serons tous amenés à vivre des temps durs, des temps de précarité, de solitude etc. Mais pas de panique ! « Let’s have a cup of English tea » …

Le blog de Kenza  https://cupsofenglishtea.com/premiere-visite/

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Le coup de marteau

Je m’attacherai aujourd’hui à vous proposer mon compte rendu des rencontres professionnelles des 24 et 25 janvier 2016, organisées par nos camarades de M2 de la spécialité 2 Illettrismes, interculturalité et FLE/FLS.

BOUM.

À l’image d’un personnage de cartoon assommé par un coup de marteau sur la tête, j’ai ressenti comme un gros coup de massue, métaphorique bien sûr(aucune personne n’a été maltraitée pendant ces rencontres).

Retour à la réalité les enfants. On prend place, on respire un grand coup et on relativise.

« Merci d’être venue Flo ».  Parce que oui, malgré la présence de quelqu’uns de mes camarades de Spé. 1 et Spé. 3, force de constater que la fréquentation des étudiants de M2 n’a pas été à la hauteur des précédentes journées d’études et de colloques du premier semestre. Je ne jette pas la pierre aux autres. Nous sommes tous occupés pendant ce second semestre, avec des priorités et peu de disponibilités. Certains sont en stage, d’autres sont déjà partis vers d’autres horizons, et la population de M2 de la rue Saint Jacques s’est quelque peu évaporée. En ce qui me concerne, j’étais libre et disponible pour venir encourager mes camarades organisateurs et profiter de ces rencontres qui -comme je l’avais espéré- ont eu le don de m’ouvrir les yeux. Réunis dans notre salle M, après avoir bravé le froid de cette fin de mois de janvier, communicants et spectateurs s’activent à prendre place. Nous écoutons les quelques mots d’ouverture bienveillants de notre directrice Mme Spaëth avant d’entendre les premiers communicants, guidés par les interventions de nos camarades de Spé. 2, grands organisateurs et animateurs de ces journées. Car oui, la particularité de ces journées de rencontres est qu’elles ont été entièrement organisées et préparées avec soin par nos camarades sous la tutelle de Mme Véronique Laurens, dans le cadre de l’un de leurs séminaires du premier semestre. Choix des « thèmes », structuration des journées, prises de contacts avec les communicants, accueil des participants, répartition et animation des interventions, conception « papier » des programmes et flyers etc. Je me dois de féliciter ces étudiants, nos camarades qui ont fourni un grand travail, et qui se sont prêtés à un exercice que moi même j’aurai adoré faire pendant cette formation de Master.

Pour revenir sur le contenu de ces journées, nos camarades ont choisi de faire intervenir des professionnels dans le champ du FLE, répartis à travers des « secteurs » : celui scolaire, associatif, étranger, professionnel, universitaire, et en éditions & médias. Bien que j’en avais déjà pleinement conscience, n’oublions jamais que notre formation de nous destine pas uniquement à de l’enseignement en Alliance Française ou en écoles privées (comme certaines personnes de mon entourage le pense) : comme Mme Spaëth a pu l’énoncer pendant son discours d’ouverture, ces journées avaient pour but de faire rencontrer ces professionnels, d’engager une discussion avec tous les acteurs présents dans la salle, de partager les expériences, les formations de départ, les orientations/reconversions et les parcours professionnels respectifs ; aussi et surtout pour nous étudiants de M2, de profiter de contacts professionnels, d’enrichir notre carnet d’adresses, de nous faire découvrir un maximum de « possibilités » ou de débouchés professionnels, de prendre conscience de l’évolution que notre carrière peut prendre, et des choix que nous aurons à faire (grand bien nous fasse). Je ne vais pas essayer de faire un compte rendu complet de ces journées (d’autant plus que je n’ai pu assister qu’aux 4 premiers secteurs d’activités). En revanche, je vous proposer aujourd’hui de considérer quelques précieux conseils que j’ai pu retenir de nos intervenants ; des conseils révélateurs de notre (nos) métier(s), reflétant cette réalité du terrain parfois délicate et précaire, des situations professionnelles dont nous devons avoir conscience :

  • « Avoir plusieurs casquettes » ; « faire preuve de polyvalence » : être enseignant(e), mais aussi et pourquoi pas correcteur, évaluateur, examinateur, coordinateur, concepteur etc. Ajoutons aussi notre bagage personnel, avec des compétences dans d’autres domaines qui peuvent être mises à profit : je retiens à ce titre le conseil de Mme Valérie Lemeunier qui nous rappela le foisonnement des enseignements bilingues en écoles (à travers les « disciplines non linguistiques ») qui requièrent des connaissances en littérature, en histoire-géographie etc. Sans compter d’autres qualités comme un bagage de connaissances dans le domaine juridique, artistique (entretenir toujours plus sa culture générale messieurs dames !), ou encore des qualités de dialogue social ou d’approches psychologiques (j’entends ici, avoir un réel comportement d’empathie envers ses étudiants, ses collègues)
  • « Découvrir et travailler avec une multitude de publics » ; « savoir s’adapter » : à l’image des différents secteurs que nous avons pu observer, le champ du FLE regorge d’une multitude de publics avec des besoins et des objectifs précis, différents les uns des autres. Se restreindre à un seul public ou une seule structure durant toute sa carrière serait bien regrettable.
  • S’interroger sur les questions de « financement » : un conseil qui a concerné ici le secteur associatif car bien inévitablement, travailler dans une institution ou vouloir créer une école, une association de langues ou même développer un projet sur court ou long terme, voilà ce qui demande certaines compétences en logistique, en gestion administrative, de démarchage ou parrainage, ce qui dépasse les murs de la classe de langues.
  • Petite note pour le FLP : Danielle Houzé nous a bien avoué qu’il sera difficile pour un professeur de faire du FLP s’il n’a « jamais expérimenté le monde du travail en entreprise » auparavant …
  • « Partir à l’étranger, profiter de (notre) jeunesse » : car pour la plupart d’entre nous, nous n’avons pas encore d’enfants à charge, ce qui est idéal. Ce conseil nous a été donné par Agnès Foyer (CIEP) alors que certains étudiants dans la salle évoquaient leur désir de travailler (uniquement ?) en France, à Paris. Nous avons la chance d’avoir un métier qui permet et qui nous aspire -dirais-je- à voyager. Ne serait-ce qu’en termes d’ouverture d’esprit et de décentrement, comme les apprenants en FLE à Paris le font, expérimenter une langue-culture étrangère pendant une mission à l’échelle internationale donne plus de conscientisation à notre métier. Et en ce qui me concerne, je compte bien exercer à l’étranger, aussi en France j’espère, mais surtout, avant d’engager quoi que ce soit (peut-être une thèse).
  • Concevoir sa carrière dans une dynamique évolutive, et accepter de faire des « choix risqués » : comme dans beaucoup d’autres domaines, les jeunes diplômés du master 2 devront nécessairement faire d’abord face à des contrats qu’ils n’avaient pas envisagés ou dont ils n’auront pas vraiment envie, avouons-le. Mais, pour reprendre le terme employé par Mme Valérie Lemeunier, il s’agit de concevoir ces premiers postes comme des « tremplins » non négligeables pour optimiser sa carrière et enrichir son CV. Les récits des parcours de ces professionnels auront eu pour points communs parmi tant d’autres de réunir les mêmes types d’expériences. Pour ne retenir ici que les missions MAE (ou Campus France), les VI (Volontariat International).
  • Ne pas sous-estimer le monde du FLE, qui peut s’avérer très petit et je finirai sur ce conseil : ne pas se faire d’ennemis !

Et enfin, non pas un conseil mais plutôt une évidence, ce qui est parfois difficile et regrettable à entendre : ne pas perdre de vue que le champ du FLE reste un foyer de « précarité ». Il s’agit de ne pas en avoir peur mais plutôt se donner les moyens de comprendre la situation, d’optimiser nos choix et de réussir, de vivre notre métier avec toute la passion qui nous a guidée jusqu’ici.

Pourquoi avoir choisi participer à ces rencontres ? Pour constater et se préparer psychologiquement à cette réalité du terrain qui malheureusement, manque à notre formation en Spé. 1. À nouveau, je ne cherche pas à jeter la pierre à notre spécialité Recherche mais- en ce qui me concerne toujours-  je ne compte pas m’engager directement dans une thèse à l’issue de mon mémoire et je ne pourrai pas indéfiniment me cacher dans les rayons des bibliothèques, art que dans lequel j’excelle depuis quelques mois maintenant. Je me rends compte maintenant que ce billet me permet de revenir sur certains de mes choix. C’est l’heure des aveux : pendant de longs mois j’ai hésité à candidater pour cette Spé. 2 (oui oui !) tiraillée aussi par l’envie de notre Spé. 1. Pour quelle raison avoir choisi la Spé. 1 ? Parce que je ne voulais pas me restreindre à un certain type de publics (apprenants alpha, migrants). Mais surtout parce qu’inconsciemment à l’époque, je ne voulais pas affronter cette réalité du terrain et du monde professionnel. Le coup de marteau a bien fini par me rattraper.

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Le calme avant la tempête … ou l’inverse plutôt !

Alors que mes camarades ont déjà partagé de nombreux billets de leurs dialogues & premier rendez-vous avec leur directeur/trice de mémoire, à moi de vous proposer mon petit « épisode ». Alors bien sûr, je précise que le récit qui suit est purement fictif donc même discours « Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite » que la paranoïa en vous fasse pas d’illusions

Ce qui était prévu ?

-Trouver un sujet de mémoire : cela n’a pas été évident …

-Trouver un directeur de mémoire, habilité à la direction de recherche, et « disponible » : cela n’a pas été évident …

-Contacter par un premier mail ce professeur pour lui proposer une rencontre et lui demander si la direction de mon mémoire l’intéresserait, soit l’étape essentielle, le coup de feu du départ de la course :  cela n’a pas été évident …

-Patienter devant l’ascenseur, s’inquiéter, s’imaginer le pire et stresser comme si ma vie en dépendait (oui j’ai ce genre de sensibilité) : cela n’a pas été évident …

Mais alors …

Devoir justifier tous mes choix de recherches à une étudiante avant le rendez-vous, alors qu’on attendait toutes les deux dans le couloir … Cela n’était prévu. Mais contre toute attente, me défendre a été relativement évident. Comme quoi, la roue tourne. Se mettre à l’épreuve. J’étais intimidée par le statut universitaire de ce professeur que j’allais rencontrer, mais faire face au discours d’une autre étudiante au même « niveau » que moi s’est avéré être tout aussi cathartique.

Une fin de matinée de septembre, dans un couloir fréquenté d’un établissement universitaire, alors que je marche vers la porte d’un bureau où on m’attend d’ici quelques minutes, je reconnais un visage familier, celui d’une camarade de M1 de l’année dernière qui engage la conversation :

  • Salut, comment ça va ? Ça fait longtemps ! Comment ça avance, ton projet de mémoire ?
  • Ah salut ! Oui ça va et toi alors ? Bah justement j’attends pour un rendez-vous avec un prof, pour discuter de mon mémoire. Toi aussi non ?
  • Ah mais oui, je me souviens, l’année dernière tu disais vouloir bosser sur l’interculturel, enfin tout ça … c’est toujours d’actu ?
  • Ouais ouais, je veux toujours continuer dans ce domaine mais tu te doutes bien que j’ai précisé le sujet, problématique plus ciblée, contexte et cetera. Je pouvais pas me pointer à un rendez-vous avec ce prof en lui disant « coucou je veux faire dans de l’interculturel ! ». Ça reste un mot clef mais je pense avoir bien déblayé le truc pour aujourd’hui
  • Ah ouais j’avoue. Mais sérieux je sais pas comment tu fais … Enfin, excuse mais, je veux dire, travailler sur l’interculturel ça doit être tellement casse-gueule p*t*** !
  • Oui merci de me le rappeler, fallait pas(sur un ton sarcastique). Non. Vraiment fallait pas. Sérieux t’as pas trouvé plus rassurant que de me dire ça ? (Susceptibilité bonjour !)
  • Pardon mais je comprends pas, t’aurais pu trouver un sujet plus arrangeant non ?
  • Peut être mais si personne ne s’y intéresse encore aujourd’hui ? Y’a déjà de nombreux enseignants chercheurs qui ont jouer le jeu, alors pourquoi pas moi petite masterisante ? Et je sais que je suis pas la seule. Parce que l’interculturel c’est aussi un sacré héritage de recherche qu’il faut absolument entretenir. Faut pas le laisser en stand-by, et aujourd’hui, en 2016, ça doit être encore plus casse-gueule mais peu importe ! Faut un peu sortir de sa zone de confort. Je vais galérer mais je sens déjà que ça en vaudra la peine.
  • Mais justement ! Y’a déjà eu tellement de travaux de recherche là dessus, avec toute une flopée de enseignants chercheurs de renom. Je veux dire … ça sent le réchauffé tout ça. Y’a tellement d’autres sujets inédits que t’aurais pu exploiter, non ?
  • Décidément, c’est pas gentil de vouloir comparer mon projet de mémoire à une part de pizza de la veille réchauffée au micro-ondes hein ! (petit sourire moqueur, Ô Autodérision quand tu nous tiens) Mais là t’es quand même en train de réduire le concept et de le cantonner à une période délimitée, et qui appartiendrait au passé en plus ? Ne me dis pas que t’es pas capable de constater que c’est impossible de fixer le concept dans une période ou dans un article. C’est tout l’intérêt de prendre le risque et de se casser la gueule. Même si c’est du « déjà fait » par d’autres, mes prédécesseurs si j’peux dire, c’est tout un processus d’actualisation qui est en jeu avec des approches nouvelles, avec de nouveaux apports, ce que je vais essayer de faire durant cette année, et comme d’autres étudiants de M2 peut-être le feront dans 10 ou 20 ans. La seule chose qui me préoccupe, c’est qu’on puisse penser que je veuille absolument rependre des concepts comme celui de l’interculturel, de le traiter de manière totalement superficielle ou de le mettre à la sauce « et en 2016 ? » et prétendre vouloir anticiper et refréner les futures approches du concept.
  • Ok, ok je comprends mieux ce que tu veux me faire comprendre. Mais t’inquiètes, je cherche pas à t’enfoncer loin de là. Y’a pas de projets de mémoire meilleurs que d’autres. Je veux pas te laisser croire que je trouve mon projet mieux que le tien. Mais … Enfin c’est juste qu’avec tout ce que tu viens de me dire, je trouve vraiment que c’est naïf de ta part. Genre, quand on parle d’interculturel c’est comme si j’entendais « partager nos langues et nos cultures c’est génial, c’est merveilleux, l’intercompréhension, la diversité, pour un monde meilleur et pour la paix universelle blablabla ». Perso, je trouve ça vraiment utopiste. Alors après je jette pas la pierre à ceux qui tentent de prolonger la recherche.
  • Mais justement ! Tant qu’à faire ! Autant essayer de participer, de toujours contribuer aux réflexions déjà bien entamées à ces prises de têtes autour de « culture ». À aucun moyen je prétends pouvoir apporter des réponses concrètes et applicables à l’instant m*rd* ! Mais je cherche plutôt à élargir toujours plus les opportunités et le champ de réflexions. On est très très loin du monde parfait mais …

Un bruit de la porte d’en face qui s’ouvre et le bout d’un nez qui pointe, puis une tête, avec un visage ébahi, meublé d’un grand front surmonté de lunettes qui s’exclame

  • Ah Mademoiselle, ça fait déjà 10 minutes que je vous attends. Venez, entrez. On va essayer d’être efficace, parce qu’on m’attend à une réunion de groupe de recherche dans moins de 30 minutes !

J’entre dans la salle, je suis sur les nerfs et j’ai l’impression d’avoir passé une audition, d’être passée devant le juge. Mais n’est-ce pas à ce professeur de juger l’ampleur et la pertinence de mon projet ? Je pensais que la tempête allait avoir lieu dans ce bureau mais il s’avère que j’en ressens le plus grand calme en m’asseyant. Comme si la tempête avait eu lieu quelques instants avant, dans le couloir.

 

Tableau : Bateaux hollandais dans la tempête : pêcheur s’efforçant de remonter leurs poissons à bord de J. M. W. Turner (1801) (National Gallery, Londres, Royaume Uni)

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Stratégies pédagogiques : la méthode biographique comme tentative de (re-)définition et réintroduction du concept de civilisation pour une compétence culturelle en FLE

 « La civilisation était une lubie de non linguiste »[i] Louis Porcher

Aujourd’hui, ce qui fait (fatalement) notre rayonnement à l’échelle internationale, c’est bien notre « culture française ». Mais pourtant, paradoxalement, la langue française ne suscite pas le même engouement à l’image de la langue anglaise. Dans un contexte de mondialisation, de marché des langues et de menaces d’extinction des langues dites « minoritaires », force de constater cette suprématie de la langue anglaise, très largement assouvie pour une hégémonie des Etats-Unis d’Amérique. Militant pour la protection de la diversité linguistique et culturelle, Claude Hagège fait partie de ces personnalités francophones et francophiles, préoccupées des méfaits d’une « pensée unique » (l’auteur et ses ouvrages ont considérablement motivé et initié ce projet de recherches). Notre langue française ? Jugée trop difficile à apprendre. Pour quelles raisons ? Là n’est pas l’objet de mon intervention. Quel est-il alors ? Car en revanche, force à nouveau de constater que notre culture française est l’une (pas unique mais non négligeable) des raisons pour laquelle on cherche à apprendre et parler le français aujourd’hui.

Mais justement, aujourd’hui, est-il encore possible et pertinent de parler d’UNE culture française, de LA culture française ? Selon moi, non, et j’espère ne pas être la seule à estimer que le déterminisme n’a pas (n’a plus ?) sa place dans notre champ. Un concept à la fois riche, intrigant mais si difficile à définir, la « culture » a su trouver ses définitions à travers toutes les disciplines qui s’y sont intéressé, sans jamais pouvoir en fixer des paramètres entre elles : la didactique certes, mais aussi l’ethnologie, la sociologie, la psychologie et philosophie bien sûr[ii]. Parmi les chercheurs qui se sont penchés sur le « sujet », un certain Louis Porcher, déjà en 1986[iii], décrivit nos sociétés comme « multiculturelles », à travers des paramètres de différences et de classification : le sexe, l’âge, la profession, le capital scolaire, mais aussi, la religion, la région d’origine ou de résidence etc. La liste non exhaustive peut être prolongée par chacun d’entre nous.

J’en viens au cœur de ma démonstration : face aux difficultés inconsidérables pour définir le concept de « culture » dans une acception collective, dites-moi, ai-je vraiment tort de penser, qu’avec toutes ces considérations, toutes ces tentatives de définitions et bien évidemment tous ces paramètres de classification, que ce concept de « culture » est fondamentalement personnel, comme condamné à être propre à chacun de nous ?

Vous comprendrez pourquoi aujourd’hui, je juge impertinent voire impossible de transmettre la « culture française ». Ce constat est purement subjectif, inutile de me le reprocher, j’en ai conscience. Mais en tant qu’individu francophone, de nationalité française je dois faire un aveu : je n’ai pas le sentiment d’être issue d’une culture française. Mes préoccupations sont les suivantes : dans le champ de la didactique du FLE/FLS, quelle crédibilité, quelle légitimité, même quelle déontologie adopter alors face à un apprenant en FLE ?

Devant tant de réticences face à la « culture en FLE », je préfère ici m’intéresser à sa petite sœur : oui vous avez devinez, je parle de la notion de « civilisation » ! Un peu tombé dans l’oubli avec l’arrivée de la perspective actionnelle à partir des années 1990, l’enseignement de civilisation, soit de culture française, s’illustre désormais par l’objectif de l’acquisition d’une compétence culturelle, voire « interculturelle ». Certes mais alors la culture de qui ou de quoi ? Pour revenir sur les différentes définitions selon les disciplines, aujourd’hui, les enjeux réels sont devenus quasi politiques : qui se sent Français ? Nous vivons des temps politiques et sociaux tendus ces dernières années, et ce qu’on appelle amèrement la « crise identitaire » est une réelle et triste vérité.

Et en classe ? Nous connaissons et n’allons certainement pas remettre en cause l’impossible séparation entre langue et culture. Pourtant il existe bien des cours de civilisation pour la découverte et l’apprentissage d’une culture cible, sans être forcément contraints à l’apprentissage de la langue cible associée (les universités américaines en sont assez friandes). En revanche, force de constater que l’inverse est difficilement jouable : comment prétendre vouloir enseigner la langue française en faisant fi de sa culture ?

Et dans le domaine de la recherche ? Il y a et il y aura toujours les constats et les recherches de Louis Porcher. Mais entre 1986 et aujourd’hui en 2016 « culture » et « civilisation » ne peuvent pas être fixées ni définies en raison de l’inévitable évolution temporelle qu’elle impliquent. Ces deux concepts ont été étudiées, sont étudiées, et seront toujours étudiée. Alors pourquoi essayer de faire un été des lieux, d’étudier la question pour la réactualiser ?

  • Peut-on envisager un « retour » de la civilisation, non pas strictement comme discipline, mais comme facteur d’apprentissage et d’intérêts pour la langue et la culture françaises, au cœur même d’un cours de FLE.
  • Puisque ce concept de culture et si personnel et singulier, pourquoi pas aller interroger des individus eux aussi très « personnels » et singuliers. L’opportunité de recherches qualitatives nous ouvre les bras grâce et la méthode biographique fait son entrée. À travers entretiens croisés et récits de vie, l’idée et non pas essayer de définir cette notion de culture, mais de toujours plus entretenir les débats et les considérations, en co-narration. Que chacun puisse poser sa pierre à l’édifice, comme l’individu singulier, témoin ou ambassadeur de sa culture personnelle ou collective.

Sur la base des ouvrages de mes prédécesseurs (un aperçu par la bibliographie), des apports théoriques (communication interculturelle, le transculturel, les phénomènes d’acculturation/enculturation/déculturation) l’idée de ce projet est de réévaluer la place et le rôle de l’enseignement culturel par la civilisation, grâce à l’outil de la méthode biographique. Les quelques problématiques qui suivent habitent et -j’espère- vont construire mon projet de recherches :

  • La toute première question à laquelle je tâcherai de répondre est pourquoi une telle défection de la notion de civilisation avec l’arrivée et la pratique de la perspective actionnelle : quelles sont les raisons (que je doute très pertinentes) de cette défection ?
  • Quelle place pour les membres de notre francophonie : s’interroger sur les effets d’inclusion ou exclusion des autres cultures francophones, celles que je m’aventure à désigner comme « non métropolitaines ».
  • L’usage des documents authentiques en classe : ces documents peuvent-ils vraiment rendre compte d’une culture/civilisation « correctement » ?
  • Stratégies aussi vis-vis des stéréotypes et autres clichés : à approuver, oublier, exclure ou mettre à profit ?
  • Dérives culturalistes et risques de « néo-colonialisme », celui idéologique : non voulu mais parfois bien produit inconsciemment ! J’interroge ici la formation des enseignants, en M1 et M2 : nous avons une formation à la didactique du FLE certes mais qu’en est-il de la didactique des cultures ?
  • Et pour revenir au point de départ même : s’intéresser à la langue française pour et par sa culture est une source d’émerveillement, d’admiration et de motivation pour certains, pour ne pas dire beaucoup. J’aimerais mener une relativisation sur la culture française qui serait assez révélatrice des représentations des individus non francophones à travers ce qui peut aussi se s’avérer démotivant de prime abord, en se rendant compte que la culture française n’est pas ce qu’on imagine (et je ne parle pas seulement ici du syndrome de Paris) : découvrir plus en détails la crise qui nous secoue depuis maintenant plusieurs années, travailler sur les stéréotypes, le « côté obscur » de la culture française –non, aucun jeu de mot voulu- ne serait-ce que sur le pan historique de notre civilisation française.

Pourquoi ? Car malgré les crises, une perte de foi en l’humanité et dans nos systèmes sociopolitiques, et les incertitudes face à notre avenir, jamais les citoyens de l’humanité ne se sont autant sont réunis et ont communié face au drame humain. Après « Je suis Charlie », « Je suis Paris », « Je suis Bruxelles », « Je suis Orlando », « Je suis Istanbul », je n’aspire pas seulement à enseigner une civilisation française, mais j’espère surtout pouvoir mener et réussir un travail avec les apprenants sur notre civilisation commune, sur notre humanité.

Bibliographie indicative :

  • HAGÈGE C. Contre la pensée unique, Paris, Éditions Odile Jacob (2001)
  • ABDALLAH-RETCEILLE M., Vers une pédagogie interculturelle, Paris, Anthropos (1999)
  • Études de Linguistique Appliquée n° 47, Juillet-Septembre 1982 « Enseigner des cultures », coordonné par François Mariet, Paris, Didier Érudition
  • CUCHE D. La notion de culture dans les sciences sociales, La Découverte/Collection « Grands Repères » (2010)
  • Le Français dans le Monde / Recherches et applications n°39 (janvier 2006) « Biographies langagières et apprentissage plurilingue », coordonné par Muriel Molinié, Paris, CLE International/FIPF
  • PORCHER L. et al., La Civilisation, Paris, CLE international (1986)
  • JULLIEN F., Il n’y a pas d’identité culturelle, Paris, L’Herne/Cave Canem (2016)
  • LIEUTAUD S. & BEACCO J.-C., Mœurs et mythes : lecture des civilisations et documents authentiques écrits, Paris, Hachette (1981)
  • ZARATE G. Enseigner une culture étrangère, Paris, Hachette/Recherches et Applications (1986)
  • ZARATE G. Article La « civilisation » dans le champ du FLE. Un concept piégé par les idéologies, paru dans la revue Repères, DORIF Universita (2015)  http://www.dorif.it/ezine/ezine_articles.php?art_id=22

[i] « Remises en question » in La Civilisation, CLE International (1986)

[ii] «Une culture peut-elle être porteuse de valeurs universelles ? » sujet de baccalauréat de philosophie, série ES, 2006

« La culture dénature-t-elle l’homme » série S, 2011

[iii] idem note I.

* Image : Le Tour de Gaule d’Astérix René Goscinny & Albert Uderzo, Hachette (1965)

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Eloquentia : expérience de la prise de parole, de l’importance d’une écoute

Aujourd’hui, je ne vais pas faire un compte-rendu formel. Mais je tenais à revenir sur cette journée d’études « Expériences d’écoute » du 16 novembre 2016.

Il y a eu « écoute », la nôtre, à la parole des communicants durant toute cette journée. Et il y a eu aussi « expériences d’écoute », sans écouter une parole émise verbalement : je retiens tout particulièrement l’expérience d’accompagnement, menée en binôme où Muriel Molinié nous a demandé d’accompagner notre partenaire sans jamais « parler », à aucun moment, si ce n’est avec nos gestes et nos regards, soit une expérience qui a su en dire long sur notre capacité d’écoute ; il y a eu aussi l’expérience d’écoute d’une mélodie, d’une comptine chantée en langue étrangère que je ne comprenais pas (j’ignore de quelle langue il s’agissait, si un de mes lecteurs ayant participé à cette journée peut m’éclairer ?) avec laquelle Ivan Jimenez Garcia nous a demandé d’opérer des gestes, des mouvements de bras et de mains dans lesquelles nous avions de petits oiseaux en origami, en suivant la mélodie et la cadence de la comptine pour se l’approprier individuellement.

Cette journée m’a particulièrement plu, à travers les communications qu’on a pu nous partager, à travers les expériences qui nous ont amené à réfléchir sur nos capacités d’écoute et d’expression.

Et puis dans la soirée, en traînant sur les réseaux sociaux, je suis tombée sur ce reportage pour France 2 :

« À voix haute » retrace le parcours de préparation d’étudiants de l’université de Paris 8 à Saint Denis pour le concours Eloquentia, un concours d’éloquence, d’art oratoire pour lequel ses jeunes gens vont se préparer pendant 6 semaines, avec l’aide de professionnels : un avocat, un professeur de slam, une femme metteuse en scène entre autre. Ce concours vise à élire le « meilleur orateur du 9-3 » comme on peut l’entendre dans le reportage.

Stéphane de Freitas, le réalisateur, nous plonge dans l’environnement de l’université et suit quelques étudiants/protagonistes dans leur vie, à la fois universitaire mais aussi personnelle, chez eux ou dans les lieux marquants de leur existence, pour une rétrospective : leurs héritages du passé, leur situation au présent et leurs ambitions pour l’avenir. Ces étudiants de Saint Denis ont conscience des stéréotypes qui peuvent leur coller à la peau et les freiner dans leur carrière, « jeunes de cités (…) issus de quartiers difficiles », on retrouve cette crise identitaire. Entre métissage et convictions religieuses, la volonté commune aux acteurs et producteurs de ce reportage est de briser nos relatives idées préconçues : strictement tout le monde peut prétendre à un titre d’orateur, et encore plus ceux qu’on n’imagine pas …

Je trouve que ce reportage est tombé dans mes mains au bon moment, à l’issue de cette journée d’écoute. Et je trouve que c’est une bonne manière de prolonger la discussion, de découvrir encore d’autres axes de réflexion et d’action sur la parole et l’écoute.

Acte de foi

Je vous invite vivement à regarder ce reportage ! Même s’il n’est pas d’une aide directe dans vos recherches respectives, sachez qu’il aura le don de vous émerveiller le temps d’une pause entre deux dossiers ou deux articles, et de remettre en question notre personnalité, notre identité, notre rapport à la parole, à l’écoute et notre pouvoir d’expression (« la parole est une arme » comme l’un des étudiants du reportage le répète), en tant qu’individu parlant mais aussi en tant que futur enseignant. À bon entendeur …

http://pluzz.francetv.fr/videos/infrarouge_,148653411.html

(voici le lien direct pour visionner en replay sur francetv.fr, si ça ne marche pas, recherchez le reportage par vous même sur le replay)

(ce mercredi 16 novembre j’avais pu regardé le reportage en intégralité et gratuitement sur YouTube, je n’ai malheureusement pas retrouver le bon lien)

(« À voix haute » a été diffusé sur France2 samedi soir 19 novembre en deuxième partie de soirée, ce que je trouve bien dommage devant la puissance que ce reportage nous apporte)

*Photo : Télérama web

*Vidéo : LeParisienTV

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

« Écrivez votre compte rendu à la manière d’un journaliste » (Serge Martin) 

En direct du colloque du DILTEC 2016, l’overdose de café et de rencontres

Vendredi 21 octobre :

8H10 : arrivée dans le froid, un œil au radar et la marque de l’oreiller sur ma joue gauche, je passe par cette porte du 14 rue de Cujas. Les organisateurs du colloque m’accueillent avec le reste des arrivants. Regards croisés avec certains de mes professeurs, alors qu’on nous guide dans le dédale des escaliers et passages secrets de ce bâtiment de la Sorbonne. « On se croirait dans Poudlard ». Et puis, quelques minutes de queue avant de pénétrer dans ce fameux amphithéâtre Durkheim que je redoutais de ne pas trouver. Les organisateurs s’échauffent. On sent cette pression, cette volonté à ce que tout se passe bien, comme voulu et sans contre temps. Mais l’atmosphère annonce cet événement tant attendu par nos professeurs et les professionnels réunis pour l’occasion.

8h50 : comme à l’ouverture d’une grande cérémonie, il ne manquait plus que le sous-titre « Je déclare le colloque ouvert ». Les retardataires ? Au balcon. Je reconnais la chevelure blonde de Martine Pretceille assise parmi les premiers rangs.

9h39 : Alors, j’ai perdu le fil … C’est quoi une synapse ? Jean-Pierre Changeux n’est pas didacticien, mais très impressionnant.

10h32 : Changement de décor, au département de Didactique du FLE 46 rue Saint Jacques. Du café nous attend.

10h56 : Je m’apprête à passer toute la matinée dans la salle M. Une première conférence, celle de Paola Riviecco me procure cette sensation de mal du pays alors qu’elle nous présente ces résultats de recherche sur la place des langes régionales, notamment auprès d’un public d’élèves bretons de l’élémentaire.

11h15 : Rachida Bouznakari, enseignante de FLE Maroc, nous confesse le délicat statut de langue française dans son pays : la langue des « colonisateurs » sur une population « colonisée »

11h57 : petit retour en arrière avec Dorra Bassi qui nous rappelle à cette époque très tendue des printemps arabes, et nous révèle les complications quant à l’exercice de sa profession d’enseignante de FLE en Tunisie, face à un public d’apprenants en crise et pas toujours très « réceptifs ».

12h12 : décidément, le timming est réglé à l’aiguille d’une montre. 20 minutes de communication, 10 minutes pour les questions et les échanges. Au suivant. Pas de négociations.

12h28 : une première participation de doctorante, Coraline Pradeau a de quoi nous aspiré (en tous cas, de quoi m’aspiré, moi) aux travaux de recherche pour une thèse. Plutôt décontractée, elle nous expose d’une voix douce et posée ces recherches sur les tests d’évaluation linguistique pour la naturalisation française, et ne montre aucun signe d’hésitations. Sereine et réfléchie aux questions qu’on lui pose, je dois avouer que j’aimerai avoir la même assurance qu’elle (si je m’engage dans une thèse à l’avenir).

14h41 : après une pause déjeuner, un deuxième café, un débriefing avec mes camarades de M2, reprise des hostilités dans l’amphithéâtre Durkheim. Autour d‘une table ronde, Philippe Blanchet muni de son chronomètre aux sons de canards, n’hésite pas à charrier ses collègues sans pour autant réussir à déstabiliser Olivier Lumbroso, l’aisance oratoire en personne, qui réussi se fait applaudir à chacune de ses prises de paroles.

15h43 : troisième café, deux ou trois viennoiseries, la dynamique du colloque bat son plein. Les gens se bousculent dans les couloirs. L’effervescence intellectuelle et didactique, si je puis dire, donne un tout autre visage à ces couloirs que nous fréquentons quotidiennement.

16h40 : Nouveau décor, en salle V où je vais rester jusqu’à la fin de la journée. Nous, étudiants de M2, nous retrouvons face à nos enseignantes de l’année dernière qui expose leurs résultats de recherche sur la formation des M1, à partir des écrits et des productions didactiques que nous avons pu leur fournir au cours de l’année dernière notamment, et dont nous avons donné l’autorisation d’exploitation. C’est alors un mélange à la fois de gêne, de honte et de surprise qui m’envahi lorsque je reconnais des extraits de mes propres écrits qui s’affichent sur leur présentation, à l’écran de la télévision, aux yeux de toute l’assistance. Anonymat total et pourtant, je vois bien les sourires sur leurs visages « Oui Floriane, c’est bien toi qui a écrit ça, merci pour ta contribution ! » semblent-elles dire.

17h39 : quatrième café. La journée commence à se faire sentir et la fatigue aussi. Mais ce n’est pas ce qui va décourager ce trio de doctorants pour leur communication à propos du statut de chercheur : sous l’œil bienveillant de leur directrice Muriel Molinié, ces trois doctorants mettent en scène leur « dialogue » bien répété, pour illustrer les apports d’une posture réflexive dans la recherche, du travail collaboratif de ces doctorants unis par le même intérêt, contribuer à développer de nouvelles et des différentes approches pour la recherche.

Samedi 22 octobre :

9h : de retour à l’amphi Durkheim mais cette fois ci, en retard. Peu importe. Je ne pouvais pas rater cette conférence de Martine Pretceille, dont les ouvrages ont contribué à mes réflexions, à répondre à mes interrogations, cette personne dont le nom figé sur les couvertures de livres se trouve là, à quelques mètres de moi. Même en didactique du FLE nous avons nos « idoles »…

10h13 : pas très en forme depuis ces derniers jours et toujours pas encore parfaitement réveillée, je fais en sorte de me « gaver » de café avant de poursuivre le colloque en salle M.

10h33 : avec Mathilde Anquetil, nous revenons sur les profits de l’usage du Portfolio et la posture délicate de l’enseignant, dont les préoccupations éthiques amènent à des remises en question. Pour ne citer qu’une de ses remarques judicieuses : « le tuteur (qui) est là pour former, et non pour formater »

11h09 : à nouveau une doctorante, Grâce Ranchon, nous présente ces travaux de recherche et son projet d’envergure, inscrit dans les problématiques éducatives actuelles : « Penser le genre en classe ». Je ne peux que saluer son audace pour défendre un projet si ambitieux mais qui réveille tant de polémiques. Je regrette de ne pas avoir eu l’occasion d’aller la féliciter en personne. Mais j’espère sincèrement pouvoir encore entendre parler de cette doctorante bientôt.

11h34 : Troisième café. Encore quelques petites viennoiseries pour me requinquer.

11h53 : Plusieurs regards furtifs au dessus de mon épaule gauche me permettent de reconnaître Madame Geneviève Zarate assise juste derrière moi depuis le début de la matinée dans cette salle M. Quand je parlais d’idoles précédemment : comme Madame Pretceille, Madame Zarate éveille en moi les mêmes admirations. J’évite de trop me faire remarquer par celle dont j’ai aussi lu, pour ne pas dire « dévorer », les ouvrages. Mais je sais que je n’aurai jamais le courage d’aller me présenter. Je tâche de me concentrer sur la communication de Nathalie Borgé qui, comme lors du symposium d’hier après-midi, nous révèle ses résultats de recherche sur la formation professionnelle des étudiants de M1. Cette fois-ci, je ne crains pas de voir apparaître mes écrits à l’écran.

12h04 : un énième café pour faire passer l’émotion. Mauvaise idée. Très mauvaise idée.

12h23 : la meilleure manière pour venir au bout de ces deux journées de colloque grâce à cette table ronde réunissant de grandes personnalités que j’admire : Daniel Coste, Geneviève Zarate, Joachim Dolz et mon professeur Serge Martin. Les prises de parole fusent, les remarques et contributions prolifèrent jusqu’à saturation des préoccupations problématisées. Saturation aussi de la salle : une marée d’auditeurs, assis, debout, débordant par les portes, l’oreille tendue et attentive aux paroles des communicants.

13h34 : un buffet en salle V. Trinquer en compagnie des participants, sur les mots de Valérie Spaëth. Le moment est venu de se tourner vers les autres, vers les communicants, vers mes collègues de M2, pour prolonger le colloque par la discussion, au delà de mes notes, avant de repartir pour digérer mon overdose de café.

Pour ce compte rendu, j’ai tenté de restituer l’ambiance ou l’atmosphère, les éléments significatifs qui me permettront de me souvenir de ce colloque, de ma présence physique et émotive pendant ces deux jours. Mais surtout, je propose à mes lecteurs d’être assis à côté de moi, de vivre mes impressions et mes observations, surtout pour ceux qui n’ont pas pu assister aux communications. Mais j’écris à ma manière, une manière de journaliste, pour mon journal de conscience. J’aurai pu faire un compte rendu sur les différents apports des communicants sur ce thème « Éthique et responsabilités pour la didactique des langues au XXIe siècle », ce qui aurait été vain, car j’aurais eu peur de manquer (beaucoup trop) de rigueur. Aujourd’hui, je me rends compte que la notion même d’éthique fait partie intégrante de mes recherches de mémoire. D’où l’intérêt d’écrire un compte rendu plus personnel. Mais surtout, je tiens à remercier les organisateurs, communicants, et nos professeurs qui ont conçu et développé le colloque pour nous, futurs enseignants en formation, alors que l’éthique nous concerne et dans laquelle nous devons tous nous engager.

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

Ne plus faire confiance à sa mémoire pour son mémoire !

(Mais quel jeu de mot subtil et original, n’est pas ?)

Nous y voilà. Le moment tant attendu. Celui qui sonne la fin d’une formation universitaire pour certains. La fin de toute une scolarité pour d’autres. Ou encore une étape de plus pour ceux qui aspirent à la soutenance d’une thèse. Cette entrée en Master 2, c’est avec dans l’ombre juste au dessus de l’épaule droite, un spectre : cette rédaction d’un mémoire. À la fois intriguée, inquiète, curieuse et fatiguée, je ne peux plus reculer. Nous ne pouvons plus reculer. Ce que je redoute depuis des années est enfin arrivé. Il va falloir écrire. Il va falloir soutenir. Il va falloir opérer ce passage du statut d’étudiant à celui de diplômé. Alors essayons de dédramatiser. Mais oui je l’avoue ce mémoire, cet exercice tout à fait singulier que je n’ai jamais pu expérimenter, je l’appréhende. Alors heureusement, je ne me sens pas seule. Bien sûr il y tous mes camarades de Master 2, nos professeurs, nos directeurs ou directrices de mémoire, ou encore tous ces théoriciens, ces écrivains qui nous inspirent et qui nous poussent à la recherche. Par curiosité, par envie et par ambition. Et puis il y a aussi des sociologues comme Bruno Latour qui lui nous propose des méthodes pour mener à bien cette étape d’une formation universitaire et humaine. Une histoire de carnets si je me souviens bien. Dans ce billet, je trouve inutile de réitérer, d’expliquer et d’interpréter ce que mes camarades ont si rigoureusement bien fait avant moi. Alors ici je m’attacherai plutôt à apporter ma pierre à l’édifice.

Je fais face à un constat : aujourd’hui je ne peux plus jouer la carte de ma mémoire pour la rédaction de mon mémoire !

Jusqu’ici, j’ai toujours pu faire confiance à ma mémoire. J’ai un véritable disque dur interne dans ma boîte crânienne qui peut enregistrer, stocker sur une certaine durée (mais limitée), une quantité non négligeable d’informations, du moins celles que je juge pertinentes et judicieuses à retenir. En cas d’espace saturé ou d’un chargement de l’information trop long, ma mémoire relègue les données à des prises de notes, celles furtives dans le creux de la main gauche, ou grâce à des Post It, ou encore avec un crayon Velleda sur le carrelage de la cuisine ou de la salle de bains. Au fil de ma formation universitaire, ma mémoire m’a été d’une aide précieuse, à travers tous les types d’activités et d’exercices que j’ai pu rencontrer.Le problème est que la rédaction de ces exercices était relativement courte (d’une trentaine de pages maximum) et sur une période elle aussi rapide (de quelques semaines à un ou deux mois). Là je n’ai pas le droit à l’erreur. Je n’ai pas le droit à l’oubli. On parle d’un mémoire. D’une centaine de pages en moyenne. Sur plusieurs mois. Alors ma chère mémoire, pour cette épreuve, je te prie de m’excuser mais cette fois, on va fonctionner différemment. Je ne peux plus fonctionner comme un robot. Je veux faire ressortir mon humanité dans mes recherches et dans l’écriture de ce futur mémoire. En commençant par écrire, tout simplement. Papier & stylo.

Mon carnet, je l’ai commencé bien avant le mois de septembre, bien avant de découvrir les propositions de Bruno Latour. J’ai volontairement pris un gros carnet, presque aussi lourd qu’un disque dur externe mais où j’entasse -j’écris- les données et les informations de manière totalement anarchique. Mais grâce à ce « Retour aux fondamentaux : une liste de carnet » sous titre dans Changer de société, refaire de la sociologie (La Découverte, 2006, p.194) (bien sûr j’allais en faire la citation, je ne pouvais pas passer à côté, telle une ingrate), Latour m’a apporté des solutions pour l’organisation de mes données. Je ne vais pas suivre son conseil de posséder quatre carnets distincts, comme des mini disques durs à connecter -à ouvrir- les uns après les autres. Je préfère n’en garder qu’un seul, pour avoir à la portée d’une seule main l’ensemble des informations, j’entends ici l’ensemble de ma/mon mémoire. En revanche, dans ce gros carnet, je vais utiliser quatre couleurs. J’ai pu lire dans un précédent billet qu’une autre de mes camarades a aussi choisi cette alternative et je suis ravie de constater que d’autres ont eu cette même idée. Peut être comme moi, certains de mes camarades ont besoin d’unité, leur « mémoire » dans une seule reliure.

Et ma mémoire interne ? Je ne la laisse pas de côté. Latour écrit «désormais tout fait partie des données ». Désormais ? Certes, je vais recueillir des données à partir d’aujourd’hui dans ce carnet. Mais n’oublions pas les données datant d’avant ce « désormais ». Un mémoire s’écrit à partir d’aujourd’hui. Mais le projet de ce mémoire est déjà le fruit d’un ensemble de réflexions et de données antérieures à ce « désormais », ce dont il faut se préoccuper et faire en sorte d’intégrer ces données au carnet. Et pour ça, je peux toujours faire confiance à ma mémoire  …

Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts