Les quatre carnets qui m’accompagneront sur le chemin de la recherche

Les quatre carnets qui m’accompagneront sur le chemin de la recherche

Je suis impressionnée par l’idée proposée par Bruno Latour que « tout fait partie des données ». La recherche comprend non seulement le produit final, mais aussi le processus de collectionner les données et d’écrire les brouillons. La proposition de carnets m’apporte quatre amis sur le chemin de recherche.

Selon moi, l’écriture d’un mémoire ressemble à la cuisine. Je sorte au marché ou au supermarché pour acheter du riz, de la viande et des légumes. A la rentrée, je les lave et les range bien pour la cuisson. Pendant la cuisine, j’ajoute des épices et goûte de temps en temps. Et puis, je finis le plat. Toutes les étapes sont nécessaires pour arriver à la fin. Je Reviens sur le sujet de la recherche. A part le mémoire final, le processus de préparation, d’enquête et de brouillon est aussi de grande importance pour la recherche.

Auparavant, j’ai eu deux carnets : un agenda en papier et une fiche électronique. Dans mon agenda, je note ma planification de recherche et les rendez-vous avec le directeur. Dans la fiche électronique, j’ai noté la bibliographie, les livres lus, les paragraphes cités et mes réactions. Selon les conseils de Bruno Latour, j’ai modifié mes carnets et je les ai divisé en quatre.

1er carnet : Carnet d’agenda

Il s’agit d’un petit cahier sur moi pour la vie quotidienne. Dans ce cahier, je note d’abord ma planification de recherche. Il s’agit du projet en semestre, en mois, en semaine. En outre, j’écris aussi mon emploie du temps. D’ailleurs, je mets également non seulement ce que je pense faire mais aussi ce que j’ai pu faire pour adapter le rythme de l’enquête. Les rencontres avec la directrice du mémoire et d’autres chercheurs, les discussions avec des camarades, les contacts avec ceux qui ont fait une enquête sur mon terrain ce qui represente des évènements essentiels. Les études à la bibliothèque et l’enquête de données avec persévérance sont aussi importants comme témoin. Cela témoigne de mon chemin et me donne du courage à continuer.

2ème carnet : Carnet de référence

Il s’agit d’un carnet électronique. Dans ce carnet, j’enregistre les informations référentielles que je collecte au cours de la recherche. Je mets la bibliographie, les ouvrages à lire, les ouvrages lus, les citations. Je classe les données selon les thèmes afin de faciliter la consultation plus tard. L’application Zétéro est mise en usage. En outre, j’écris dans ce carnet les informations de colloques et de séminaires suivis.

3ème carnet : Carnet d’écriture

Ce carnet est aussi en version électronique. A l’aide du deuxième carnet, ce carnet est consacré à l’écriture et réécriture concernant le mémoire. Avec les sources indiquées dans le deuxième carnet, je note mes inspirations concernant le mémoire, les réactions aux ouvrages lus, les comptes-rendus des colloques. Je travaille sur les petits écrits et les prolonge en paragraphes avec cohérence et cohésion.

4ème carnet : Carnet d’échange

Le dernier carnet est destiné à consigner le feed-back des lecteurs sur mon travail. Ce carnet comprend les réactions de lecteurs sur mes dossiers ainsi que les parties de mon mémoire, les idées importantes dans la communication avec la directrice de mémoire et l’échange intéressant avec d’autres jeunes chercheurs. Cela me permet d’avoir un autre regard sur mes écrits et les améliorer.

Bruno Latour, Changer de société. Refaire de la sociologie, Paris, La Découverte, 2006, p.194-197.

Jiaxing ZHOU

2016-2017 Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3 Spécialité: Didactique du français langue étrangère M2

More Posts

Follow Me:
Facebook


2 réflexions sur « Les quatre carnets qui m’accompagneront sur le chemin de la recherche »

  1. Merci à JiaXing, tu me fais rappeler des 4 carnets de Bruno Latour. Je suis d’accord avec toi, l’écriture d’un mémoire de recherche resemble à faire la cuisine, tous les étapes sont nécessaires pour arriver à la fin. Sans l’une des étapes, le résultat ne sera pas satisfaisant. Quant à moi, je pense que cela m’arrive souvent c’est que mes erreurs de français m’énervent toujours. Par exemple, aujourd’hui, j’ai écrit un message à Monsieur Martin, je lui ai dit que j’ai déposé mon carnet dans son « cahier » (au lieu de casier)….Franchement,c ‘était drôle, j’ai même pas relu ce message, mais si je l’ai relu, je ne vais pas trouver cette erreur, j’y pense. Donc, pour moi le plus importent c’est que, dans un premier temps, il faut lire, à partir des données concernant mon sujet de mémoire, saisir le vocabulaire et le mettre dans la bonne situation de communication par exemple. Un tas de choses à faire, et alors?

  2. Merci à JiaXing, tu me fais rappeler des 4 carnets de Bruno Latour. Je suis d’accord avec toi, l’écriture d’un mémoire de recherche resemble à faire de la cuisine, tous les étapes sont nécessaire pour arriver à la fin. Sans l’une des étapes, le résultat ne sera pas satisfaisant. Quant à moi, je pense que cela m’arrive souvent c’est que mes erreurs de français m’énerve toujours. Par exemple, aujourd’hui, j’ai écrit un message à Monsieur Martin, je lui ai dit que j’ai déposé mon carnet dans son “cahier” (au lieu de casier)….Franchement,c ‘était drôle, j’ai même pas relu ce message, mais si je l’ai relu, je ne vais pas trouver cet erreur, j’y pense. Donc,pour moi le plus importent c’est que, dans un premier temps, il faut lire, à partir des données concernant mon sujet de mémoire, saisir le vocabulaire et le mettre dans la bonne situation de communication par exemple. Un tas de choses à faire, et alors?

Répondre à Bing LIANG Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.