Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO

Peut-être comme moi vous vous étonnez toujours de voir apparaître au fil de l’année des Journées internationales comme celle du câlin (21 janvier), celle des gauchers (13 août), Journée mondiale sans achat (dernier weekend de novembre)  ou encore la Journée mondiale du pull de Noël ( 3ème vendredi de décembre). Eh oui …

En général, nous nous souvenons surtout des journées qui mobilisent de nombreuses manifestations et qui ont plus de visibilité dans la presse : la Journée internationale des femmes (8 mars), les Journées du patrimoine ( 3ème weekend de septembre) ou encore en ce qui me concerne, la journée mondiale de l’eau (22 mars) et celles contre la faim (15 juin) que j’avais l’occasion de « célébrer » étant plus jeune avec mes professeurs

Difficile de savoir pourquoi, qui et comment ces journées sont instituées. Bien souvent, il faut reconnaître les volontés et les engagements de grandes institutions comme l’ONU, l’UNESCO, l’UNICEF etc.

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle qui a lieu le 21 février, l’Unesco nous rappelle que « La Journée internationale de la langue maternelle est célébrée chaque année depuis février 2000 afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle ainsi que le multilinguisme. La date du 21 février a été choisie en hommage aux étudiants tués par la police à Dacca (aujourd’hui la capitale du Bangladesh) alors qu’ils manifestaient pour que leur langue maternelle, le bengali, soit déclarée deuxième langue nationale du Pakistan de l’époque. »

Entant qu’étudiants/professeurs/chercheurs en FLE, en didactique des langues et des cultures, ces enjeux autour de la langue maternelle de tous doivent nous concernés, dans la transmission de notre langue maternelle (le français ?) mais surtout dans le respect et la sauvegarde de la (ou les) langue(s) maternelle(s) des individus que nous rencontrons et que nous instruisons.

Et j’ajouterais à cela les mots très justes de Madame Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO « À l’occasion de cette Journée je lance un appel pour que le potentiel de l’éducation multilingue soit reconnu partout, dans les systèmes éducatifs et administratifs, dans les expressions culturelles et dans les médias, le cyberespace et les échanges commerciaux » !

Cette journée internationale va mobiliser de nombreuses manifestations à travers les institutions et les écoles qui auront choisi de la célébrer. Alors, permettez moi de vous partager l’évènement que L’UNESCO organise pour l’occasion :

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/pdf/imld2017-agenda-fr.pdf

(l’évènement semble gratuit et libre d’entrée, je n’ai pas eu d’informations contraires)

Prochains rendez-vous : la Journée internationale la Francophonie (bien sûr !) le 20 mars, Journée européenne des langues (voulue par Conseil de l’Europe, 26 septembre) ou pourquoi pas la Journée mondiale des enseignants (5 octobre, merci l’ONU).


Floriane Gonidec

actuellement étudiante en M2 Didactique des langues et des cultures de l'université Paris 3. Licence de Lettres Modernes de Rennes 2

More Posts

4 réflexions au sujet de « Journée internationale de la langue maternelle 2017, avec l’UNESCO »

  1. Bonjour Floriane. J’ai lu ton billet et ceci nous invite vraiment à réfléchir sur nos langues maternelles, jusqu’à quel point elles sont maternelles ou juste imposées ou langues de colonisation; nous pourrions réfléchir aussi sur combien de langues maternelles nous pouvons avoir ou sur l’existance d’une langue paternelle prédominante. La célébration d’une journée de ce type est à mon avis une invitation à mettre en valeur toutes les langues partout dans le monde, à éveiller chez nous l’ouverture à d’autres représentations culturelles et sociolinguistiques, mais aussi à nous demander sur les raisons pour lesquelles il y a des langues qui peuvent aujourd’hui avoir le provilège d’être célébrées et pourquoi d’autres ont dû s’évanouir ou juste rester cachées dans leurs coins du monde auquel elles appartiennent.
    J’ai apprécié ton regard critique sur cette journée. Merci pour le partage des dates des journées importantes à venir.

  2. Bonsoir !

    Ton compte-rendu m’a fait penser à une personne que j’ai rencontrée l’année dernière et qui m’a fait prendre conscience de l’importance des langues maternelles dans l’identité de l’individu mais aussi dans la relation de cet individu avec les autres. Il s’agit d’une amie américaine dont la mère vient d’Indonésie. La mère a rencontré son père, un militaire, lorsqu’elle était à l’étranger et est venue vivre aux Etats-Unis lorsqu’ils se sont mariés. Lorsqu’elle a eu des enfants, la mère de son mari lui a interdit formellement de parler sa langue maternelle avec ses enfants car pour elle voulait faire de ses petits-enfants des « vrais » américains. La mère, craignant un conflit familial a donc préféré ne pas parler sa langue maternelle avec eux et donc de ne pas partager cet aspect immense de sa vie. Mon amie, sa fille, ne parle donc pas la langue de sa mère et n’arrive parfois pas à comprendre ce qu’elle dit, celle-ci n’étant pas bilingue en anglais. Elle m’a exprimé la frustration qu’elle ressentait de ne pas parler cette langue car ceci a créé un fossé considérable entre sa mère et elle mais cela l’empêche aussi de parler avec le reste de sa famille restée en Indonésie. La mère est très fière de sa culture et de sa langue donc elle essaye tant bien que mal de transmettre un peu mais elle se sent « bête » car elle n’est pas capable d’exprimer ses idées en anglais comme elle le ferait dans sa LM, ce qui est source de tensions avec ses enfants.
    J’ai rencontré sa mère, quand j’étais aux Etats-Unis, et je me suis rendue compte qu’elle se renfermait énormément lorsqu’elle était autour de personnes anglophones et qu’elle parlait très peu. Elle semblait avoir du mal à suivre nos conversations mais semblait aussi très irritée lorsqu’elle devait demander des explications à sa fille et qu’elle ne comprenait pas ni ce qui s’était passé, ni les explications que sa fille essayait de lui fournir. Par contre, elle devenait une toute autre personne, parlant au téléphone avec un membre de sa famille indonésienne, dans sa langue maternelle. Parler sa langue maternelle semblait être comme retrouver son foyer, le cœur même de son identité.

    Passe une bonne soirée !

  3. Bonjour Floriane,
    J’ai lu ton texte attentivement . Toutes ces journées où des événements sont célébrés me paraissent extrêmement importantes. Elles rappellent à chacun l’origine de l’événement, les personnes qui se sont battus afin qu’il soit inscrit parmi les événements à célébrer. Effectivement, la célébration de la journée internationale est un atout pour la diversité linguistique et le multilinguisme notamment à l’ère actuelle où les recherches ont prouvé le rôle que joue la langue maternelle dans l’apprentissage des autres langues. En tant qu’étudiante au département de didactique, la question de la langue maternelle m’intéresse. A mon avis, on ne pourra pas faire passer notre message en français langue étrangère si l’on ignore la langue et la culture de l’élève. La langue maternelle de l’élève est un outil sur lequel nous pourrons nous appuyer afin de mieux transmettre des connaissances en langue étrangère.
    Dans mon mémoire, la langue maternelle occupe une place importante, j’essaye de montrer comment un locuteur peut ressentir le phénomène insécurité linguistique lorsqu’il se trouve face à un locuteur qui n’a pas la même langue maternelle que lui. Pour le moment, je ne formule qu’une hypothèse …ça reste à prouver avec l’analyse de mes enquêtes.

  4. Bonjour Floriane
    Tu as tout à fait raison de rappeler l’importance des langues maternelles et de toutes les manifestations organisées pour cette cause. En tant qu’étudiant de Didactique du FLE, ignorer cette problématique est une erreur car nos futurs apprenants seront surement d’horizons et de cultures différents et c’est à nous de nous adapter et de nous armer (maintenant à travers non seulement des séminaires à l’Université mais aussi dans les conférences et rencontres) pour enseigner le français de la manière la plus apaisante et sereine possible.
    Ce thème de la langue maternelle a une signification particulière pour nous qui avons étudié en langue étrangère (parfois en situation de FLS) et qui aimerions mettre en valeur nos langues maternelles qui ne sont toujours pas étudiées à l’école malgré les études scientifiques qui prônent l’éducation et la formation en langue maternelle.
    La grammatisation des langues non écrites ou qui ont bénéficié d’un système d’écriture récemment, m’intéresse. C’est un domaine qui m’interpelle personnellement.
    Merci pour ton rappel
    Mohamed

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *