Le statut de la parole dans l’entretien biographique

J’ai récemment été amenée à reprendre mes notes prises lors de la journée d’étude du 7 février 2017, L’entretien biographique. Interaction et ajustements du sens, organisée à la Maison de recherche, sous la direction de Mme Molinié. Deux doctorants exposaient leurs méthodes de travail. Le doctorant présentait le déroulement de ses enquêtes avec un vocabulaire souvent psychanalytique ; il expliquait que l’entretien biographique, contrairement à l’entretien traditionnel, était un moment de « transition » pour l’enquêté, qui grâce aux questions du chercheur, allait porter sur son parcours de vie un regard nouveau : « conscientiser » des éléments constitutifs de son parcours, « puiser au plus profond de l’individu », mener une « démarche ou marche vers la découverte de soi », une « renaissance par la prise de parole ». Au moment des échanges, quelqu’un lui a demandé comment il présentait cet aspect des choses à l’enquêté avant de commencer l’entretien et quel était alors son statut, dans la mesure où il pouvait jouer un rôle aussi important. Le doctorant a alors expliqué qu’il prévenait toujours que les questions pouvaient éveiller des souvenirs émotionnels forts, voire faire pleurer, mais qu’en contrepartie, la parole échangée serait précieuse et rendue publique (de manière anonyme), l’entretien étant alors amplifié par la médiatisation. Cette notion de « prise de pouvoir » par la parole a été reformulée par Mme Molinié qui a désigné l’enquêteur comme un « amplificateur de parole ». Mais Mme Molinié a également rappelé que les notions de transfert/contre-transfert devaient être présentes à l’esprit de l’enquêteur. Je n’ai pas eu à me poser ces questions cette année dans le cadre de mes recherches, mais cet échange a fait écho à des problématiques que j’avais rencontrées lors d’ateliers d’écriture en centre social. Les intervenants sont parfois démunis quand la parole et l’écriture font émerger des souvenirs traumatiques et que l’aspect libérateur ne suffit peut-être pas toujours à compenser le retour de mauvais souvenirs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *